Normes CO2 : Berlin fait du chantage à l'investissement pour défendre ses constructeurs auto

 |   |  679  mots
Mercedes CLA Copyright Mercedes
Mercedes CLA Copyright Mercedes (Crédits : Mercedes CLA)
Berlin menace les pays qui s'opposeraient à un assouplissement des futures normes draconiennes sur les émissions de C02 des voitures, selon des sources diplomatiques. L'Allemagne défend les BMW, Mercedes, Audi, dont les véhicules de haut de gamme se portent à merveille. Paris et Rome jouent les "vertueux", car Renault, PSA et Fiat sont spécialistes des mini-véhicules plus sobres et moins émetteurs de gaz à effets de serre.

Berlin menace. Vent debout pour défendre son industrie automobile florissante, l'Allemagne est prête à brandir la menace d'une réduction, voire d'une suspension, des programmes d'investissements des constructeurs germaniques dans les pays de l'Union européenne qui s'opposeraient à un assouplissement des normes sur les émissions de C02, affirme-t-on de sources diplomatiques, selon l'agence Reuters. 

L'Allemagne exerce un "lobbying" intense pour que ses constructeurs de véhicuoles haut de gamme puissent continuer à vendre, après 2020, leurs grosses cylindrées, plus puissantes, plus grosses, donc plus consommantes et rejetant par conséquent davantage de C02 que les citadines dont Renault ou PSA sont les spécialistes. Berlin propose que les constructeurs allemands utilisent des " super-crédits ", qui permettraient aux constructeurs de compenser les niveaux d'émissions des véhicules à forte consommation par celles, plus faibles, des voitures hybrides ou électriques, même si celles-ci sont vendues à de très faibles volumes.

Petites voitures à faibles marges contre haut de gamme

Cantonnés essentiellement aux petits véhicules, PSA Peugeot Citroën et Renault bataillent contre ces demandes d'assouplissement. De tels "super-crédits" permettraitent de facto aux constructeurs allemands de ne pas tenir tout à fait compte de la limitation à 95 grammes de C02 au kilomètre en moyenne,  imposée par Bruxelles pour 2020 (contre 135,7 grammes en 2011). La France et l'Italie,  notamment, refusent d'ailleurs de telles facilités pour l'industrie auto d'outre-Rhin, en jouant le beau rôle de "vertueux".

Evidemment, Paris et Rome soutiennent leurs propres constructeurs qui, à leur corps défendant, vendent très peu de gros véhicules à fortes marges, ayant en effet raté leur montée en gamme. Si les constructeurs allemands jugent les futures normes européennes comme une réelle entrave à leur essor, Renault, PSA et Fiat y voient en partie une aubaine qui compliquera le travail de leurs rivaux germaniques trop triomphants à leurs yeux... Le projet de Bruxelles, dont le principe est acté, doit encore faire l'objet de discussions entres les ministres européens de l'Environnement et être examiné en séance plénière prochaienment par le Parlement européen.

Prête à tout pour défendre ses intérêts

L'Allemagne exerce une forte pression sur les pays qui s'opposent à ses projets, en particulier ceux qui ont bénéficié d'un plan de sauvetage largement financé par Berlin, comme le Portugal, assurent les sources diplomatiques citées par Reuters. "Ils (les Allemands) ont essayé tout ce qui était possible à haut niveau pour convaincre les Etats membres (...) de soutenir leurs projets", confie un diplomate européen sous le sceau de l'anonymat. "L'Allemagne semble prête à tout pour défendre ses intérêts. Même les pays généralement germanophiles trouvent qu'ils vont trop loin", assure-t-il, précisant que certaines menaces ont été formulées par l'entourage d'Angela Merkel.

Pertes de PSA et Fiat (sans Chrysler)

La Fédération allemande de l'automobile VDA a vigoureusement incité Angela Merkel à défendre auprès de  Bruxelles l'industrie germanique, contre vents et marées.  Matthias Wissmann, président de cette très puissante association, avait en effet écrit une lettre à la chancelière pour lui demander son aide dans le débat européen sur la réduction des émissions de CO2, selon le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). 

"Nous ne pouvons pas laisser notre puissant et performant segment du haut de gamme, qui représente presque 60% des emplois au sein des constructeurs automobiles en Allemagne, être littéralement détruit par des limitations arbitraires", déclarait-t-il sans ambages dans une lettre consultée par le journal et datée du 8 mai dernier. L'industrie auto allemande, florissante et fortement exportatrice grâce à sa spécialisation dans le haut de gamme très prisé en Europe et en-dehors , ne veut pas pas voir sa bonne santé détériorée par des normes européennes plus sévères que celles que concoctent les américains ou les chinois.

Quand on voit les fortes pertes de Fiat (sans Chrysler) ou de PSA ainsi que les faibles bénéfices de Renault, on peut effectivement comprendre que Berlin s'inquiète...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2013 à 22:20 :
Coquilles : Dans le texte, de nombreux "C02" Carbone chiffre zéro chiffre deux. Pourquoi pas Carbone Oxygène Chiffre deux ? Le titre est bon, et le dernier CO2 du texte, des exceptions ?
CO2 <> C02
Réponse de le 20/06/2013 à 9:22 :
Le journaliste n'a pas du faire beaucoup de chimie dans sa jeunesse ! Autre erreur souvent commise dans les articles ou les commentaires, le nombre d'atomes écrit en exposant.
On écrit en indice, après les symboles des atomes qui constituent la molécule du corps, le nombre d'atomes de chaque sorte.

a écrit le 19/06/2013 à 20:45 :
on voit bien que le sujet est tres sensible cote allemand et pour cause, c'est leur instrument d'hegemonie. arretez d'acheter des voitures allemandes, ilexiste l'equivalent dans d'autres marques et en moins cher.
Réponse de le 20/06/2013 à 7:56 :
@ ivanleterr: dans ce blog,manqué seulement le commentaire de notre cher ivan qui nous
préconise une guerre commerciale avec les teutons.Notre cher ivan ne nous dit pas que "
il ne peut pas se permettre une teutonne " Moi je n'ai 4 et bien en forme sans me faire
hegemoniser ou soumettre...
a écrit le 19/06/2013 à 16:13 :
L intérêt de nos voisins allemands ne va pas contre le notre et concernant le co², vu la progression du parc automobile chinois ( 1 er marché avant les US pour les ventes )ce n est pas un peu de retard sur nos objectifs qui marché va tuer la planète. Par ailleurs, les fabricants allemands sont au moins aussi performants que les notres à taille de modèle équivalente. Nous ferions mieux de nous serrer les coudes entre européens face à des émergents très très ambitieux.
Réponse de le 19/06/2013 à 16:39 :
co en majuscule !!!
Réponse de le 19/06/2013 à 20:08 :
Trés joli le "se tenir les coudes entre Européens" lorsqu'il s'agit de défendre le "premium" Allemand !!! Parce que les Allemands on soutenu PSA dans les difficultés ? non bien au contraire , ils ont enclenché une guerre des prix qu'eux seuls savent gagner sur les segments concurrents (compactes VW ou Mercos) . Faire appel à la solidarité pour ceux qui viennent t'abattre ... que c'est beau. En tout cas la planète c'est clair qu'ils s'en br....lent les Allemands, ils arrivent même à nous faire croire que de rouler en Porsche hybride est écologique ! qu'ils sont forts c'est teutons !
Réponse de le 19/06/2013 à 22:23 :
ils rêvent de voir crever PSA, nos "amis" les allemands!
a écrit le 19/06/2013 à 16:03 :
Cessez de trouver des excuses pour les allemands. Du terrorisme étatique, c'est tout. Que ca échoue.
Si non, la France peut tripler le malus.
PSA investit dans des technologies comme l'hybride air en vue des novelles normes de l'avenir. Les allemands sortent les chars (non) diplomatiques pour leur court termisme et se fichent du reste.
a écrit le 19/06/2013 à 16:00 :
Les Allemands ont raison.
Ils défendent leurs emplois, le haut de gamme qui est la vraie chance des européens bien payés.
Il n?y a qu?à voir la décadence de l?auto made in France après la vignette écolo (bonus écologique-malus économique). Essayez d?acheter un Renault Espace, par exemple. Il n?y a pas que Berlin qui s?inquiète. Les constructeurs français n?ont pas raté leur chance, les écolos ont massacré leurs atouts dans le haut de gamme. Regardez la balance commerciale auto courant 2008, année de l? « environnement ». Nous faisons le jeu des pays à bas salaires. L?assouplissement ne fera que faire ressortir la politique suicidaire des taxes « super-écolo » françaises.
Il faudrait comprendre que l?on ne prépare pas l?avenir des enfants en mettant les parents au chômage.
Et les Allemands seront le plus en mesure de proposer des voitures peu gourmandes, car ils ont de l?argent pour la R&D et l?investissement.
Ne seraient-ce pas plutôt les écolos qui font du chantage au catastrophisme ? L?avenir en vert est de plus en plus noir.

Réponse de le 19/06/2013 à 16:19 :
vous avez bien appris la leçon ...continuez. Voltaire doit se retourner dans sa tombe. Extrait : La Nature. ? Mon pauvre enfant, veux-tu que je te dise la vérité? c?est qu?on m?a donné un nom qui ne me convient pas; on m?appelle nature, et je suis tout art.

Le Philosophe. ? Ce mot dérange toutes mes idées. Quoi! la nature ne serait que l?art?
a écrit le 19/06/2013 à 15:53 :
Tiens, ce n'est pas comme Hollande qui défends "l'exception culturelle française" pour l'audiovisuel ?
Évidemment que le gouvernement allemand agit en faveur de l?industrie allemande. Chaque gouvernement se doit de faire exactement ça. In fini, c'est la preuve, encore un fois que l'Europe a urgemment besoin d'un gouvernement, un vrai, pour gérer toutes ces questions.
Réponse de le 19/06/2013 à 16:14 :
@ BT: le lobbying du gouvernement allemand profite à des millions de salariés, ce qui n'est pas le cas de l'exception culturelle française réservée à quelques centaines de pseudo artistes, la plupart exilés fiscaux !
a écrit le 19/06/2013 à 15:20 :
On dit qu'ils sont même en train de miniaturiser leurs centrales au charbon pour en faire des moteurs de voitures. Mais ils s'opposent à l'énergie nucléaire ! on voit pas la fumée ...De toutes façon le tribunal de Karlsruhe va émettre un jugement qui sera valable pour toute l'Europe ... non mais ...
Réponse de le 19/06/2013 à 15:48 :
Gefahr = Gefährt ?
Réponse de le 19/06/2013 à 16:08 :
@Gefahr : En quelque sorte ...Die Deutsche Auto über alles
Réponse de le 19/06/2013 à 16:30 :
ce n'est pas plutôt DAS deutsche auto, sachant que auto est neutre (si mes souvenirs sont bons) ;)
Réponse de le 19/06/2013 à 16:56 :
L'auto n'est elle pas, par essence, féminine, pour les hommes ?
Réponse de le 19/06/2013 à 22:22 :
das Auto = Richtig!
ein, zwei, drei, Polizei
a écrit le 19/06/2013 à 15:04 :
Tiens, les allemands comme les chinois, les russes, les américains, les japonais (et j'en passe) ne joueraient pas selon les règles qu'ils ont contribué à imposer au reste de l'UE? Etonnant, non? Et nos chers négociateurs surdiplômés, nos "élites" françaises: elles en disent quoi?
a écrit le 19/06/2013 à 15:02 :
La solution : appliquer une taxe dissuasive à ces gros véhicules polluants au niveau de l'Europe Ca va les calmer, les teutons.
Réponse de le 19/06/2013 à 15:21 :
@ Jane Golt; c'est bien que etre naif ou naive n'a jamais tué personne et que le malheur c'est
de ne pas trouver des remèdes contre.
a écrit le 19/06/2013 à 14:55 :
L'Allemagne a raison, ce n'est pas en vendant des twingo qu'on gagne de l'argent, c'est juste la porte ouverte à la délocalisation ce genre de production.
Réponse de le 19/06/2013 à 15:10 :
Et pourtant la vente de Twingo II rapporte des bénéfices. Vendre des berlines allemandes est certainement plus juteux mais à quel prix pour l'environnement? Vos enfants vous remercieront (ou pas) un jour.
Réponse de le 19/06/2013 à 16:09 :
Eh non, Renault avoue n'avoir quasiment jamais gagné d'argent sur la Twingo, même délocalisée en Slovénie!
Réponse de le 19/06/2013 à 16:25 :
Michel,
Parlons de l?environnement. Pas celui du climat, que personne ne peut prévoir, mais de l?environnement économique présent. Nous sommes en train de massacrer notre industrie auto avec les écolo-taxes. Je ne sais pas quel âge vous avez, mais, si vos enfants ont 25 ans, ils pourraient bien, maintenant, vous demander des comptes pour l?économie délabrée que nous leur laissons. Et une diversion par l?écologisme ne pourra pas les calmer longtemps : un écolo au chômage devient un chômeur.
Essayez vos arguments à la sortir Aulnay-sous-Bois.
Le bas de gamme ne survivra pas en Europe si l?on continue comme cela.
Réponse de le 19/06/2013 à 22:29 :
si vous pensez à l'avenir de vos enfants, j'espère au moins que vous roulez dans une voiture fabriquée en France?
Réponse de le 20/06/2013 à 1:01 :
@Réponse

C'est comme la grande distribution qui ne gagne pas un centime sur le prix du carburant...

@VOLTAIRE

Mes enfants seront chômeurs ou fonctionnaires et ce sera pas à cause de l'écologie mais plutôt d'un gouvernement corrompu élu par des naïfs qui ont cru à des mensonges.
a écrit le 19/06/2013 à 14:45 :
Alors comme ça l'Etat allemand décide de la politique d?investissement de ses entreprises privées ? Quelle horreur plus aucun investissement étranger n'osera s'aventurer dans ce pays bolchevique !! Ah non c'est vrai que ce sort est réservé à la France uniquement...
a écrit le 19/06/2013 à 14:15 :
L'Allemagne soutient un combat d'arrière garde avec ses gros véhicules puissants et polluants. Le mâle occidental commence à avoir l'égo ailleurs que dans la bagnole. A force de cantonner ironiquement la France ou encore l'Italie dans les "petits" véhicules; ceux-ci ont abouti les rapports poids puissance en les optimisant et ont pris une certaine avance dans ce domaine sans obérer le coût. A telle enseigne que BEHEME propose un chassis en alu sur ses futurs petits véhicules à l'instar d'AUDI jadis.
Réponse de le 19/06/2013 à 14:31 :
L'Allemagne usera de son pouvoir pour gagner la guerre économique en vendant ses panzers dans le monde entier !
Réponse de le 19/06/2013 à 16:16 :
gerardc27,
Vous donnez un bon exemple : ce sont les Allemands qui proposeront des véhicules évolués et chers, car ils gagnent de l?argent avec leur haut de gamme. Et leur haut de gamme évolués se vendent chers grâce à leur image de marque et ils ont de gros moteurs, n?en déplaisent aux misandres. Bientôt les fabricants bas de gamme n?auront plus de moyens, sauf à délocaliser dans des pays aux bas salaires, ils vendront des Dacia.
Réponse de le 19/06/2013 à 23:09 :
sauf que Audi a investit dans une toute nouvelle usine en... Hongrie, pareil pour Mercedes.
Oui c'est sûr qu'en faisant fabriquer le haut de gamme allemand en Hongrie, les marges deviennent plus élevés. Qualität made in Hungarn mais vendu au prix fort!
a écrit le 19/06/2013 à 14:00 :
c'est du bla,bla,et rien d'autre.Si tout le monde suivra une logique anti CO2 alors votre article
aura une justification...En France on subventionne les taxis,BTP,et autres catégories avec du
diesel moins cher et vous nous raconté une histoire vieille comme la terre....
N.B.Les plus forts font toujours leurs jobs.Défendre et défendre ses industries.(travail..)
a écrit le 19/06/2013 à 13:57 :
A mon avis la taxe CO2 est une mauvaise taxe, inutile et contreproductive. Inutile parce le prix du carburant est par lui même une incitation forte et modulable à modérer sa consommation d?énergie fossile, il fallait donc jouer sur la TIPP sans inventer une nouvelle taxe idéologique. Contreproductive parce qu'elle a largement contribué à favoriser l'essor du diesel alors que c'est un carburant plus polluant et moins abondant en sortie de processus de raffinage que l'essence.
On a fait tout faux en France.
Réponse de le 19/06/2013 à 15:04 :
La taxe CO2 est soutenue par une grande majorité des états membres donc encore et toujours accuser son propre pays, rien que pour le plaisir de vomir dessus ne sert strictement à rien.
Réponse de le 19/06/2013 à 16:08 :
Tob,
il faut savoir que, depuis 2008 et le « Grenelle » à Borloo, la France impose une super taxe écolo. Elle s?appelle bonus-malus. Elle a achevé notre haut de gamme ; regardez la balance commerciale auto en 2008 : début à 5 milliards d?excédents, fin avec 5 milliards de déficit.
Attendons les élections européennes l?année prochaine, pour voir ce qui restera du lobby écolo.
Réponse de le 19/06/2013 à 16:08 :
Ce n'est pas parce que les autres font les mêmes erreurs que nous (et largement à notre instigation) que ce n'est pas une connerie. Ensuite la France a cru utile de baser le calcul des punitions fiscales des véhicules vendus ici sur le taux d'émission en CO2, ce qui renforce cet effet de carotte fiscal, à l'inverse d'autres pays.
Moyennant quoi un lodgy essence de 85 cv est plus taxé à l'achat qu'une BMW diesel de 245 cv, cherchez l'erreur. 1500 euros de malus d'un coté, aucun de l'autre. Logique certes mais un peu baroque. .
a écrit le 19/06/2013 à 13:48 :
Et après ils donnent des leçons d'écologie. Pour info, à contre courant de ce que disent toujours les médias, la situation de l'Allemagne est bien plu spréoccupante que celle de la France, car sa dépendance aux hydrocarbure est de 80% vs 50% pour la France... la balance commerciale du pays est donc amenée à crasher...
dans ce contexte, être vendu aux intérêts des BM, Merco et Audi est un suicide énergétique et économique... mais d'ici à ce que les gens ouvrent les yeux...
Réponse de le 19/06/2013 à 14:03 :
@le lorrain: les allemands sont au suicide,nous à l'enterrement.


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :