Électricité : la consommation française chute encore (-8,3%)

Les économies d'énergie se sont, de nouveau, intensifiées en France la semaine passée avec un recul de 8,3% par rapport à la semaine précédente, selon le gestionnaire du réseau de transports d'électricité, RTE. Un phénomène qui ne concerne plus seulement les industriels mais aussi les ménages, alors que le scénario de coupures d'électricité cet hiver devient de plus en plus probable. Ce niveau de baisse se rapproche de l'objectif de -10% fixé par par le gouvernement pour passer l'hiver sans encombre.
Selon RTE, les économies d'énergie concernent « désormais tous les secteurs ».
Selon RTE, les économies d'énergie concernent « désormais tous les secteurs ». (Crédits : Pixabay / CC)

Alors que les basses températures s'installent en France - elles sont, cette dernière semaine, descendues en dessous des normales de saison - les Français font tout de même des économies d'énergie. C'est ce qui ressort des données publiées mardi soir par RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité français. Elles montrent en effet un recul de 8,3% la semaine dernière par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019), un recul qui se rapproche de l'objectif de 10% de baisse fixé par le gouvernement pour passer l'hiver sans encombre.

« L'effet baissier s'amplifie » par rapport à la mise à jour précédente qui avait relevé une consommation d'électricité en recul de 6,7% sur une semaine, précise le gestionnaire, qui a mis en place ce suivi hebdomadaire de la consommation d'électricité en France métropolitaine. Ce chiffre était déjà en hausse par rapport à la semaine précédente (-5,8%). « Sur les 4 dernières semaines, la consommation d'électricité en France à température normale affiche une diminution structurelle (6,6%) par rapport au minimum des années précédentes (2014-2019) sur la même période », indique-t-il dans son actualisation arrêtée à dimanche.

 Les données publiées ont été « alignées sur les températures normales pour la période » et sont indépendantes des valeurs exceptionnellement douces relevées dans l'Hexagone au mois de novembre.

Lire aussiÉnergie : près de 40% des Français craignent de ne pas pouvoir payer toutes leurs factures cet hiver

Les particuliers font désormais aussi des efforts

Autre enseignement : ce phénomène concerne « désormais tous les secteurs ». Jusqu'alors, c'était principalement au secteur industriel que l'on devait les économies d'énergie cet automne du fait de la flambée des prix de l'énergie qui ont tiré l'activité à la baisse. Mais, cette fois, « la baisse de la consommation apparaît désormais concerner tous les secteurs », et ce, alors que sur la semaine passée, les températures sont descendues « significativement en dessous des normales de saison », augmentant les besoins en chauffage. « Les chiffres les plus récents - collectés durant la période de froid des derniers jours - montrent que la baisse de consommation concerne également le secteur résidentiel (majoritaire en volume) et tertiaire », soit un recul de 7% par rapport à 2021, selon RTE. Avant cette actualisation, RTE estimait en fin de semaine dernière que la baisse de consommation n'était pas encore visible dans les « bâtiments tertiaires » comme les bureaux et sièges sociaux d'entreprises et les commerces de distribution.

Pour le gestionnaire, ces chiffres confirment « l'effet réel des actions de sobriété engagées par les particuliers et les entreprises ». De quoi coller aux objectifs affichés par le plan de sobriété du gouvernement, présenté le 6 octobre. Ce dernier prévoit une réduction de la consommation d'énergie de 10% sur les deux prochaines années en France par rapport à 2019, et de 40% d'ici à 2050.

Un risque de coupures cet hiver

Il y a, en effet, urgence à réduire la consommation énergétique du pays si les Français veulent éviter des coupures de courant cet hiver. Ce scénario semble de plus en plus probable, notamment en raison d'un niveau de production d'électricité nucléaire au plus bas. La moitié du parc de réacteurs est indisponible du fait de maintenances programmées mais parfois prolongées, ou de problèmes de corrosion.

Mi-novembre, RTE a d'ailleurs estimé que le risque de recours au dispositif Ecowatt, et en particulier au signal d'alerte rouge, apparaissait « élevé sur le mois de janvier », même s'il « dépendra largement des conditions climatiques et de la possible survenue d'une vague de froid même modérée ». « Le mois de janvier concentre à présent davantage de risques » que dans son analyse antérieure, a, ainsi, écrit RTE se disant, comme la Commission de régulation de l'énergie (CRE), confiant sur la tenue du réseau électrique pour la fin de l'année, grâce aux économies déjà réalisées par les Français.

Lire aussiÉlectricité : comment la Belgique va aider la France à éviter les coupures cet hiver

En outre, le 30 novembre, une source gouvernementale indiquait qu'une circulaire allait être envoyée aux préfets pour « finaliser la préparation du pays », précisant que ces délestages seraient de maximum deux heures et interviendraient aux moments des pics de consommation, entre 8h et 13h le matin, et entre 18h et 20h le soir. Selon une autre source proche du dossier, il est demandé aux préfets de présenter des schémas de délestage permettant de réduire à 38% la consommation dans les zones concernées. La cellule interministérielle de crise travaille sur l'hypothèse que six à dix délestages seront nécessaires sur la période, et des délestages de deux heures touchant six millions de personnes en même temps. Un scénario de blackout, c'est-à-dire une perte totale de contrôle du système électrique, est aussi évalué même s'il semble, pour l'instant, exclu. « Le système qui saute, ça ne se produira pas », a assuré, le mois dernier, Emmanuel Wargon, la présidente de la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 08/12/2022 à 13:00
Signaler
Bonjour, pourriez-vous nous indiquer CLAIREMENT et par ordre d'importance, toutes les causes qui ont entrainé cette baisse de la consommation d'électricité? Merci.

à écrit le 07/12/2022 à 18:32
Signaler
La consommation baisse car les français réduisent leurs dépenses en ces temps d'inflation, et l'activité des entreprises diminue en conséquence. La cause de nos maux en matière d'énergie est l'Europe. Avec tout d'abord l'alignement des prix de l'é...

à écrit le 07/12/2022 à 14:29
Signaler
Un peu de jugeote ne ferait pas de mal. Et si, pour respecter une indispensable et judicieuse sobriété énergétique - et surtout électrique - qui n'est que simple bon sens, on interdisait à tous les véhicules électriques (voitures d e tourisme, véhicu...

à écrit le 07/12/2022 à 11:53
Signaler
A votre pertinente intervention, j'ajouterais que si les pauvres ne se goinfraient pas de cochonneries sucrées et grasses, ils seraient moins gros, trouveraient du travail auquel ils pourraient se rendre en marchant au lieu d'être avachis dans leur 4...

le 07/12/2022 à 22:08
Signaler
je ne vois pas le rapport avec l'électricité

à écrit le 07/12/2022 à 11:52
Signaler
A votre pertinente intervention, j'ajouterais que si les pauvres ne se goinfraient pas de cochonneries sucrées et grasses, ils seraient moins gros, trouveraient du travail auquel ils pourraient se rendre en marchant au lieu d'être avachis dans leur 4...

à écrit le 07/12/2022 à 11:51
Signaler
Oui, oui, oui comme vous avez raison ! y'a pas que le fric dans la vie... quand les prolos que vous évoquez l'auront compris , ils se plaindront moins. Ils n'ont qu'à allé voir en Corée du Nord comme vous le dites souvent. Ils comprendront la chance ...

le 07/12/2022 à 12:19
Signaler
Vous nous l'avez déjà servi , pensez à vous renouveler .

à écrit le 07/12/2022 à 11:51
Signaler
Madame, à votre propos il faut ajouter ceux qui souffrent d'apnée du sommeil et qui ne s'en rendent même pas compte... rien de plus terrible que de dormir à côté de quelqu'un de ce genre à qui il faut, plusieurs fois par nuit, faire du bouche à bouch...

à écrit le 07/12/2022 à 11:48
Signaler
Madame, comme vous je souffre d'apnée du sommeil. Et pourtant je n'ai jamais détourné d'argent bien que je n'ai pas de mandat politique. Je ne manque pas le soir de réduire mon thermostat à 23° même si je laisse ma piscine éclairée la nui. C'est tell...

à écrit le 07/12/2022 à 11:47
Signaler
Pourquoi essayer de récupérer des déchets ?! Il y a tant de magasins qui offrent des prix attractifs... et puis vous risquez d'attraper le tétanos.

à écrit le 07/12/2022 à 11:47
Signaler
Lula, oh Lula, oh Lula oh Lula. Vous avez bien raison d'évoquer ce morceau du groupe de rock anglais The Kinks. Mais quel rapport avec la déforestation ?! les paroles évoquaient la galère d'un jeune travesti...

à écrit le 07/12/2022 à 11:45
Signaler
La France un pays capitaliste et libéral quelle farce ! Officiellement à 57 / 58 % de dépense public sur le PIB , je ne vois absolument rien de capitaliste ou de libéral dans le système français. Le "capitalisme de connivence français" est au capital...

le 07/12/2022 à 12:18
Signaler
Vous n'avez pas l'impression de vous répéter ? Pensez (!) à vous renouveler .

à écrit le 07/12/2022 à 10:38
Signaler
Ce serait interessant de calculer le gain d'énergie que l'on récupèrerait en supprimant les médias de masse et toute cette énergie gaspillée seulement pour nous laver les cerveaux. A la main on a dit la lessive !

le 07/12/2022 à 17:12
Signaler
@Citoyen blasé. Les médias de masse sont ce qu'ils sont. Ils pourraient effectivement être différents mais alors ce ne serait pas pareils. Quant à l'énergie qui pourrait être économisée, cela n'est pas évident car nombreux ont des capteurs solaires d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.