Gaz à effet de serre : des pics de concentration records en 2013

 |   |  450  mots
Le dioxyde de carbone (CO2) est le principal responsable du réchauffement climatique. Sa concentration dans l'atmosphère a augmenté en 2013 de 2,9 ppm (parties par million) en un an, ce qui représente la plus forte augmentation annuelle depuis 1984.
Le dioxyde de carbone (CO2) est le principal responsable du réchauffement climatique. Sa concentration dans l'atmosphère a augmenté en 2013 de 2,9 ppm (parties par million) en un an, ce qui représente la plus forte augmentation annuelle depuis 1984. (Crédits : Reuters)
Ces émissions records seraient dues à la réduction des quantités de CO2 absorbées par la biosphère terrestre selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence de l'ONU. Les océans sont menacés.

Jamais, il n'y a eu une telle concentration de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone [CO2], méthane et protoxyde d'azote) dans l'atmosphère. Tel est le constat de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence de l'ONU, dans son dernier bulletin sur la concentration des gaz à effet de serre, mardi 9 septembre, à Genève.

Dans la présentation du bulletin, le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud, a analysé:

"Nous savons avec certitude que le climat est en train de changer et que les conditions météorologiques deviennent plus extrêmes à cause des activités humaines telles que l'exploitation des combustibles fossiles."

Les émissions de gaz croissent, l'absorption baisse

Des données préliminaires de l'OMM laissent supposer que cela pourrait être dû à la réduction des quantités de CO2 absorbées par la biosphère terrestre, alors que les émissions de ce gaz continuent de croître.

Selon le bulletin, le forçage radiatif (la capacité de la Terre à conserver l'énergie du Soleil ou à la renvoyer dans l'espace), qui a pour effet de réchauffer le climat, s'est accru de 34% entre 1990 et 2013 à cause des gaz à effet de serre persistants (comme le CO2, le CH4 et le N20).

Les océans particulièrement menacés par l'absorption de CO2

L'océan absorbe aujourd'hui environ le quart des émissions totales de CO2 et la biosphère un autre quart, limitant ainsi l'accroissement du CO2 atmosphérique.

Mais l'absorption du CO2 par les océans est "lourde de conséquences" selon les experts de l'OMM. En effet, l'absorption de quantités accrues de ce gaz par les mers du globe modifie le cycle des carbonates marins et entraîne une acidification de l'eau de mer.

En outre, elles demeurent "pendant des centaines d'années dans l'atmosphère et encore plus longtemps dans l'océan", d'après ces derniers. "Le rythme actuel d'acidification des océans semble en effet sans précédent depuis au moins 300 millions d'années", ajoutent-ils

La concentration de CO2 représente 142% de ce qu'elle était en 1750

En 2013, la concentration de CO2 dans l'atmosphère représentait 142% de ce qu'elle était à l'époque préindustrielle (en 1750), et celles du méthane et du protoxyde d'azote respectivement 253% et 121%.

Le dioxyde de carbone (CO2) est le principal responsable du réchauffement climatique. Sa concentration dans l'atmosphère a augmenté en 2013 de 2,9 ppm (parties par million) en un an, ce qui représente la plus forte augmentation annuelle depuis 1984. Le CO2 trouve son origine dans la combustion de matières fossiles ou le déboisement.

     Lire >> La Chine réduit ses émissions de CO2 plus vite que les États-Unis ou la France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2014 à 21:37 :
Alors ? pas efficace le capitalism? More inefficience more destructive.... The best is .... The capitalism... Allez encore de la croissance ... more and more ...
a écrit le 11/09/2014 à 8:28 :
Ben oui pis lorsqu'il y aura 25 milliards d'habitants sur la terre (très bientôt nous étions 2 milliards autour de 1965, autour de 6 aujourd'hui) comment ferons nous, plus de pétrole, plis d'eau, plus d'air, plus à manger. Mais parait que nous serons un jour 60 milliards, là nous nous entreboufferons.
a écrit le 09/09/2014 à 17:05 :
tout cela devrait convaincre les opposants aux éoliennes et unités de méthanisation que nous n'avons que si peu en France.
En Europe, les allemands sont les champions de la méthanisation tandis que nous polluons nos rivières avec le lisier.
Les Espagnols sont les champions de l'éolien terrestre et ne se battent pas contre les moulins à vent.
Dans le monde, ce sont les Chinois qui installent le plus d'éoliennes, et de loin.
Mais c'est vrai que sur la pollution des villes, ils ont du boulot à faire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :