Genzyme pense toujours qu'il vaut plus que le prix offert par Sanofi-Aventis

 |   |  639  mots
Sur la base du multiple sur lequel Sanofi a lancé son offre hostile, la prévision de résultat donnée par Genzyme impliquerait une valeur comprise entre 84 et 89 dollars par action Genzyme.

La biotech américaine Genzyme a s'est employée vendredi à démontrer pourquoi elle valait à son avis plus que les 18,5 milliards de dollars offerts par le français Sanofi-Aventis en fournissant une prévision de résultat pour 2011 nettement au-dessus des estimations de Wall Street. Sur la base du multiple sur lequel Sanofi a lancé son offre hostile, la prévision de résultat donnée par Genzyme implique une valeur comprise entre 84 et 89 dollars par action Genzyme.

Sanofi a proposé 69 dollars par action Genzyme, soit un multiple d'un peu plus de 19 fois le consensus moyen de 3,57 dollars par action tiré des estimations des analystes. Mais le directeur général de Genzyme, Henri Termeer, fournissant pour la première fois ses prévisions 2011 à l'occasion d'une réunion d'investisseurs à New York, affirme anticiper un résultat par action compris entre 4,30 et 4,60 dollars par action. En utilisant le ratio de 19 fois ce résultat estimé, Sanofi devrait offrir jusqu'à 89 dollars par action Genzyme.

"Nous avons été très clairs, 69 dollars ne constituent pas un point de départ pour des discussions sérieuses", a lancé Henri Termeer, ajoutant que l'offre n'était pas "adéquate". Pour Vivek Channamsetty, analyste de One East Partners, il n'est pas impossible que Genzyme parvienne à atteindre ses objectifs. "Mais tout dépend de l'ampleur des risques qui pèsent sur sa production et à quel point ils l'affectent. Sanofi parie peut être trop sur ces risques tant dis que Genzyme les sous-estime peut-être. La réponse est sans doute quelque part au milieu", a-t-il ajouté.

QUESTIONS SUR DES PRÉVISIONS

A l'appui de ses prévisions, Genzyme explique que son Campath, un traitement contre la sclérose en plaques, pourrait générer à terme un chiffre d'affaires annuel proche de trois milliards de dollars, soit plus de quatre fois le montant cité par Sanofi. Le groupe français s'est dit prêt à payer plus pour Genzyme si on lui fournit des preuves que la biotech vaut plus. Mais le français a aussi fait savoir qu'il ne relèverait pas son offre si Genzyme ne s'asseyait pas à la table des négociations. L'institut indépendant de recherche BioMedTracker a prévu des ventes de 1,6 milliard de dollars en 2019 pour le Campath, et d'autres analystes évoquent un chiffre plus près de deux milliards.

Les prévisions livrées par Genzyme laissent toutefois certains analystes perplexes. Ces derniers soulignent que la biotech a perdu beaucoup de sa crédibilité sur cette question en livrant par le passé des chiffres qui n'ont pas toujours été confirmés dans les faits. Genzyme est toutefois resté ferme et a martelé son point de vue: 69 dollars par action ne sont pas un point de départ raisonnable pour entamer des négociations. La société spécialisée dans les maladies rares a fait part de son intention de commencer à étudier d'éventuelles propositions. Le prix de 69 dollars par action proposé par Sanofi représente une prime de 38% par rapport au cours de 49,86 dollars atteint par Genzyme le 1er juillet, juste avant les premières informations donnant le laboratoire français à la recherche d'une importante acquisition.

Sanofi a jugé que le prix implicite allant jusqu'à 89 dollars par action évoquée par Genzyme pour la valorisation de la biotech américaine au vu de sa prévision de résultats "ne semble vraiment pas réaliste", sans faire d'autre commentaire. Comme de nombreux groupes pharmaceutiques confrontés à l'expiration prochaine de leurs brevets, Sanofi cherche de nouveaux produits pour lutter contre la concurrence des versions génériques de son anticoagulant Lovenox et l'expiration prochaine du brevet de son produit phare, le Plavix, un autre anticoagulant. Pour tenter de convaincre les investisseurs vendredi, Genzyme a livré force prévisions. Le groupe prévoit notamment un chiffre d'affaires de 5 à 5,1 milliards de dollars en 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2010 à 23:25 :
genzyme se doit d'être un peu plus raisonnable sur ses prétentions,
mais la véritable question est : souhaite-t-il réellement se faire
racheter par sanofi ou joue-t-il à une partie de poker menteur ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :