EDF : la polémique sur les moteurs d'urgence des centrales nucléaires rebondit

 |   |  311  mots
Un expert mandaté par MAN, un allié d'Alstom, conteste dans une lettre au patron de l'ASN le respect des conditions de sécurité qu'EDF s'est imposé pour choisir les moteurs d'urgence qui doivent équiper ses 58 centrales.
Un expert mandaté par MAN, un allié d'Alstom, conteste dans une lettre au patron de l'ASN le respect des conditions de sécurité qu'EDF s'est imposé pour choisir les moteurs d'urgence qui doivent équiper ses 58 centrales. (Crédits : Reuters)
La justice a débouté Alstom et son partenaire MAN qui contestaient leur élimination pour équiper les réacteurs d'EDF en moteurs d'ultime secours. Mais une lettre d'expert envoyée au patron de l'Autorité de sûreté nucléaire et dévoilée au lendemain de l'annonce de cette décision relance la controverse.

Le producteur français d'électricité a-t-il privilégié un prix attractif aux conditions de sécurité? C'est ce qu'affirmait Yves-Marie Le Marchand, ingénieur en génie atomique et ancien membre de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans une lettre adressée  le 31 janvier à Pierre-Franck Chevet, le patron de l'institution, que s'est procurée le magazine Capital.

"Aucune démonstration de fiabilité"

Fait important, cet expert a été mandaté par MAN Diesel & Turbo France, fabricant de Saint-Nazaire et partenaire d'Alstom dont l'offre a été écartée par le groupe français. Dans sa lettre, il explique pourquoi, à ses yeux, les moteurs diesels d'ultime secours (DUS) proposés par les deux consortiums retenus ne sont "pas conformes au cahier des charges d'EDF" alors que celle d'Alstom et MAN l'était. Il ajoute que

"le choix d'EDF (...) doit reposer sur des moteurs qui existent et non sur des projets de moteurs à construire qui ne disposent d'aucune démonstration de fiabilité."

EDF se met en conformité après Fukushima

Pour se conformer aux prescriptions de l'ASN après la catastrophe de Fuskushima en 2011, le groupe doit en effet équiper son parc de 58 réacteurs nucléaires afin d'assurer une alimentation du circuit de refroidissement des centrales. Un marché à 10 milliards d'euros. Il a choisi de retenir d'une part l'offre de Clemecy, une filiale d'Eiffage associée au groupe belge ABC, et d'autre part celle d'une filiale de Toshiba (Westinghouse) alliée à Fairbanks Morse Engine, un motoriste américain. 

Ce rejet, Alstom l'a contesté en invoquant des problèmes de procédure auprès du tribunal de grande instance de Paris. Mais ce dernier l'a débouté, a indiqué le groupe jeudi 20 février au soir. "Alstom et (son partenaire allemand) MAN prennent acte de la décision du juge des référés",a indiqué une porte-parole de l'entreprise à l'AFP. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2014 à 23:35 :
Sur la question du Made in France, il convient d'être prudent.
En effet, au même titre que MAN bien qu’Allemand construise en France (d'après vous) , il serait possible qu'ABC et FAIRBANK fassent de même. De plus, le moteur ne représente pas la totalité du marché (58 chantiers + ensembles des autres équipements). Enfin, sur les moteurs assemblés, quel partie est faites en France (jeumont & autres) ?
Il aurait été intéressant de connaitre le % du marché effectué en France voir même logique que, ce critère rentre dans le critère d'attribution d'EDF mais, hormis si ils publient quelque chose sur le sujet, nous ne le saurons probablement pas.
a écrit le 27/02/2014 à 23:35 :
EDF et l'Etat sont actionnaire principal auraient retenu des motoristes Belges et Américains pour sécuriser les centrales du territoire au détriment des moteurs Pielstick proposés par MAN France. C'est dommage, car les moteurs Pielstick sont développés et construits à Saint-Nazaire. Le Made in France est il déjà passé de mode?
a écrit le 25/02/2014 à 14:01 :
Comme par hasard on n'entend plus Areva fanfaronner sur le "miraculeux" contrat des EPR en Inde....Une mauvaise langue répondra que c'est à cause du méchant gouvernement Indien qui demande désormais à Areva d'assumer les risques financiers en cas d'accident, scandale !!! Et si, dans notre bonne vieille Atom'Cratie, notre gouvernement devenait aussi exigeant qu'en Inde, et faisait la même demande à EDF, il se passerait quoi ?
Réponse de le 25/02/2014 à 18:11 :
Sachant qu'EDF appartient à 85% à notre gouvernement et que, à priori, en cas d'accident, le gouvernement assumera (avec l'aide de ses assurances).........
Réponse de le 26/02/2014 à 23:25 :
Vous dites "le gouvernement assumera" mais si un accident grave provoque 500 milliards de dégâts ( à Fukushima la facture provisoire est de 100 milliards et il y a eu seulement 2 morts) ... il assumera rien du tout le gouvernement car lui non plus ne possède aucune assurance. L'Irsn estime qu'un accident grave couterai entre 400 et 5000 milliards....
Réponse de le 27/02/2014 à 14:31 :
En cas d'accident grave en France le cout des dégâts irait de 400 à 5 000 milliards selon l'Irsn. Pas plus EDF que notre État n'auront les moyens de faire face aux dépenses. Ce sera simplement un désastre dont l'ampleur n'est comparable qu'à celui d'une guerre sur notre territoire. Du coup on comprend mieux pourquoi le sujet n'est pas prêt d'être mis par dessus le tapis dans notre Atom'Cratie de Bisounours. Pendant combien te temps encore notre Technocratie radioactive compte étouffer l'affaire ? Faudra t-il en arriver à un accident comme au Japon pour que les drogués de la religion nucléaire Française se réveillent ?
Réponse de le 28/02/2014 à 17:33 :
Le but de ma réponse était de pointé du doigt que, à aucun moment, l'état demandera à EDF d'assumer un accident sur le modèle indien pour la simple et bonne raison qu'EDF c'est l'état.....

Quand à l'éternel débat : "le nucléaire, ils sont pas gentil, on nous ment les agents, d'EDF mangent des enfants" vs " le nucléaire c'est super bien, se baigner dans l'uranium a des vertus curative", c'est un autre sujet sur lequel les gens sont bien trop passionnés et racontent n'importe quoi pour être constructif !
a écrit le 24/02/2014 à 9:31 :
Il convient de se rappeler de l'objectif principal : avoir des moteurs répondant à l'ensemble des critères énoncés par EDF.
Pour cela, il y a deux moyens :
- Utiliser un moteur ayant fait ses preuves (MAN).
- Utiliser des nouveaux fournisseurs et dans ce cas, prouver qu'ils répondent à l'ensemble du cahier des charge via essais ou autres (ABC, FairBank).
Dans le cas ou l'ASN et EDF mettrai en place les moyens de vérifier la conformité des nouveaux fournisseurs, la demande de MAN n'a pas lieu d'être.
La ou MAN peut se poser des question, c'est, considérant qu'ils disposent à priori du plus d'expériences, comment sont-ils les plus cher ? (Pas de coûts de R&D, d'éssais, etc etc).
Réponse de le 24/02/2014 à 17:55 :
Allez voir l'article "courbe d'apprentissage" dans wikipedia, par exemple, et vous aurez des réponses à votre problématique !
Réponse de le 26/02/2014 à 18:58 :
Je suis allé voir cette "courbe d'apprentissage" dans wikipedia,, cette belle théorie ne répond en rien au problème posé et les arguments de ''OUI MAIS '' sont pour moi plus crédibles . Je pense qu'Alstom et Man sont de très mauvais perdants c'est tout !.
Réponse de le 28/05/2014 à 10:20 :
"les arguments de ''OUI MAIS '' sont pour moi plus crédibles"

Quels arguments ? Il ne fait que poser une question. A laquelle je réponds très simplement :

"La ou MAN peut se poser des question, c'est, considérant qu'ils disposent à priori du plus d'expériences, comment sont-ils les plus cher ?"

réponse numéro 1 ° Ben tout simplement parce que la compétence, l'expérience, et le savoir faire, ça se paye, pardi. Un moteur qui a fait ses preuves n'a pas à être moins cher qu'un moteur qui n'existe que sur le papier.

Réponse numéro 2° : La vraie question à se poser ce serait plutôt pourquoi le moteur expérimental retenu, qui n'existe que sur le papier à ce jour, coute-t-il moins cher... Brade-t-on notre sécurité ?
a écrit le 22/02/2014 à 20:54 :
"le choix d'EDF (...) doit reposer sur des moteurs qui existent et non sur des projets de moteurs à construire qui ne disposent d'aucune démonstration de fiabilité."

C'est l'argument le plus stupide de tous les temps.
Réponse de le 22/02/2014 à 22:01 :
Cher Bof, c'est mieux de travailler sur qq chose qui n'existe pas encore parce que cela permet de lever des budgets de R&D, et ça nous patrons du CAC, on sait faire ;-))
a écrit le 22/02/2014 à 18:59 :
Les français détestent edf car les employés de EDF ont trop d'avantages, comité entreprise , vacances, electricité gratuite etc...
Et les prix de EDF sont trop trop cher, et augmentent.
Y en a marre de ces monopoles, edf ne survivra pas à la colère des français...comme la sncf ou air france, ces monopoles de gens favorisés doivent disparaitre.
Le fonctionnariat doit aussi disparaitre de la France.
Réponse de le 22/02/2014 à 20:46 :
Si les prix d'EDF vous paraissent trop élevés, vous pouvez aller à la concurrence : il n'y a plus de monopole de l'électricité en France. Mais si l'ouverture du marché ne prend pas, c'est bien que les prix d'EDF sont bas, parmi les plus bas d'Europe d'ailleurs.
Si vous êtes jaloux des avantages d'EDF, vous pouvez toujours postuler, ils recrutent !
Réponse de le 22/02/2014 à 21:12 :
L'électricité sera un marché libre le jour où chacun pourra produire de manière alternative sans en référer ni se soumettre à quiconque ! Mais ne cherchez pas, c'est pas demain la veille !
Réponse de le 22/02/2014 à 21:26 :
@Vincent, bous dîtes "les prix d'EDF sont bas, parmi les plus bas d'Europe d'ailleurs" => c'est pas faux mais c'est bien flou ! Sur 35 pays européens, la France est au 13e rang dans l'ordre croissant des tarifs. Et encore, il faudrait creuser sur certains coûts reportés ailleurs dansla comptabilité publiques (R&D, démantèlement, etc...) [Source : epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/energy/data/database] [Voir aussi l'article du Monde du 30/07/2013 intitulé "la-france-a-t-elle-vraiment-l-electricite-la-moins-chere-en-europe_3455314_3234.html"]
Réponse de le 22/02/2014 à 22:05 :
Vincent nous invite : "Si vous êtes jaloux des avantages d'EDF, vous pouvez toujours postuler, ils recrutent !" Est-ce qu'on a le droit de dire qu'on n'a pas envie de travailler chez les bas du front, ou va-t-on se faire censurer ? Au fait, il paraît que l'énergie gratuite aux agents risque d'être assimilée comme un avantage en nature et être réintégrée dans les revenus imposables ? Si c'est vrai, ça sera plus équitable, finalement, mais cela risque de nous tomber sur la facture... Quel casse-tête !
Réponse de le 23/02/2014 à 12:41 :
C'est déjà intégré comme avantage en nature : renseignez-vous avant de poster.
Réponse de le 23/02/2014 à 16:15 :
@ZorBlube Energy a écrit "C'est déjà intégré comme avantage en nature : renseignez-vous avant de poster. " Ben, justement j'essaie, mais je n'ai trouvé jusqu'à lors qui indique que les agents EDF doivent réintégrer tous leurs priviligès (et ils sont nombreux) dans la rubrique des avantages en nature imposables ! Pat contre, j'ai trouvé beaucoup d'éléments sur les hausses d'électricité en rapport avec ces privilèges. Je vous invite donc si cela vous est possible de me donner les références du Code Général des Impôts qui iraient dans le sens de vos déclarations, et qui viendraient susprendre mon sentiment que EDF est une institution hors-la-loi, en tout cas hors l'Etat !
Réponse de le 23/02/2014 à 16:15 :
@ZorBlube Energy a écrit "C'est déjà intégré comme avantage en nature : renseignez-vous avant de poster. " Ben, justement j'essaie, mais je n'ai trouvé jusqu'à lors qui indique que les agents EDF doivent réintégrer tous leurs priviligès (et ils sont nombreux) dans la rubrique des avantages en nature imposables ! Pat contre, j'ai trouvé beaucoup d'éléments sur les hausses d'électricité en rapport avec ces privilèges. Je vous invite donc si cela vous est possible de me donner les références du Code Général des Impôts qui iraient dans le sens de vos déclarations, et qui viendraient susprendre mon sentiment que EDF est une institution hors-la-loi, en tout cas hors l'Etat !
Réponse de le 23/02/2014 à 16:18 :
Avantages EDF en nature imposables ? Rien jusquà 2013.! C'est sorti en même temps que l'imposabilité des mutuelles ? Citez vos sources, bon sang !
Réponse de le 23/02/2014 à 17:13 :
Pour un aperçu -donc non-exhaustif - de l'état des lieux des avantages EDF, voir le rapport 2013 de la Cour des Comptes ; c'est déjà édifiant, et encore il ne parle pas du CE-EDF...
Réponse de le 24/02/2014 à 19:08 :
Le tarif agent étant un avantage en nature, celui-ci doit être déclaré sur la fiche d’imposition sur les revenus. Il en va des mêmes pour les employés qui utilisent leur véhicule de fonction pour partir en vacance, ou allez faire leurs courses, ce qu'on retrouve dans pas mal de PME. Alors au lieu de tirer à boulet rouge sur les effroyables avantage des salariés d'EDF, regarder les effroyables avantages des employés d'entreprises privés (IBM, Microsoft, PSA, Renault, Véolia ...). Pour rappel les avantages dans une entreprise servent à faire partager le fruit de la production d'une entreprise à ses salariés, mais vue la bande d'aigri en France qui pense que par le nivellement par le bas, on est pas près de sortir de la crise. Alors un bon conseil, barrez-vous de ce pays, aller voir ailleurs comment ça fonctionne et après on reparle.
a écrit le 22/02/2014 à 16:48 :
Vous avez bien noté que le fameux expert a été mandaté par la société qui a été déboutée. Cet expert se prononce donc bien sûr en toute indépendance ! Pour EDF et l'ASN, la sûreté n'a jamais été négociable, en témoignent les milliards d'investissements chaque année pour maintenir les installations au meilleur niveau.
Réponse de le 22/02/2014 à 17:23 :
Vous laissez entendre qu'il y aurait consensus entre EDF et ASN sur la sûreté de nos centrales, ce qui est erroné ! De plus relier les milliards engloutis à une hypothétique sûreté inconditionnelle relève de l'indécence au vu de ce même gap entre les recommandations de l'ASN (et celles de son réseau IRSN) et les standards que contnue EDF de s'appliquer à elle-même... En fait, je pesne qu'on est exactement dans la même situation qu'au Japon, le risque sismique mis à part, et encore...
Réponse de le 22/02/2014 à 17:37 :
On ne vous demandera pas pour qui vous bossez vous, Monsieur l'observateur ;-))
a écrit le 22/02/2014 à 13:21 :
Apparemment, EDF ne rognerait pas que sur les réacteurs... Elle se serait déjà fait rappeler à l'ordre fin décembre 2013 par l'ASN pour l'état des gaines de zircalloy
Réponse de le 22/02/2014 à 14:21 :
Edf ne peut pas tout faire, y a aussi les sous-traitants qui déconnent, pourquoi tu parles pas d'eux.
Réponse de le 22/02/2014 à 15:36 :
C'est un peu comme BP, on délègue certaines tâches à des sous-traitants totalement dépendant en leur demandant des coûts intenables. Forcément ces derniers font de la merde, mais ça reste la faute d'EDF (ou BP, ou bien d'autres) de vouloir de rogner des sous sur la sécurité des installations... Le must reste encore l'emploi d'intérimaires (peu formés, et surtout intraçables) pour intervenir dans des environnement radioactifs
a écrit le 22/02/2014 à 13:01 :
Qu'il s'agisse de 1 euro ou de potentiellement 1000 milliards, cette argent serait beaucoup beaucoup mieux investi dans la recherche :-[
a écrit le 22/02/2014 à 12:28 :
" il s'agit de la sécurité publique! doit on vraiment attendre un incident majeur pour que l'opinion réagisse! L'attitude de EDF est honteuse et dangereuse!!!! c'est un véritable scandale!!! "
Dur de poster un commentaire ici pour moi...
Dix milliards de plus ce coup-ci pour quelques rustines... leur propagande coute salement plus cher qu'elle ne rapporte à la société, bizarement, il n y as jamais eu aucun milliards pour les ameliorer les conditions de travail des sous traitants WTF.
A oui c vrai ils s' en fouttent au final c'est le client qui paie ce fiasco en plus, c est ça le pire !
Réponse de le 23/02/2014 à 1:04 :
Un procès d'intention ? Normal que vous soyez incompris !
a écrit le 22/02/2014 à 10:16 :
Ça s'écrit Clemessy et non clemecy
a écrit le 22/02/2014 à 10:05 :
le problème est que la France n'a plus de constructeurs de moteurs, Alstom à dû s'allier à Man, les 2 autres groupes en lice sont étrangers avec un français qui joue le rôle d'importateur ; cette filière moteurs diésel a été démantelée dans l'indifférence générale, disparition d'acteurs importants (SACM) ; que de légèreté dans la gestion de notre industrie, lourdes conséquences sur d'autres secteurs, chars ect..de tout cela nos politiques s'en moquent.
Réponse de le 27/02/2014 à 22:54 :
commentaire pas tout a fait juste, les moteurs proposés par MAN sont des moteurs Pielstick conçus et fabriqués en France. EDF et son actionnaire principal mettent en péril les emplois de cette marque! Heureusement que nous sommes dans une période ou l'on revendique le "made in France"!!!!
Réponse de le 27/02/2014 à 23:17 :
Nuance: MAN répondait à l'offre avec des moteurs Pielstick développés et fabriqués en France(moteurs qui équipent déjà de nombreuses centrales nucléaires dans le monde). Le choix d'EDF met en péril de nombreux emplois qualifiés en France liés à la marque Pielstick, dommage!
Malheureusement le "Made in France" du gouvernement n'est qu'un slogan!!!!
a écrit le 22/02/2014 à 1:01 :
Pas très performants les acheteurs d'EDF pour sélectionner un projet de moteur.
Impossible de connaitre ses performances et la sécurité qui en découle.
Il est vrai que la sécurité passe après les dividendes chez EDF.
Pourquoi l'agence de la sécurité nucléaire ne se prononce pas?
Réponse de le 22/02/2014 à 9:09 :
S'agissant des dividendes, rappelons que les deux plus gros actionnaires sont l'Etat à 85 % et les salariés à un peu moins de 2...
a écrit le 21/02/2014 à 21:48 :
Au fait, on en est où du phénoméène d'oxydation des crayons de zirconium de 25 des 53 réacteurs du parc nucléaire français ? Rappelons, au passage, que l'oxydation du zirconium rend ce dernier hautement explosif !
Réponse de le 21/02/2014 à 21:54 :
Pardon, aux dernières nouvellles ce serait 58 et non pas 53 réacteurs pour ce qui concerne le parc français
Réponse de le 22/02/2014 à 11:03 :
Tout métal se corrode. Sa vitesse de corrosion peut être limitée par une couche imperméable d'oxyde en surface. L'alliage de zirconium actuellement utilisé pour les gaines de combustible dans les centrales nucléaires présente une vitesse de corrosion qui peut être diminué par l'utilisation d'autres alliages, alliages qui remplacent l'ancien au fur et à mesure des rechargements des centrales. Ce phénomène n'est pas un scoop et est bien connu de l'industrie nucléaire, industrie de pointe qui innove sans cesse et est surveillée en permanence à tous les niveau (vous avez déjà entendu parler d'une Autorité de Sureté Chimique? d'une Autorité de Sureté Alimentaire?....). Quand à l'oxyde de zirconium explosif c'est nouveau ça vient de sortir? N'importe quoi.....
Réponse de le 22/02/2014 à 12:11 :
Le Zirconium réagit avec les molécules d'eau en séparant oxygène et hydrogène. L'accumulation d'hydrogène est un danger potentiel car il peut réagir de façon explosive avec l'oxygène de l'air pour reformer de l'eau. (sources multiples : article Ziconium sur Wikipédia, article "feu de zirconium" depuis le site je-comprends-enfin.fr). Ce n'est d'ailleurs pas le seul métal utilisé dans le nucléaire et l'aérospacial qui soit explosif !
Réponse de le 22/02/2014 à 12:29 :
@Lolo77 : "vous avez déjà entendu parler d'une Autorité de Sureté Chimique? d'une Autorité de Sureté Alimentaire?....). => Apparemment, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et son réseau d'experts de l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) sont sur le coup....
Réponse de le 22/02/2014 à 13:19 :
1) Des prescriptions sévères sont liées à l'utilisation du zirconium (et de ses alliages). Au-delà d'une température de 750°C, la couche d'oxyde de protection sur le métal se rompt et une réaction avec de l'eau peut intervenir, donnant lieu au dégagement d'hydrogène. Ceci a joué entre autres un rôle dans l'accident du réacteur de Tchernobyl. [source : phychim.beaugrand.free.fr/documents/tableau_periodique/elem_frc9cf.html?IDE=Zr]
voir aussi la fiche du Service du répertoire toxixologique (CSST) qui indique que "Ce produit est instable dans les conditions suivantes: Si le produit est sous forme de poudre il peut exploser. [et encore] Il peut exploser lorsqu'il est en contact avec les agents oxydants tels que les dichromates, les chlorates, les nitrates, les sulfates, les molybdates et les tungstates. [Source : (www)reptox.csst.qc.ca/Produit.asp?no_produit=8789]
2) Pour l'affaire de la dégradation des gaines de zircalloy sur 25 des 58 réacteurs voir par exemple : leblogdejeudi.fr/nucleaire-probleme-dusure-menace-pres-de-la-moitie-des-reacteurs/
Réponse de le 22/02/2014 à 13:26 :
Lolo77 a écrit : 'Quand à l'oxyde de zirconium explosif c'est nouveau ça vient de sortir? N'importe quoi.... ' Pfff, encore un qui sait tout ;-))
a écrit le 21/02/2014 à 20:46 :
Un ami hollandais qui fourni des régulateurs pour les moteurs de secours m'a dit il a quelques années que EDF interchangeait ces mêmes régulateurs par économie alors que c'est interdit( USA,Allemagne) car chaque régulateur est dédié à son groupe, il le savait à cause des No de série.
a écrit le 21/02/2014 à 19:42 :
EdF veut aussi faire rentrer un concurrent à MAN , car apparemment ils sont les seuls fournisseurs. Plutôt que d'être pieds et poings liés avec un seul fabriquant, ils vont faire rentrer un concurrent dans ce secteur.
Je ne vais pas allé à l'encontre de l'ASN qui pour moi à effectué une simple recommandation car il fallait en faire après Fukushima, ce n'est pas en installant un diesel supplémentaire qui aurait changé la donne. Le circuit était mort moteur ou pas cela aurait fonctionné dans le vide.
D'autre part , il y a déjà des système de secours en redondance et surtout avec différent moyens de fonctionnement.
a écrit le 21/02/2014 à 18:21 :
Je cite : "groupe doit en effet équiper son parc de 58 réacteurs nucléaires afin d'assurer une alimentation du circuit de refroidissement des centrales."
Doit-on en déduire qu'actuellement aucune alimentation de secours du circuit de refroidissement des centrales n'existe ?
Réponse de le 21/02/2014 à 20:23 :
Il y a, à l'heure actuelle deux moteurs de secours par tranche et en plus au cas ou, une turbine à combustible.
a écrit le 21/02/2014 à 18:10 :
Cela va faire augmenter le prix de l'électricité, on n'a vraiment pas besoin de cela. Le nucléaire aucun problème de sécurité grave en France depuis 44 ans. Le pétrole et le gaz ne peuvent pas en dire autant. Il n'ya que les déchets qui posent problème.
Réponse de le 21/02/2014 à 19:41 :
Je pense vraiment que vous ne vous rendez pas compte de la gravité de la situation! la défaillance de ce type de moteurs est à l'origine de l'accident de Fukushima!! Il est incroyable que la juge n'est rien fait! il s'agit de la sécurité publique! doit on vraiment attendre un incident majeur pour que l'opinion réagisse! L'attitude de EDF est honteuse et dangereuse!!!! c'est un véritable scandale!!!
Réponse de le 21/02/2014 à 21:01 :
Le coût de la décontamination du site Fukushima s'élève parait il à 1000 milliard d'euro, sans parler des conséquences humaines et écologiques pour des milliers d'années (100 000 ans), quant aux déchets on trouvera une solution, rien n'est impossible, le nucléaire (énergie propre par excellence) c'est l'avenir énergétique de la France.
Réponse de le 21/02/2014 à 22:01 :
La durée de vie du zirconium activé (zirconium 93) serait de l'ordre de 1,5 millon d'années, si j'ai bien compris !
Réponse de le 22/02/2014 à 4:20 :
Devinez l'orientation politique du groupe Eiffage, vous comprendrez mieux le choix même si c'est au détriment de la sécurité...
Réponse de le 22/02/2014 à 8:52 :
C'est de la provoc je suppose car une personne saine d'esprit et dotee d'un minimum d'intellect ne peut penser une telle chose.
Cf St-Laurent des eaux, Blayais, Tricastin pour les negationistes
Réponse de le 22/02/2014 à 9:38 :
Une entreprise mauvaise perdante qui est déboutée par la justice et qui essaye de relancer son dossier par un scandale publique en dénigrant les produits largement meilleurs de ces concurrents... Vous voulez faire confiance à ce type de société pour fournir des équipements de sécurité....
Réponse de le 22/02/2014 à 10:40 :
@ maxime piolet: certains diraient que le flux de becquerels (nombre de désintégrations atomiques) est faible du fait de cette longue demi durée de vie et qu'il n'y a pas ou peu de risque pour la faune. Mais le réel problème, encore une fois, est la complète désindustrialisation du pays. Sans competence, sans savoir faire, le pire est envisageable. Nous le devons aux si utiles députés, sénateurs, maires et ministres qui souhaitent que nous vivions en vélo. Je préférais le concorde!
Réponse de le 22/02/2014 à 11:07 :
C'est bien connu, Fukushima est due à une défaillance des moteurs. Rien à voir avec l'absence d'une autorité de Sûreté nucléaire eu Japon ni avec un certain tremblement de terre suivi d'un tsunami..... D’après vous, pourquoi aucune centrale n'a été construite en France dans les zones de forte sismicité comme sur la côte d'Azur?
Réponse de le 22/02/2014 à 12:16 :
@citoyen : rassurez-vous, je ne suis pas contre l'innovation technologique, et rien dans votre réponse ne me choque. Mon indication sur la durée de vie consistait juste à indiquer ce qui me paraissait être la valeur communément admise (1,5 million d'années) au lieu de celle indiquée dans un précédent commentaire (qui lui en attrribuait 100.000 années).
Réponse de le 22/02/2014 à 12:58 :
@Lolo77 :"C'est bien connu, Fukushima est due à une défaillance des moteurs" Oui, mais l'eau (de mer) semble avoir aussi contribué à l'aggravation du phénomène.... => oxydation accélérée sur des gaines de zircalloy brûlées... Un beau feu d'artifice...
Réponse de le 24/02/2014 à 15:31 :
@ alicia : Par définition, ce qui est dangereux tue. Faites donc le bilan de tous les morts du nucléaire (y compris ceux d'accidents parfaitement évitables comme Tchernobyl et Fukushima) et comparez le à celui des accidents de la route, de l'alcool, du tabac, des intoxications alimentaires, médicamenteuses, ou des accidents du travail. Le danger nucléaire n'est (de très loin) pas le plus menaçant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :