Calendrier du réacteur nucléaire EPR : désaccord entre EDF et Areva

 |  | 248 mots
Lecture 1 min.
La patronne d'Areva a annoncé ce mercredi que la mise en route du futur réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR en France était prévue pour 2013 et non plus pour 2012. EDF indique exactement le contraire.

2012 ou 2013 ? La date de mise en service du futur réacteur nucléaire EPR de Flamanville dans la Manche, fait l'objet d'une nette divergence entre EDF et le groupe public nucléaire Areva. La patronne de ce dernier, Anne Lauvergeon a déclaré ce mercredi sur France Inter que le démarrage de l'EPR interviendrait en 2013, avec un an de retard sur la date prévue. Elle ajoutait : "c'est à EDF de s'exprimer sur le sujet. Nous, nous sommes, en ce qui concerne Flamanville, parfaitement à l'heure dans nos livraisons".

EDF a répliqué dans la journée en publiant un communiqué dans lequel il indique qu'il "confirme le démarrage en 2012 du récateur de technologie EPR (...) EDF et Bouygues ont en effet pris toutes les dispositions nécessaires pour gérer les aléas de génie civil inhérents à l'ampleur de ce projet. Dans ce cadre, il est prévu en particulier de renforcer les équipes du chantier qui vont évoluer de 1200 à 1500 personnes d'ici à la fin de l'année."

Areva a lui-même plus de deux ans de retard dans la construction de l'EPR finlandais, le premier du genre, dont il est maître d'oeuvre et qui devait être construit de 2005 à 2009 alors qu'il ne sera achevé qu'en 2012. "Effectivement, nous avons du retard par rapport à une durée de construction qui était prévue à l'origine de quatre ans. On va le faire en six ans, six ans et demi, ça n'a rien d'extraordinaire", a déclaré Anne Lauvergeon.
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Désolé de contredire celui qui me précède mais moi, je suis pour le nuclèaire car c'est l'avenir.Par contre je rappelle qu'en tant que contribuable je dis à Mme LAUVERGNON que le retard pris dans cette affaire c'est mon fric qui le paye.C'est tous les contribuables français qui la payent elle aussi.Alors ce genre de surrestaries n'est pas à prendre à la légère.Si nos hommes politiques voulaient bien s'y intèresser ce serait certainement mieux que de s'occuper de la règlementation des urnes funéraires(actuel débat à l'assemblée nationale)!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :