Renault : Luca de Meo, le remède anti-Ghosn, prend ses fonctions

 |   |  1039  mots
(Crédits : ALBERT GEA)
L'ancien patron de Seat a pris mercredi son poste de directeur général du constructeur automobile français, à un moment extrêmement critique... Au-delà de la restructuration nécessaire de Renault, Luca de Meo devra réinventer une entreprise traumatisée par le départ de Carlos Ghosn, après 15 ans de règne sans partage, et imposer un nouveau leadership.

L'homme providentiel ? Le moins que l'on puisse dire est que Luca de Meo est attendu de pied ferme par les 180.000 salariés de Renault. Car la tâche qui attend l'ancien patron de Seat est herculéenne. Elle va bien au-delà de la réalité catastrophique des chiffres de vente et de rentabilité, largement amplifiée par la crise du coronavirus. Il s'agit de redonner au groupe automobile français une nouvelle impulsion stratégique qui puisse remobiliser des troupes démoralisées après un an et demi de crise managériale, et qui payent près de quinze années d'errements stratégiques sous le règne de Carlos Ghosn.

Lire aussi : Luca de Meo peut-il sauver Renault ?

Situation critique

Il faut dire que la situation financière de Renault est particulièrement critique: des ventes en baisse, et une trésorerie en danger au point que le groupe a dû recourir à un prêt garanti par l'État de 5 milliards d'euros. "Le chemin du redressement est déjà en partie balisé avec le plan d'économies présenté il y a un mois, il y a peu de chances que Luca de Meo s'écarte de cette trajectoire", rappelle Frédéric Rozier, gérant actions chez Mirabaud. En mai, Clotilde Delbos, directrice générale par interim de Renault,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2020 à 9:14 :
"Il faudrait ne jamais devenir grand." Antigone
a écrit le 02/07/2020 à 21:43 :
Renault a des ingénieurs de grand talent. On l'a vu en F1. Ghosn était un manager financier spécialiste des économies d'échelle , mais sans vision , paradoxalement , et pas un ingénieur au sens propre malgré son diplôme ronflant. L'Europe joue maintenant son avenir sur les secteurs automobile , bancaire ... et si elle se rate comme dans la tech , le niveau de vie des européens baissera drastiquement, conduisant à des troubles qui feront passer les gilets jaunes pour un non événement. C'est l'heure de vérité , maintenant.
a écrit le 02/07/2020 à 14:18 :
Va-t-il fonder avec son président le duo capable de museler l'actionnaire encombrant qu'est l'Etat français, surtout avec le PGE?
a écrit le 02/07/2020 à 10:48 :
Comme si Ghosn était un virus. Titre très choquant, émotionnel, qui n'a rien à voir avec le business. Hommage à Ghosn qui a donné à Renault une dimension globale.
Réponse de le 02/07/2020 à 11:36 :
Ghosn ne fut qu'un cost killer sans vision autre que l'avenir c'est l'électrique, idée qu'il pompa d'ailleurs integralement sur l'americain Tesla qui est d'une toute autre envergure et fut bien en avance sur renault contrairement à ce que l'on dit, ah mais ça n'est pas un généraliste, oui attendez on met pas la charrue devant les boeufs.
En effet, chez Tesla on a compris d'emblée qu'il fallait internaliser la conception des architectures de processeurs embarqués pour réduire la durée des cycles de conception que l'entremise de fournisseurs externes rend long et fastidieux. Resultat ce sont des experts en embarqué temps réel avec IA, ils sont montés en compétence pendant que Renault sous traite à google, microsoft etc... comme il sous traite d'ailleurs ses usines à Siemens.
Ghosn voulait faire de Renault une coquille vide dont la boite postale, financiere et fiscale se trouve dans l'ex empire concurrent de la grande bretagne, la venise du nord.

Le projet d'alliance venait de schweitzer comme la notion de plateforme commune étendue à plusieurs constructeurs.
Alors oui il fallait un executeur, et l'execution reste une part importante du plan mais une fois executé il a vécu sur son acquis dans les espace fluide, entre paradis fiscaux hollandais et vie stratosphérique en quasi apesanteur voyageant en gulfstream zero g, ne touchant que rarement terre. Il était devenu une mouette qui chùait sur tout le monde.
Il s'est évadé comme un corniaud avec son You Koun-Koun.

Ghosn c'est un peu notre gaffe à ! la gaffe à Schweitzer.
Réponse de le 03/07/2020 à 5:41 :
@ Boule.
Du 2nd degre ?......Vous avez oublie de dire qu'en plus c'etait un bienfaiteur de l'humanite.
Savez-vous qu'un mandat international interpol a ete active pour ses deux comparses aux USA ? Un hasard sans nul doute.
a écrit le 02/07/2020 à 9:55 :
Le marché de la voiture va se réduire de façon drastique. La génération de nos parents, une voiture par unité familiale, notre génération (50 et plus), deux voitures par couple, la génération de nos enfants (30 ans cadres sup, sur 5 jeunes 3+2 pièces rapportées, tous gagnant bien leurs vies, une seule voiture pour 5 jeunes)..). Le futur, c'est zéro voiture perso. -dans les grandes villes- ce qui est déjà le cas à Londres, Tokyo, ou NY.. Pourquoi avoir une voiture quand on peut user d'Uber, du covoiturage, ou locations faciles et pas chères.. En plus, il va falloir gérer les politiques écolos qui croient connaitre le futur de l'automobile. Donc en résumé, zéro voiture si vous habitez dans un grand centre urbain, et une"bonne"voiture si vous habitez en province. Peu de place pour une boîte de conserve avec un moteur de trottinette à mon avis.
a écrit le 02/07/2020 à 8:44 :
Drôle que Volkswagen l'ai laissé partir aussi vite pour aller à la concurrence

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :