ExxonMobil veut forer de plus belle malgré le réchauffement climatique

 |   |  687  mots
À Wall Street, ces annonces provoquaient vers 17h00 GMT un recul de 4,80% du titre, qui évolue désormais à son plus bas depuis 2005.
À Wall Street, ces annonces provoquaient vers 17h00 GMT un recul de 4,80% du titre, qui évolue désormais à son plus bas depuis 2005. (Crédits : Reuters)
Le PDG Darren Woods a défendu, ce jeudi, cette stratégie à contre-courant lors d'une journée de présentation de l'entreprise aux investisseurs à New York. Il a expliqué qu'elle allait conduire "à améliorer la valeur pour les actionnaires", pourtant inquiets de la baisse continue des prix du pétrole.

ExxonMobil va continuer à investir massivement dans l'exploration de gisements d'hydrocarbures et le forage de puits pétroliers, en dépit des interrogations sur la viabilité d'une telle stratégie au moment où se multiplient les politiques de lutte contre le réchauffement climatique.

Le géant pétrolier, un des plus gros pollueurs au monde, a confirmé jeudi que l'enveloppe destinée aux investissements allait être comprise entre 30 et 35 milliards de dollars par an jusqu'en 2025.

Pour 2020, ExxonMobil prévoit d'investir jusqu'à 33 milliards de dollars, en hausse de 6% comparé à 2019, ce qui tranche avec le retrait des autres majors pétrolières.

Le PDG Darren Woods a défendu, ce jeudi, cette stratégie à contre-courant lors d'une journée de présentation de l'entreprise aux investisseurs à New York.

Il a expliqué qu'elle allait conduire "à améliorer la valeur pour les actionnaires", pourtant inquiets de la baisse continue des prix du pétrole. Ceux-ci ont décliné de 23% en moyenne depuis le début de l'année, une tendance qui devrait se poursuivre, en raison d'un ralentissement attendu de la croissance mondiale affectée par l'épidémie de nouveau coronavirus.

Lire aussi : Coronavirus: Le FMI s'inquiète des effets sur la croissance

La demande mondiale de produits pétroliers devrait se contracter en 2020, prédit la banque Goldman Sachs.

Darren Woods, qui a augmenté de 74% les investissements depuis son arrivée aux commandes en 2017, parie sur les pétrole et gaz de schiste aux États-Unis et sur le Guyana, un pays situé au nord du Brésil, où un consortium, emmené par ExxonMobil, a découvert un des plus importants gisements d'hydrocarbures de ces dernières années.

ExxonMobil ambitionne d'être le plus gros producteur dans la zone du bassin permien, qui abrite les principales réserves américaines au sud des États-Unis. Sa production devrait y dépasser un million de barils par jour d'ici 2024, soit davantage que ce que prévoit son grand rival et compatriote Chevron.

L'action au plus bas en 15 ans

À Wall Street, ces annonces provoquaient vers 17h00 GMT un recul de 4,80% du titre, qui évolue désormais à son plus bas depuis 2005.

Pour rassurer les marchés qui s'interrogent sur la rentabilité des projets de forage dans un monde où les énergies fossiles sont de plus en plus rejetées, Darren Woods a assuré que les coûts du matériel d'exploration avaient chuté du fait des cours bas du pétrole qui découragent les investissements dans ce secteur.

"La croissance de la population mondiale et l'expansion de la classe moyenne vont augmenter la demande en énergie, ce qui requiert des investissements massifs dans le pétrole et le gaz", a-t-il aussi avancé.

M. Woods a promis également de continuer à verser des dividendes, mais le niveau élevé des investissements suggère que le groupe va devoir une nouvelle fois vendre des actifs et s'endetter pour choyer ses actionnaires.

De son côté, Chevron a affirmé, mardi, disposer d'un trésor de guerre de plus de 80 milliards de dollars qu'il entend redistribuer à ses actionnaires dans les cinq prochaines années.

Aux défenseurs de l'environnement, Darren Woods a répété qu'ExxonMobil était en train d'investir dans les technologies de capture et de stockage de carbone.

La major américaine, qui avait annoncé en octobre 2018 qu'elle consacrerait un million de dollars sur deux ans afin de promouvoir une taxe carbone américaine, n'a cependant pris aucun engagement significatif.

"Nous allons essayer de réduire nos émissions du mieux que nous pouvons", a défendu M. Woods, alors que le gestionnaire d'actifs américain BlackRock, un de ses plus importants actionnaires, a fait part récemment de sa volonté de verdir ses investissements.

Il ajouté que fixer des objectifs ou un échéancier n'était "pas une bonne idée. Nous ne voulons pas participer à un concours de beauté".

ExxonMobil est à la traîne face à ses rivales européennes, dont BP qui s'est engagé récemment à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, aussi bien sur les émissions polluantes de ses propres activités que sur celles liées au pétrole et au gaz qu'il produit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2020 à 6:07 :
Il n'y pas l'ombre d'une preuve d'un réchauffement climatique anormal ou néfaste ou causé par le CO2.

Aucun lien entre le CO2 et l'énergie entrante n'a jamais été montré ou même suggéré.
a écrit le 06/03/2020 à 12:54 :
"... Greta réveille-toi, ils sont devenus fous ..." (air connu :-) ) !!
a écrit le 06/03/2020 à 12:50 :
"Parle à mon c.., ma tête est malade !" :-)
a écrit le 06/03/2020 à 9:10 :
"De son côté, Chevron a affirmé, mardi, disposer d'un trésor de guerre de plus de 80 milliards de dollars qu'il entend redistribuer à ses actionnaires dans les cinq prochaines années."

Si le titre chute c'est que les actionnaires doivent trouver que c'est trop peu, faut pas chercher plus loin avec des gens aliénés par leur cupidité hein...

C'est qu'en plus avec des centaines de milliers qu'ils pompent aux finances publiques ils deviennent chaque année plus gourmands !
Réponse de le 10/03/2020 à 6:08 :
Qui pompe quoi à qui?

Votre commentaire n'a rigoureusement aucun sens. Vous m'avez l'air d'un bobogogocho communiste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :