Logement : quel bilan pour « Action Cœur de ville » à la veille de la présidentielle ?

Quatre ans après le lancement du programme gouvernemental de revitalisation de 234 villes moyennes et quatre jours avant le premier tour de l'élection présidentielle, les trois partenaires financiers de l'Etat viennent de dévoiler leur bilan à date. Sans attendre l'acte II 2022-2026 annoncé par le président Macron en septembre dernier, Action Logement, la Banque des territoires et l'Agence nationale de l'Habitat, qui mettent sur la table 5 milliards d'euros, communiquent des résultats plus ou moins solides.
César Armand

4 mn

(Crédits : Reuters)

Réhabilitation et restructuration de l'habitat en centre-ville, développement économique et commercial, mise en valeur de l'espace public et du patrimoine, accès aux équipements et services publics, telle est la quadruple ambition du programme « Action Cœur de ville ». Mis en place en mars 2018 par le gouvernement et doté de 5 milliards d'euros à travers la Banque des territoires (Caisse des Dépôts), d'Action Logement (ex-1% Logement) et de l'Agence nationale de l'habitat (ANAH), ce programme de l'Etat vise à revitaliser 234 villes moyennes.

A quatre jours de l'élection présidentielle, il ressort que ces institutions publiques ont utilisé au moins la moitié de leurs enveloppes de subventions. Elles l'expliquent par le temps long de l'immobilier. Toute opération de construction de logement ou de rénovation prenant entre un et cinq ans, rappellent les professionnels. A cela est venu s'ajouter la pandémie de Covid qui a ralenti les déploiements des crédits.

Lire aussi 3 mnRevitalisation des centres-villes ; beaucoup de sous pour pas grand-chose ?

Désertification des centres-villes et de logements de moindre qualité

Toutes sources confondues, ces communes entre 15.000 et 100.000 habitants accueillent en effet 23% de la population française et 26% de l'emploi, mais rencontrent des problèmes de désertification des centres-villes ou concentrent des logements de moindre qualité que dans les grandes villes.

Plus de la moitié des financements d'Action Logement accordés

Ainsi, sur les 1,5 milliard d'euros débloqués il y a quatre ans, l'organisme paritaire Action Logement, qui finance de la démolition-reconstruction, communique sur 857 millions d'euros de financement accordés, soit 15.200 nouveaux logements livrés ou en cours de production.

S'agissant des 643 millions d'euros restants, ils devraient permettre la sortie de terre de 10.000 logements minimum, selon les calculs de sa directrice générale Nadia Bouyer.

Plus d'un milliard investi et engagé sur le 1,7 milliard de la CDC

Le deuxième grand partenaire, la Banque des territoires (groupe Caisse des Dépôts), spécialisé dans la mise en place de sociétés foncières dédiées au commerce et à l'activité économique, et dans le logement social via la filiale CDC Habitat, met sur la table 1,7 milliard d'euros depuis 2018.

Sur le milliard de fonds propres, 837 millions d'euros ont été investis, alors que sur les 700 millions de prêts, 209 millions d'euros ont été engagés, détaille le directeur général de la Banque des territoires Olivier Sichel.

S'agissant de CDC Habitat, la présidente du directoire filiale logement de la « Caisse », Anne-Sophie Grave, souligne que sur les 40.000 logements neufs commandés aux promoteurs immobiliers lors du premier confinement, 3.000 à 4.000 se trouvent dans ces villes moyennes.

Lire aussi 7 mnLogement: « Il va nous falloir faire du sur-mesure » (Anne-Sophie Grave, CDC Habitat)

Plus de 520 millions engagés sur 1 milliard d'euros de l'Anah

Dernier acteur et non des moindres : l'Agence nationale de l'habitat (ANAH), qui finance notamment la rénovation des propriétaires privés comme celle des copropriétés, flèche 1 milliard d'euros depuis quatre ans.

A date, 52.504 logements ont été subventionnés à hauteur de 520,1 millions d'euros dans le cadre d'« Action Cœur de ville ». Auxquels il faut ajouter 62.872 logements supplémentaires (179,9 millions d'euros) dans le cadre de « MaPrimeRénov », la prime individuelle qui a remplacé le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE).

En attendant l'acte II 2022-2026

Restera à savoir après les élections présidentielle et législatives quels seront les contours précis de l'acte II d'Action Cœur de ville 2022-2026. En septembre 2021, après avoir lancé le plan « Marseille en grand » dans la cité phocéenne, le président Macron est intervenu à Paris en clôture de la quatrième rencontre nationale « Action Cœur de ville » à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine.

L'actuel chef de l'Etat est venu y confirmer une pré-annonce du Premier ministre Jean Castex, à savoir la prolongation du programme jusqu'en 2026, et faisant savoir que le programme s'étendrait au-delà des cœurs de ville dans les quartiers, les entrées de ville et les zones de gare.

Lire aussi 5 mn« Action cœur de ville » : Macron l'adapte à l'envie de ville post-Covid

César Armand

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.