L'Ukraine rembourse 1,45 milliard de dollars de dette à Gazprom

 |   |  393  mots
Le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov, a précisé mercredi à l'AFP que les livraisons pourront ainsi reprendre dans un délai de 48 heures, dès l'arrivée du prépaiement.
Le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov, a précisé mercredi à l'AFP que les livraisons pourront ainsi reprendre dans un délai de 48 heures, "dès l'arrivée du prépaiement". (Crédits : reuters.com)
La compagnie ukrainienne Naftogaz a payé la première tranche des 3,1 milliards de dollars qu'elle doit verser au producteur gazier russe avant la fin de l'année, en vertu de l'accord conclu jeudi à Bruxelles.

Le premier pas pour que les livraisons de gaz à l'Ukraine reprennent a été accompli. Le producteur gazier russe Gazprom a annoncé mercredi avoir reçu un versement de 1,45 milliard de dollars de la part de la compagnie ukrainienne Naftogaz au titre d'un arriéré de dette.

Gazprom "a reçu de la part des banques la confirmation du transfert des fonds", a indiqué le groupe russe dans un communiqué. Il s'agit du premier paiement effectué par Kiev depuis le mois de mai et le début d'un contentieux avec Moscou sur le prix réclamé par le géant russe de l'énergie.

Un conflit ouvert en juin

La Russie a coupé en juin les livraisons de gaz à l'Ukraine, qui refusait la hausse de prix décidée par Gazprom après l'arrivée de pro-occidentaux à Kiev. Selon Moscou, le montant total dû par l'Ukraine s'établit à environ 4,5 milliards de dollars et pourrait dépasser les 5 milliards de dollars en fonction du prix pratiqué pour les livraisons entre avril et juin.

>>Gaz : la Russie ouvre à nouveau les vannes vers l'Ukraine

Mais des négociations sous l'égide de la Commission européenne ont permis la semaine passée de conclure enfin un accord provisoire sur le prix du gaz, sur le calendrier du remboursement de la dette ukrainienne et sur la reprise des fournitures de gaz jusqu'en mars 2015. En vertu de celui-ci, l'Ukraine doit verser un total de 3,1 milliards de dollars en deux tranches d'ici la fin de l'année. Les Russes ont accepté de s'en remettre à une cour d'arbitrage pour les quelque 2 milliards de dette restants à leurs yeux.

Le prix du gaz revu à la baisse

La Russie est également revenue sur une partie de la hausse du prix qui avait été annoncée. Le Premier ministre Dmitri Medvedev a signé samedi un décret établissant le prix de mille mètres cube de gaz à 378,22 dollars jusqu'au 31 mars 2015.

Le patron de Gazprom, Alexeï Miller, a indiqué la semaine passée que les approvisionnements reprendraient dès que l'Ukraine aurait versé la première tranche de ses remboursements ainsi qu'une avance de 760 millions de dollars pour les fournitures du mois de novembre. Mercredi, le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov, a précisé à l'AFP que les livraisons pourront ainsi reprendre dans un délai de 48 heures, "dès l'arrivée du prépaiement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2014 à 8:07 :
la russie a gagné, elle engrange le pognon...
a écrit le 05/11/2014 à 18:57 :
pourriez vous s'il vous plait intervenir pour dégager cet intervenant qui se livre à des diatribes anti-russie à chaque parution au sujet de l'Ukraine ? ses interventions à rallonge, son digne des trolls de compétitions et rendent ce forum illisible et stérile. merci...
Réponse de le 05/11/2014 à 20:33 :
+ 46
a écrit le 05/11/2014 à 17:34 :
Pour vérifier cette information il faut poser la question éternelle : Qui prodest ? La coupure présente un intérêt pour Moscou ? Plutôt non, parce l’arme est double tranchante, de plus les sanctions ont été déjà mises. Mentir à propos de la coupure représente un intérêt pour Kiev qui a une dette gazière de 5 mlrd. dollars sans compter les pénalités de « take or pay » et qui n’a pas d’envie et de possibilité de payer ? Oui, surement.

A propos, si on base les articles sur les paroles des clowns à Kiev qui mentent dans 95% des cas, pourquoi ne pas faire un article basé sur les paroles des rebelles à propos de leur contre-offensive qui devient de plus en plus important. L’hystérie dans certains média ukrainiens le prouve.
Réponse de le 05/11/2014 à 18:06 :
Il y a longtemps que le paiement de retraites et des subventions est suspendu dans le Donbass même au delà des zones libérées par la résistance russe. Ce gouvernement ukrainien est au bord de la faillite, ne veut pas admettre la partition, les combats continuent (violente bataille de chars aujourd’hui près de Donetsk) et ne sait plus quoi faire. Obama adore les films cult, on dit que Hollande aussi. C'est tout.
Réponse de le 05/11/2014 à 18:09 :
Quelle bonne blague !!!

Premièrement cela fais des mois que les caisses de Kiev sont vides : les médias occidentaux annonçaient déjà que le pays était bord de la banqueroute fin 2014 / début 2015 et la guerre civile n a pas dut arranger les choses, devinez qui finance l Ukraine depuis !
Et qui vient de payer la facture de 1,5 milliard de $ pour les retards de paiement de gaz a la Russie ? (il doit se marrer Poutine de sanctions comme celles la…l'économie russe, et ce n'est pas moi qui le dit, devient encore plus forte avec les sanctions)

Deuxièmement : cela va donner une bonne occasion a Poutine pour voler au secours des populations du Dombass privées de revenus a l approche de l hiver (qui dans le Dombass n a pas la clémence de ceux de Nice ou de Paris…)

Quel grand stratège que ce Porochenko qui ensuite viendra se plaindre avec ses amis Obama et Hollande de l ingérence de Moscou dans le Dombass !!!
Réponse de le 05/11/2014 à 20:38 :
Au fait, Kiev a payé pour le gaz avec de l'argent prêté par le FMI en août de cette année. Le Fonds avait débloqué 1.4 milliards d'euros à la junte. Mais si le gaz a été réglé en pétrodollars alors ça a coûté encore plus cher à Kiev.

En voici la source :

www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140829trib7954ab7d5/le-fmi-debloque-1-4-milliard-d-euros-pour-kiev.html
a écrit le 05/11/2014 à 17:05 :
Durée de vie des hommes en Russie 65 ans. Age de Poutine 62 ans. Encore 3 ans et hop il dégage, il était temps.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:15 :
Faites gaffes avec vos théories plutôt farfelues, le troll pro OTAN, les dérapages ne pardonnent pas et vous allez vous retrouver les quatre jambes en l’air. :-)
Réponse de le 05/11/2014 à 17:17 :
encore vous, mais c'est fou l'effet que vous font les mots "russie" et "poutine"... ha ha ha
Réponse de le 05/11/2014 à 17:20 :
Autant être aveugle que lire une stupidité pareille...
Réponse de le 05/11/2014 à 17:30 :
L'Ukraine n'est pas membre de l'Otan. Sinon militairement et techniquement l'Otan a une supériorité sur l'armée russe dans toutes ses composantes conventionnelles en retard comme tous les stratèges russes le confirment d'où l'achat de matériel étranger (Mistral etc) et mêmes en terme nucléaire en nombre. Mais le sujet n'est pas la guerre nucléaire mais le réèglement d'un conflit qui est une invasion russe en Ukraine souveraine.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:35 :
Vous ne faîtes que de la propagande poutinienne à longueur d'article alors évoquer la vérité ou des pantins à Kiev de la part d'un clown moscovite c'est très crédible lol ! C'est tout à fait possible que Poutine coupe le gaz, c'est dans ses méthodes et il l'a déjà fait.
Réponse de le 05/11/2014 à 18:58 :
Les putschistes de Kiev ne paient plus les salaires et les retraites à l'Est depuis des mois...alors si on doit parler de chute d espérance de vie, c'est pour les pauvres populations de l'Est sans parler de leurs morts sous les bombes des milices de kiev..un peu de dignité monsieur...
Réponse de le 05/11/2014 à 20:40 :
Hmmmm parfois j'ai le sentiment que ce mec a une histoire d'amour mal résolue avec Poutine, vous savez l'amour et la haine se complètent...
a écrit le 05/11/2014 à 16:47 :
3,1 milliards qui vont servir à Poutine à envahir encore plus l'Ukraine prochainement, quel cynisme.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:20 :
Tiens, une nouvelle vient de tomber et qui doit vous réjouir : Poutine vient d'être élu "L'Homme le plus puissant de la planète" par le très très prestigieux magazine Forbes – et pour la deuxième année consécutive. Il remet Barack Obama à la deuxième place, d'ailleurs une 2ème place pour Obamaniac c'est plutôt bien payée….
Réponse de le 05/11/2014 à 17:27 :
Au lieu de couper le gaz à l'Europe et d'envahir ses voisins, Poutine devrait penser à rendre les vols de son prédécesseur Staline, à savoir la moitié de la Pologne, une partie de la Lithuanie et des pays baltes, la Carélie Finlandaise, de la Moldavie Roumaine, l'est de la Hongrie, les îles Kouriles japonaises etc.
Les magnats russes du secteur alimentaire vont connaître une période faste. "Les prix du gros ont déjà augmenté. Cette situation leur rapporte déjà", a dit à Reuters Sergueï Lisovsky, un ancien nabab du secteur devenu sénateur, grand ami du dictateur Poutine. Les autorités russes avaient mis en garde les producteurs russes contre les hausses du prix à l'occasion de l'embargo. Mais, dans les jours qui ont suivi sa mise en place, le prix de saumon a pu bondir jusqu'à 60%, se retrouvant à plus de 22 dollars (16,6 euros) le kilo dans certains magasins. La Russie va finir encore pire que l'Iran vous pouvez le parier.
Réponse de le 05/11/2014 à 18:22 :
Il faut d'abord que Kiev paie les salaires de tous les fonctionnaires de l'est ukrainien qui restent sans paiement depuis avril cette année. Kiev reste un État-voyou de néonazis soutenus par l'Otan et l'UE, la honte pour mon pays !
Réponse de le 05/11/2014 à 21:07 :
Hollande 17 ème, non mais je suis ulcérée !!!
a écrit le 05/11/2014 à 16:43 :
Priorité de l'Ukraine : se passer au plus vite du gaz et pétrole russes et s'armer jusqu'aux dents.
Réponse de le 05/11/2014 à 20:57 :
Priorité de Poutine : préparer bien une attaque thermonucléaire foudroyante – comme seuls les russes savent le faire – à Washington et faire disparaître tout l'Etat américain. Se les USA lèvent le pied, le reste du pays sera épargné. Sinon, il n'aura pas d'autre choix que le vitrifier aussi.
a écrit le 05/11/2014 à 16:39 :
Les oligarques actuels en Russie sont majoritairement du FSB et proches de Poutine.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:53 :
il est vrai que maintenant, il n'y a plus d'oligarque en Ukraine....n'est ce pas Mr Chocolate.....lol
Réponse de le 06/11/2014 à 9:36 :
Et si l'on pense aux technocrates de Bruxelles, hein ? et aussi aux Etats-Unis, qui ne sont pas gouvernés par deux partis mais par une oligarchie militaro-industrielle, hein ?
a écrit le 05/11/2014 à 16:36 :
Le système politique russe actuel appelé "poutinisme" "ne tiendra pas longtemps", affirme l'écrivain Boris Akounine, qui se dit "pessimiste à court terme pour la Russie, mais optimiste à moyen terme", tout en estimant qu'actuellement son pays "s'enfonce dans les ténèbres". "Le prix qu'il faudra payer pour changer de régime sera, je le crains, élevé", dit-il. "Il est hors de doute que ce régime s'en ira, tout simplement parce qu'il est extraordinairement inefficace, c'est un anachronisme historique". "La menace russe est un facteur de consolidation de la nation ukrainienne". Le problème principal de cette dernière est le même qu'en Russie: la corruption". L'homme de lettres est en train d'écrire une histoire de la Russie en huit volumes (deux ont déjà été publiés). En historien, il pense que la mentalité de la nation russe d'aujourd'hui s'explique par des raisons très anciennes. "Cela va jusqu'à la Horde d'Or. L'Etat russe d'aujourd'hui est héritier de l'empire de Tchinguiz-Khan bien plus que de Byzance"."Ce n'est ni bien ni mal, dans certaines situations cela présente des avantages. L'empire est sacralisé, le pouvoir est sacralisé, la vie des hommes n’obéit pas à la loi, mais aux ordres", pense Akounine pour qui la Russie actuelle est gouvernée par une "arestocratie", autrement dit un groupe d'hommes qui règlent leurs problèmes en arrêtant ceux qui les gênent. Ce pouvoir s'appuie essentiellement sur trois groupes sociaux: la police et les services spéciaux, les oligarques alliés au Kremlin et les fonctionnaires corrompus. Interrogé sur les sondages accordant une très forte popularité à Poutine, il affirme qu'une grande majorité des Russes se désintéressent de la politique et si on leur demande s'ils appuient le maître du Kremlin, ils répondent machinalement "oui" pour avoir la paix. L'écrivain s'insurge contre le sort fait à l'opposant Alexeï Navalny, avocat et homme politique qui a passé six mois en prison, accusé de détournement de fonds "à la suite d'une affaire entièrement fabriquée". Yves Rocher Vostok, la filiale russe du groupe français, a démenti "formellement" que la société soit "à l’initiative du procès contre monsieur Navalny". "Ce sont bien les autorités russes" confirme-t-elle. La série de livres d'Akounine sur l'histoire de la Russie va du IXe siècle à 1917. Pourtant, c'est l'histoire récente qui a laissé des traces profondes dans la société russe : "je ne saurais pas rester objectif en parlant de Lénine ou de Staline. "De ce dernier, on ne pourra parler que lorsqu'il ne pourra plus revenir. Alors qu'actuellement, on assiste à une sorte de renaissance du stalinisme avec Poutine".
Réponse de le 05/11/2014 à 17:15 :
de grâce pourriez vous s'il vous plait faire des messages moins longs. Comme beaucoup, je gagnerais du temps lorsque je veux passer directement au message suivant...merci
Réponse de le 05/11/2014 à 17:21 :
Non mais, autant être aveugle que lire une stupidité pareille...
Réponse de le 05/11/2014 à 17:28 :
Il y a de nombreuses incursions en Ukraine par des troupes russes dont il a été fait des prisonniers, de même que des tirs d'artillerie et de roquettes contre les forces armées ukrainiennes par la Russie depuis le territoire russe et en Ukraine. Suites aux défaites des milices russes de Strelkov il y a eu changement de la stratégie russe, passant d'un soutien surtout caché aux séparatistes à un soutien plus ouvert et évident. Moscou a cessé les ambiguïtés en devenant de plus en plus ouvert sur son appui aux rebelles. L'armée russe a même déployé un quartier général dans la localité de Pobeda à 60 km de la frontière russe et 48 km de Donetsk alors que des blindés et camions de troupes sont entrés dans la localité d'Amvrosiïvka à 70 km de Donetsk. Des journalistes et civils ont assisté à la progression d'une colonne d'une centaine de véhicules dont des chars, blindés, lance-roquettes multiples Grad venus de Russie dans une zone du sud de la région de Donetsk jusqu'ici relativement calme et où les combats font rage désormais.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:36 :
L'Ukraine n'est pas le seul pays de l'ancien bloc de l'Est à s'inquiéter de la politique gazière de Moscou... et à prendre les devants. La preuve : les Premiers ministres roumain et moldave Victor Ponta et Iurie Leanca ont inauguré mercredi un gazoduc qui permettra à la Moldavie, ancienne république soviétique, de réduire sa dépendance vis-à-vis du gaz russe. Grâce à ce gazoduc, la Moldavie ne devra plus craindre d'être privée d'énergie par le géant russe Gazprom, son unique fournisseur de gaz jusqu'ici, a déclaré M. Ponta lors d'une cérémonie en présence du commissaire européen chargé de l'Energie Günther Oettinger. Lurie Leanca a remercié la Commission européenne, qui a financé en partie ce projet, précisant que les premières livraisons de gaz sont attendues le 1er septembre. Long de 43 km, le pipeline qui relie la ville roumaine de Iasi (nord-est) à celle moldave d'Ungheni (nord-ouest) offre une capacité de 1,5 à 2 milliards de mètres cubes par an. Selon les autorités roumaines, il acheminera dans un premier temps 50 millions de m3 par an. (Jauvert)
a écrit le 05/11/2014 à 16:34 :
Une défenseure des droits de l’homme âgée de 73 ans a été interpellée, dans une région du sud de la Russie. Ludmila Bogatenkova a été l’une des premières a dénoncer la présence de soldats russes en Ukraine. Cette interpellation provoque un vif émoi chez les défenseurs des droits de l’homme. En effet, Ludmila Bogatenkova est âgée de 73 ans et a la santé fragile. Elle souffre notamment de diabète. Mais cela n’a pas empêché les forces de l’ordre de l’interpeller vendredi soir et de la conduire en prison. Toutefois, le centre pénitencier de la région a refusé de la recevoir en raison de son état de santé. Elle a été libérée lundi 20 octobre dans la matinée, mais reste sous contrôle judiciaire, accusée de fraude. Le siège du comité des « Mères de soldats » qu’elle préside à Stavropol, au sud de la Russie, a été fouillé. Les défenseurs des droits de l’homme estiment qu’elle est victime de vengeance pour avoir été l’une des premières à apporter des témoignages sur les soldats russes blessés et morts à l’hôpital de Rostov-sur-le-Don, après avoir été évacués d'Ukraine. Elle aidait également les militaires russes qui refuaient de se rendre en Ukraine. Le président de la commission présidentielle pour les droits de l’homme, Mikhail Fedotov, a décidé de s’occuper personnellement de cette affaire. Il a envoyé aujourd’hui une délégation à Stavropol.
a écrit le 05/11/2014 à 16:29 :
Poutine doit payer pour l'invasion de la Crimée donc demander des versements concernant le gaz livré à l'Ukraine est gonflé.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:16 :
il existe des docteurs pour les gens comme vous, vous savez....
Réponse de le 05/11/2014 à 17:22 :
Un tel niveau de naïveté me laisse pantois...
Réponse de le 05/11/2014 à 17:29 :
L'Ukraine n'est pas le seul pays de l'ancien bloc de l'Est à s'inquiéter de la politique gazière de Moscou... et à prendre les devants. La preuve : les Premiers ministres roumain et moldave Victor Ponta et Iurie Leanca ont inauguré mercredi un gazoduc qui permettra à la Moldavie, ancienne république soviétique, de réduire sa dépendance vis-à-vis du gaz russe. Grâce à ce gazoduc, la Moldavie ne devra plus craindre d'être privée d'énergie par le géant russe Gazprom, son unique fournisseur de gaz jusqu'ici, a déclaré M. Ponta lors d'une cérémonie en présence du commissaire européen chargé de l'Energie Günther Oettinger. Lurie Leanca a remercié la Commission européenne, qui a financé en partie ce projet, précisant que les premières livraisons de gaz sont attendues le 1er septembre. Long de 43 km, le pipeline qui relie la ville roumaine de Iasi (nord-est) à celle moldave d'Ungheni (nord-ouest) offre une capacité de 1,5 à 2 milliards de mètres cubes par an. Selon les autorités roumaines, il acheminera dans un premier temps 50 millions de m3 par an.
a écrit le 05/11/2014 à 15:49 :
Et pendant ce temps les polonais jouent les moralistes européens en accusant la France de livrer des armes (les navire de type Mistral) à un pays non démocratique, la Russie, et menacent de ne pas s’approvisionner en armes auprès de la France. Ceci alors qu'ils ont acheté en masse des avions et missiles aux USA qui eux ne livrent des armes qu'aux pays démocratiques, comme l'Arabie Saoudite, les EAU, etc. quel beau monde
Réponse de le 05/11/2014 à 16:19 :
Juste pour l'info, la Russie actuelle est de loin plus démocratique que Polakoland, parole de qui connait (bien) les deux pays.
Réponse de le 05/11/2014 à 16:31 :
Il n'y a pas lieu de livrer les Mistral, Poutine envoie toujours des armes et milices etc en Ukraine.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:23 :
Il fait frisquet, papy, allez mettez-vous en pantoufles…. une petite tisane à la menthe et hop! on va faire dodo...
Réponse de le 05/11/2014 à 18:11 :
Ils seront livrés au maximum dans deux mois, on apprend du porte-parole des chantiers de St-Nazaire ce matin. Renseignez-vous avant de venir débiter des telles *nneries.
Réponse de le 05/11/2014 à 19:13 :
En fait, l'Elysée en cachette tente de vendre les BPC au Canada, qui s'est montré intéressé. Mais ce mardi, une source dans les structures russes chargées de la collaboration militaro-technique avec les pays étrangers a expliqué que ce scénario est tout à fait impossible. Selon elle, les porte-hélicoptères conçus en France pour la Russie ne peuvent pas être livrés à un pays tiers, car ces bâtiments contiennent de l’équipement militaire russe.

Un imbroglio à la française, décidément.
a écrit le 05/11/2014 à 15:37 :
Vieux motard comme jamais !

Je commençais à en avoir marre de me faire zaiber à l'ouzbek
a écrit le 05/11/2014 à 14:56 :
nous sommes devenus le paillasson de fashington....."le changement c'est maintenant !"
Réponse de le 05/11/2014 à 16:21 :
Moi, Président, je serai le paillasson de choix à nos amis de Washington, Wall Street et de tous les lobbies d'outre-Atlantique.
Réponse de le 05/11/2014 à 16:45 :
Marine et Sarko au cachot
Réponse de le 05/11/2014 à 17:24 :
On voit bien que Soros, pour protéger son énorme fortune, doit faire désormais de la propagande pour le compte du système qui le soutient. Ou alors, sénilité oblige, il revient aux vieux démons de haine qu'il porte dans ses bagages et qui datent encore de l'époque de l'URSS. Ou probablement ce sont ces deux raisons qui le motivent à faire sa petite tournée internationale. Pathétique.
a écrit le 05/11/2014 à 13:52 :
Les consignes de l'OTAN et de Washington (excusez-moi du pléonasme) interdisent aux médias à la pensée unique de revenir au sujet des sanctions occidentales à la Russie, et pour ne pas heurter les susceptibilités atlantistes on fait du silence dans les rédactions. Cependant les effets de ces sanctions existent et persistent au long des mois, entraînant une série de mesures de la part des pays concernés, soit en Europe occidentale soit en Europe orientale.

Les sanctions étaient censées causer des dégâts économiques, mais les efforts occidentaux pour infliger des dommages à court terme à la Russie sont en train d’échouer. Couplé à une baisse substantielle du prix du pétrole, tout cela était censé affecter fiscalement la Russie, mais comme les sanctions ont également fait chuter le rouble, le résultat net sur les finances de la Russie est nul.

Les prix du pétrole sont plus bas, mais en partie grâce aux sanctions, il en va de même du rouble, et comme les revenus du pétrole sont encore généralement en dollars, cela signifie que les reçus d’impôts russes sont en gros au même niveau qu’avant. Et puisque les compagnies pétrolières russes gagnent des dollars à l’étranger mais dépensent localement des roubles, leurs budgets de production ne sont pas affectés.

Les Russes ont aussi répliqué par des contre-sanctions et par l’adoption rapide de mesures visant à neutraliser l’effet des sanctions passées contre eux. La Russie a interdit l’importation de certains produits de l’UE – au grand dam des agriculteurs européens. Parmi les membres de l’UE, les pays les plus férocement antirusses ont été les plus touchés : les pays Baltes, qui n’ont pas tardé à perdre une grosse partie de leur PIB, tout comme la Pologne. La Serbie, qui ne s’était pas jointe aux sanctions, fait figure d’exception.

Ici, le message est simple : les amitiés séculaires comptent ; ce que les Américains veulent n’est pas ce que les Américains obtiennent ; et l’UE n’est qu’un bout de papier. De sorte que les contre-sanctions sont en train de créer une situation conflictuelle entre les USA et l’UE, et, à l’intérieur de l’UE, entre l’Europe de l’Est (la plus touchée par les sanctions russes) et l’Europe de l’Ouest. De façon plus significative, elles mettent en lumière un message simple : les USA ne sont pas les amis de l’Europe.
Réponse de le 05/11/2014 à 16:32 :
Propagande du Kremlin apprise par coeur et contraire aux faits.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:26 :
Vous empruntez le pseudo de Ex-Moscovite à son issue, je le connais bien et il ne dirait jamais une telle connerie. Ayez honte plutôt, le troll Otan !
Réponse de le 05/11/2014 à 17:29 :
Avant de discuter des bobards issus de la bouche (mal odorante) d'un putschiste de Kiev maladivement anti-russe comme un certain à ce forum ici, écoutez plutôt : plus de 7'000 de l'armée ukrainienne (y compris leurs mercenaires américains) se trouvent dans trois chaudrons encerclés par les forces séparatistes. Très drôle, Washington estime maintenant seulement qu'il y a "sans doute" une controffensive en cours à Donetsk et à Lougansk. Et ce, alors que depuis plusieurs jours les troupes de Kiev se replient en peu partout, qu'elles sont piégées dans trois chaudron où 7000 hommes ont le choix entre se rendre et mourir. Et que nous en débattons sur ce forum sur une "intox" de plus émise par un putschiste de Kiev uniquement colporté par ce journal en France (aucune autre presse en parle). Tout cela est très amusant. Le vieux McCain doit être fou de rage.
Réponse de le 05/11/2014 à 18:24 :
@ex Héla non, tout est tellement exact, voyager sur le site UPR. fr, vous permettra de vous faire une opinion sur la désinformation atlantiste prégnante des médias européens et surtout de comprendre pourquoi....
a écrit le 05/11/2014 à 13:45 :
Ce que le papier évite soigneusement de dire c'est que ces 3,1 milliards de pétrodollars correspondent à des arriérées (non-payées depuis mai cette année) et à la livraison de gaz russe pendant les mois de novembre et décembre. A partir de janvier 2015 la facture ce sera tout une autre basée, semble-t-il, sur d'autres tarifs.
Réponse de le 05/11/2014 à 16:49 :
C'est du racket de la part du FSB russe
a écrit le 05/11/2014 à 12:35 :
Nous payons pour l'Ukraine et pour qu'elle paie les Russes, pourquoi payer pour l'Ukraine américaine ??
Réponse de le 05/11/2014 à 13:34 :
L'otan a dit que ... Donc, nous faisons.
Réponse de le 05/11/2014 à 16:42 :
Pourquoi payer pour la mafia de Poutine ? Le FSB dit donc les trolls s'exécutent.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:38 :
Cette insistance du gouvernement russe plus que douteusement élu actuel à vouloir couper le gaz à l'Europe alors qu'ils sont bélligérants et en dehors de tout contrôle témoigne désormais clairement de leur volonté d'invasion directe de l'Ukraine, confirmée en plus par l'envoi de chars, armements et troupes etc. entre autres dont les journalistes occidentaux (CNN, BBC, Le Monde, etc) sont témoins. C'est une stupidité le droit de véto à l'Onu car il faudrait envoyer des convois humanitaires de l'Onu et des troupes de l'Onu à la frontière de ce pays souverain que doit rester l'Ukraine. Sinon c'est la porte ouverte aux invasions de tout dictateur exapantionniste nostalgique de l'Urss comme Poutine.
a écrit le 05/11/2014 à 12:22 :
L'Ukraine n'a plus qu'a dire merci a l'UE de Bruxelles....!
Réponse de le 05/11/2014 à 16:51 :
Mieux vaut l'UE que l'Urss ou l'Eurasie
Réponse de le 05/11/2014 à 17:39 :
FAUX. Si vous vous inquietez de la souverainete de l'Ukraine, pourquoi ne protestez-vous pas contre le renversement d'un pouvoir democratiquement (et proprement, selon les observateurs de l'OCDE) par des manifestants soutenus par 7Mds$ du Departement d'Etat americain ?
Réponse de le 05/11/2014 à 18:25 :
L'Ukraine n'a plus qu'a payer ses fonctionnaires et oublier l'UE de Bruxelles....!
Réponse de le 05/11/2014 à 19:29 :
L'UE et l'URSS c'est la meme chose....
a écrit le 05/11/2014 à 12:21 :
Un an à tenir pour les russes, avant la finalisation du southern stream. Ensuite, il appartiendra aux ukrainiens de savoir s'ils veulent, ou non, payer pour acheter du gaz, car leurs menaces de fermeture du gazoduc traversant l'Ukraine deviendra nulle..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :