Le Royaume-Uni supprime les aides à l'achat des voitures électriques : les automobilistes et les constructeurs fulminent

Après l'avoir instaurée en 2011, le gouvernement britannique a annoncé, ce mardi, qu'il mettait fin à la subvention de 1.500 livres (plus de 1.700 euros) versées aux acquéreurs de certaines voitures électriques neuves. Une décision que le gouvernement justifie par la nécessité d'aider financièrement d'autres types de véhicules électriques comme les taxis, motos, camionnettes, camions et véhicules accessibles aux fauteuils roulants...
Depuis 2011, le gouvernement britannique offrait une subvention de 1.500 livres, soit plus de 1.700 euros, aux acquéreurs de certaines voitures électriques neuves
Depuis 2011, le gouvernement britannique offrait une subvention de 1.500 livres, soit plus de 1.700 euros, aux acquéreurs de certaines voitures électriques neuves (Crédits : Shutterstock)

Près d'un demi-million. C'est le nombre de ventes de voitures électriques au Royaume-Uni, permises grâce au coup de pouce du gouvernement britannique. Depuis 2011, ce dernier offrait une subvention de 1.500 livres, soit plus de 1.700 euros, aux acquéreurs de certaines voitures électriques neuves. Une aide qui s'inscrivait dans la volonté du pays d'interdire la vente de nouveaux véhicules à essence et diesel en 2030. À cette même date, le Royaume-Uni projette également d'atteindre 300.000 points de recharge publics grâce à la mise à disposition de 1,6 milliards de livres débloquées en mars dernier.

Lire aussi 3 mnLa voiture électrique use les pneus trop vite, les fabricants se frottent les mains

Mais les ménages britanniques qui n'auraient pas encore bénéficié de la subvention vont le regretter. Le gouvernement britannique a annoncé ce mardi qu'il y mettait un terme pour se focaliser désormais sur le soutien à d'autres types de véhicules électriques: taxis, motos, camionnettes, camions et véhicules accessibles aux fauteuils roulants. Ces derniers bénéficieront d'une enveloppe de 300 millions de livres. Pour se justifier, l'exécutif assure, dans un communiqué, avoir « toujours été clair sur le fait (...) qu'il s'agissait d'un financement temporaire ». Selon lui, le montant, initialement fixé à 5.000 livres, avait déjà été progressivement réduit, avec « peu d'effet sur l'accélération rapide des ventes » de voitures électriques. Le gouvernement argumente aussi que les automobilistes optant pour l'électrique bénéficient déjà des économies réalisées sur le carburant, mais aussi d'une taxe routière nulle et de taux d'imposition favorables sur les voitures de société.

Déception des Britanniques

Mais la décision passe mal auprès des ménages britanniques. « Pour rendre (les voitures électriques) accessibles à tous, nous avons besoin que les prix baissent », a ainsi plaidé l'association d'usagers de la route RAC, se disant « déçue que le gouvernement ait choisi de mettre fin à la subvention à ce stade ». La même incompréhension se fait ressentir du côté de l'industrie automobile. « La décision de supprimer la subvention pour les voitures rechargeables envoie le mauvais message », et arrive « au pire moment » pour un secteur qui ne s'est pas encore relevé de la pandémie, a dénoncé Mike Hawes, directeur général de la SMMT, l'association britannique sectorielle, dans un communiqué. Bien que les ventes de voitures électriques ne cessent de progresser dans le pays, et représentent désormais un sixième de toutes les voitures vendues (même un peu plus de la moitié si l'on inclut l'ensemble des véhicules hybrides), le secteur automobile n'en demeure pas moins affecté par la pénurie durable de pièces détachées. Cette dernière est engendrée par les perturbations mondiales de la chaîne d'approvisionnement notamment à cause des confinements successifs en Chine qui applique une politique de « 0-Covid ».

« Nous sommes désormais le seul grand marché européen à n'avoir aucune incitation à l'achat initial pour les voitures électriques », a également relevé Mike Hawes.

En dehors de l'Europe, la Chine a également annoncé en début d'année qu'elle supprimerait les subventions aux véhicules électriques et hybrides à la fin de l'année.

Lire aussi 4 mn« La hausse du prix du carburant ne va pas nécessairement favoriser la voiture électrique »

Différentes aides à l'achat en France

En France, Emmanuel Macron a promis lors de sa campagne à sa réélection de déployer « une offre abordable de véhicules électriques (...) en mettant en place des mécanismes de leasing pour accompagner les ménages les plus modestes ». Selon les pistes sur lesquelles travaille le gouvernement, ce dispositif de « leasing social » permettrait aux Français les plus modestes - les professions socio-médicales, les jeunes et le grand public sous conditions de ressources - de s'offrir une voiture électrique pour 100 euros par mois. Emmanuel Macron avait précisé fin avril que cette aide ciblerait « les couples qui gagnent le Smic ou un peu plus ». Ce système viserait au moins 100.000 véhicules électriques en leasing par an, pour un coût estimé de 50 millions d'euros pour la première année, soit un montant apparemment bien faible de 500 euros par véhicule. Cette nouvelle aide viendrait s'ajouter à bien d'autres aides à l'achat à l'instar de la prime à la casse ou encore le « bonus écologique », une prime accordée par l'État qui peut faire baisser le prix d'achat jusqu'à 5.000 euros, qui ont fait grimper les ventes de voitures électriques.

Pour autant, l'engouement des Français pour l'électrique reste modéré au regard de celui de leurs voisins. Selon une enquête du cabinet Deloitte parue en février dernier, seuls 7% des Français des consommateurs souhaitent se tourner vers une voiture 100% électrique lors de leur prochain achat (un pourcentage stable depuis 3 ans). Pour ceux qui refusent l'électrique, le prix est l'un des principaux freins. La tentation est bien supérieure dans certains pays comme l'Allemagne (15%), la Chine (17%) ou encore la Corée du Sud (23%).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 15/06/2022 à 16:08
Signaler
Je vais faire hurler, mais tant pis: il faut stopper les subventions pour tout: voiture électrique, vélo, chèques en tous genres, logement, ... Hormis les cas très difficiles, à contrôler soigneusement. Mais donner aux gens des salaires corrects perm...

à écrit le 15/06/2022 à 11:17
Signaler
"de s'offrir une voiture électrique pour 100 euros par mois" offrir mais pas la posséder, c'est le loyer pour l'usage (elle n'est pas reprise après 3 ans, la voiture ?). Prêtez jusqu'à 30 000€ sans intérêt pendant 6-7 ans ça fait cher chaque mois, su...

à écrit le 15/06/2022 à 8:27
Signaler
Normal les boites a piles n'ont pas a etre subventionnees

à écrit le 15/06/2022 à 8:24
Signaler
Il serait plus intéressant de subventionner les véhicules de transport en commun électrique!

à écrit le 15/06/2022 à 7:40
Signaler
Les actionnaires milliardaires captant la plupart des subventions publiques et cherchant à toujours plus les pomper cela évitera que cet argent ne parte se neutraliser dans leurs paradis fiscaux.

à écrit le 15/06/2022 à 0:15
Signaler
Ces aides à la voiture électrique n'auraient jamais dû exister, ni en Angleterre, ni en France, ni aux USA, ni ailleurs. Le marché de la voiture électrique est dynamisé artificiellement, sans aucune justification

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.