Alstom inaugure ses deux usines d'éoliennes marines à Saint Nazaire

 |   |  389  mots
Déjà installées sur les côtes belges au large d'Ostende, Alstom décrit les éoliennes Haliade comme : plus efficaces avec un rendement de 15% supérieur à celui des éoliennes en mer existantes.
Déjà installées sur les côtes belges au large d'Ostende, Alstom décrit les éoliennes Haliade comme : "plus efficaces avec un rendement de 15% supérieur à celui des éoliennes en mer existantes". (Crédits : BELGA/AFP)
L'éolien "offshore" est un point clé de l'avenir énergétique français pour Manuel Valls et Ségolène Royal, qui font le déplacement mardi 2 décembre en Loire-Atlantique à l'occasion de l'inauguration des deux premières usines françaises de ce type. Un soutien affiché pour une filière encore en éclosion dans l'Hexagone.

Alstom poursuit son pari industriel de l'énergie marine. Des usines qu'inaugure le groupe français va sortir une partie des éoliennes Haliade 150, "les plus puissantes" du marché selon leur fabriquant, avec leurs 6 mégawatts. Déjà installées sur les côtes belges au large d'Ostende, Alstom les décrit comme "plus efficaces avec un rendement de 15% supérieur à celui des éoliennes en mer existantes, leur permettant ainsi d'alimenter en électricité l'équivalent d'environ 5 000 foyers".

Des doutes sur la rentabilité

Un argument de poids face à la prudence exprimée par les bailleurs de fonds comme la Société Générale. Les investisseurs français doutent en effet que l'éolien offshore soit "bankable", rappelait début octobre GreenUnivers.

Le prix de production de l'électricité reste élevé, à près de 200 euros le mégawattheure (MWh) reconnaissait le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER) Jean-Louis Bal, cité par Le Figaro. Mais en baissant les coûts, notamment par la réduction des délais de construction, ce prix pourrait atteindre la fourchette de 100 à 120 euros à moyen terme, estimait-il. Une prévision soutenue par Alstom qui espère faire des économies d'entretien —les coûts étant très importants en mer— avec la turbine de l'éolienne Haliade, décrite comme robuste et "fiable".

Un point clé pour l'emploi

Côté gouvernemental, la ministre de l'Écologie mise sur la filière de l'éolien en mer pour accélérer la transition énergétique de la France... et pour créer des emplois "verts".

"L'inauguration de cette nouvelle usine d'Alstom à Saint-Nazaire (...) est la preuve que la transition énergétique peut créer des emplois, qualifiés et durables : cette usine va créer 300 emplois directs et 2000 emplois indirects" a annoncé Ségolène Royal dans un communiqué mardi à l'issue de l'inauguration.

La ministre a rappelé qu'en France, deux appels d'offres ont déjà permis de lancer la construction de 6 parcs offshore, pour une puissance totale de 3.000 MW : "on estime que 10 000 emplois directs et indirects vont être créés en France pour satisfaire cette ambition".

Il faudra attendre le premier trimestre 2015 pour que les usines de Saint Nazaire produise les premières nacelles et les alternateurs des éoliennes Haliade 150. Les mâts et les pales proviendront quant à eux des usines Alstom de Cherbourg, pour livrer d'abord les Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2014 à 17:03 :
pourquoi ne pas faire de l'éolien terrestre comme en offshore cet à dire dans des fermes éoliennes comme le pratiquent tous les pays plutôt que de les disséminer partout sur le territoire ce qui est un vrai scandale, la France n'a pas de politique en ce domaine et laisse ce marché à tous les margoulins de passage ..
a écrit le 02/12/2014 à 14:24 :
ils ne sont ecolo qe quand cela les arrange ex de cette semaine des communes ont ete innondees parce qu'ils n'ont pas le droit de nettoyer les rivieres pour proteger les anguilles et là ils vont casser des hectares de peche ?????
Réponse de le 02/12/2014 à 14:34 :
Vous croyez vraiment qu'en "nettoyant" les rivières on évitera les dizaines de kilomètres d’inondations que l'on voit par hélicoptère. C'est bien pour les politiques d'avoir à faire à des gens naïfs comme cela.
Réponse de le 02/12/2014 à 15:38 :
Et l'anthropisation vous en faites quoi?
a écrit le 02/12/2014 à 13:41 :
Par rapport au nucléaire, l'éolien est bien, bien plus cher. Et ça se ressent directement sur la facture. De plus, les 6 parcs offshore produisent, d'après l'article, 3000MW, soit 3 GW, soit l'équivalent d'1 seule centrale nucléaire (qui demande beaucoup moins de maintenance, qui a une production d'électricité qui n'est pas variable dans le temps, et qui, in fine, produit moins de CO² que les éoliennes).
Réponse de le 02/12/2014 à 14:28 :
Le nucléaire ça n'est vraiment pas cher ! C'est surement pour ça que EON vient de provisionner 14 milliards d'euro pour démanteler ses 3 réacteurs construits en 1976 et 1982.
EDF exploite 39 réacteurs mis en service entre 1975 et 1990, comparativement pas grand chose n'a été provisionné (35 milliards... superbe règle de 3), et peu a été répercuté au client...
Mais ça n'est pas grave, hein, c'est l'état français (donc nos impôts et notre dette) qui règlera la note.
Quand on veut comparer économiquement des solutions il faut aller au bout des choses.
Réponse de le 02/12/2014 à 21:42 :
Le nucléaire, en terme de rentabilité énergétique (c'est à dire l'énergie totale qu'il faut "investir" pour extraire de l'énergie de l'univers) est d'environ 30% (et ça, ça comprend toutes les phases de vie de la centrale, en passant par l'extraction de l'uranium, de fer, du sable, etc, au démantellement de la centrale, à la maintenance et à la construction). A côté de ça, la rentabilité de l'éolien est à peu près de 10 à 15%.

C'est quoi le problème alors ? Et bien le problème, c'est que d'un, si c'est moins rentable l'éolien, il faut en construire plus. Donc il faut plus de matières premières, plus de travail humain, plus de maintenance. De deux, quand vous payez votre électricité, vous ne payez pas l'énergie en elle-même (elle est extraite du monde : elle gratuite). Ce que vous payez, c'est le travail humain qu'il a fallu pour exploiter cette énergie : la construction de la centrale, la transformation des matières premières en machines, la maintenance du réseau, etc...

Donc si vous faites plus d'éolien, vous avez plus de TRAVAIL HUMAIN à fournir, puisque l'éolien, c'est moins rentable. Ce qui signifie qu'il faut payer plus (les techniciens n'étant pas des esclaves). In fine, le consommateur va payer beaucoup plus. C'est pour ça que notre société s'est bâti facilement, sans trop payer, car nous utilisions du pétrole, dont la rentabilité énergétique est de 85% (le pétrole, vous plantez un tuyau dans le sol, et ça sort presque tout seul).
a écrit le 02/12/2014 à 13:32 :
brasser de l' air rapporte gros ... aux écolos mais pas aux prolos !
a écrit le 02/12/2014 à 13:28 :
Par rapport au nucléaire dont le cout est reporté sur les générations futures, meme à 200euro ce n'est pas si cher.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :