Les premières pistes de Luca de Meo pour redorer l'image de Renault

 |   |  740  mots
(Crédits : Ina Fassbender)
Alors que le groupe vient d'annoncer une perte abyssale de plus de 7 miliiards d'euros, le tandem Clotilde Delbos et Luca de Meo qui dirige Renault, s'est attardé sur la nécessité de refonder la stratégie de gamme de la marque. Ils présenteront un plan en janvier prochain, mais les premiers modèles de cette stratégie qui doit permettre de tirer le prix de vente moyen vers le haut, n'arriveront pas avant fin 2022. Dans un point presse, Luca de Meo a distillé quelques pistes sur les réflexions en cours...

"Le centre de gravité de la gamme Renault doit être plus haut", a résumé Luca de Meo, le nouveau patron du groupe automobile français. Avec sa numéro deux, Clotilde Delbos, ils partagent une même analyse, la stratégie produit doit être la pierre angulaire du redressement du groupe en allant chercher des ventes à plus forte valeur. "La course aux volumes était une erreur", avait déjà déclaré Clotilde Delbos en mai dernier lors de la présentation d'un plan de restructuration visant à faire économiser 2 milliards d'euros de coûts fixes par an, à terme.

Le pricing power, concept emprunté à PSA

En ce jour funeste où Renault enregistre une perte nette de plus de 7 milliards d'euros, il était urgent de donner aux analystes et à la presse, des gages sur les actions engagées pour redresser la situation. C'est pourquoi ils se sont attardés sur la nécessité de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2020 à 5:47 :
Le coup de genie du nouveau pdg, construire des dacia electrique en Chine pour les revendre en Europe.
N'est pas pdg qui veut.....
Renault est mort.
a écrit le 31/07/2020 à 10:45 :
Le problème de Renault est celui de l'image et fiabilité qui lui colle à la peau, il paie avec du recul les cost killing de l'ère Goshn avec le Scenic qui a fait reculer la qualité de Renault de 20 ans et les erreurs stratégiques de ne pas prendre la vague des SUV mais de préserver les monospaces et les petites voitures : Clio et Zoé. La course aux volumes et aux rachats successifs ont fait que Renault a baissé qualitativement en proposant des véhicules faibles en image et à faible coût donc à faible marge alors que ces concurrents investissaient dans des véhicules à forte marge : VAG dans la Passat, Peugeot dans le 3008, Seat dans la Leon, BMW dans le X5 puis X6, Mercedes dans la Classe E, Citroen dans le Picasso puis maintenant dans le C5 Aircross, Tesla dans l'électrique et Toyota dans l'hybride et la fiabilité .
a écrit le 30/07/2020 à 18:40 :
de toute facon, a 80 sur les routes et bientot 110 sur autoroute, toutes les 'caisses"
se valent, seul le critere a prendre en compte c'est combien ca coute ?
Réponse de le 31/07/2020 à 9:24 :
Il y a un second critère à prendre en compte : c'est celui de la fiabilité où Renault se distingue par sa médiocrité.
Réponse de le 31/07/2020 à 9:35 :
Instantanément je penserais comme vous... et puis je me dis que finalement en l'absence de toute notion de plaisir de conduite désormais honnis dans nos sociétés écolo-sécurito-autoritaires, la valeur de la "caisse" va être conditionnée par sa capacité à faire le boulot ennuyeux à votre place... à savoir conduire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :