Engie prêt à entrer dans le capital d'Areva pour un "beau projet à l'international"

 |  | 504 mots
Lecture 3 min.
Gérard Mestrallet avait déjà évoqué son intérêt pour un partenariat avec Areva, il n'avait pas encore proposé de prise de participation.
Gérard Mestrallet avait déjà évoqué son intérêt pour un partenariat avec Areva, il n'avait pas encore proposé de prise de participation. (Crédits : reuters.com)
Gérard Mestrallet a évoqué, sur Europe 1, l'hypothèse d'un rapprochement entre Engie (GDF-Suez) et le groupe nucléaire Areva dans le domaine des services de maintenance nucléaire. De son côté, EDF a proposé 2 milliards d'euros pour reprendre les activités réacteurs d'Areva.

L'énergéticien français Engie (ex-GDF-Suez) pourrait s'allier à Areva sous la forme d'une "prise de participation", a déclaré samedi son PDG Gérard Mestrallet sur l'antenne d'Europe 1.

"Il y a une partie des activités d'Areva notamment dans le domaine des services de maintenance nucléaire à l'international qui ferait un beau rapprochement avec les nôtres", a-t-il fait savoir. "Ceci pourrait peut-être se faire".

Cela "pourrait être une prise de participation mais nous souhaitons qu'Areva reste impliqué dans ces activités-là", a-t-il encore détaillé, ambitionnant de "les combiner avec les nôtres" pour aboutir à "un beau projet de développement international, créer un grand groupe international dans le domaine des services de maintenance nucléaire, Areva et Engie ensemble". "Je souhaite qu'Areva demeure", a-t-il également déclaré, précisant que le groupe nucléaire était "un grand partenaire" d'Engie.

Il y a quelques jours, Engie avait dit qu'il était intéressé par l'aboutissement d'un partenariat avec Areva dans le domaine des services tout en excluant des acquisitions.

Deux groupes déjà partenaires

Engie et Areva sont notamment partenaires dans le consortium qui a remporté l'appel d'offres pour la construction d'une deuxième centrale nucléaire en Turquie et dans celui chargé de construire deux parcs éoliens en mer en France.

Engie détient par ailleurs 5% du capital de l'usine d'enrichissement d'uranium Georges Besse II et deux des réacteurs nucléaires qu'il exploite en Belgique ont été construits par Framatome, l'actuelle division réacteurs Areva NP, au coeur des tractations entre Areva et EDF.

EDF a pour sa part officialisé mardi son intérêt pour une reprise de la division réacteurs d'Areva ou, a minima, pour un rapatriement chez l'électricien public des ingénieurs d'Areva, sans toutefois chiffrer sa proposition.

EDF veut les réacteurs mais pas le passif...

Selon des informations du journal Les Echos, l'électricien aurait fait une offre valorisant les activités qui l'intéressent à un peu pus de 2 milliards d'euros, déduction faite des passifs de la société, soit 7,5 fois l'excédent brut d'exploitation. Joint samedi par l'AFP, EDF n'a pas souhaité faire de commentaires.

Un porte-parole d'Areva a confirmé pour sa part "la réception d'une lettre d'offre indicative vendredi" sans toutefois faire de commentaire sur un montant ou le périmètre concerné.

L'Etat tranchera cet été

Le gouvernement n'a pas encore pris sa décision concernant la forme que prendra le rapprochement entre Areva et EDF, a déclaré vendredi le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, ajoutant qu'une réunion sur ce dossier se tiendrait le 3 juin à l'Élysée et que la décision serait arrêtée "d'ici l'été".

Areva, dont le capital est détenu à 86,5% par des acteurs publics (54,4% pour le Commissariat à l'énergie atomique, 28,8% pour l'Etat et 3,3% pour la banque publique d'investissement Bpifrance), a dévoilé début mars une perte nette de près de 5 milliards d'euros pour l'année 2014, en raison notamment d'importantes dépréciations d'actifs.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2015 à 17:40 :
EDF a précipité la chute d'AREVA en multipliant les contrats par exemple avec Rosatom dans le combustible et ces fonctionnaires récupéreraient AREVA pour un euro symbolique ?
a écrit le 24/05/2015 à 9:01 :
cette opération va permettre d'arroser les membres du gouvernement, l'épaisseur sera en fonction du rang qu'il occupe, on peut s'imaginer ce que va toucher le toréador d'opérette.
a écrit le 24/05/2015 à 0:52 :
Le nucléaire ne vaut plus un kopeck
a écrit le 23/05/2015 à 13:39 :
EDF veut les reacteurs de Areva mais pas le passif (chantier finlandais qui risque de ne jamais demarrer) ... et qui paiera la note ? Le contribuable via la COFACE. He bien c'est hors de question et je suis motivé a lancer une plainte ou quelconque action de groupe contre cette infamie d'Etat qui se prepare.
Investir dans le nuke en 2015, mais quelle erreur strategique majeure !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :