Alstom : Berlin plaide la cause de Siemens

Aux yeux du ministère de l'Economie allemand, une fusion entre Alstom et Siemens serait "une grande chance" pour les deux premières économies européennes.

1 mn

Le Français Alstom dispose de 48 heures pour choisir entre l'offre d'achat de General Electric et celle de Siemens.
Le Français Alstom dispose de 48 heures pour choisir entre l'offre d'achat de General Electric et celle de Siemens. (Crédits : reuters.com)

Alstom dispose de 48 heures pour choisir entre l'américain General Electric et l'allemand Siemens. Pendant que le patron du premier était reçu à l'Elysée ce lundi, le second recevait le soutien public la part du ministère de l'Economie allemand.

Une fusion avec le rival français représenterait une "grande chance et un gros potentiel en termes de politique industrielle" pour les deux pays a affirmé ce lundi l'un des porte-parole du ministre social-démocrate Sigmar Gabriel. Ce dernier serait d'ailleurs en "contact étroit" avec son homologue français Arnaud Montebourg.

Des négociations dont la responsabilité repose sur les entreprises concernées

Toutefois, à l'inverse de Paris, ouvertement impliqué dans la défense du champion national, le reste du gouvernement allemand s'est montré un peu plus réservé. Le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert, tout comme celui du ministère des Transports, se sont refusés à commenter "des négociations dont la responsabilité repose sur les entreprises concernées".

Direction l'Elysée

En l'occurence, Joe Kaeser, le patron de Siemens, doit succéder à Jeffrey Immelt, le patron de General Electric qui vient de sortir de l'Elysée. Juste après sa discussion avec François Hollande, le chef d'entreprise américain a évoqué "un dialogue ouvert, amical et constructif". Une réunion extraordinaire du conseil de surveillance de Siemens devrait avoir lieu mardi, selon des sources internes évoquées par l'agence Reuters. 

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 29/04/2014 à 20:54
Signaler
Avec Alstom en poche, Siemens aura devant elle un immense boulevard européen du rail pour implanter toutes ses rames. En France, on se tait et on rame....

à écrit le 29/04/2014 à 11:30
Signaler
Une grande chance surtout pour l'Allemagne!!!

à écrit le 29/04/2014 à 10:46
Signaler
comment ne pas vor voir qu'un mariage Alstom siemens est contre nature, malgré des dizaines d'années de tentatives de rapprochement, rien n'a abouti. Faire Alstom Siemens c'est condamner à court terme les activités énergie et une partie du ferroviair...

le 29/04/2014 à 20:55
Signaler
Mariage ? mais qui a dit mariage ? il s'agit plutôt d'une OPA d'abord et d'un achat le moment venu, mon grand.

à écrit le 29/04/2014 à 9:06
Signaler
"une grande chance" pour Siemens pas pour Alsthom. Ils sont sur le même créneau des TGV.

le 29/04/2014 à 21:01
Signaler
Si le rachat de Alstom se concrétise pour Siemens, les Allemands vont finalement pouvoir vendre les rames TGV que ni Chirac ni Sarkozy ont pu vendre aux Chinois, je peux parier que oui.

le 30/04/2014 à 12:03
Signaler
Non il n y a pas de rachat de la branche feroviaire au contraire les 12 milliards de GE vont permètre de faire grossir la branche ferroviaire d'Alstom

à écrit le 28/04/2014 à 20:32
Signaler
Pourquoi GE ou Siemens au lieu d'Areva ou Schneider ???

à écrit le 28/04/2014 à 19:45
Signaler
L'allemagne se désengage du Nucléaire .Pas étonnant donc que SIEMENS vienne frapper à la porte de la France pour essayer de revenir sur le marché nucléaire français qui se porte bien. Espérons que FH ne se laissera pas faire

le 29/04/2014 à 9:47
Signaler
en fait des erreurs furent commises pendant la campagne électorale démagogie contre l'intérêt des entreprises , surtout alstom , promettre aux écolos l'arrêt de la moitié du parc nucléaire français allait de facto toucher l'industriel qui voit déjà l...

à écrit le 28/04/2014 à 17:13
Signaler
voyez l'europe et bruxelles sans politique industrielle un vrai fiasco !! quand vont ils se réveiller et bouger ! qui le dit ?

à écrit le 28/04/2014 à 15:57
Signaler
Dans les deux cas, il faut harmoniser la fiscalité dans la zone Euro en basculant la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique. Voir à ce sujet les travaux de Rexecode.

le 29/04/2014 à 9:09
Signaler
Ras le bol de ce copier coller sans cesse répété

à écrit le 28/04/2014 à 15:09
Signaler
Alors l'affaire Alstom est devenu une gueguerre entre Obama et Merkel ? super !

à écrit le 28/04/2014 à 14:44
Signaler
Siemens? Pourquoi pas?

le 28/04/2014 à 16:10
Signaler
parce que.

le 28/04/2014 à 17:46
Signaler
@robert..... parceque siemens veut nous refiler ses trains et nous prendre l'energie........ on serait malin avec deux TGV à vendre...... Siemens essaye de se débarasser de son canard boiteux.....

le 28/04/2014 à 18:50
Signaler
Il faudrait harmoniser nos politiques énergétiques si ça se fait. Pour le moment l'Allemagne mise sur le renouvelable et fossile sans nucléaire alors que la France c'est principalement du nucléaire.

le 28/04/2014 à 19:26
Signaler
Un canard boiteux qu'y s'est mieux vendu que le TGV...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.