La Chine, cible prioritaire de Volkswagen

 |   |  691  mots
La Volkswagen Lavida est un modèle pour le marché chinois
La Volkswagen Lavida est un modèle pour le marché chinois (Crédits : DR)
Le constructeur auto allemand a enregistré, en 2013, 4,3 milliards d’euros de bénéfice opérationnel en Chine, où il a vendu plus de 3,2 millions d’unités. Un record. Il a accru encore ses volumes de 14,5% au premier trimestre. Le groupe compte investir sur place 18,2 milliards d’euros sur cinq ans, soit un cinquième de ses dépenses mondiales.

Pionnier - avec Peugeot - au milieu des années 80, Volkswagen a réalisé en Chine l'an dernier un bénéfice opérationnel record !

4,3 milliards d'euros (en hausse de 600 millions sur 2012), c'est une belle somme. Ces profits ont été générés par ses deux co-entreprises chinoises et… ne sont d'ailleurs pas consolidés dans les résultats globaux du deuxième constructeur auto mondial ! Une manne supplémentaire, en quelque sorte.

Forte croissance des ventes

Le consortium de Basse-Saxe a vendu 3.266.235 véhicules (+16,2%) en Chine l'an dernier. Volkswagen y écoule trois fois plus de véhicules qu'en Allemagne. Lié aux groupes SAIC et FAW, le consortium a accru encore ses volumes de 14,5% au premier trimestre à 881.000 unités, soit à un rythme supérieur à celui du marché chinois lui-même (+9,2%) mais… inférieur à celui de PSA (+18% à 169.000). Volkswagen vise plus de 3,5 millions d'unités cette année sur place.

Numéro deux derrière GM en Chine, Volkswagen y écoule ses modèles à travers un énorme « réseau de 2.400 points de ventes, qui devraient passer à 2.750 en fin d'année et à 3.600 en 2018 », assure Jochem Heizmann, membre du directoire du consortium responsable de la Chine.

Dix-sept usines

Le consortium allemand dispose de trois sites de recherche et développement locaux (Pékin, Shanghai, Changchun) « employant 2.700 ingénieurs », même si les véhicules sont essentiellement développés et dessinés outre-Rhin. Volkswagen comporte dix-sept usines au total en Chine, qui fabriquent véhicules et composants pour la marque Volkswagen, avec en partie des modèles spécifiquement conçus pour ce marché, des Audi et des Skoda tchèques, en attendant une éventuelle industrialisation des produits de la filiale espagnole Seat.

Audi profite notamment « d'une progression de 21% des ventes au premier trimestre à 124.520 unités », plus que pour toute l'année 2008, indique Dietmar Voggenreiter, patron de la marque en Chine ! La firme aux anneaux est traditionnellement le numéro un du haut de gamme dans le pays, où elle équipe la haute administration et les flottes du gouvernement, même si « 90% de ses clients sont aujourd'hui des personnes privées ». Audi écoule ses modèles via « un réseau qui va passer de 340 points de vente à plus de 500 en 2017 ».
S'il réussit avec Audi, Volkswagen ne semble pas encore prêt à mettre sur le marché la fameuse voiture à bas coûts qu'il promet depuis longtemps. « Nous avons encore du travail à résoudre l'équation de la rentabilité d'un tel projet. Nous sommes cependant sur la bonne voie », assure prudemment Jochem Heizmann.

Volkswagen introduit en tous cas en Chine ses dernières technologies, comme les futures Golf ainsi que Audi A3 hybrides rechargeables (importées d'Europe) en 2015. Et les co-entreprises commenceront à produire des hybrides rechargeables sur place en 2016. Plus question d'être en retard sur l'Europe. Même si une partie des modèles locaux repose quand même sur de… très anciennes plates-formes rentabilisées depuis longtemps.

Plus de 100.000 personnes

Pour soutenir ses projets pharamineux de croissance, le consortium de Basse-Saxe aura investi dans l'ex-Empire du milieu la bagatelle de 9,8 milliards d'euros entre 2013 et 2015, voire 18,2 milliards d'euros entre 2014 et 2018, financés par les réserves financières des co-entreprises. Et ce, pour porter entre autres ses capacités à plus de 4 millions d'unités annuelles.

Plus de 18 milliards représentent quasiment 20% des 100 milliards d'euros d'investissements mondiaux annoncés par le groupe d'ici à 2018. Le groupe « emploie 80.000 salariés localement, qui devraient être portes à plus de 100.000 d'ici à quatre ans », précise Jochem Heizmann. La Chine génère d'ores et déjà le tiers des ventes mondiales du groupe allemand.

Profit opérationnel record

En-dehors des opérations en Chine, Volkswagen a affiché l'an dernier un profit net mondial… en chute de plus de moitié. Cette dégringolade s'explique essentiellement par un résultat 2012 de référence artificiellement gonflé par l'intégration de Porsche. Volkswagen a enregistré un bénéfice net de 9,1 milliards.

Le consortium a publié également un bénéfice opérationnel record au titre de 2013 à 11,7 milliards d'euros… sans inclure les bénéfices en Chine mais en comprenant les excellents profits de la marque sportive Porsche, nouvellement intégrée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2014 à 6:49 :
Les chinois connaitront les même problèmes que les clients européens, les voitures VW fabriquées (16 usines en Chine !) et vendues là-bas ne seront pas de qualité supérieure à ce qu'on nous fourgue en France. La marque mise sur le low cost pour booster ses volumes effectivement.
a écrit le 21/04/2014 à 19:52 :
VW vend essentiellement des voitures low cost en Chine, la Lavida (sorte de Dacia locale) fait le gros de ses volumes. La réputation de la marque n'est pas bonne depuis les casses à répétition des boites DSG. (et des TDI et FSI)
Réponse de le 22/04/2014 à 13:33 :
@Lucien Gordev
c'est faux, la réputation de la marque vw est excellent en Chine !
Réponse de le 22/04/2014 à 21:38 :
Elle est aussi bonne qu'aux Etats Unis.
Réponse de le 23/04/2014 à 6:44 :
TGX : Travaille pour le Groupe X (VW) ?
a écrit le 21/04/2014 à 13:41 :
Dedieu, dedieu, qu'on parle (bien !) de la Chine à La Tribune à ce moment !....
a écrit le 21/04/2014 à 11:00 :
Oui c'est clair, VW a déployé une stratégie industrielle exemplaire depuis 15 ans...

et c'est aussi très clair, Schweitzer a embarqué Renault vers un déclin remarquable ... Ghosn Pelata Tavares Briatore l'ont amplifié fort maladroitement...
a écrit le 21/04/2014 à 10:32 :
VW à un marche mondial avec beaucoup de succès! A force de travail, d'innovations, de qualité hors pair, de design valorisant, on peut arriver à ce succès planétaire! Bravo!
Réponse de le 22/04/2014 à 21:41 :
La qualité hors pair les a amené à un grand rappel sur leurs DSG7 DQ200 à la demande des autorités chinoises.
La grogne monte dans d'autres contrées pour des soucis analogues sur cette même boite.
Réponse de le 23/04/2014 à 6:40 :
Sans parler des autres problèmes récurrents sur TSI, TDI : distribution par chaine, casses de pistons, culasses poreuses....... Normal que le marché chinois (quelques milliards d'habitants) fasse exploser les chiffres en terme de volumes de ventes, mais à long terme ce sera au détriment de la qualité et donc de la longévité des modèles. Cela ne se ressentira pas trop car je doute que les chinois soient aussi procéduriers que les européens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :