Antoine Frérot va-t-il sauver sa tête chez Veolia ?

 |   |  1194  mots
La patron de Veolia, Antoine Frérot, « va faire le tour des administrateurs » pour défendre son bilan et ses projets. Photo : Reuters
La patron de Veolia, Antoine Frérot, « va faire le tour des administrateurs » pour défendre son bilan et ses projets. Photo : Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Si Henri Proglio maintient son intention de demander la révocation d'Antoine Frérot lors du conseil d'administration de Veolia du 29 février, quelles sont ses chances de réussite ? Réelles, sauf si la pression politique lui fait faire marche arrière.

Henri Proglio va finir par se faire une spécialité des raids.... qui capotent, faute de discrétion suffisante. Après son offensive ratée sur Suez Environnement, lorsqu'il était à la tête de Veolia, qui aura abouti au final à la création de son grand concurrent GDF Suez, ou son celle non aboutie sur Vinci, le voilà qui ourdit un brutal débarquement de son successeur chez Veolia Environnement. Pour le remplacer par un de ses amis, Jean-Louis Borloo, ce qui aurait au passage le mérite de débarrasser Nicolas Sarkozy de ce bruyant « ami ». Seul problème : en faisant la une de la presse ce lundi, ce projet déclenche déjà un tollé.
 

Un tollé malgré les démentis

"Dans quel monde est-on, où par des arrangements ou des conciliabules, des compromis établis dans je ne sais quel avion, je ne sais quel déplacement, le candidat sortant et le président actuel d'EDF changeraient le PDG de Veolia pour mettre une personnalité politique parce que ça arrangerait à un moment de la campagne présidentielle", a déclaré François Hollande lundi matin, lors d'un déplacement en banlieue parisienne. "Les personnalités politiques n'ont pas à rentrer dans les affaires alors qu'elles ont renoncé a être candidates à l'élection présidentielle. Personne ne peut admettre cette confusion-là", a-t-il ajouté.

Du côté des protagonistes, les démentis pleuvent. En commençant par Nicolas Sarkozy qui a qualifié "d'absurde" l'hypothèse d'une offensive menée en coulisse par l'Elysée. Selon sa toute nouvelle porte-parole, Nathalie Kosciusko- Morizet, il ne s'agit là que de "rumeurs de presse". Elle a par ailleurs démenti formellement les informations selon lesquelles des décisions avaient été prises  entre Nicolas Sarkozy et le PDG d'EDF, Henri Proglio, dans l'avion qui les emmenait à Bourgoin-Jallieu, en Isère, où se trouve l'entreprise Photowatt.

"J'étais dans l'avion, il n'y a pas eu d'aparté et il n'y a pas eu de discussion sur ce sujet. Donc ça, c'est faux", a-t-elle affirmé. Quant à Jean-Louis Borloo, il a démenti auprès de l'AFP, dénonçant des "supputations", des "manipulations, voire une volonté de nuire". L'ancien ministre de l'écologie avait pourtant fin 2009 caressé le projet de prendre la tête de Veolia, au moment où Proglio rejoignait, avec son soutien, EDF.
 

La tête de Frérot est sur le billot

Il demeure, malgré ces démentis, que le raid est réel et que la tête d'Antoine Frérot est sur le billot. Cinq administrateurs, sur dix-sept, ont confirmé avoir été approchés ces derniers jours par Henri Proglio ou Jean-Louis Borloo. Si l'actuel patron d'EDF, en guerre ouverte contre son successeur à la tête de Veolia depuis des mois, maintient ses intentions, il soumettra au vote du conseil de Veolia du 29 février la révocation d'Antoine Frérot. Les spéculations vont bon train sur les lignes de force au sein de ce conseil, dont la très grande majorité des membres a été nommée sous la présidence de Henri Proglio.

« Les banquiers, nombreux au sein du conseil soit parce qu'ils sont actionnaires comme la CDC, soit parce qu'ils détiennent une partie de la dette, vont devoir juger si la meilleure chance de revoir leur argent, c'est de remettre en selle un ami d'Henri Proglio, responsable des difficultés actuelles », affirme un proche d'Antoine Frérot. L'actuel patron de Veolia a passé plus de 800 millions d'euros de dépréciation en juillet, plongeant les comptes du groupe dans le rouge. « La situation actuelle provient très largement des acquisitions onéreuses et peu maîtrisées de Proglio », ajoute ce conseiller de Frérot.
 

"Frérot ne peut pas rester", selon l'entourage de Proglio

Son de cloche évidemment contraire dans le camp adverse : « le constat sur la situation catastrophique de Veolia est largement partagé par les administrateurs. Ils n'ont pas besoin d'Henri Proglio pour le faire. Ils veulent trouver une solution avant que cela ne s'aggrave », rétorque un proche d'Henri Proglio. « Tout le monde est d'accord depuis longtemps sur le fait qu'Antoine Frérot ne peut pas rester. Restait à trouver le facteur déclenchant et le nom du successeur », confie un membre de l'entourage de l'actuel patron d'EDF.

« Pour le premier point, c'est facile. Veolia s'apprête à annoncer début mars une perte nette au titre de 2011. Pour le second, c'est plus compliqué. », ajoute-t-il. « Evidemment, dans ce type de cas, des candidats déjà membres du conseil d'administration, comme Augustin de Romanet (CDC) ou Daniel Bouton (ex Société Générale), semblent plus crédibles. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'ils soient très crédibles », commente un fin connaisseur du dossier. C'est de notoriété publique que le directeur général de la CDC, Augustin de Romanet, cherche un point de chute après l'expiration de son mandat le 7 mars prochain. Il serait déjà un ennemi déclaré d'Antoine Frérot.
 

Romanet bloquerait la cession de Transdev

« Romanet bloque actuellement le gros morceau du plan de cession présenté début décembre par Antoine Frérot pour désendetter le groupe, à savoir la vente des 50 % de Veolia dans sa filiale transport détenue avec ... la Caisse des dépôts », déclare un proche d'Antoine Frérot. « Nous avons des acheteurs, mais la Caisse fait barrage », insiste-il. « Romanet préfère jouer pour sa carrière la carte CNP Assurances, dont Henri Proglio préside le comité de nominations », affirme un proche du conseil.

Quant à Jacques Veyrat, l'autre candidat dont le nom circule dans la presse comme éventuel successeur de Frérot, « c'est l'éternel candidat d'Alain Minc, qui le propose partout », croit savoir un observateur. Jacques Veyrat est l'ancien patron du groupe Louis-Dreyfus, écarté par la veuve de Robert Louis-Dreyfus, Margarita.
 

Antoine Frérot va faire le tour des administrateurs

Enfin, s'agissant de Jean-Louis Borloo, outre son absence d'expérience en matière de direction d'entreprise - qui ne l'empêche pas d'affirmer dans "Libération"« être actuellement chassé par deux grands groupes internationaux qui ne sont pas Veolia », le tollé politique actuel risque de tuer sa candidature.

Le danger n'est pas écarté pour autant pour Antoine Frérot, « qui va faire le tour des administrateurs » pour défendre son bilan et ses projets, sans exclure un échec. « On ne connaît pas la position des grands actionnaires, Dassault (réputé proche de l'Elysée, ndlr), et le Qatar, présents au conseil », glisse un de ses proches. « Dassault est excédé par Frérot, les Qataris sont plus patients », croit savoir un conseiller de Proglio.
 

Au sein du conseil de Veolia, certains crient à la déstabilisation

Le président de Véolia ne manque cependant pas de soutien au sein de son conseil. "C'est une manoeuvre pure et simple de déstabilisation", s'indignent certains auprès de La Tribune. "Ce n'est pas la première. Ces maneouvres sont incessantes depuis que la direction actuelle a décidé de purger les erreurs du passé", poursuivent-ils en affirmant "qu'il n'a jamais été question au conseil de changer la stratégie, ou le PDG".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2012 à 10:54 :
il semblerait qu'Antoine Frérot organise la Riposte ! à coups de révélations au canard enchainé (cf les révélations sur le retraite chapeau de proglio)...On dit d'ailleurs qu'il s'apprête à faire partir de Veolia tous les anciens lieutenants de Veolia restés en poste. Et 2 des 4 patrons de branches seraient sur le point d'être remplacés ! c'est règlement de compte à OK corral !!!
a écrit le 22/02/2012 à 7:49 :
dans ce cas il faut virer les administrateurs ! surtout bouton le createur de la machine kerviel et d amber fund specialiste des delits d initiés aux iles caimans !
la cosanguinité des conseils du cac 40 perdra le capitalisme francais
a écrit le 21/02/2012 à 19:20 :
Quel éclair de génie que la nomination de Borloo à la tête de Véolia: une explosion de joie et un véritable plébiscite comme le prouve la mirifique croissance ... négative (si chère au ministre Lagarde) ... du cours du titre à l'annonce de la nouvelle
a écrit le 21/02/2012 à 16:29 :
Si c'est vrai pourquoi le pouvoir place-t-il ses ouailles et sympathisants ?
Quelqu'un (un Allemand) disait que le TGV était meilleur (solidité, technologie) que le leur, mais il était vendu par l'Etat Français, le leur par Siemens, d'où les succès à la vente. Il faudra couper le cordon ombilical un jour.
a écrit le 21/02/2012 à 15:56 :
La guerre est déclarée entre le clan et le clan frérot, c'est pour ça qu'il se passera quelque chose le 29 février. En effet, si il attend l'après présidentielles pour lancer son putsch Proglio s'expose d'ici là à une purge massive de tous ses anciens lieutenants restés en place au sein Veolia. A contrario, si il ne fait rien d'ici la présidentielle Frérot se verra débouté dès le mois de mai. C'est pour ça que le clan Proglio fera tout pour éviter la purge et tentera de débarquer Frérot dès le 29 février.
a écrit le 21/02/2012 à 13:26 :
Il serait plus raisonnable que Mr Proglio quitte tant Véolia que L'EDF.
a écrit le 21/02/2012 à 13:24 :
Il serait plus raisonnable que Mr Proglio quitte tant Veolia que l'EDF.
a écrit le 21/02/2012 à 11:21 :
Proglio ce dirigeant qui s'est mis la quasi totalité des cadres sup de Véolia à dos, je ne lui fais aucune confiance dans sa capacité à faire évoluer EDF, à rendre cette entreprise plus responsable et plus transparente, surtout avec le gouvernement actuel, étant entendu qu''EDF comme FranceTélécom ont également fait beaucoup d'erreurs d'acquisition pour le plus grand profit des banques d'affaires, puisque maintenant il faut vendre ...à perte.
Réponse de le 21/02/2012 à 22:02 :
Cherche t-il à faire évoluer EDF dans le sens qu'on souhaite. Une entreprise performante qui respecte son personnel et nous vend l'électricité au meilleur cout
N'a t-il pas signer un protocole d'accord avec le concurrent chinois d'Areva.
Des centrales nucléaires chinoises en France
Curieusement, on n'en parle assez peu
a écrit le 21/02/2012 à 10:50 :
Vrai "gérard 71" ils se tiennent tous par la barbichette ,ceci doit être une vrai réforme des Conseils d'Administration. Si Hollande élu ,j'attend de voir qui il va nommer à la place de ceux qu'il jette ,suivant sa logique ce ne peut être de ces copains ,donc qui à la place de Migaud
a écrit le 21/02/2012 à 10:45 :
Veolia,c'est du n'importe quoi.
Nous n'avons aucune politique efficace de traitement de nos ordures,de nos déchets,et pourtant combien d'emplois non délocalisables pourraient être dotés,si toutes les décharges,récupération,recyclages étaient ma^trisés?
Alors Pierre/Paul n'est pas important puisque le travail est mal fait.Mais les Stocks Potions EUX sont bien perçus§§§
a écrit le 21/02/2012 à 10:40 :
Quel chaos. Une des plus belles entreprises francaises. C est un beau gachis. Il s agit surtout d offrir un avenir serein aux 300 000 salaries du groupe et de passer a autre chose
Réponse de le 21/02/2012 à 10:56 :
oui mais sarko qui nous la joue
ce quil voit c placer c potes aux bonnes place ,ne parlons pas de proglio c le rigolo de sarko pardons du petit roquer du chateau il veut le beurre et l'argent du beurre il est en fait un petit dictateurr dans la boite comme le candidat de l'ump
a écrit le 21/02/2012 à 10:32 :
"J'ai toujours veillé à rester à l'écart des débats politiques, surtout en période électorale" affirme M.FREROT, hier, dans une lettre interne destinée au personnel. Et voilà ce qu'il arrive quand on refuse de verser ses oboles ( à droite comme à gauche ).
VEOLIA fille de CGE, de VIVENDI....a hérité des dettes mais aussi des obligations.

Lancée par des agences spécialisées bien connues, cette querelle n'est qu'une "curée" de vautours dans laquelle les politiques pataugent et s'éclaboussent.Y a-t-il un candidat qui s'engagerait à virer ce panier de vautours. CHICHE!
a écrit le 21/02/2012 à 10:08 :
La voila, la fameuse élite que Sarko dénonce. Et lui et ses amis en font partis
En lisant cette article on voit bien que ce sont toujours les memes qu'on retrouvent dans les conseils d'administration et que chacun essaye de tirer les ficelles pour favoriser ses interets ou ceux de ses amis.
Que Daniel Bouton soit encore dans le coup interpelle!
ou va s'arreter la cupidité et le besoin de pouvoir de ses grands PDG? Qu'ils dirigent leur entreprise et cessent d'intervenir dans la gestion des autres
Une réforme à mettre en oeuvre: imposer des contraintes pour etre membre d'un CA. Par exemple: ne pas avoir des responsabilités dans la hierarchie d'au autre grand groupe.
a écrit le 21/02/2012 à 8:48 :
Pitié, tout mais pas Bouton!
a écrit le 21/02/2012 à 7:55 :
Véolia est société souveraine de droit privé ayant en 2011 perdu plus de la moitié de sa valeur boursière ,il est un fait que Frérot ne peut rester.La polémique Borloo est une propagande socialiste relayé par les médias avides de sensationnel. Ce qui est surprenant c'est de voir que le principal intéressé n'a pas été interwievé par la télé!! Libé dit qu'un accord "secret" que Sarkozy aurait téléphoné a 1 actionnaire (Quataris) mais celui ci ne représente que 4.95 % de Véolia pour arriver a mettre Borloo il faudra en convaincre + d'un.Cette campagne ce fait au ras des pâquerettes de la part des socialistes .Une telle démarche a 2 mois de l'échéance Sarkozy savait très bien que cela ne pouvait passer inaperçu.
a écrit le 21/02/2012 à 7:34 :
Veolia dans ma commune gère l'eau et les déchets elle a remplacé le syndicat des communes. Les salaires des salariés travaillant à la déchèterie communale ont diminué ainsi que leurs avantages sociaux, l'eau les factures ont beaucoup augmenté au grand dam des usagers!! Veolia ex vivendi a toujours été une entreprise
sulfureuse...et imposant des tarifs prohibitifs dans une sitution de quasi monopole en France avec sa concurente la lyonnaise.... il est salutaire que des grandes villes dénoncent les contrats dans les petites communes celà semble encore difficile...
a écrit le 20/02/2012 à 20:39 :
Des rumeurs et des cancans colportés par le PS et dont les médias se délectent.
Réponse de le 21/02/2012 à 7:31 :
C'EST PAS LE PS . C'EST UN ARTICLE DES ECHOS !!!! FAUT PAS CARIER QUAND MEME§§
Réponse de le 21/02/2012 à 18:24 :
A pol "Les Echos" n'ont fait que relayer une rumeur. Le reproche qu'on peut leur faire, c'est d'avoir pris pour une vérité, ce qui n'était qu'une rumeur.
a écrit le 20/02/2012 à 18:14 :
VEOLIA ... c'est la série TV qui remplace les feux de l'amour ? ... version nucléaire soit !
a écrit le 20/02/2012 à 17:26 :
sarko la magouille cela ne m'etonne pas il ment plus vite qu'il ne respire,et nkm lui emboite le pas bien evidemmentil a beau jeux d'appeller les français a la rescousse et d'aimer la france tu parles c'est pour mieux nous tondre apres sacre rigollot ce n'est pas ecri pigeon sur notre front allez sarko vous irez promener la petite dans la poussette avec maman cela fera le bonheur des journalistes!!!!!
a écrit le 20/02/2012 à 16:52 :
Veolia est une société de droit privé d'une part ,deuxièmement il serait judicieux de la part de journaliste de poser la question directement à l'intéressé M Borloo mais apparemment ont préfére la polémique afin de cacher les problème du PS

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :