Pas de miracle pour Petroplus, le spectre d'une fermeture mi décembre se rapproche

 |   |  281  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Une nouvelle offre de NetOil, toujours incomplète, et six lettres d'intention émanant de sociétés qui demandent jusqu'à trois mois pour faire éventuellement une offre. La nouvelle moisson est maigre pour Petroplus. Le tribunal de Rouen se donne jusqu'au 13 novembre pour fixer (ou pas) un nouveau délai de remise d'offres.

Le tribunal vient de faire un point sur les offres reçues lundi pour la reprise de la raffinerie de Petroplus. NetOil a déposé une troisième version de son offre (avec de nouveaux partenaires, Hyundai et BP), toujours incomplète. Le deuxième candidat repreneur, APG (Alafandi Petroleum Group), s?est contenté d?indiquer qu?il serait en mesure de présenter prochainement la preuve de ses capacités financières, grâce à un accord avec une banque du Royaume-Uni. Il demande un délai pour finaliser son dossier.

Cinq nouvelles marques d'intérêt
Par ailleurs, cinq autres lettres d?intention, non engageantes, ont été déposées par LIA (Lybian Investment Autority) le fond souverain de Lybie, sollicité par le gouvernement français, JABS GULF ENERGY Ltd., société irakienne appartenant au groupe Hanna Al Shaikh Corp., un consortium Irako-Emirati basé à Abu Dhabi, TADBIR ENERGY DEVELOPMENT GROUP (TEDG), groupe iranien intervenant dans la production et le raffinage, ACTIVAPRO AG, consortium suisse et TERRAE INTERNATIONAL SA, société suisse. Ces cinq sociétés sollicitent un délai allant jusqu'à trois mois pour étudier le dossier avant de déposer éventuellement une offre.

Mi décembre expire l'autorisation de poursuite d'activité
Le tribunal a mis en délibéré au 13 novembre sa décision concernant la fixation d?une nouvelle date limite de dépôt des offres. L?autorisation actuelle de poursuite de l?activité expire le 16 décembre et le contrat de processing avec SHELL le 15 décembre. Les administrateurs judiciaires saisiront le tribunal en vue d'une audience, probablement le 4 décembre, concernant les possibilités de poursuite d' activité au delà de la mi-décembre.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2012 à 9:49 :
Mais en attendant tout va bien "les feux sont au vert. En avant pour la reprise" comme disait la CGT de ce site ...... une journée avant la liquidation.
Echaudé ? même pas ! Ce sont les juges, la mondialisation, Total, l'UFIP, le patronat qui ont tort !
A voir les rapports très particuliers et pour le moins surprenants qu'entretiennent certains syndicalistes de ce site avec Net Oil on peut penser que Roger Tamraz (Patron de Net Oil) a promis de transformer ce site déficitaire en un site pétrolier qui va amasser des bénéfices énormes ... ou alors les syndicalistes se font avoir sur toute la ligne et là il va falloir donner des explications aux salariès qu'ils risquent d'amener tous dans le mur .... Bon courage !
Réponse de le 08/11/2012 à 9:23 :
une offre avec un contrat de processing permettant d'engendrer des millions sur les 6 premiers mois pour vous cela n'est pas soutenable ??? de plus il me semble que le porte parole a dit lors de son passage au jt que toutes les offres permettant de perenniser le site et de maintenir l'emploi seront soutenues! aujourd'hui seul Netoil a deposé une offre je pense qu'entre le chomage et le maintien de l'emploi le choix est vite fait !!! renseignez vous avant d'ecrire des contres verités !!! et meme si netoil investit des millions sur le site et bien c'est super pour les salariés peut etre qu'un jour un membre de votre famille travaillera pour cette entreprise......si on lui laisse ca change adidas a été racheté 1 franc par TAPIS aujourd'hui adidas vaut combien???? laissons les travailler
Réponse de le 08/11/2012 à 23:52 :
Décidément nikostar des tlm vous êtes incorrigible.
Alors reprenons votre argumentation :
Le contrat de processing. : Vous qui semblez être un expert du monde du raffinage vous ne pouvez pas ignorer que les marges du raffinage sont excessivement variables. Donc on peut gagner à Pétroplus 12 dollars du baril une semaine et redescendre à 3 dollars la semaine d'après. ( Ce qui vous prouve aussi que le marché local n'a rien à voir ...) Mais érudit comme vous semblez l'être vous devez savoir que lors du redémarrage d'une raffinerie les premiers jours sont très déficitaires car toutes les unités ne sont pas en service. Et puis vous devez savoir que pour pouvoir redémarrer ce site à bout de souffle on a dû réinjecter quasiment plus de 30 millions d'euros dont 25 millions de deniers publics (Oséo) qui ne seront jamais remboursé.
Tout cela pour vous dire qu'au bout du compte ces 6 mois ne seront pas porteurs de marges. Shell avait fixé un seuil de pertes à 25 millions d'euros dans ce contrat de processing; savez vous que ce seuil a déjà été atteint dans les premiers mois de processing ?
Le porte parole (La CGT en fait ...) a soutenu Net Oil parce qu'il n'a que Net Oil et le problème c'est que cette société dirigée par Roger Tamraz n'a pas les capacités financières et techniques pour faire fonctionner un site à bout de souffle (Je vous rappelle que nous parlons de la plus vieille raffinerie de France qui n'a pas reçu d'investissements notables depuis 15 ans) Donc Net Oil à ce jour investit 0 euro pour l'achat mais plus grave il n'apporte aucune preuve de sa volonté d'investir pour l'avenir .
Alors oui il y a pire que le chômage pour les salariés. Un risque énorme : c'est qu'une société comme Net Oil explose très rapidement après l'achat du site en se retirant avec les réserves préservées par les salariés. Ce risque; les juges l'ont bien vu et sans la pression politique ils auraient prononcé la liquidation sans réouverture des offres.
Donc quand le courage et l'abnégation se transforment au fil des mois en entêtement et dogmatisme je pense qu'il faut le signaler.
a écrit le 06/11/2012 à 23:09 :
Déjà pour commencer, la journaliste aurait pu illustrer cet article avec une Photo de la raffinerie concernée et non celle d'alsace!
Réponse de le 07/11/2012 à 0:28 :
Mais non, c'est la photo du site peruvien sud.
Réponse de le 07/11/2012 à 12:04 :
La CGT sévit aussi au Pérou ?
Réponse de le 08/11/2012 à 1:26 :
CGT pour Confrérie de la Globalisation des Travailleurs, donc oui, elle sévit au Pérou, mondialisation oblige.
a écrit le 06/11/2012 à 22:37 :
Montebourg devait chercher un fond de soutien Libyen?
a écrit le 06/11/2012 à 21:45 :
A QUOI CA SERT QU'ILS DONNENT DES DELAIS SI C'EST POUR NE JAMAIS LES RESPECTER. LES SOCIETES DEMANDENT DES REPORTS, LE TRIBUNAL SE DONNE UN REPORT. QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE FOUTOIR ?
a écrit le 06/11/2012 à 21:41 :
J'espère que le gars qui démonte le panneau sera arrêté et condamné lourdement. Tout le monde se mêle de tout et n'importe quoi dans ce pays. C'est vraiment le bazar.
Réponse de le 06/11/2012 à 22:30 :
Vous plaisantez? Non? Ce ne sont pas des citoyens ordinaires: ce sont des syndicalistes représentatifs.
Réponse de le 07/11/2012 à 0:29 :
DONC DES CITOYENS ORDINAIRES ! DONC QUI PEUVENT ETRE EXCLUS DE LA SOCIETE
!
a écrit le 06/11/2012 à 21:36 :
Il vaut mieux que ça ferme tout simplement, plutôt que ça ne se fasse à rallonge, dans la douleur et l'incertitude pour les employés, et avec une perte colossale pour le pays. Ca suffit. Si ça ne tient pas la route, ça ferme.
a écrit le 06/11/2012 à 20:04 :
Raffinage, sidérurgie, automobile... les surcapacités en Europe sont là, nous ne sommes pas encore en URSS, les entreprises ne produisent que ce qu'elles peuvent vendre.
a écrit le 06/11/2012 à 20:01 :
Enfin un article qui ne souffle pas l'enthousiasme béat que l'on voit à longueur de ligne dans certains articles. de la presse rouennaise et même ailleurs. Enfin un journaliste qui n'écrit pas sous la dictée de l'intersyndicale Je félicite ce journaliste pour son objectivité !
Je pense aussi depuis le début que ce site est condamnée du moins dans sa configuration actuelle.
Les faits :
- Ce site a perdu 300 millions en 3 ans
- Le groupe Pétroplus (premier raffineur indépendant en Europe) a coulé avec 1 milliard 700 millions de dettes
- Il faut investir rapidement 500 millions d'euros à courte échéance pour ramener ce site dans la moyenne des autres sites pétrolier
- Le raffinage français aurait perdu ces dernières années plus de 2 milliards d'euros
- Les experts du monde du pétrole prévoit la fermeture de 40 raffineries européennes dans les vingt prochaines années (sur environ 90 existantes à ce jour)
- Le dossier Net Oil le plus "avancé" n'apporte toujours pas la preuve de sa capacité de financement et ce un an après le début de la vente.
Réponse de le 07/11/2012 à 9:02 :
le jour ou le prix du litre de carburant va etre quadruplé ca va vous faire drole plutot car l'offre va baisser mais la demande sera toujours là !!!!! allez soutenir les salariés ce serait plus productif que d'ecrire ce genre de discours totalement improductif et qui plus est FAUX !!!
le pb petroplus est du au pb du raffinage ce n'est pas une crise structurelle mais conjoncturelle !!! aujourd'hui meme total admets que les marges sont au top !!!
qu'allez vous faire sans usines en france car sans usines il n'y a plus de production et sans production pas de redistribution du coup la france sera un etat de service ou nos enfants n'auront pas les moyens de vivre. et oui c'est ca l'europe liberal et les capitalistes.
attention la decheance vous guette!!!!
Réponse de le 07/11/2012 à 11:38 :
nikostar des tlm, au risque de vous vexer je suis obligé de vous dire que vos connaissances sur le monde du raffinage du pétrole sont parcellaires et je le crains assez sbjectives voire dogmatiques
Tout d'abord depuis 25 ans on ne cesse de fermer des raffineries en France, c'est quasiment la moité de l'outil du raffinage français qui a été arrêté. Cela n'a eu aucune conséquence sur l'approvisionnement des régions concernées et surtout sur le prix des carburants (Dépots, pipes, bateaux, camions citernes ça fonctionne bien ...) ! Ce qui a chuté et commence à poser problème en rase campagne c'est le nombre de points de distribution (Stations services)
Tout ce que j'ai écris est juste et vérifiable et je vous mets au défi de m'apporter les preuves contraires.
Il ne faut pas voir les marges du raffinage dans une période donnée mais les lisser sur une période plus longue Ex : Pétroplus gagnait 10 à 12 dollars du baril il y a quelques semaines aujourd'hui il en gagne 3 à 4 dollars. Autrement dit vu les charges il recommence dans le cadre du contrat avec Shell à reperdre de l'argent. Savez-vous que les marges peuvent être aussi négatives ? C'est à dire que l'outil de production perd moins à l'arrêt qu"en fonctionnement. Cela c'est produit à plusieurs reprises ces 2 dernières années.
Pour terminer je ne pense que vous ayez le monopole du social; j'ai été directement concerné par deux fermetures d'usine et je sais donc aussi bien que vous les dégâts que cela occasionne dans la vie d'une famille.
Le raffinage français n'a pas d'avenir pourquoi ?
- Diesielation du marché (Vous avez une voiture GO ou essence ?) d'où surproduction d'essences et importation de GO
- Les taxes jusqu'à 75 %
- La distribution (Vous allez en grande surface ou dans une station plus chère de marque pour faire le plein ?)
- Les contraintes environnementale
- Les coûts phénoménaux à investir dans les outils de raffinage pour les rendre compétitifs
- Les grandes sites pétrochimiques qui se construisent dans les pays arabes et en Asie
- et puis surtout l'import des produits pétroliers (Plus de verrou depuis .... les années 80)
Vous aurez compris que l'on est dans le structurel et non dans le conjoncturel ....
Donc et j'en termine; avant de refaire le coup du social et de nos enfants en détresse, étudiez vos dossiers et posez vous les bonnes questions.
Réponse de le 08/11/2012 à 9:09 :
desolé de vous dire je connais certainement mieux le raffinage que vous car c'est mon secteur d'activité !!!!! faites vos recherches je vous donne juste un indice coordinateur européen, ex atofina puis arkema, puis shell je pense que je sais de quoi je parle !!!!
les marges de raffinage sont gérées par les marchés !! si il y a un marché local preservé les marges seront plus importante mais pour l'heure la conjoncture actuelle (voilà le mot conjoncturel !!!!) ne protège pas assez le marché local aujourd'hui la france importe 416 millions de tonnes pour des besoins de 85millions de tonnes demain ce chiffre va encore croitre face à la fermeture de site des que vous allez passer les 50% d'importations vous allez voir le resultat à la pompe.autre chose ne pensez vous pas qu'il y a un possibilité de maitriser les prix au regard des forages guyannais et d'une production raffinée en france ???
sincèrement je pense que oui!!! desolé de vous dire cher monsieur que la lecture d'article bourrés de contre vérité vous font passer pour un inculte du milieu petrolier.
Réponse de le 08/11/2012 à 9:26 :
41.6 millions de tonnes
Réponse de le 08/11/2012 à 23:18 :
Et non vous ne maîtrisez pas votre sujet, toujours pas ....
Vous savez pertinemment (et vous le dites d'ailleurs ...) que les importations ne cessent de grimper alors que la consommation baisse et vous savez mais refusez de le reconnaître que ce n'est pas cela qui provoque la hausse des carburants en France.
Comment pouvez vous contester que dans ce marché très spécifique français le monde du raffinage n'a plus sa place. C'est une question d'années. Mais comment pouvez-vous ignorer Monsieur "le coordinnateur européen" que l'aspect local en matière de produits finis pétrolier n'a pas d'impact sur les prix. L'essence est-elle plus chère à Pauillac, Strasbourg, Berre ? bien sûr que non ! Savez que des société comme Trapil transporte par pipe des millions de m3, des bacs de stockage peuvent contenir 100 voir 150 000 m3 de produit. Des navires sont déchargés à des cadences pouvant atteindre 2000 m3/h ....
Quant à mes chiffres cités dans mon précédent message j'attends toujours la preuve du contraire cher nikostar des tlm
Mais c'est vrai que je peux aussi me tromper moi qui ai passé dans ma vie professionnelle que 36 ans dans le raffinage et travaillé dans trois grandes raffinerie de pétrole dont deux en France....
a écrit le 06/11/2012 à 18:31 :
que ceux qui veulent reprendre une entreprise dirigee par des syndicats d'extreme gauche, et sans client, levent le doigt
Réponse de le 07/11/2012 à 9:07 :
des syndicalistes d'extreme gauche ????? laissez moi rire si ils étaient d'extreme gauche la raffinerie serait en feu depuis longtemps !!! sans clients ????? je pense que vous devriez vous renseignez sur les debouches de cette raffinerie !!!! ensuite pour revenir sur les syndicats comment expliquer que l'ex president , nicolas sarkozy et les ministres (baroin besson et consorts) ne tarissent pas d'éloges sur la prise de responsabilité des syndicats du site !!! je pense pas que ces personnes citées ont leur carte au npa ou à la lcr !!!! quand on ne sait pas on se tait !!!
Réponse de le 09/11/2012 à 0:04 :
Là encore vous oubliez un détail cher nikostar des tlm : Nicolas Sarkosy quand il ne tarissait d'éloges sur cette fameuse intersyndicale était en campagne présidentielle ...

Dans un dossier hyper médiatisé et en pleine campagne électorale il est normal voire très prudent de soutenir ceux qui crient très fort qu'il ne faut pas fermer une usine de plus en France ...

Quand aux débouchés de cette raffinerie ils sont si importants que Shell et Pétroplus ont tous les deux jeté l'éponge. Pétroplus est resté 3 ans et a perdu 300 millions à Petit Couronne...

Alors nikostar des tlm cessez de vouloir faire taire les gens qui ne sont pas de votre avis ce sera plus prudent et vous évitera des recadrages.
a écrit le 06/11/2012 à 17:51 :
Et TOTAL dont l'état est actionnaire. Notre gouvernement devrait agir dans ce sens. Il faut rétablir notre balance commerciale. Il faudra bien produire des essences quand le pétrole guyannais sera disponible.....
Réponse de le 06/11/2012 à 18:32 :
total n'est pas la pour financer des syndicalistes d'extreme gauche qui lui ont pourri la vie les 40 dernieres annees; ils ne gagnent pas d'argent en raffinage ( d'ailleurs, personne ne gagne sur le reffinage en europe), ils gagnent dans l'exploration.... quand on se tire une balle dans le pied, ft pas venir pleurer
Réponse de le 07/11/2012 à 9:11 :
total se fait du fric à foison et ne paie pas d'impot en france est ce que c'est ca etre patriote????
#churchill prenez lecture du dernier rapport de total sur les marges de raffinage et votre discours changera !!!!
mais c'est sur si nous souhaitons dependre des autres pays continuons ainsi !!!
Réponse de le 07/11/2012 à 11:43 :
nikostar des tlm

Alors on ne fait pas appel aux lybiens, iraniens, suisses, saoudiens, coréens pour reprendre cette raffinerie n'est-ce pas ? On ferme.

Autre solution on nationalise mais chaque fois qu'il y a des pertes (c'est le cas plus fréquent ...) on augmente vos impôts d'accord nikostar des tlm ?
Réponse de le 07/11/2012 à 12:07 :
lls ne gagnent pas d'argent avec le raffinage européen car ils localisent artificiellement leurs profits ailleurs, c'est pourtant simple
a écrit le 06/11/2012 à 17:21 :
que les rédacteurs manipulent autant les internautes sur les articles Petroplus pour hatiser les posts de haine que nous allons voir défiler de nouveau.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :