Engie : le remplacement de Mestrallet, à la tête du conseil d'administration, fait débat

Alors que la directrice générale Isabelle Kocher souhaite cumuler les deux fonctions, l'Etat, qui détient 24% du capital d'Engie, entend peser sur la décision finale et pourrait "en avoir décidé autrement".
Des rumeurs de tensions et de divergences stratégiques entre Isabelle Kocher, directrice générale et Gérard Mestrallet, président du conseil d'administration ont régulièrement circulé.
Des rumeurs de tensions et de divergences stratégiques entre Isabelle Kocher, directrice générale et Gérard Mestrallet, président du conseil d'administration ont régulièrement circulé. (Crédits : Jacky Naegelen)

Engie devrait décider de nommer un nouveau président du conseil d'administration lorsque Gérard Mestrallet, atteint par la limite d'âge, quittera son poste au lendemain de l'assemblée générale le 18 mai prochain, rapporte jeudi le journal Les Echos.

Cette décision serait un revers pour la directrice générale de l'énergéticien Isabelle Kocher car celle-ci "souhaite cumuler les deux fonctions après le départ de Gérard Mestrallet et fait campagne en ce sens".

Toujours selon Les Echos, qui cite une source "au sein du gouvernement", l'Etat (24% du capital d'Engie) "en aurait décidé autrement" même "c'est Emmanuel Macron lui-même qui tranchera in fine".

"L'Etat actionnaire avance des arguments de bonne gouvernance pour justifier sa décision. La transformation du groupe n'est pas achevée, il est logique de maintenir cette forme de contrôle sur les décisions prises par la directrice générale (...)."

Tensions et divergences

Engie n'a pas souhaité commenter ces informations et personne n'était disponible dans l'immédiat à Bercy, rapporte Reuters.

Alors que l'ex GDF Suez a nommé Isabelle Kocher à son poste en mai 2016 et que l'ex-PDG Gérard Mestrallet a pris à la même date la présidence du conseil d'administration pour deux ans, des rumeurs de tensions et de divergences stratégiques entre les deux dirigeants ont régulièrement circulé depuis.

Engie est engagé dans un plan stratégique 2016-2018 qui met l'accent sur les activités peu émettrices de CO2, les réseaux et de nouvelles offres aux clients, le groupe réduisant dans le même temps son exposition aux prix des matières premières et de l'énergie, notamment à travers un programme de cession de 15 milliards d'euros déjà largement réalisé.

(avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 14/12/2017 à 16:25
Signaler
Je croyais que l'actuel directeur général avait été nommé sur la recommandation de l'actuel président du CA. Quant-au gouvernement qui a accepté en son temps la privatisation de GDF, il serait souhaitable qu'il s'éclipse sur la pointe des pieds.

à écrit le 14/12/2017 à 12:42
Signaler
L’essentiel est de continuer la mutation, l'adaptation aux enjeux climatiques et à un marché concurrentiel. Madame Isabelle Kocher semble aller dans ce sens et obtenir des résultats. Peut être qu’Engie ne s’adapte pas suffisamment vite ? mais on p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.