France : cet inquiétant manque d'électricité qui nous oblige à importer

Alors qu’une vague de froid a perturbé l’arrivée du printemps, le gestionnaire du réseau national d’électricité, RTE, a déclenché l’alerte orange ce lundi en prévision d'une hausse de la demande, et appelé aux écogestes. Si le pic a finalement pu être passé grâce aux importations, cet événement montre à quel point le système est fragile, et la sécurité d'approvisionnement non acquise. Et pour cause, plus de la moitié de la puissance nucléaire installée est aujourd’hui indisponible, et les marges s’avèrent extrêmement limitées. Décryptage.
(Crédits : Reuters)

Baisser son chauffage d'un degré, éviter les bains ou encore limiter l'usage de ses appareils électroménagers : depuis le début de la guerre en Ukraine, les appels se multiplient pour inciter les Européens à réduire leur consommation d'énergie, afin de se désintoxiquer du charbon, du pétrole et surtout du gaz russes. Mais si les tensions internationales ont remis le sujet sur la table, la dépendance du Vieux Continent à son voisin de l'Est est loin d'être son seul talon d'Achille en matière énergétique. Y compris en France, où le système électrique a montré de graves failles, à moins d'une semaine du premier tour de la Présidentielle.

En effet, alors que la production nationale était inférieure à la consommation ce lundi à cause de la vague de froid qui touche le pays, le réseau a été mis à rude épreuve. La veille, son gestionnaire, RTE, avait même déclenché une alerte orange et appelé les citoyens aux écogestes, aux côtés du fournisseur historique EDF. Si une coupure d'électricité a finalement pu être évitée, avec 800 mégawatts (MW) économisés grâce à la mobilisation collective, la France a dû importer jusqu'à 9 gigawatts (GW) dans la matinée, depuis l'Allemagne et l'Angleterre notamment, contre une production domestique totale au moment du pic de 63,6 GW.

Autrement dit, une demande de près de 70 GW a suffi à faire vaciller le système, alors même que la puissance installée du parc s'élève à plus de 130 GW. Un constat d'autant plus surprenant que, ces dernières années, les appels ont plusieurs fois dépassé les 100 GW, tandis que l'alerte rouge lancée par RTE en janvier 2021 tablait à l'époque sur une consommation de presque 90 GW. Force est de constater que, peu à peu, les capacités de production de la France se sont donc effritées, mettant en péril sa sécurité d'approvisionnement. Une "situation catastrophique", s'alarme Nicolas Goldberg, senior manager Energie chez Colombus Consulting, qui a d'ailleurs fait grimper en flèche les prix spot dans l'Hexagone, ceux-ci ayant atteint jusqu'à 3.000 euros le MWh vers 8 heures du matin, contre près de dix fois moins ailleurs en Europe.

La disponibilité du parc nucléaire mise à mal

Et l'explication tient d'abord dans un phénomène conjoncturel. Car alors que le mix électrique de la France repose toujours, en théorie, à presque 70% sur son parc nucléaire, celui-ci peine en ce moment à atteindre les 50%. Selon le réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d'électricité ENTSO-E, 26 des 56 réacteurs du territoire se trouvent en effet à l'arrêt, privant les consommateurs d'une puissance de 29 GW (sur 61 GW).

En cause : le décalage des maintenances du fait du coronavirus, qui tombent donc, pour plusieurs centrales, en ce moment-même, mais aussi les fermetures pour recharger le combustible, qui ont traditionnellement lieu à la fin de l'hiver. Reste que la principale raison réside dans un événement totalement imprévu : celui de l'identification récente d'un défaut de corrosion sur plusieurs infrastructures, et dont les causes et l'ampleur réelle restent inconnues. En février, EDF avait ainsi présenté un programme de contrôles afin de vérifier le nombre de réacteurs concernés par l'anomalie, et annoncé qu'il arrêterait en priorité, et d'ici à fin avril, Bugey 3 et 4, Cattenom 3, Chinon 3 et Flamanville 1 et 2.

"C'est vraiment structurant. Sans ce problème de fissuration qui pousse EDF à fermer une partie du parc, on aurait un réseau sans marges, mais pas à marge négative, comme c'est le cas actuellement", avance Nicolas Goldberg.

Lire aussi 7 mnRéacteurs nucléaires : EDF devra encore étendre son contrôle des fissures

Moins de centrales pilotables

En outre, des facteurs plus profonds s'ajoutent à cette situation et l'aggravent. "Pendant de nombreuses années, nous n'avons plus construit de moyens de production pilotables [qui permettent de fournir de l'électricité bas carbone sans variation liée aux conditions météorologiques ou géographiques, ndlr]. Nous en avons même fermé, en ne construisant que des éoliennes et des panneaux solaires à la place. Forcément, cela a déstabilisé le réseau, et accru le risque d'une non satisfaction de la demande", glisse à La Tribune André Merlin, le premier directeur de RTE.

Le gouvernement a notamment acté la fin de la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace, définitivement mise à l'arrêt en 2020, ou plus récemment celle de la centrale à charbon moselloise Emile Huchet, qui a fermé ses portes le 31 mars.

"Fessenheim ne représentait qu'1,8 GW, son maintien n'aurait donc pas suffi, même s'il aurait apporté des marges bienvenues. Mais nous avons par ailleurs fermé plus de 10 GW d'énergies fossiles depuis 2012. Ce qui est bon pour le climat, mais aboutit à un manque significatif de pilotables. A cela s'ajoute notre retard sur l'efficacité énergétique, notamment dans les bâtiments, qui permettrait de réduire en parallèle la consommation", précise Nicolas Goldberg.

Retards dans le déploiement de nouvelles unités de production

D'autant que les rares projets mis en route pour compenser ces fermetures ont en réalité accumulé les déboires. Notamment la construction du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (1,6 GW), qui essuie plus de dix ans de retard, et n'est toujours pas raccordé au réseau. Mais aussi la centrale au gaz de Landivisiau, opérée par TotalEnergies et mise en service il y a quelques jours seulement, après de très nombreux glissements du calendrier.

Lire aussi 8 mnRelance du nucléaire : le nouveau retard de Flamanville douche les espoirs d'EDF et du gouvernement

Du côté des installations non pilotables, le bilan de la France s'avère également peu reluisant, puisque l'Hexagone ne compte encore, par exemple, aucun parc éolien en mer. De manière globale, la filière éolienne reste à la peine : fin septembre 2021, la puissance installée s'élevait à un peu plus de 18,5 GW, soit à peine 1 GW de plus que l'année précédente, et deux fois moins que les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE).

A cela se sont ajoutées des conditions météorologiques peu favorables ce lundi, puisque le manque de vent a fait monter l'éolien à près de 4 GW seulement au moment du pic. Quant au solaire, logiquement, sa contribution au réseau n'a commencé qu'après 9 heures, tandis que la consommation a, elle, explosé vers 8 heures.

"En l'occurrence, ces sources d'énergie n'ont pas beaucoup aidé. Bien sûr, c'est mieux de les avoir que de s'en passer totalement, mais il est finalement difficile de dire à quel point", note Nicolas Goldberg.

Lire aussi 9 mnÉnergies renouvelables: pourquoi le retard de la France pose problème

Une instabilité qui devrait durer

Surtout, la situation ne devrait pas s'améliorer avant plusieurs années, et les alertes pourraient devenir fréquentes. "Cela risque de se reproduire jusqu'à ce qu'on mette en service de nouveaux moyens de production pilotables", assure André Merlin. "C'est sûr que ce sera tendu chaque hiver jusqu'en 2025 au moins", abonde Nicolas Goldberg.

D'ici là, un ensemble de facteurs pourraient cependant stabiliser le réseau, et permettre d'éviter des coupures de courant inopinées pour les citoyens. "Il y aura d'abord le chargement de l'EPR Flamanville, qui devrait être mis en service dès l'an prochain. On pourra compter aussi sur la centrale à gaz de Landivisiau, même si elle ne représente même pas un réacteur de Fessenheim en termes de puissance, ainsi que sur le raccordement du parc éolien offshore de Saint-Nazaire. Mais il faudra aussi faire des efforts dans l'efficacité énergétique, ou encore s'appuyer sur une amélioration des interconnexions avec nos voisins, qui devraient normalement passer de 13 à 26 GW en termes de capacités", liste Nicolas Goldberg.

Malgré l'urgence climatique, le gouvernement pourrait également décider de prolonger les dernières centrales au charbon du territoire, et même décider de rouvrir celle d'Emile Huchet, "en cas d'absence d'approvisionnement en charbon russe", a précisé la semaine dernière le ministère de la Transition écologique.

Reste que la situation pourrait dégénérer dans le cas où l'approvisionnement en gaz en provenance du pays de Vladimir Poutine se trouverait lui aussi coupé. "Le cas échéant, si les travaux de RTE montrent que des centrales françaises pourraient être indisponibles faute de gaz, il faudra arbitrer pour savoir si l'on rationne le gaz pour le chauffage et l'industrie, de manière à le prioriser pour la production d'électricité", explique Nicolas Goldberg. En attendant, Emmanuel Macron temporise, et concentre les discussions sur un éventuel embargo sur le pétrole et le charbon russes, moins essentiels pour la France.

Lire aussi 7 mnGuerre en Ukraine : la France songe, elle aussi, à recourir davantage au charbon

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 05/04/2022 à 18:27
Signaler
une fois de plus ne comptons pas trop sur les energies renouvelables eoliennes panneaux solaire mais allez donc faire comprendre cela aux ecolos bobos qui parfois roulent en grosses berlines ou 4/4 l'energie nucleaire pour les centrales c'est quan...

à écrit le 05/04/2022 à 12:33
Signaler
Eh ! déconnez pas, on a besoin d'électrons pour vendre nos bonbons sonors !

à écrit le 05/04/2022 à 12:22
Signaler
Si EDF ne fournit pas d'électricité à nous, ses clients, conformément aux contrats, alors il devra nous payer des pénalités !

à écrit le 05/04/2022 à 9:50
Signaler
L avenir est à l autonomie énergétique et si possible alimentaire … autonomie ne veut pas dire décroissance ou restriction mais mise en place de solution adaptée à chacun ( tout le monde n a pas un jardin ou des panneaux photovoltaïques..) perso j ...

le 05/04/2022 à 14:45
Signaler
Votre quete d'indépendance énergétique individuelle est remarquable, sincèrement... Mais n'est possible que pour les propriétaires de pavillon avec jardin. Pile poil le mode de vie incompatible avec la diminution des surfaces artificialisees, la rédu...

à écrit le 05/04/2022 à 9:36
Signaler
Gouverner c'est prévoir, grand succès pour la décarbonation...

à écrit le 05/04/2022 à 9:21
Signaler
"Situation inquiétante" certes mais prévisible ! En effet , la France s'enorgueillit d'un parc électronucléaire mais vieillissant dont la disponibilité décroit à l'inverse de ses coûts qui explosent ! Nous sommes au mois d'avril (l'hiver est théoriqu...

le 05/04/2022 à 14:24
Signaler
@Bioman. Et du coup, on arrête de chauffer son logement quand il fait nuit en hiver, et que les panneaux ne fonctionnent plus. Ou bien de climatiser les bureaux lorsqu'on est une journée de canicule estivale sans souffle de vent. Rappel : Rien que po...

le 05/04/2022 à 14:33
Signaler
@Bioman. Faisons un autre rappel. La plus grande éolienne du monde a une puissance de 12 MW. Si nous voulions remplacer toutes les centrales nucléaires avec cette éolienne, il faudrait en planter 5000. Avec une disponibilité de 50%, il faudrait plutô...

le 05/04/2022 à 14:51
Signaler
Le developpement des ENR n'est pas un modèle de rapidité : en France, 6 a 8 ans pour un parc eolien terrestre, plus de 12 ans pour un parc eolien offshore... Et pour pouvoir fournir avec une confiance de 98 % 1MW de puissance au reseau, il faut cons...

à écrit le 05/04/2022 à 9:21
Signaler
"Situation inquiétante" certes mais prévisible ! En effet , la France s'enorgueillit d'un parc électronucléaire mais vieillissant dont la disponibilité décroit à l'inverse de ses coûts qui explosent ! Nous sommes au mois d'avril (l'hiver est théoriqu...

à écrit le 05/04/2022 à 9:11
Signaler
cela fait plus de 15 ans que l'on renouvelle pas les centrales nucleairs ( faible entretient non construction de nouvelle donc perte de savoir faire ) et par ailleurs on developpe de plus en plus de materiels electrique (ordinateurs ,voitures, portab...

le 05/04/2022 à 9:40
Signaler
Les centrales nucléaires sont entretenues sous l’œil de l'ASN. Mais la fissuration sous contraintes des aciers INOX est une chose connue et recherchée et quand ils en trouvent ils les réparent..

à écrit le 05/04/2022 à 8:04
Signaler
Et juju temporise en faisant son coquelet C'est vraiment un désastre ce pays, partout où on avait des avantages, on a tout foiré. L'agri agro on est devenu déficitaire, on avait le nucléaire, on importe de l'électricité, quelques rares industries de ...

à écrit le 04/04/2022 à 22:06
Signaler
Si j'ai bien compris le message de RTE, il fallait débrancher sa box, et ne pas se servir du matériel électroménager, mais on pouvait continuer de charger son véhicule électrique. Belle logique !

à écrit le 04/04/2022 à 21:42
Signaler
Les 20 dernieres années de la politique énergétique allemande montrent que plus on met sur le réseau d'ENR intermittentes (eolien, solaire), plus il faut construire en parallèle de capacités de production pilotables : idéalement de l'hydraulique (ma...

le 05/04/2022 à 11:29
Signaler
Mais non……..chez nous,de grands visionnaires,comme ceux qui ont décidé la fermeture de Fessenheim,l’abandon de la recherche (Astrid) pour avoir des renforts écologiques.Ceux-ci font les dégâts,un petit tour et puis s’en vont!

le 05/04/2022 à 16:53
Signaler
Les responsables sont Hollande et Macron qui pour récolter des voix écolos n'ont pas entretenus les centrales nucléaires et fermés la centrale alsacienne . Il faut le dire !

à écrit le 04/04/2022 à 21:13
Signaler
rien d'inquietant, vu que c'est qui a ete prevu pour sauver la planete!! il faut que les gens n'aient plus d'electricite comme ca, pas de rechauffement pendant que les chinois font tourner des usines a charbon.... ca sauvera la planete...ah ben non, ...

à écrit le 04/04/2022 à 20:39
Signaler
Pourquoi si peu de panneaux solaires dans le sud de la France alors que nous y avons 300 jours de soleil par an ???

le 04/04/2022 à 21:26
Signaler
Ce matin, le pic de consommation électrique etait entre 7h00 et 9h00 : le soleil etant encore trop bas sur l'horizon, en quoi des panneaux solaires auraient-ils nous auraient-ils permis d'y faire face ?

à écrit le 04/04/2022 à 20:33
Signaler
Ça fait des années que l'on repousse les décisions difficiles dans le dossier du nucléaire. Les décisions sur le remplacement des centrales n'ont pas été prises par Macron, ni par Hollande, ni par Sarkozy... Les premières discussions pour Flamanville...

à écrit le 04/04/2022 à 19:55
Signaler
Voilà un domaine où l’échec du quinquennat MACRON est patent, on prône le tout électrique mais on ne fait pas les investissements qui s’imposent, quand on gère une entreprise comme cela on est vite viré

le 04/04/2022 à 21:30
Signaler
Les questions d'indépendance énergétique de la France remontent au moins à De Gaulle, et les choix politiques de tous les gouvernements qui se sont succédés depuis ont aussi amené là où l'on en est aujourd'hui... Et on ne passe pas au "tout électriqu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.