Dessalement de l'eau : l'ONU s'inquiète des risques pour l'environnement

 |   |  961  mots
80% de la saumure étant produite dans un rayon de 10 kilomètres d'un littoral, elle est le plus souvent rejetée en mer, parfois sans dilution ou traitement.
80% de la saumure étant produite dans un rayon de 10 kilomètres d'un littoral, elle est le plus souvent rejetée en mer, parfois sans dilution ou traitement. (Crédits : Reuters)
Pour assouvir leurs besoins croissants en eau potable, nombre de pays dépendent de plus en plus largement du dessalement, dont les techniques deviennent de moins en moins coûteuses. Dans un rapport publié ce lundi, l'ONU met en garde sur les risques environnementaux de la saumure ainsi rejetée dans le milieu naturel.

Croissance démographique, réchauffement climatique, industrialisation, développement des classes moyennes : une variété de facteurs explique l'augmentation continue des besoins mondiaux en eau potable. Mais bien que de plus en plus convoitée, la ressource reste inégalement distribuée sur la planète. Aujourd'hui, entre 1,5 et 2 milliards de personnes vivent dans des régions où, du moins pendant une partie de l'année, l'eau douce disponible ne suffit pas face à la demande. Un demi-milliard est même concerné par cette rareté tout le temps, selon l'Organisation des nations unies (ONU).

Depuis les années 60, une solution s'est donc progressivement imposée : le dessalement, notamment de l'eau de mer. Il est aujourd'hui pratiqué dans 15.906 usines répandues dans 177 pays, calcule l'ONU, qui ce lundi 14 janvier publie une recherche visant à mettre à jour les données sur le sujet. Le processus, essentiellement fondé sur la distillation ou l'osmose inverse, devient en effet de moins en moins cher grâce au développement de nouvelles technologies.

Lire aussi : Inde: comment Suez veut abreuver des villes de plus en plus assoiffées (2/3)

Les capacités de production actuelles atteignent donc les 95 millions de mètres cubes par jour, dont presque la moitié est concentrée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, notamment en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unies et au Koweït. Dans huit pays -Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, Bahreïn, le Koweït, les Maldives, Malte, le Qatar et Singapour -, le dessalement permet même de répondre à l'ensemble des besoins nationaux en eau potable. Dans six autres - les Barbados, le Cap Vert, les Émirats arabes unis, la Guinée équatoriale, Oman et les Seychelles - il en couvre la moitié.

Lire aussi : Eaux alternatives : comment Suez tente de s'imposer au Moyen-Orient

142 millions de mètres cubes de saumure rejetés chaque jour

Ce caractère de plus en plus incontournable du dessalement d'eau de mer constitue toutefois un danger croissant pour l'environnement, souligne l'étude, menée par des chercheurs canadiens, coréens et néerlandais. Non seulement le processus de dessalement est extrêmement énergivore - bien que de plus en plus souvent alimenté par des énergies renouvelables ou de récupération.

Aussi, à son issue, il y a la saumure, à savoir de l'eau chaude très concentrée en sel et autres minéraux. En moyenne, la production d'un litre d'eau potable implique celle de 1,5 litre de saumure - "bien que les valeurs varient considérablement, en fonction de la salinité de l'eau d'alimentation et de la technologie de dessalement utilisée, ainsi que des conditions locales", précise l'étude.

Au niveau mondial, 142 millions de mètres cubes de saumure sont donc rejetés chaque jour par les usines de dessalement : 51,8 milliards de mètres cubes par an, assez pour couvrir la Floride d'une épaisseur de 30,5 centimètres, calculent les chercheurs. En raison d'une large utilisation de l'eau de mer et de technologies de dessalement thermique, la production de 55% de cette saumure est d'ailleurs concentrée en quatre pays : l'Arabie saoudite (22%), les Émirats arabes unis (20.2%), le Koweït (6.6%) et le Qatar (5.8%).

Lire aussi : Eau : un an après Irma, Saur remplace Veolia à Saint-Martin

Salinité et substances chimiques

80% de la saumure étant produite dans un rayon de 10 kilomètres d'un littoral, elle est le plus souvent rejetée en mer, parfois sans dilution ou traitement.

Or, sa « salinité élevée », ainsi que la « réduction des niveaux d'oxygène dissous » dans les eaux réceptrices qui en résulte, « peuvent avoir de profondes répercussions sur les organismes vivant au fond des eaux, ce qui peut se traduire par des effets écologiques observables tout au long de la chaîne alimentaire », s'inquiètent les auteurs de l'étude.

Lire aussi : Les pionniers du green (6/8): Sorek, là où la mer est à boire

Ils évoquent également des risques majeurs liés à la présence dans la saumure rejetée de produits chimiques toxiques, utilisés comme agents détartrants et nettoyants dans le processus de dessalement (du cuivre et du chlore notamment).

Une mine de composants chimiques

Tout en reconnaissant « le besoin urgent de rendre les technologies de dessalement moins chères et de les étendre à des pays à faibles revenus » - aujourd'hui deux tiers des usines sont, en effet, situées dans des pays à hauts revenus -, les auteurs de l'étude appellent donc à une « amélioration des stratégies de gestion de la saumure », notamment dans un contexte où le recours au dessalement de l'eau de mer est destiné à encore croître.

Ils soulignent notamment que loin de constituer seulement un déchet, la saumure, dont la gestion « peut représenter jusqu'à 33% des coûts d'une usine » et est « l'un des principaux obstacles » au développement du dessalement, a le potentiel de devenir une ressource. Elle peut notamment être utilisée en aquaculture, « avec une augmentation de la biomasse de poisson de 300% » ou en faisant attention au risque d'une salinisation progressive des terres, pour l'irrigation des plantes tolérantes au sel : notamment l'algue spiruline, largement vendue comme complément alimentaire, ou des arbustes fourragers.

La saumure peut également être une source de production de l'électricité, et est une "mine" de magnésium, gypse, chlorure de sodium, calcium, potassium, chlore, brome, lithium, bore, strontium, rubidium, uranium etc.

Des "perspectives positives et prometteuses"

Bien que « des efforts aient été déployés ces dernières années », les technologies nécessaires, notamment à l'extraction des composants chimiques, « sont toutefois immatures » et donc aujourd'hui « économiquement non compétitives ». Mais « avec l'amélioration constante de la technologie et l'amélioration de l'accessibilité économique, nous entrevoyons des perspectives positives et prometteuses », concluent avec optimisme les chercheurs, qui soulignent :

« Il est nécessaire (...) de transformer un problème environnemental en une opportunité économique. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2019 à 17:02 :
Pas très sérieux comme article ! Les procédés de dessalement consomme en effet un peu d'énergie (5 à20 kWh/m3 d'eau produite) mais par énormément. Soit un cout de 1 à 2 € par m3 d'eau désalinisé (au prix du kWh français). pour comparaison, l'eau communale coute entre 3 et 5 € par m3 (incluant l'assainissement). Dans une zone désertique, ca vaut le coup... Par ailleurs les rejets (la saumure !) est très peu concentrée. Sa salinité ne doit être augmentée que de quelque pour cent. tant qu'il y a de l'eau de mer disponible, il n'y a aucune raison et plutôt des inconvénients à concentrer plus. Dire que l'on rejette sans dilution cette saumure est débile ! On fait tout pour séparer l’eau salée et l'eau dessalée. Ce n'est pas pour mélanger après. Enfin rejeter dans la mer une eau dont la salinité a augmentée de quelque pourcents, au vu du rapport des quantités (usine/mer), n'est pas significatif.
a écrit le 15/01/2019 à 12:09 :
avec le changement climatique, sud-loire ça risque bien de nous arriver avec l'urbanisation de nos côtes, chez-moi en Vendée la première nappe phréatique à -2 m a disparu, celle à 8m est incapable de pourvoir à une famille alors qu'en 1960 elle pouvait servir à 8 personnes et arroser le jardin, on a été obligés de se raccorder à la ville.
a écrit le 14/01/2019 à 22:58 :
Peut être se préoccuper d'abord de la surpopulation responsable de bcp de malheur dans le monde en particulier au sud avec des doublements de population tout les 20 ans en moyenne !
Réponse de le 15/01/2019 à 8:31 :
Donnez l'exemple svp, merci.
Réponse de le 15/01/2019 à 9:36 :
La surpopulation n'a pas grand chose à voir avec le gaspillage des ressources.
L'eau potable est rare, tres rare... il faut en prendre le plus grand soin. Peu importe la population
Réponse de le 15/01/2019 à 9:48 :
Donne l'exemple stp !

Et arrêtez de me censurer !!!
a écrit le 14/01/2019 à 19:03 :
Si l'on veut parler climat , son réchauffement et la pureté de l'eau douce . Alors regardons toutes les centrales électriques qui réchauffe l'eau de certains fleuves importants de plusieurs degrés pour finir réchauffer les fonds marins . d'autres fléaux au réchauffement de des rivières et des fleuves sont l'arrêt de leurs écoulements normaux par les travaux de rétrécissements , barrages et nappe de rétention d'eau . On en parle pas et pourtant l'impact est considérable pour le climat et l'alimention en eau .
a écrit le 14/01/2019 à 16:18 :
Ben oui mais les propriétaires d'outils de production sont paramétrés à gaspiller et polluer encore plus pour dépolluer et économiser.

Quand on ne veut pas on ne peut pas et ces gens là, par pure bêtise ou avidité ne veulent pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :