EDF remet enfin en marche la centrale nucléaire de Flamanville

 |  | 337 mots
Lecture 2 min.
Le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche) avait été arrêté le 10 janvier 2019 pour une durée prévue de 181 jours pour une maintenance décennale.
Le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche) avait été arrêté le 10 janvier 2019 pour une durée prévue de 181 jours pour une maintenance décennale. (Crédits : Charles Platiau)
Le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Flamanville a redémarré. Le réacteur 1 a pour sa part été arrêté le 18 septembre 2019 en raison de problèmes de corrosion et son redémarrage est actuellement prévu pour le 31 janvier prochain.

Le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche), arrêté pendant 23 mois pour une maintenance décennale, a redémarré dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé EDF. "Le couplage définitif a pu être réalisé samedi à 04H25", a affirmé la centrale sur son site internet. Un "premier couplage" au réseau électrique avait été réalisé vendredi soir, permettant "d'amorcer une montée en puissance de 130 MW (mégawatts)". Puis la turbine avait été arrêtée manuellement pour un "test ultime réussi". "Une montée progressive en puissance va désormais se dérouler au cours des prochains jours jusqu'à atteindre" la puissance maximale du réacteur, soit 1.300 MW décarbonés.

Ce réacteur avait été arrêté le 10 janvier 2019 pour une durée prévue de 181 jours pour une maintenance décennale. Son redémarrage a été plusieurs fois repoussé, car il a fallu "réaliser (...) 80% d'activités supplémentaires (...) en superposition des 20.000 activités prévues dans le cadre de la maintenance", avait expliqué EDF. La crise du Covid-19 a pesé également.

Risque écarté

Face au risque d'un nouveau report, EDF avait demandé de façon préventive au gouvernement une dérogation pour le cas où l'arrêt du réacteur numéro deux dépassait les deux ans. Il n'en aura pas besoin. La loi prévoit en effet qu'une installation nucléaire ayant cessé de fonctionner pendant deux années consécutives est normalement considérée comme "définitivement arrêtée".

Le réacteur 1 a pour sa part été arrêté le 18 septembre 2019 en raison de problèmes de corrosion et son redémarrage est actuellement prévu pour le 31 janvier prochain après plusieurs reports. A côté des réacteurs 1 et 2 de Flamanville, EDF construit l'EPR, qui connaît lui aussi de nombreux retards et surcoûts et devrait entrer en service en 2023. Selon EDF, 44 des 56 réacteurs en service en France sont désormais actuellement disponibles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2020 à 10:00 :
la belle intermittence du nucléaire ;-)
a écrit le 14/12/2020 à 9:58 :
Il faut des dirigeants inoxydables pour éviter la corrosion des métaux. :-) De nombreux métiers sont maitrisés par les sous-traitants, à EDF y a plus personne qui s'y connait (pourquoi avoir une expertise en robinetterie si vous n'y touchez jamais mais faites faire ? C'est l'intervenant qui s'y connait. Vous dites au plombier ce qu'il doit faire chez vous ? Non, c'est lui qui décide et vous qui payez :-) ).
a écrit le 13/12/2020 à 9:59 :
"problèmes de corrosion"

Quand je dis qu'il faut changer les dirigeants du groupe et les remplacer par des gens imperméables à la corruption, heureusement qu'il reste encore quelques gardes fous sinon ils nous auraient tous fait sauter les cinglés là...

Ah c'est rassurant... -_-
Réponse de le 14/12/2020 à 9:58 :
Tu veux pas aller "séduire" une jolie espionne russe ou chinoise et laisser parler les adultes stp ? Merci mon grand.
Réponse de le 14/12/2020 à 9:59 :
@ Benjamin

Tu veux pas aller "séduire" une jolie espionne russe ou chinoise et laisser parler les adultes stp ? Merci mon grand.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :