RWE perd 2,8 milliards d'euros, une première depuis 60 ans

RWE, numéro deux allemand de l'énergie, a accusé en 2013 sa première perte nette depuis plus de 60 ans, une perte de 2,8 milliards d'euros, selon des chiffres publiés mardi.

1 mn

Anticipant des difficultés, l'électricien allemand RWE avait annoncé en novembre dernier 7.000 suppressions d'emplois.
Anticipant des difficultés, l'électricien allemand RWE avait annoncé en novembre dernier 7.000 suppressions d'emplois. (Crédits : reuters.com)

Cela va mal pour l'énergéticien allemand RWE. Le numéro deux du secteur dans la première économie de la zone euro a en effet accusé en 2013 sa première perte nette depuis plus de 60 à 2,8 milliards d'euros.

Le groupe, mis à mal par la transition énergétique, a aussi vu son bénéfice d'exploitation amputé de 8%, à 5,9 milliards d'euros, et s'attend à un nouveau recul de celui-ci cette année, d'au moins 17%.

Vagues de dépréciations

RWE avait déjà annoncé en plusieurs vagues de grosses dépréciations passées en 2013, d'un total de près de 5 milliards d'euros, essentiellement sur ses centrales électriques fossiles. Face à la concurrence des énergies renouvelables subventionnées, et alors que les prix de gros du courant restent bas, celles-ci travaillent à pertes, voire sont arrêtées pour certaines. Le problème concerne presque tous les marchés où RWE est actif, notamment l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas.

Déjà en 2012, le géant l'avait échappé belle

En 2012, RWE avait réussi à limiter la casse grâce à un paiement exceptionnel de Gazprom dans un litige sur des contrats de gaz, et était resté dans le vert. Mais l'an dernier, "la situation difficile de la production conventionnelle d'électricité en Europe s'est clairement manifestée dans les résultats financiers", commente le groupe.

RWE a manqué de peu son objectif de bénéfice net récurrent, un bénéfice toiletté des éléments exceptionnels, qui s'est élevé à 2,3 milliards d'euros, en recul de 6% sur un an. Il reculera encore cette année, pour s'établir dans une fourchette de 1,3 à 1,5 milliard d'euros, a précisé la société. Anticipant des difficultés, l'électricien avait annoncé en novembre dernier 7.000 suppressions d'emplois.

1 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 04/03/2014 à 13:35
Signaler
Mais enfin c'est incroyable! Qu'a-t-il bien pu se passer en si peu de temps? Vous voulez dire que d'imposer massivement l'appareil de production, les infrastructures et les consommateurs et de transférer des sommes gigantesques au profit de lobbys in...

le 04/03/2014 à 18:38
Signaler
J’adore votre humour.

à écrit le 04/03/2014 à 10:27
Signaler
Il faudrait qu'ils prennent quelques cours d'habillage des comptes par l'imposition... en prenant exemple sur EDF.

le 04/03/2014 à 11:47
Signaler
entièrement d'accord

le 04/03/2014 à 16:45
Signaler
Regardez les cours de bourse, les investisseurs ne croient pas qu'il s'agisse juste d'un maquillage des comptes. EDF est aussi le grand absent du groupe Magritte d'énergéticiens Européens qui dénoncent la situation (GDF a aussi publié une grosse pert...

à écrit le 04/03/2014 à 9:49
Signaler
Mince , pas de chance...ça m'embête pour ces allemands qui sont si gentils , si humbles , si allemands...:-)

le 04/03/2014 à 12:21
Signaler
c´est vrai, suis également super triste pour eux-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.