« Action cœur de ville » : Macron l’adapte à l’envie de ville post-Covid

Trois ans et demi après son lancement par le gouvernement, le président de la République vient de mettre à jour ce programme de revitalisation de 222 villes moyennes. En cela, il répond aux attentes de nombreux Français qui veulent changer de cadre de vie depuis le début de la crise sanitaire.
César Armand

5 mn

Dans la galerie des moulages de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine, le président de la République Emmanuel Macron a clôturé la rencontre nationale « Action cœur de ville » du 7 septembre 2021.
Dans la galerie des moulages de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine, le président de la République Emmanuel Macron a clôturé la rencontre nationale « Action cœur de ville » du 7 septembre 2021. (Crédits : Reuters)

Il était très attendu. Quelques jours après la présentation de son plan « Marseille en grand » dans la cité phocéenne, le président Macron est intervenu le 7 septembre en clôture de la quatrième rencontre nationale « Action cœur de ville » à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris. Ce programme mis en place en mars 2018 et doté de 5 milliards d'euros de la Banque des territoires (Caisse des Dépôts), d'Action Logement (ex-1% Logement) et de l'Agence nationale de l'habitat (ANAH) vise à revitaliser les centres-villes des 222 villes moyennes.

La pérennisation du fonds friche

D'abord prévu jusqu'en 2022, le Premier ministre Jean Castex a prolongé, le 8 juillet dernier, le dispositif jusqu'en 2026, date de la fin de l'actuel mandat municipal. Une annonce du locataire de Matignon confirmé hier par l'occupant de l'Elysée. 3 milliards d'euros de dépenses ont en effet déjà été engagés et 55.000 logements sont en cours de réhabilitation et/ou reconstruction, assure le directeur du programme, le préfet Rollon Mouchel-Blaisot. 3.000 rendez-vous ont déjà eu lieu entre les maires concernés et les directeurs régionaux de la Banque des territoires pour suivre la mise en œuvre des projets, avance, pour sa part, son directeur général Olivier Sichel à La Tribune. Parmi lesquels, la revitalisation d'un tiers-lieu, la rénovation d'une école, la refonte d'une maison de santé ou encore la préemption d'une friche industrielle.

La reconversion des friches polluées issues d'anciens sites industriels ou miniers, et leur recyclage pour des projets d'aménagement urbain, de revitalisation des cœurs de ville ou de périphérie urbaine, fait en outre l'objet d'un fonds dédié dans le cadre de France Relance depuis septembre 2020. Après que le Premier ministre ait rehaussé l'enveloppe de 300 à 650 millions d'euros en mai 2021, le président de la République a confirmé hier la pérennisation de ce fonds au-delà de la date butoir initiale de fin 2022.

D'autant qu'outre 350 millions d'euros supplémentaires issus des fonds européens pour les centralités, Emmanuel Macron a aussi fait savoir que le programme « Action cœur de ville » s'étendrait dans les quartiers, les entrées de ville et les zones de gare. Des lieux qui comptent encore et toujours de très nombreuses friches.

Un exode urbain qui semble se dessiner

En réalité, l'exécutif prend la mesure de l'exode urbain qui semble se dessiner. Dans sa dernière note de conjoncture immobilière publiée en août dernier, le Conseil supérieur du notariat observe « des relocalisations, notamment vers des petites villes, voire des villes moyennes ». Après avoir été un phénomène de Parisiens s'écartant de la ville-centre, « les chiffres des bases immobilières notariales révèlent une tendance similaire en maisons anciennes dans d'autres métropoles » comme dans les métropoles lyonnaise et toulousaine. « Cette envie de verdure, corroborée par l'essor impromptu du travail à distance, semble traduire une volonté de '' déconnexion connectée'' », ajoute le Conseil supérieur du notariat (CSN).

Aussi, pour accélérer en parallèle la réhabilitation des logements dans ces 222 villes moyennes, le chef de l'Etat a également communiqué sur la prolongation de l'avantage fiscal dit « Denormandie dans l'ancien » au-delà, là encore, de 2022.

« Vous achetez un bien comptant 25 % de travaux de réhabilitation pour être éligible. Prenons l'exemple d'une opération de 200.000 euros à Beauvais avec 150.000 euros d'achat et 50.000 euros de travaux. Si vous louez votre bien pendant douze ans, vous déduisez 42.000 euros de votre impôt sur le revenu », expliquait en 2019 le ministre du Logement Julien Denormandie à La Tribune.

Une envie de ville post-Covid

Un dispositif qui intéresse les investisseurs locatifs et qui permet de loger des ménages en attendant que ces derniers puissent acquérir un logement à leur tour. D'autant que les prix d'achat commencent à augmenter dans lesdites communes. « Les résidents des grandes métropoles exportent avec eux leur pouvoir d'achat immobilier qui ne correspondent pas forcément à celui des utilisateurs locaux », pointe aussi le Conseil supérieur du notariat.

Considérant toutefois que « les dispositifs mis en place par les pouvoirs publics ont, dans l'immobilier comme ailleurs, permis d'éviter l'effet panique », le CSN s'interroge : « La crise sanitaire a-t-elle redistribué les cartes? Ou les tendances récemment amorcées modifieront-elles durablement la consommation que nous faisons de l'immobilier ? » Et de conclure qu'après avoir été une valeur-refuge, la pierre rime désormais avec « qualité de vie, signe d'une évolution, peut-être passagère, des consciences ».

Autrement dit, reste à voir si ce mouvement s'inscrira dans la durée ou s'il n'est que passager. Les emplois restent encore et toujours très concentrés dans les grandes métropoles et tous les employés ne peuvent pas non plus télétravailler et encore moins déménager au grand air. Toujours est-il que cela révèle une envie de ville post-Covid.

César Armand

5 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 09/09/2021 à 12:21
Signaler
Faudrait sortir le tapie de la naphtaline, la ville il connait, il etait sinistre dans ce domaine.

à écrit le 09/09/2021 à 6:22
Signaler
Et le chantier de retapage de Nostredame, ou qu'on en est microtte ?

à écrit le 08/09/2021 à 18:52
Signaler
Plus bouger. Plus dépenser notre argent. Attendre 2022 pour être débranché.

à écrit le 08/09/2021 à 18:22
Signaler
Programme Action coeur de ville ? jamais entendu parler. Encore du fric foutu en l'air ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.