Energie : les concurrents d'EDF lui demandent plus d'électricité à bas prix

Le dispositif Arenh, ou « accès régulé à l'électricité nucléaire historique », contraint EDF a vendre un quota annuel aux fournisseurs d'énergie au prix de 42 euros le MWh, soit beaucoup moins que ceux actuels du marché. Mais ces tarifs qui impactent lourdement les comptes d'EDF, sont limités en quantité à 120 TWh. Or, les demandes des fournisseurs dépassent ce montant. Toutes ne pourront pas être satisfaites, pointe donc la Commission de régulation de l'énergie.
EDF doit fournir à ses concurrents un quota annuel de 120 TWH d'électricité nucléaire à bas prix selon le dispositif de l'Arenh.
EDF doit fournir à ses concurrents un quota annuel de 120 TWH d'électricité nucléaire à bas prix selon le dispositif de l'Arenh. (Crédits : ERIC GAILLARD)

Y aura-t-il assez d'électricité à bas prix pour tout le monde ? Il semblerait que non. Jeudi, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a, en effet, indiqué que les concurrents d'EDF ont demandé pour 2023 plus d'électricité nucléaire à bas prix produite par l'opérateur historique qu'ils ne pourront en obtenir.

Lire aussiPlafonner le prix de l'électricité issue du gaz : un cadeau en trompe l'oeil pour les consommateurs

Pour rappel, mise en place en juillet 2011, l'Arenh, ou « accès régulé à l'électricité nucléaire historique », oblige EDF à vendre un quota à ses concurrents au prix de 42 euros le Mégawattheure, soit actuellement beaucoup moins que sur les marchés, où les cours se sont envolés. En contrepartie, ils doivent appliquer ce geste sur la facture de leurs clients. Une aide bienvenue tant les prix de l'énergie atteignent des sommets depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine. Fin août, le contrat français pour l'année à venir en matière d'électricité dépassait ainsi les 1.100 euros, contre 85 euros l'année précédente.

Lire aussiEurope : pourquoi découpler les prix du gaz et de l'électricité ne sera pas si simple

Plus de demandes que le quota prévu

Mais, le volume global affecté au dispositif est limité : la quantité de cette électricité peu chère vendue par EDF ne peut excéder 120 térawattheures (TWh) par an, ce qui correspond à plus d'un tiers de la production nucléaire d'EDF. Or, les fournisseurs ont demandé au total « 148,30 TWh, soit un taux d'attribution de 67,43% », indique la CRE dans un communiqué. Les demandes ne seront donc pas intégralement satisfaites. La quantité exigée par les concurrents d'EDF est toutefois en baisse de 7% par rapport à 2022, note la CRE, ce qui peut s'expliquer par les économies d'énergie que les ménages et industriels français ont d'ores et déjà commencé à réaliser en prévision de l'hiver. « Cela reflète d'une part l'anticipation par les fournisseurs d'une baisse de la consommation d'électricité en 2023, d'autre part l'inflexion récente à la baisse ces derniers mois des parts de marché des fournisseurs alternatifs sur le marché de masse », explique, en effet, le régulateur. L'année précédente, 160,05 TWh avaient ainsi été demandés pour l'année 2022.

Le plafond relevé en mars dernier

Ils auront toutefois plus que l'année dernière. Depuis le 1er avril dernier, le plafond a été relevé à 120 TWh contre 100 TWh, le volume en vigueur depuis dix ans. C'est, en effet, ce qu'avait annoncé le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, en janvier 2022, afin de répondre à la flambée des prix de l'énergie qui avait surpris, à l'époque, le gouvernement par son ampleur. Une mesure qui n'est pas sans conséquences pour les finances d'EDF, qui essuie déjà une dette de plus en plus lourde. Son coût avait été estimé, par le locataire de Bercy, à entre 7,7 milliards et 8,4 milliards d'euros. De quoi ternir un peu plus l'image de l'Arenh auprès d'EDF dont l'ancien PDG, Jean-Bernard Lévy - depuis remplacé par Luc Rémont - avait toujours rejeté le mécanisme, le qualifiant même de « poison ».

Lire aussiCrise de l'énergie : l'Etat impose à EDF de vendre plus d'électricité nucléaire à prix cassé

Il devrait prendre fin dans trois ans. L'arrêt de ce dispositif est, en effet, prévu par la loi et le gouvernement planche actuellement sur un nouveau qui viendrait le remplacer au 31 décembre 2025.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 05/12/2022 à 16:21
Signaler
Une mesure simple qui tiendrait en un seul article de loi (très rapide à voter) : "Un opérateur alternatif ne peut, à tout instant, accéder aux capacités de l'Arenh , qu'à concurrence de la quantité égale d'électricité qu'il produit et injecte dans l...

à écrit le 04/12/2022 à 17:56
Signaler
L'arenh ayant été mise en place pour permettre a ses entreprises de développer leur propre production. Nous aimerions bien savoir aujourd'hui où sont toutes les capacité installé.

à écrit le 03/12/2022 à 15:05
Signaler
Bonjour, Bien sûr, les concurrents d'EDF souhaitent plus d'électricité a bas coût produits par le nucléaire pour e revendre très chère au particulier.... Un bon business plan... Bon , arrêtons se scandale, les opérateurs concurrenciel doivent produ...

à écrit le 03/12/2022 à 11:25
Signaler
Quelle honte ce système... Mais il est en place. le ministre de l'éco l'a même augmenté l'année dernière, saignant un peu plus EDF ! Quelques mesures a minima de bon sens ne pourrait pas être refusées par l'UE : 42 € valeur 2011, ça fait 50 € va...

à écrit le 02/12/2022 à 23:12
Signaler
Cela fait des années que le problème existe et est repéré. Le Gouvernement ne fait rien. Il ne veut rien faire. Les seules propositions que porte la France au niveau européen, sur le gaz et l'électricité, sont loufoques et ont été rejetées par nos vo...

à écrit le 02/12/2022 à 18:37
Signaler
Je ne connais pas ,celui qui a négocié cette absurdité, mais j'espère qu'il a bien été récompensé. Sinon c'est apleurer. Ce qui est dommage c'est que ce type de manœuvre, éloigne les citoyens de l'Europe. Heureusement que beaucoup de gens ne compren...

le 02/12/2022 à 19:25
Signaler
Qui a négocié cette absurdité ? Le gouvernement français (Sarkozy) sur exigence de l’UE. Si j’ai tout compris,EDF doit brader une partie de l’électricité produite et en racheter au prix fort quand la demande intérieure l’exige.Logique!

à écrit le 02/12/2022 à 17:07
Signaler
De la haute trahison au plus haut sommet de l'état... rien a dire de plus... un jour viendra où certains devront rendre des comptes...

à écrit le 02/12/2022 à 15:02
Signaler
Les copains demandent de quoi s'arrichir au gvt! Les même avaient résiliés les contrats pendant le confinement. Ce mécanisme doit être purement et simplement supprimer: c'est une escroquerie de niveau national

à écrit le 02/12/2022 à 14:09
Signaler
Cette "Concurrence" artificielle imposée par l'Europe, sous pression allemande évidemment, est une connerie sans nom. De fait c'est encore la France le dindon de la farce. l'Allemagne s'est tirée une balle dans le pied avec l'arrêt du nucléaire et ...

à écrit le 02/12/2022 à 13:43
Signaler
Les entreprises qui bénéficient de l'arenh mais n'investissent pas dans la production d'électricité devraient tout simplement être bannies de ce système, on rempli les poches de quelques-uns au détriment des Français, ce système est une honte !

à écrit le 02/12/2022 à 13:42
Signaler
Comme dirait Jean Bricmont, "Un peu de devoir de mémoire": "franceinfo Officiel : Nucléaire : "L’objectif est de fermer 14 réacteurs d'ici 2035", précise la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson"!..!

à écrit le 02/12/2022 à 13:28
Signaler
EDF peut vendre le mégawatt heure à 42 € à ses concurrents sans perdre de l’argent , mais personne ne veut nous dire le coût de revient et on veut nous faire payer au maximum pour ensuite avec le bouclier , repomper du budget sur EDF

le 03/12/2022 à 10:47
Signaler
Lorsque le montant de 42 euros a été fixé en 2011 (commission Champsaur 1) il était très voisin du prix de revient réel d'EDF (on considérait alors que le nucléaire était complètement amorti). Aujourd'hui, si l'on tient compte du plan d'investissemen...

à écrit le 02/12/2022 à 12:54
Signaler
Quelqu'un peut dire aux concurrents d'EDF qu'ils doivent aussi produire plus d'énergie par exemple photovoltaique ou s'arranger pour l'acheter à d'autres producteurs ou auto-consommateurs (qu'ils pouvaient financer) et qu'ils ont eu le temps pour le ...

le 03/12/2022 à 10:45
Signaler
Impossible pour ces concurrents de faire faillite. L'Union européenne ne l'acceptera pas.

à écrit le 02/12/2022 à 10:46
Signaler
Comment peut-on appeler cela des "concurrents" alors que ce ne sont que des parasites ! De simple pompe à fric !

à écrit le 02/12/2022 à 10:13
Signaler
Souvenir d'un concurrent d'EDF : Est-ce le début d'une troisième vie pour Charles Beigbeder ? Ce «serial» entrepreneur, après avoir fait ses armes comme banquier d'affaires, s'était taillé un joli succès avec le lancement puis la vente de la socié...

à écrit le 02/12/2022 à 10:11
Signaler
Oui il faut faciliter la vie des français et réduire le coût de l électricité et du gaz on ne lâche rien avec les fournisseurs il faut aider et simplifier la vie des français et réduire le coût de leur consommation. Et puis le retour de la tva. A la...

le 05/12/2022 à 11:26
Signaler
Vous vivez sur quelle planéte ? Pourquoi cela serait à EDF de payer la différence entre le prix des importations d'électricité et le prix de vente des "Alternatifs". Tout cela sera ressenti dans nos impots.

à écrit le 02/12/2022 à 9:45
Signaler
Cette fausse concurrence est un système de cinglés

à écrit le 02/12/2022 à 9:38
Signaler
Juin 2022 : Malgré la mise à l'arrêt de nombreux réacteurs nucléaires, le chef de l’État assure qu'il n'y a pas de risque de coupure car "quand il y a des besoins, on s'approvisionne sur le marché européen".

à écrit le 02/12/2022 à 9:17
Signaler
Les fournisseurs alternatifs qui ne produisent aucun courant alternatifs! Qui vivent sur le dos d'EDF et des consommateurs! Y aurait pas comme un défaut?

à écrit le 02/12/2022 à 9:15
Signaler
il est très facile a ces entreprises de faire du bénéfice en le revendant aux français aux prix du marché, mais depuis 10ans ont elles proposées à EdF de participer au financement des futur centrales? non... l'ARENH a été mis en place pour laisser l...

à écrit le 02/12/2022 à 9:11
Signaler
Souvenir récent : Invité dans la Matinale ce vendredi 22 juillet sur CNEWS, le ministre délégué aux Transports Clément Beaune a assuré qu'il n'y aura pas de coupure d'électricité ou de gaz cet hiver en France.

à écrit le 02/12/2022 à 9:08
Signaler
Privatiser les bénéfices, étatiser les pertes ! 180 milliards au moins de subventions de tous ordres aux entreprises privées, des dividendes comme jamais, des ultra bénéfices comme jamais aussi et l'on donne de l'argent aux requins de la finance pla...

à écrit le 02/12/2022 à 8:42
Signaler
Une honte , cette compagnie en charge du nucléaire a la moitié de ses réacteurs en panne. Au lieu de mettre le paquet pour les réparer , que font les fonctionnaires CGT d'EDF, il font grève.

le 02/12/2022 à 10:54
Signaler
C'est tout à fait faux. Seulement 12 réacteurs ont été arrêtés en raison de problèmes de corrosion imprévus. Les autres le sont dans le cadre de maintenances et de mise à niveau planifiées, dont le calendrier a été décalé en raison des décisions de c...

le 02/12/2022 à 10:56
Signaler
C'est surtout que des hommes politiques voulaient fermer de nombreuses centrales ,pourquoi donc les réparer ou les entretenir ,si on doit les fermer , non ? 27 novembre 2018 : Emmanuel Macron a annoncé, ce mardi, lors de la présentation de la ...

le 03/12/2022 à 10:45
Signaler
Il ne faut pas oublier que cette grève de 15 jours ne fait que s'ajouter à la longue liste des déboires d'EDF à la suite des nombreuses décisions tragiques des gouvernants depuis 10 ans (trahison électorale, abandon de souveraineté, antinucléarisme p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.