Carmat reprend la production de son cœur artificiel, l'action bondit en Bourse de près de 40%

Le fabricant français de coeurs artificiels profite en Bourse ce mardi matin de l'annonce du redémarrage de la production qui laisse espérer une reprise des implantations en octobre. Sur le SBF 120, à Paris, l'action a rapidement progressé jusqu'à +18,54% vers 10 heures ce matin, puis elle s'envolait comme une fusée (+45%) vers 13 heures, avant que la courbe ne commence à s'inverser.

4 mn

(Crédits : Reuters)

Carmat réalise une grosse performance en Bourse ce mardi matin après avoir annoncé la veille au soir la reprise de la production de son coeur artificiel, censée permettre une reprise des implantations en octobre prochain.

Cette nouvelle soulevait l'enthousiasme du marché et l'action de la société française grimpait très rapidement ce matin à la Bourse de Paris, la hausse atteignant d'abord +18,54% à 11,38 euros vers 10 heures alors que l'indice SBF120, sur lequel la firme est cotée, progressait de "seulement" 1,56%. Puis soudain, les investisseurs comme pris de frénésie faisaient grimper l'action à 13,92 euros vers 13 heures, soit une hausse de +45%.

Bémol, la progression prodigieuse de ce matin ne doit pas faire oublier que le titre accusait encore ce matin une baisse de plus de 40% depuis le début de l'année après un recul de 28,1% en 2021, conséquence, entre autres, de l'interruption des implantations de son coeur artificiel Aeson en raison de problèmes de qualité.

Des mesures correctives qui permettront la reprise des implantations

Ce bond en Bourse ce matin fait suite à l'annonce par Carmat hier soir, lundi 28 mars, que "les actions correctives requises" pour résoudre ces défauts étaient désormais mises en œuvre. Et corrélativement, il annonçait qu'il devrait pouvoir disposer de nouvelles prothèses en octobre prochain, ce qui permettrait à cette échéance de reprendre les implantations chirurgicales.

Le spécialiste des petites et moyennes capitalisations (small et mid caps) Portzamparc a salué une "nouvelle encourageante" estimant que "la mise en place rapide des mesures correctives nous conforte dans l'idée que le potentiel de Carmat reste entier". Mais il rappelait aussi que la reprise de l'activité commerciale de Carmat nécessitera bien entendu un nouveau feu vert des autorités réglementaires.

Une invention difficile à mettre au point

L'histoire de l'élaboration de ce cœur artificiel est semée d'écueils. Le mardi 1er février 2022, l'action de l'entreprise française Carmat avait chuté de plus de 20%, après de nouvelles informations sur les défaillances de son coeur artificiel et l'annonce de la reprise des implantations en octobre.

Le 2 décembre 2021, après des incidents ayant affecté certaines de ses prothèses, dont deux décès liés à ces dysfonctionnements, Carmat avait pris la décision de suspendre volontairement toutes les implantations de son coeur Aeson. Une enquête était lancée à la suite.

Lire aussi 6 mnCarmat : combien de morts pour un coeur parfait?

Dans une conférence de presse donnée le mardi 1er février au soir, la direction de Carmat rendait compte des résultats de cette enquête qui concluait que des défauts de qualité sur deux composants distincts de la prothèse étaient à l'origine de ces problèmes.

"Nous en savons dorénavant un peu plus", affirment les analystes d'Oddo BHF dans une note publiée après la conférence de Carmat.

Ils ajoutaient:

"Tout d'abord, le +design+ du coeur n'est pas remis en cause, ce qui est très rassurant, et la réponse à ces dysfonctionnements est connue. Malheureusement deux décès sont survenus suite à cette défaillance", relatent-ils.

Pour autant, ce jour-là, l'action Carmat avait dévissé de -22,46% à 12,98 euros, dans un marché en hausse de 0,96%. Depuis l'annonce de la suspension des implantations, la valeur du titre a été divisée par deux.

Un retard qui oblige à trouver une solution de refinancement

Carmat estimait déjà, que compte tenu des mesures correctives à mettre en oeuvre et des délais de production, elle pourrait disposer de nouvelles prothèses d'ici octobre 2022.

"La société devra trouver une solution de refinancement avant la reprise des implantations, ce qui risque de peser sur le cours d'ici là", préviennent les analystes d'Oddo BHF.

Dialogue avec les autorités de santé en France et aux États-Unis

La société indique continuer ses échanges avec les autorités de santé en France et aux Etats-Unis. Leurs autorisations sont en effet nécessaires pour pouvoir reprendre les implantations dans le cadre commercial d'une part et dans le cadre des études cliniques d'autre part.

Il y a encore peu de visibilité sur l'issue des discussions avec les autorités de santé, ce qui présente "le principal risque de décalage" de l'objectif de reprise des implantations et d'augmentation de la production de coeurs artificiels, nuancent la note d'Oddo BHF.

Carmat avait obtenu le marquage CE en Europe en décembre 2020 pour son coeur, en tant que "pont à la transplantation", c'est-à-dire pour les patients en attente de transplantation cardiaque.

Lire aussi 2 mnLe titre Carmat s'envole après une certification européenne sur son coeur artificiel

Carmat a déjà implanté 7 cœurs Aeson

Depuis sa première commercialisation en juillet 2021, Carmat a implanté sept coeurs Aeson, cinq en Allemagne et deux en Italie.

Ce coeur vise à offrir une alternative thérapeutique aux malades souffrant d'insuffisance cardiaque biventriculaire terminale.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 30/03/2022 à 10:03
Signaler
Avoir un coeur artificiel sans résoudre le problème de l'autonomie électrique, avec une batterie externe et des câbles qui sortent de la poitrine ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.