« Nous sommes en train de passer du modèle de la résidence secondaire, à celui de la ville secondaire » (Jean Viard)

Jean Viard est directeur de recherche au CNRS et au CEVIPOF. Il est l’un des plus grands connaisseurs du territoire français et a publié une dizaine d’ouvrages sur la question. Dans son dernier en date, "La France telle que je la connais" (éditions de l’Aube), il s’intéresse notamment à la façon d’habiter le pays et aux modifications survenues et amplifiées par la pandémie. Parmi celles-ci, l’envie de maison, de piscine, et d’une plus grande liberté grâce à la maison individuelle. (Cet article est issu de T La Revue n°11 - « Habitat : Sommes-nous prêts à (dé)construire ? », actuellement en kiosque).
(Crédits : Alexandre Dupeyron)

Quel état des lieux des différents types d'habitation pouvons-nous dresser ?

Jean Viard  En France, il y a 16 millions de maisons individuelles et 12 millions d'appartements. Sur les 12 millions d'appartements, presque la moitié est occupée par des personnes seules. À Paris, c'est le ratio. Le développement des études a bouleversé les villes qui deviennent le grand lieu de la jeunesse et des touristes. C'est cela le modèle qui prédomine aujourd'hui pour les villes. À l'opposé, le modèle d'habitat idéal des familles est celui de la maison individuelle avec jardin ou un appartement urbain avec résidence secondaire. La France est le grand pays des résidences secondaires puisqu'il en existe environ 3 millions sur le territoire et 1,5 million à l'étranger. Tout cela veut dire que sur les 12 millions d'appartements, la moitié est occupée par des gens seuls et qu'un quart de cette population possède une résidence secondaire. Il existe donc deux modes d'habitation majoritaires en France : la maison individuelle ou la bi-résidence et au bout de la rangée des gens qui n'habitent que dans des tours et des banlieues. Cela permet de comprendre la volonté profonde des gens quand ils ont le choix : ils veulent des maisons. Cela s'inscrit complètement à contre-courant de tous les discours des urbanistes depuis la Guerre qui expliquent qu'il convient de densifier la ville, notamment en hauteur. Or, ce n'est pas ce que veulent les gens.

Ce qui renforce l'idée selon laquelle la place de la maison individuelle est aujourd'hui centrale dans l'imaginaire des Français ?

J.V. Elle est en effet centrale. Mais cela répond à plusieurs logiques et différentes envies. En France, il y a environ 50 % de la population qui habite dans son département de naissance. Ces gens sont donc restés dans leurs petites villes et vont tous les jours travailler à la grande ville aux alentours. Le Massif central est un bon exemple de cela. Ceux qui sont restés en campagne ont fourni le gros des bataillons des Gilets jaunes. À cela vient s'ajouter l'arrivée d'une nouvelle population dans les 3,5 millions de fermes qui n'en sont plus mais qui attirent l'habitant qui rêve justement d'espace et de jardin. Soit pour un habitat périurbain, soit pour une résidence secondaire. Reste la question des lotissements, et du périurbain qui est le modèle de la ville moderne aux États-Unis, en France, en Angleterre. Cela s'accompagne de supermarchés, des ronds-points, etc. Cela correspond à l'accession des enfants de milieux populaires à la propriété alors que les parents vivaient dans l'habitat collectif des villes. Souvent, le fait de ces familles qui ont accédé à la propriété au tournant des années 1970 coïncidait avec la généralisation du bi-salariat, avec l'homme et la femme qui travaillent. Il n'est pas étonnant que ces populations aient été au cœur des mouvements des Gilets jaunes. C'est le symbole de Saint-Dizier où l'on ne vit pas mal dans un lotissement avec maison individuelle, mais où l'on est loin de tout et où cela ne suffit pas et où on a l'impression d'être abandonné. D'où les rassemblements sur les ronds-points.

Ce que la pandémie a accéléré - projetant ainsi une nouvelle lumière sur la maison individuelle - c'est le modèle « bobo-travailleur ». Eux, ils vont dans la France patrimoniale des résidences secondaires, là où il y a de l'architecture, de l'histoire, des forêts, etc. Ils vivent généralement dans les appartements urbains, et se sont mis en quête d'une résidence secondaire, ou pis, d'une autre vie. Ailleurs. En 2021, 800 000 maisons avec jardin ont été vendues en France. Et Paris a perdu 6 000 enfants dans les écoles en 2020 et 2021, amplification d'une tendance qui préexistait puisque depuis cinq ans, la capitale enregistrait le départ de 3 000 enfants par an. Ainsi, la pandémie a créé un mouvement de population dont il est difficile de percevoir encore les effets structurels mais qui d'ores et déjà modifie les regards et les perceptions. Auparavant, quelqu'un qui vivait à Tours se demandait sans cesse s'il devait ou non aller habiter à Paris. Désormais, c'est l'inverse, Tours devient attractif et les Parisiens la plébiscitent car elle n'est qu'à une heure de Paris et mêle patrimoine, histoire, et espaces. Cela redessine la France du désir, ce qui est très intéressant pour la revalorisation des territoires. Le modèle de cette population est d'aller à Paris ou à Lyon une à deux fois par semaine.

Ce que sous-tend cette nouvelle donne peut amener aussi à une profonde rénovation démocratique. Pourquoi ne pas imaginer un double droit de vote ? L'un pour le lieu où l'on habite, l'autre pour le lieu où l'on travaille. À Paris, un million de personnes viennent chaque jour pour travailler.

Dans les grandes métropoles comme Paris, aujourd'hui, il reste les jeunes, les touristes, les hauts fonctionnaires et aussi les gens du Care et du service qui vivent en bordures car ils n'ont pas les moyens d'habiter dans la grande ville.

Tout semble traduire un profond changement de modèle de société, non ?

J.V. Complètement, du moins dans la façon de concevoir le lieu d'habitation. Nous sommes en train de passer du modèle de la résidence secondaire, à celui de la ville secondaire. Sur l'esplanade de la Défense, alors que les gens ont moins envie de venir au bureau, une réflexion révolutionnaire est en cours. L'idée est de créer, sur la dalle, une résidence en bois avec des trois pièces, où l'on pourrait louer un appartement pour deux jours par semaine avec des affaires et des effets personnels. Quand la personne s'en va, tout est retiré et stocké ailleurs pour faire la place à quelqu'un d'autre, et tout est remis la semaine suivante quand le travailleur du lundi/mardi revient. L'idée est de faire en sorte que les individus soient réellement chez eux quand ils sont là, mais puissent habiter ailleurs le reste de la semaine. Le voyageur se déplace sans valise. C'est une conciergerie d'habitation au sein des villes où le travail est présent.

On ne pourra pas aller contre ce mouvement de fond. Les gens ont envie d'avoir une maison, un jardin, un barbecue, un chien, et de pouvoir planter des arbres. Ils ont envie d'un lieu où recevoir les copains, où l'on peut se garer, où l'on peut faire du bruit, avec un mode de sociabilité relativement festif. Comme si l'imaginaire du Club Med était réduit au logement individuel et à la villa. Cela sera la tendance majoritaire des prochaines années. La densification du périurbain et donc son évolution est au cœur des enjeux.

Densifier le périurbain, c'est-à-dire ?

J.V. Il faut partir du désir des gens, qui rêvent tous d'une maison avec jardin, plutôt à côté de la grande ville, dans une aire urbaine dynamique. Le modèle urbain de demain aura deux moteurs : la métropole, là où la toile numérique croise les pouvoirs économiques, culturels et politiques, et la base agroforestière, nourricière et récréative. Il s'agira d'habiter entre les deux, en protégeant les terres arables. Comment densifier ce périurbain ? Je crois que la ville écologique de demain sera une ville étalée et dense.

Attention, densifier cela ne veut pas dire construire des immeubles dans le périurbain, c'est multiplier les maisons. En gros, au début, les lotissements, c'étaient des terrains de 2 500 mètres carrés. Maintenant, on fait des lotissements avec des terrains de 300 mètres carrés, et 300 mètres carrés, en réalité, ça vous suffit, vous permet d'aller dehors, même d'avoir une petite piscine, etc. D'être protégé par la végétation, d'avoir la vue, d'avoir le soleil. Moi, je crois beaucoup à la densification du périurbain, à sa réorganisation en archipel, entre la forêt, les fermes et le patrimoine. Cela permet une densification du lien social, donc il y a énormément d'avantages. Au premier rang de ceux-là : une culture écologique de la mobilité, une réorganisation démocratique aussi. C'est-à-dire qu'il convient de créer de grandes communes, et retoucher le territoire. De Gaulle aurait pris un avion, aurait survolé le territoire et aurait décidé la création de cent communes pour lutter contre justement les enclavements, et la densité phénoménale des quartiers. L'idée, c'est aussi de voir la nature. On en a encore plus besoin après la pandémie. Il y a des villes comme Rennes qui ont fait un boulot fantastique de « ville archipel » en montant tous les logements autour des fermes, pour que tout le monde voie soit une exploitation agricole, soit une forêt, soit une partie du patrimoine urbain. Réinstaller les gens dans un territoire de citoyenneté est capital. Les gens veulent du proche géographique. Il faut revenir aussi au précepte de Jules Ferry selon lequel les serviteurs de l'État devaient habiter à côté de leur lieu de travail. La hiérarchie de l'habitat ne doit plus être fonction des revenus, mais du point d'exercice du travail.

La maison individuelle écologique existe-t-elle déjà ?

J.V. Pas réellement et c'est un sujet. Car cela permet aux urbanistes d'expliquer en permanence que l'étalement périurbain est une catastrophe. Tout dépend de la façon où on le fait. Par ailleurs, l'étalement périurbain a aussi la capacité de faire baisser le bilan mobilité des gens en général. Les personnes qui ont une maison avec jardin statistiquement circulent moins le week-end et prennent moins l'avion pour aller à Marrakech.

Croyez-vous à l'avènement d'une société des piscines ?

J.V. Sur ce sujet, il faut savoir raison garder. Il y a eu environ 300 000 piscines de plus en 2021 et il y a environ 3 millions de piscines dans tout le pays. Cela reste donc quelque chose de marginal, au sens où cela ne concerne pas tout le monde. Cela dit, cette vague traduit là encore l'envie d'un mode de vie plus festif.

......................................................................................

ACTUELLEMENT EN KIOSQUE ET DISPONIBLE SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE

T La Revue n°11

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 17/11/2022 à 9:31
Signaler
"et 300 mètres carrés, en réalité, ça vous suffit, vous permet d'aller dehors, même d'avoir une petite piscine, etc. D'être protégé par la végétation, d'avoir la vue, d'avoir le soleil. Moi, je crois beaucoup à la densification du périurbain, à sa ré...

à écrit le 17/11/2022 à 9:27
Signaler
"et 300 mètres carrés, en réalité, ça vous suffit, vous permet d'aller dehors, même d'avoir une petite piscine, etc. D'être protégé par la végétation, d'avoir la vue, d'avoir le soleil. Moi, je crois beaucoup à la densification du périurbain, à sa ré...

à écrit le 14/11/2022 à 16:39
Signaler
Bonjour, Il existe une autre solution c'est le logement en ville et le terrain de loisirs en moyenne 2000/5000 m , avec sa caravane ou mobil-home et son éternel trampoline. Vous parlez de Tours, j'y mettrais un bémol avec la criminalité qui s'y tr...

à écrit le 14/11/2022 à 13:27
Signaler
Les gens vivent seuls car beaucoup de divorces et beaucoup de concurrence entre les hommes et femmes dans les entreprises pour obtenir un bon poste.

à écrit le 13/11/2022 à 20:50
Signaler
C'est horrible cette manie de coloniser un endroit pour y être 1mois par ans. Ça bétonne tout, ça fait tellement monter les tarifs que les gens du coin doivent partir. C'est injuste et aussi irresponsable socialement qu' écologiquement.

à écrit le 13/11/2022 à 19:18
Signaler
Deux commentaires que vous gardez contre ma volonté, ça donc fait 200 balles, j'attends.

à écrit le 13/11/2022 à 14:40
Signaler
La réduction de l'émission des COV n'implique-t-elle pas de changer de modèle urbain en revenant à la structure "village" : habitat-travail-commerces-loisirs proches afin de limiter les déplacements en voiture ?

à écrit le 12/11/2022 à 10:40
Signaler
Toutes les personnes que je connais qui possèdent une résidence secondaire à la mer ont pour résidence principale une maison à la campagne. Pourquoi ne tient-il pas compte de cette catégorie ?

le 13/11/2022 à 10:02
Signaler
Tu as vraiment de mauvaises fréquentations momo.

le 13/11/2022 à 17:10
Signaler
"Toutes les personnes que je connais qui possèdent" ça représente combien de personnes ? 10 000 ? Même si vous connaissez autant de gens est-ce généralisable à la population entière ? Donc représentatif statistiquement. La complexité de faire des sta...

le 13/11/2022 à 17:55
Signaler
Je suis sûre que ça fait beaucoup de monde, y'a pas que les citadins des grandes métropoles vivant en appart qui possèdent une résidence secondaire. Dans les départements ruraux, y'a beaucoup de multipropriétaires aisés. Pour eux l'appart, c'est la r...

à écrit le 12/11/2022 à 9:37
Signaler
J’aime bien Jean Viard... et je crois qu’il conviendrait de réfléchir à ce que nous voulons faire du CRNS, dont le budget est limité (un 1/3 de celui du budget recherches de Pfizer..), dont le personnel est coupé des comportements des chercheurs de l...

le 12/11/2022 à 10:15
Signaler
"et bien sûr est moins bien payé" ET donc plus libres de faire de la recherche fondamentale mais bon toi tu préfères qu'ils inventent des gadgets inutiles afin que malgré ton age avancé tu puisses continuer de rouler à 180km/h dans ta BMW... Chacun s...

le 12/11/2022 à 12:34
Signaler
Oui, on dépense peu en recherche et le peu qu'on dèpense on le dépense mal. Ces analyses paresseuses sont certainement bcp moins importantantes que les sciences dures pour l'avenir du pays. Il faudrait recentrer nos dépenses sur les sciences. Idem po...

le 12/11/2022 à 16:06
Signaler
Oui, déjà qu'on dépense peu il vaudrait mieux les dépenser dans les vraies sciences. Les analyses fumeuses ont l'avantage de ne pas être confutables selon la méthode scientifique. L'état ne devrait financer que ce qui est confutable, le reste relève ...

le 13/11/2022 à 17:24
Signaler
Vous parlez du CNRS en globalité ou juste en sociologie (domaine qui vous semble totalement inutile, non créateur de richesses matérielle qu'on peut vendre (si, les bouquins, que certains nommeraient "rapport" ou "thèse" aussi) ? Vous en connaissez l...

à écrit le 12/11/2022 à 9:22
Signaler
"Tout cela veut dire que sur les 12 millions d'appartements, la moitié est occupée par des gens seuls et qu'un quart de cette population possède une résidence secondaire." LE fléau, j'habite un hameau d'une dizaine de maisons. TRois d'entre elles app...

le 12/11/2022 à 11:32
Signaler
Etes-vous sûr que les actifs ont envie de vous rejoindre ? Ce discours est daté années 90, aujourd'hui les actifs préfèrent se faire bâtir une maison neuve plus fonctionnelle , mieux isolée etc. Et sur le fond n'ayez crainte la résidence secondaire...

le 12/11/2022 à 20:22
Signaler
Il faut évacuer les retraités en grande ville pour libérer les villages et permettre aux actifs de s'y installer et obligatoirement en partir dès la retraite arrivée. Que faire des retraités encombrants ? En Corse un monsieur se plaignait du peu d'ha...

à écrit le 12/11/2022 à 9:10
Signaler
paris et le desert francais comme on dit; en Allemagne c'est different mais l'organisation de la societe est egalement differente...

le 13/11/2022 à 10:00
Signaler
D'autant que l'Allemagne est un concept jeune composé d'anciennes véritables nations, les histoires qu'ils ont inventé pour cela génère surtout une forme de schyzophrénie dont nous autres français somems régulièrement les victimes. Nous ne sommes pas...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.