Alstom vend son pôle énergie moins cher à GE pour gagner le feu vert de Bruxelles

 |   |  241  mots
La Commission européenne, qui a ouvert en février une enquête approfondie sur la transaction, a communiqué en juin ses griefs au groupe américain et se donne jusqu'au 11 septembre pour annoncer sa décision.
La Commission européenne, qui a ouvert en février une enquête approfondie sur la transaction, a communiqué en juin ses griefs au groupe américain et se donne jusqu'au 11 septembre pour annoncer sa décision. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Le groupe industriel français a accepté de réduire de 300 millions d'euros le montant de la cession de sa branche énergie à General Electric, afin de donner davantage de chances au projet de recevoir le feu vert de la Commission européenne.

Alors que GE avait annoncé avoir proposé des concessions à Bruxelles pour racheter le pôle énergie d'Alstom, le groupe industriel français lui rend la pareille.

"Afin d'appuyer General Electric dans sa proposition d'un ensemble complet de mesures destinées à répondre aux réserves exprimées par la Commission, le conseil d'administration d'Alstom a accepté à l'unanimité que le groupe y contribue financièrement via une réduction de 300 millions d'euros du prix d'achat d'origine fixé à 12,35 milliards d'euros", explique-t-il dans un communiqué, lundi 27 juillet.

"Les parties poursuivent des discussions constructives avec la Commission sur cette transaction", ajoute Alstom, qui espère toujours "pouvoir clore la transaction dès que possible dans les prochains mois".

Les réserves de Bruxelles

Pour rappel, la Commission européenne, qui a ouvert en février une enquête approfondie sur la transaction, a communiqué en juin ses griefs au groupe américain et se donne jusqu'au 11 septembre pour annoncer sa décision.

Bruxelles a notamment "exprimé des réserves sur une possible réduction de la concurrence qui pourrait résulter de cette transaction sur le marché des turbines à gaz", qui ne compte que quatre concurrents au niveau mondial: GE, Alstom, Siemens et Mitsubishi Hitachi Power Systems (MHPS), rappelle Alstom.

Gardienne de la concurrence en Europe, la Commission craint que cette opération ne conduise à une hausse des prix, à un choix réduit pour les consommateurs et à une moindre innovation dans le secteur.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2015 à 12:31 :
La Grande Braderie commence ? 300 Millions, c'est pas mal comme rabais.
Le gouvernement devra rendre des comptes sur la fin de ce fleuron national.
a écrit le 28/07/2015 à 10:30 :
Il faut faire tout ce qui est nécessaire pour sauver les dirigeants d'Alstom des foudres de la justice américaine. Qu'est-ce que 300 millions lorsqu'il s'agit de sauver le soldat Kron?
a écrit le 28/07/2015 à 9:31 :
Ha! Les lobbies US auprès de Bruxelles fonctionne bien! 300 million de manque a gagner que l'on récupérera sur les contribuables!
Réponse de le 28/07/2015 à 23:31 :
Alstom n'est pas un groupe public. Ce sont les actionnaires qui recevront 300 millions en moins, pas l'état !
a écrit le 28/07/2015 à 9:23 :
C'est les soldes... Bradons. On n'est plus à 300 millions près. En fait, si on réfléchit bien, quelle différence avec la Grèce ? On les oblige à brader en Grèce, mais nous c'est pire, on le fait volontairement.
Réponse de le 28/07/2015 à 23:33 :
L'actionnaire est libre de vendre, la société lui appartient. Elle n'appartient pas à l'état que je sache !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :