Les investisseurs plébiscitent plus que jamais les jeunes pousses de l'immobilier

Au regard des données compilées par La Tribune, les levées de fonds de la "proptech" au troisième trimestre 2021 tutoient les flux de financement captés au premier semestre. Vers une année record après le demi-milliard récolté en 2019 avant la Covid ? Toujours est-il que cet écosystème qui se retrouve ces 20 et 21 octobre au salon Rent prouve que l'industrie immobilière n'a plus rien d'immobile.
César Armand

7 mn

Après avoir levé 230,54 millions d'euros au premier semestre, les jeunes pousses de l'immobilier ont attiré plus de 200 millions d'euros au troisième trimestre, au regard des données compilées par La Tribune.
Après avoir levé 230,54 millions d'euros au premier semestre, les jeunes pousses de l'immobilier ont attiré plus de 200 millions d'euros au troisième trimestre, au regard des données compilées par La Tribune. (Crédits : iStock)

177 millions d'euros en 2017, 204 millions en 2018, 503 millions en 2019, 282 millions en 2020 du fait de la crise économique et sanitaire... Vers 600 millions en 2021 ? Après avoir levé 230,54 millions d'euros au premier semestre, les jeunes pousses de l'immobilier ont attiré plus de 200 millions d'euros au troisième trimestre, au regard des données compilées par La Tribune.

Alors que Rent, "le salon dédié aux innovations pour les professionnels de l'immobilier", se tient ces 20 et 21 octobre 2021, ces startups de la proptech ont récolté, chacune, entre 200.000 euros et ...114 millions d'euros entre début juillet et fin septembre. Elles s'appellent Casafari, Hello Syndic, Saqara, Brik, Ibat..., elles sont une dizaine et elles révèlent surtout que les investisseurs sont de retour dans la transformation numérique d'une industrie longtemps qualifiée d'immobile.

Des marchés très concurrentiels

L'acteur du coliving Sharies annonce par exemple aujourd'hui même avoir levé 15 millions d'euros auprès de son actionnaire historique Audacia, la société de gestion de Charles Beigbeder qui vient d'entrer sur Euronext, et d'un gestionnaire de patrimoine (family office, Ndlr). Avec cette rentrée d'argent, ses fondateurs veulent renforcer leurs équipes pour tenir leur objectif de livrer 1.150 chambres d'ici à 2023. A la différence d'un concurrent comme Colonies, qui a notamment déjà récolté plus de 100 millions d'euros en une seule fois, Sharies explique proposer de la restauration et des espaces de travail ouverts sur la ville, et pas seulement des logements, des pièces de vie partagées entre coliveurs et des services.

Autre marché très concurrentiel, celui des syndics de copropriété dématérialisés. Après Matera (ex-Illicopro) qui a récolté, fin mai, 35 millions d'euros lors d'un troisième tour de table, c'est Bellman qui, lui aussi après un troisième tour, a annoncé, en septembre, avoir levé 11 millions d'euros. Après s'être concentrée sur Paris depuis sa naissance en 2019, la jeune pousse veut déployer son offre sur "tout le territoire national" et développer un réseau de franchises. Comme sa rivale, elle fustige les entreprises historiques, qui n'ont "pas ou peu évolué depuis de nombreuses années faute d'offres alternatives" et promet "plus de transparence, plus d'efficacité, plus de praticité et de collaboration".

Deux levées pour l'investissement locatif

Sans doute poussé par l'épargne des Français qui a atteint des niveaux records, le secteur de l'investissement locatif, fait, pour sa part, l'objet de deux levées. A commencer par celle de Masteos d'un montant de 15 millions d'euros. Conformément au mouvement de décentralisation et d'internationalisation déjà visible en février dernier, la jeune pousse vise vingt nouvelles villes, l'Allemagne et la Belgique, puis l'Italie et l'Espagne. Elle se démarque en proposant tous les services, de l'acquisition à la gestion locative en passant par la réalisation de travaux.

Yuno n'a, de son côté, levé "que" 200.000 euros, notamment auprès de Checkmyguest, mais s'en servira pour "acquérir de nouveaux clients, augmenter [sa] notoriété et bâtir [sa] communauté", dit son directeur général Guillaume Martin. "Nous recherchons actuellement notre Social media Growth Manager", poursuit-il. Lui-même propriétaire bailleur comme ses deux autres co-fondateurs, il entend en outre simplifier les questions comptables et fiscales.

Les agences immobilières pour acheter ou vendre pullulent

A contrario, d'autres jeunes pousses se déclarent sans rival dans leur domaine et/ou leur profondeur de marché, ceci expliquant peut-être l'attrait des financiers. C'est le cas de Prello, autoproclamé pionnier français de l'achat en copropriété de résidence secondaire, qui a récolté 2 millions d'euros trois semaines après sa création. "La concurrence sérieuse n'existe pas encore sur le marché français et européen", dit la startup, qui ajoute se distinguer de Pacaso "à l'échelle mondiale" en proposant des parts à partir de 25.000 euros et en garantissant une "grande facilité de revente". Avec son "cash", elle compte par exemple acquérir des biens elle-même. Pourtant, Altacasa, qui a aussi levé 2 millions d'euros, se trouve sur le même créneau.

Nomad Homes, qui vient de lever 20 millions de dollars (17 millions d'euros) après 4 millions de dollars en 2020, n'achète pas, mais aide les propriétaires à acheter leur logement à Paris et Dubaï avant de viser les "marchés-clés en Europe". Comme Prello qui écarte toute "concurrence sérieuse" en Europe, son cofondateur Damien Drap assène ne pas avoir de "concurrents directs", étant "les seuls" à proposer un service clé en main de A à Z et 100% dédié aux acheteurs. "Nous nous différencions par notre niveau de personnalisation", ajoute-t-il, citant la superficie, la distance avec une crèche ou l'ensoleillement du balcon, sauf que l'entreprise Solen sait déjà calculer cela grâce à un algorithme.

Sur ce créneau, Welmo, qui a déjà levé 500.000 euros par le passé, veut renforcer son réseau de mandataires et améliorer ses outils tech et marketing avec 2 nouveaux millions d'euros. De la même façon que Nomad Homes revendique l'absence de concurrence directe, son directeur général Nicolas Gay présente sa société comme "la seule agence immobilière 100% en ligne" avec "un modèle unique à jour". Comment ? Elle offre deux offres de coaching selon le degré d'implication des particuliers dans le processus de vente. Pourtant, les agences immobilières dématérialisées pullulent et proposent soit des pourcentages inférieurs aux réseaux traditionnels soit des commissions fixes.

Les startups profitent à fond de l'après-Covid

Elle aussi a levé 2 millions d'euros, mais en 2019. Witco (ex-MonBuilding) vient d'annoncer la récolte de 12 millions d'euros. Son service ne change pas: proposer une application aux collaborateurs d'un même espace de travail, quelle que soit leur entreprise, pour qu'ils puissent réserver une salle de réunion, consulter le menu de la cantine ou encore recharger leur badge. Au lendemain de la Covid-19, elle entend dépasser la cinquantaine de modules disponibles. Comme les deux précédentes, la jeune pousse se définit "comme la seule application" qui place le collaborateur au cœur de son expérience sur son lieu de travail. Peut-être aujourd'hui, mais il y a encore trois ans, une autre nommée Workwell assurait réaliser la même prestation.

En réalité, ces startups profitent à fond de l'après-Covid. Soit elles misent sur les espèces sonnantes et trébuchantes accumulées par les ménages, en témoignent les récoltes pour les jeunes pousses spécialisées pour l'achat en investissement locatif ou d'une résidence secondaire. Soit les mutations des usages qu'elles avaient pressenties (rupture avec la solitude grâce au coliving, avec le monopole du savoir chez les syndics, amélioration de la communication interne au bureau) sont devenues des transformations durables.

César Armand

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/10/2021 à 11:23
Signaler
Bonjour, Il y a une coquille dans l'article : le RENT ne se tient pas "dans un mois pile," mais bien actuellement.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.