L’éolien français dans l’impasse depuis plus d’un an

Le nombre d’éoliennes autorisées s’est effondré. Pour Paris, qui tente de se présenter comme un champion climatique, la situation devient gênante. Un article de notre partenaire Euractiv.

7 mn

(Crédits : Reuters)

En décembre 2017, le Conseil d'État, la plus haute juridiction administrative française, a abrogé un décret donnant aux préfets régionaux la responsabilité d'accorder les permis environnementaux nécessaires à la construction de champs d'éoliennes. Depuis, plus personne ne peut les délivrer.

« La question de l'autorité compétente pour délivrer les permis d'installation de champs d'éoliennes terrestres en France est en suspens depuis plus d'un an. Il n'y a donc aucun nouveau permis et aucun nouveau projet ne peut se développer », regrette Giles Dickson, PDG de l'association d'entreprises WindEurope.

« Le gouvernement ne se décide pas à promulguer le décret qui réinstaurerait une autorité compétente et relancerait la machine », ajoute-t-il.

Contacté, le ministère de la transition écologique et solidaire a indiqué que le nombre de projet d'éoliennes autorisées avait chuté de 22 % entre 2017 et 2018. « En 2018, 103 parcs éoliens ont été autorisés pour une puissance installée cumulée de 1 510 MW », a indiqué le cabinet du ministère à l'Écologie, François de Rugy.

Extrême lenteur du montage de projet éolien en France

Il faut actuellement six à huit ans pour concrétiser un nouveau projet éolien en France, le double de la moyenne européenne, selon WindEurope. La nouvelle directive européenne sur les renouvelables, adoptée l'année dernière, fixe d'ailleurs des maxima pour les procédures administratives : 3 ans pour les nouveaux projets, deux pour les rééquipements.

Dans sa Programmation pluriannuelle de l'énergie, présentée en novembre, la France s'est fixé comme objectif d'installer 35 GW de capacités éoliennes terrestres d'ici 2028, contre les 14 GW actuels. Des objectifs qui resteront lettre morte si le blocage perdure, prévient Giles Dickson.

« Nous voyons déjà le nombre de projets se tarir et la vente aux enchères de l'année dernière n'a pas amené autant de projets d'investissements que souhaité. Si la France veut sérieusement mettre en œuvre sa stratégie nationale en matière de climat et d'énergie, le gouvernement doit régler ce problème de toute urgence », conclut-il.

La deuxième vente aux enchères d'éoliennes terrestres en France en 2018 a été un flop, puisqu'elle n'a attribué que l'équivalent de 118 MW de projets, alors que 500 étaient proposés, selon WindEurope.

Scénario catastrophe

Et la situation est encore plus problématique pour l'éolien en mer. Depuis que la France s'est engagée en 2012 à construire le premier parc éolien expérimental du pays au large des côtes bretonnes, pas un seul projet n'a vu le jour. Le parc expérimental n'a pas été finalisé, les autorités s'étant rendu compte que les coûts de construction prévus étaient à présent nettement supérieurs aux prix concurrentiels du marché.

Pire encore, Paris a réduit ses objectifs à 5 GW d'ici 2028, malgré une proposition des autorités locales et de l'industrie éolienne de construire 10 GW de capacités à cette date. L'annonce, faite en novembre à l'approche de la COP à Katowice, a été qualifiée de « scénario catastrophe » par le syndicat français des énergies renouvelables.

Dans ses scénarios pour 2030, publiés en 2017, WindEurope prévoyait 7 GW d'éolien en mer pour l'hexagone. Les projections seront mises à jour dans le courant de l'année, mais selon les informations recueillies par Euractiv, les chiffres français pourraient être revus à la baisse si la situation ne s'améliore pas.

Les perspectives de l'énergie éolienne en France ont semblé s'éclaircir en décembre, lorsque le gouvernement a publié un décret visant à accélérer la construction de parcs éoliens terrestres, en limitant les procédures administratives qui peuvent être déposées contre leur autorisation.

Clarification de la répartition des compétences

Selon Arnaud Gossement, avocat spécialisé en droit de l'environnement, la répartition des compétences est donc désormais claire sur le papier : l'Autorité environnementale française donne un avis, puis l'État, à travers le préfet de région, est chargé de délivrer le permis de construire. Ce qu'il ne fait pas le plus souvent.

En décembre, le syndicat des énergies renouvelables s'est félicité de la « bonne nouvelle » que constituait la publication du décret. Il reste cependant à trancher la question très importante de la désignation de l'entité chargée d'approuver les nouveaux projets.

« Sans cela, l'instruction de nombreux projets ne peut se poursuivre, ce qui a entraîné un grave ralentissement de l'industrie depuis plusieurs mois », explique Jean-Louis Bal, président du syndicat des énergies renouvelables.

En outre, le décret ne répond pas à toutes les questions de l'industrie éolienne, notamment en ce qui concerne les procédures administratives lancées contre des autorisations antérieures, indique Arnaud Gossement.

Éolien contre nucléaire

Le retard persistant dans l'approbation de nouveaux projets alimente les spéculations selon lesquelles le gouvernement français aurait une motivation peu avouable pour freiner l'expansion de l'éolien : celle de privilégier l'industrie nucléaire.

En effet, la Programmation pluriannuelle de l'énergie concoctée par le gouvernement prévoit une hausse de la demande d'électricité à moyen terme. Un scénario discutable : le gestionnaire de réseau prévoit au mieux une stagnation de la demande. Cette hausse hypothétique correspond en revanche bien au projet du gouvernement de développer le nucléaire : seule une augmentation de la demande en électricité peut légitimer la construction de nouvelles centrales.

Autre élément étrange, le gouvernement français invoque souvent des arguments étranges pour bloquer l'installation d'éoliennes, comme la proximité de radars ou de sites protégés par l'UNESCO.

Ce fut notamment le cas d'un projet éolien situé à 30 km de la cathédrale de Chartres. Devant le tribunal administratif, le ministère de l'Écologie a réussi à bloquer le projet pour un motif de « co-visibilité », les éoliennes risquant de gâcher la vue de la cathédrale, classée patrimoine mondial de l'UNESCO. Le même argument a été utilisé dans la région de Champagne, où les vignobles classés par l'UNESCO ont empêché la construction d'une éolienne à 15 km de l'autre côté d'une colline.

Procédures de plus en plus longues et coûteuses

Le problème des éoliennes en France est donc visiblement plus politique qu'administratif. Même les grands projets sont parfois suspendus à cause de l'avis négatif de la préfecture.

Si le cas de la France semble particulièrement problématique, il n'est pas isolé. En Europe, l'éolien fait face à des procédures de permis de plus en plus longues et coûteuses, critique Giles Dickson, de WindEurope. Tout en affirmant qu'il est inutile d'être ambitieux sur l'action pour le climat si les nouveaux parcs éoliens sont bloqués dans les procédures de permis pendant des années, il ajoute :

« La tendance est la même dans d'autres pays européens avec des concepteurs qui peinent à obtenir des permis. Si les gouvernements ne s'attaquent pas à ce problème, ils risquent de mettre des freins à l'expansion de l'énergie éolienne en Europe. »

___

NOTE

Cet article a été amendé après la communication des chiffres d'éoliennes autorisées par le ministère.

___

Par Aline Robert et Frédéric Simon, Euractiv.com (traduit par Manon Flausch et Marion Candau)

(Article publié le 17 janvier 2019)


Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 91
à écrit le 22/01/2019 à 14:59
Signaler
Nous allons avoir un problème électrique entre 2021 et 2025 en raison de l'ancienneté de notre parc nucléaire qui n'est plus compétitif à rénover pour de plus en plus de centrales donc il n'y a pas lieu de prendre du retard dans l'éolien terrestre no...

à écrit le 22/01/2019 à 12:52
Signaler
Je réitère mon commentaire qui a été refusé: je ne veux pas voir la montagne défigurée par les ferrailles des moulins à vent, alors qu'elles restent (en dehors des stations de ski) un des rares endroits naturels pas trop pollués visuellement.

à écrit le 22/01/2019 à 11:52
Signaler
"Si les gouvernements ne s'attaquent pas à ce problème, ils risquent de mettre des freins à l'expansion de l'énergie éolienne en Europe" C'est très bien. Quand on voit la destruction visuel du patrimoine, ces moulins à vent ne sont pas nécessaires, s...

le 22/01/2019 à 13:34
Signaler
oui mais un accident nucléaire majeur c'est jusqu'à 1000 milliards d'euros par réacteur et un missile hypersonique que l'on ne peut arrêter c'est la France KO pour des centaines d'années voire plus en moins de 60 secondes. Et le nucléaire n'est plus ...

à écrit le 22/01/2019 à 11:29
Signaler
Faut-il que les commentaires soient dans le sens de l'article pour être publiés?

à écrit le 22/01/2019 à 11:18
Signaler
Réponse à la Réalité : Vous pouvez être connecté à tous les réseaux européens que vous voulez, quand il n'y a pas de vent dans un pays d'Europe il n'y en a pas dans les autres. Par contre quand il y a du vent en Allemagne ou au Danemark ils sont obl...

le 22/01/2019 à 13:43
Signaler
@ Technique : la Norvège a des excédents hydrauliques qu'elle doit écouler à prix modéré sinon ils sont perdus et le Danemark idem pour des excédents éoliens. Ils collaborent donc dans le cadre de Nord Pool et y trouvent chacun d'importants avantages...

le 23/01/2019 à 11:30
Signaler
'La réalité' n’a pas tout compris sur la problématique de l’éolien. Comme cette filière est aléatoire et qu’il faut absolument assurer l’équilibre production-consommation, l’Allemagne vend à la France ces surplus éoliens dans les périodes venteuses...

à écrit le 22/01/2019 à 10:16
Signaler
C'est la meilleure nouvelle du moment. Les éoliennes n'apportent rien à la réduction du CO2, elle l'on même augmentée en Allemagne champion du monde des ENR. Le coût des ces énergies dites renouvelables est insoutenable. En Allemagne - qui est face ...

le 22/01/2019 à 13:49
Signaler
C'est faut ce que vous affirmez : nous sommes "importateurs nets" d'électricité d'Allemagne depuis leur transition car elle est moins chère que la nôtre alors que nous avons le même nombre de réacteurs nucléaires depuis des décennies et ils paient mo...

à écrit le 22/01/2019 à 8:48
Signaler
Le développement de l’eolien et des parcs solaires engage le contribuable a des décennies de taxes pour payer les subventions : déjà 175 milliards d’engagement d’ici 2040. De plus ces énergies intermittentes servent en réalité de paravent au dévelop...

à écrit le 22/01/2019 à 7:59
Signaler
Dans le cadre d'une refonte de notre système décisionnaire il faut abolir le droit "seigneurial" aux préfets. Ils ne doivent plus imposer en dictature contre l'avis des territoires . Seules les entités territoriales ont le pouvoir final. Le préfet e...

à écrit le 22/01/2019 à 1:07
Signaler
Le nucléaire n'est plus compétitif à 120 euros le MWh suite aux multiples dérapages et malfaçons. La majorité de nos voisins font des renouvelables et nous sommes importateurs nets d'énergie d'Allemagne car leur prix est moins cher. En énergies prima...

le 22/01/2019 à 10:22
Signaler
La seule qui est sûre c'est que ce qui coûte 1.000 Md€ c'est les éoliennes en Allemagne où l'électricité est au double de la France. Le Nucléaire n'a avalais été aussi sûr et heureusement, car il y a 440 réacteurs dans le monde qui fonctionnent parfa...

le 22/01/2019 à 11:31
Signaler
Oui, enfin, heureusement qu'il avait le nucléaire la semaine dernière, sinon c'était la panne générale européenne et arrêtez de dire n"importe quoi et de prendre vos fantasmes pour la réalité. https://www.kelwatt.fr/guide/prix-du-kwh (2012) Pour le...

le 22/01/2019 à 14:03
Signaler
Le prix de production du mix électrique allemand est moins chers qu'en France d'où notre position "d'importateurs nets" depuis des années (source Epexspot). voir lien plus bas. Le prix des renouvelables est fixé depuis plusieurs années par les appels...

le 23/01/2019 à 11:51
Signaler
Encore une contre-vérité de ‘la réalité’ ! Pour la CSPE qui a augmenté de façon exponentielle ces dernières années, la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) prévoit la répartition suivante pour 2019 : 68% est alloué au soutien aux énergies re...

à écrit le 21/01/2019 à 22:41
Signaler
Ben d'abord je ne vois pas quel problème pose ces grands bidules brassant le vent, je trouve assez gai, et je préfère de loin aux barres de hlm qui salissent nos côtes et les entrèes de ville. Mais sur le plan technique c'est aussi idiot d'utiliser ...

à écrit le 21/01/2019 à 21:32
Signaler
a l image de la politique du moment !

à écrit le 21/01/2019 à 21:31
Signaler
a l image de la politique du moment !

à écrit le 21/01/2019 à 20:45
Signaler
Fumisterie cupide, l'éolien demande 10 ans de service avant d'atteindre le point mort, en raison de ses couts de fabrication, car l'aluminium coute cher en électricité pour sa production, de surcroit les 1000 tonnes de béton sous chaque éolienne, ne ...

le 22/01/2019 à 1:18
Signaler
Si c'est si coûteux pourquoi 195 pays au monde font du solaire et de l'éolien ? Pourquoi le marché se développe plus vite que le nucléaire qui ne représentera selon toutes les projection pas plus de 5% des énergies primaires soit bien moins que les r...

le 22/01/2019 à 8:42
Signaler
Pour réalité: ce n'est pas parce que 50millions de mouches bouffent de la M...que cette nourriture doit être servie en standard, actuellement la puissance décisionnaire des marchés vise des investissements non risqués et rapides d'où la folie des éne...

le 22/01/2019 à 11:28
Signaler
Le rendement d’une éolien diminue très vie avec le temps. Ainsi en Allemagne, les parcs de plus de 10 ans voient leur facteur de charge tombé à environ 16% alors qu’il se situait aux alentours de 22-23% au départ. Quant à dire que 195 pays auraient...

le 22/01/2019 à 14:21
Signaler
@ Raoul et Jardinier : c'est faux ce que vous affirmez concernant le soleil car le Moyen Orient qui peut pourtant largement faire du solaire CSP stockage longue durée inclus à bas prix au total (hydrogène, ammoniac, carburants solaires etc) vise l'a...

le 23/01/2019 à 7:42
Signaler
@La réalité Mettre sur le même plan le rendement de conversion d’une machine thermique (centrale nucléaire ou fossile, automobile…) qui est limité par le principe de Carnot mais qui n’empêche pas de fonctionner 24h sur 24, et le facteur de charge d’...

à écrit le 21/01/2019 à 19:35
Signaler
il est 19h30 : notre consommation.avoisine les 80 MW ..54 pour le nuclaire et 2 MW pour l eolien dont la puissance installee est 14 MW en france ..Tout est dit : l eolien c est parfait qd il ne fait pas froid ( pas de vent) .

le 22/01/2019 à 1:26
Signaler
Cà ne pose aucun problème car nous sommes sur le réseau Entso-e de 39 pays et il n'y pas besoin de beaucoup de stockage puisque par exemple en Allemagne l'absence de vent ne dépasse pas 16 jours. Les études de RTE avec le scénario Ampère par exemple ...

le 22/01/2019 à 11:45
Signaler
@La réalité En France 16 jours de stockage d’électricité doivent représenter environ une quantité d’énergie de l’ordre de 20 TWh et ce doit être du même ordre de grandeur en Allemagne : connaissez-vous actuellement des moyens de stockage capables d’...

le 22/01/2019 à 14:33
Signaler
@ Jardinier : quand une étude ne va pas dans votre sens vous la contestez.Le problème est que vous avez des dizaines d'études de différentes sources scientifiques et d'entreprises comme Engie ou SPG aux Etats-Unis ou d'autres opérateurs responsables ...

le 23/01/2019 à 8:36
Signaler
@ la réalité Il y a quelques mois l’ADEME organisme public inféodé aux lobbies des renouvelables a sorti un scénario à 100% de renouvelables qui était complètement délirant. Depuis ce même organisme a un peu changé son fusil d’épaule et a sorti u...

à écrit le 21/01/2019 à 18:21
Signaler
Serait-ce une prise de conscience que l'éolien n'est pas une aussi bonne solution que cela nous est vendu depuis 20 ans?

à écrit le 21/01/2019 à 18:05
Signaler
L'éolien est une vaste fumisterie, n'est fait que pour faire perdurer la filière nucléaire. Pourquoi ne pas utiliser l'élium 3 à foison dans la poussière de notre satellite , la technologie actuelle est suffisante pour excaver et ramener dans des con...

à écrit le 21/01/2019 à 17:55
Signaler
Évoquer une concurrence entre éolien et nucléaire est tout simplement risible, l'éolien étant intermittent et imprévisible (si ce n'est à très court terme), et le nucléaire au contraire pilotable. Dans tous les cas, la puissance éolienne installée de...

à écrit le 21/01/2019 à 17:07
Signaler
La consommation française d’électricité est de l’ordre de 500 TWh actuellement. (1 TWh = 1.000.000.000.000 Wh). Pour fournir 500 TWh (soit 500.000 GWh) avec des éoliennes fournissant 20 GWh par km², il faudrait "planter" une surface favorable d’envi...

le 21/01/2019 à 18:36
Signaler
Diviser par trois ou quatre notre consommation je crois être un parmi ceux qui connaissent le mieux ce sujet et à part des paroles il n'y a pas grand chose à en tirer. Si par contre vous savez comment faire vous êtes probablement le seul au monde alo...

le 23/01/2019 à 8:04
Signaler
@wilgo10 Dans votre calcul déjà très édifiant, vous ne tenez compte que du facteur de charge de l'ordre de 20-23% de l'éolien, mais le problème de l'intermittence n'est pas résolu pour autant. Il faut donc mettre non seulement la densité d'éolienne ...

à écrit le 21/01/2019 à 17:05
Signaler
Juste pour savoir: J’ai eu des échos négatifs sur l’éolien arguant d’un bilan carbone négatif (plus d’energie et de CO2 utilisés pour la mise en place, cad construction et installation) que d’energie produite et économisée pendant sa durée d’utilisa...

à écrit le 21/01/2019 à 16:40
Signaler
Quant' il fait froid y' a pas de vent, des ventilateurs électriques pour faire tourner? ;o))) Bref, ce n'est pas une énergie fiable.

à écrit le 21/01/2019 à 16:29
Signaler
Je pense qu' il faut pénaliser (taxer) les régions (Bretagne en 1er) qui refusent les installations productrices d' électricité et se contentent d' importer de l' énergie des régions qui ont accepté centrales nucléaires, barrages, éoliennes, ligne...

le 21/01/2019 à 18:20
Signaler
https://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-donnees-regionales , c'est bien de se renseigner avant de sortir sa bêtise. Aujourd'hui, par exemple, la première région qui paierait une taxe de ce genre c'est la région parisienne (Île de France). La se...

le 22/01/2019 à 11:41
Signaler
Si les bretons ne payenr pas "les autoroutes" qui n'en sont puisque limitées à 110 kmH, c'est qu'ils se sont mieux débrouillé historiquement que les autres en signant un traité avec le royaume de France en 1532.

le 22/01/2019 à 11:41
Signaler
Si les bretons ne payent pas "les autoroutes" qui n'en sont puisque limitées à 110 kmH, c'est qu'ils se sont mieux débrouillés historiquement que les autres en signant un traité avec le royaume de France en 1532.

à écrit le 21/01/2019 à 14:37
Signaler
La défiguration de nos paysages n'a que trop duré. L'enfouissement d'énormes plots en béton me fait penser aux blockhaus implantés il y a 75 ans!! Et il est un fait certain concernant le voisinage avec les sites classés à l'Unesco, c'est que celle-ci...

à écrit le 21/01/2019 à 14:24
Signaler
Alors, c’est plutôt une bonne nouvelle pour nos paysages, nos oiseaux et tous ceux qui ont l’amour des deux.......

à écrit le 21/01/2019 à 14:12
Signaler
Heureusement qu'un coup d'arrêt a été donné à l'installation de nouvelles éoliennes, les dégâts dans les paysages sont déjà considérables et leur mode financier relève du scandale, un propriétaire terrien, une commune ou une collectivité locale qui o...

à écrit le 21/01/2019 à 13:24
Signaler
En France avec une énergie décarbonée à plus de 90%, les énergies renouvelables comme le solaire et surtout l’éolien qui présente des variations aléatoires plus brutales et moins prévisible, ne peuvent que détériorer le bilan d’émission de CO2 en Fr...

à écrit le 21/01/2019 à 13:20
Signaler
Tous les gens qui regardent cette question d'un point de vue technique savent qu'aujourd'hui toute installation d'éoliennes nouvelles suppose que vous investissiez en parallèlle une centrale thermique au gaz de même puissance installée que celle de l...

le 21/01/2019 à 14:22
Signaler
En France, vu le refus de notre gouvernement d'installer de nouvelles centrales thermiques, on va juste conserver nos centrales nucléaires et les sous-utiliser. Aucun gain sûreté, sécurité, environnemental, ça coûte des dizaines de milliards d'eu...

le 21/01/2019 à 15:03
Signaler
Vous avez parfaitement raison. C'est pourquoi les coût de production prétendument compétitifs souvent avancés pour les ENR (éolien, photovoltaique) ne sont absolument pas valables: ils correspondent à un taux de disponibilité moyen de l'ordre de 30% ...

le 22/01/2019 à 2:33
Signaler
@ Technique : vous n'avez de technique que le nom car les unités de charbon et même gaz sont en recul dans chaque pays où les renouvelables se développent, y compris en Allemagne : https://www.cleanenergywire.org/sites/default/files/styles/lightbox_i...

à écrit le 21/01/2019 à 13:09
Signaler
Pourquoi investir dans l'éolien alors que la France produit déjà assez d'électricité décarbonée avec le nucléaire ?

le 22/01/2019 à 2:39
Signaler
car le nucléaire arrive en fin de vie et coûte trop cher à rénover alors que les renouvelables n'arrêtent pas de baisser en prix. Nous ne vendons quasiment plus de nucléaire dans le monde sauf en ajoutant des cadeaux à la corbeille comme en Inde avec...

le 22/01/2019 à 11:49
Signaler
'25% des pays s'approchent des 100% renouvelables'! Pouvez-vous citer ces pays et leur taux de couverture en dehors des pays qui possèdent un parc hydraulique (renouvelable pilotable) très important comme la Norvège ou la Suède?

le 22/01/2019 à 14:39
Signaler
@ Jardinier : déjà 25 pays ont déclaré viser 100% de renouvelables et s'en rapprochent chaque année de la Californie au Danemark en passant par l'Ecosse, le Portugal l'Autriche etc. sans compter ceux comme l'Islande, la Norvège etc Vous avez égalemen...

à écrit le 21/01/2019 à 12:54
Signaler
Qu'on arrête d'installer ces hachoirs d'oiseaux migrateurs et que l'on installe enfin des centrales nucléaires au Thorium, qui ne produisent pas de déchets.

le 21/01/2019 à 17:08
Signaler
pour le thorium, rendez-vous en 2050, si tout va bien.

le 21/01/2019 à 18:33
Signaler
Vous n'avez pas l'air suffisamment renseigné sur la technologie. La première étape serait d'en faire un prototype comme ITER (pour la fusion), un certain nombre de prérequis techniques n'étant à ce jour pas maîtrisés/connus. La seconde serait de disp...

à écrit le 21/01/2019 à 12:41
Signaler
Excellente nouvelle, qui permet d'espérer voir ralentir un peu la hausse continue, démesurée et scandaleuse de l’infâme ligne "CSPE" sur nos factures d'électricité

à écrit le 21/01/2019 à 12:16
Signaler
Tous les permis de construire ou d'établir de nouveaux équipements sont très longs à obtenir en France. Merci à notre très lourde administration, la meilleure du monde derrière l'armée mexicaine. C'est donc la crise permanente du logement, la fuite d...

à écrit le 21/01/2019 à 12:16
Signaler
Cela ne me fait ni chaud, ni froid. L’éolien n’est pas rentable, production d’énergie 30 % en moyenne de la puissance théorique installée ; défiguration paysage, dans ma région champenoise ça foisonne. L’intérêt réel est au compte des loueurs de terr...

à écrit le 21/01/2019 à 12:03
Signaler
Est-ce que cela résulte de la prise en compte, certes tardive, que l'éolien, ce n'est que du vent?

à écrit le 21/01/2019 à 11:55
Signaler
Contre les moulins, le rural , gilet jaune ou pas, a tendance à ruer sur sa Rossinante.Il se voit paysagiste; c'est d'ailleurs le cas aussi pour les citadins qui font du tourisme dans nos campagnes et ne veulent pas voir leurs paysages préférés déf...

à écrit le 21/01/2019 à 11:06
Signaler
Il y a plus de 1500 associations en France dont le seul but est d’empêcher l'installation d'éoliennes et qui usent de tous les moyens légaux de recours administratifs et juridiques. D'où le temps démesuré de mise en œuvre des projets. Les éolienne...

le 21/01/2019 à 12:01
Signaler
Elles sont financées par des adhésions à 20 euros.

le 21/01/2019 à 17:42
Signaler
Comme vous l'indique Oldtimer, ce sont des cotisations de 10 à 20€ et des dons de particuliers riverains qui n’aimeraient pas avoir leur environnement complètement pollué par ces machines de plus en plus hautes dont les flashs lumineux sont insuppor...

le 22/01/2019 à 2:44
Signaler
Le secteur nucléaire prétendait que 30% de renouvelables serait impossible, puis 40%, puis 50% etc alors que l'on constate le contraire dans le monde. Le nucléaire est le secteur le plus menteur qui soit. Pour mémoire les derniers appels d'offres en ...

à écrit le 21/01/2019 à 10:52
Signaler
Je cite: "Autre élément étrange, le gouvernement français invoque souvent des arguments étranges pour bloquer l'installation d'éoliennes, comme la proximité de radars ou de sites protégés par l'UNESCO" En quoi vouloir protéger un site classé par l'U...

le 21/01/2019 à 15:32
Signaler
Vous avez tout à fait raison mais visiblement certains élus préfèrent des retombées financières (la suppression progressive des taxes d’habitation ne va pas arranger les choses !) pour leur commune au bien être des riverains et à la sauvegarde de l’...

le 22/01/2019 à 2:47
Signaler
En cas d'accident majeur ou de simple missile hypersonique de plus en plus courants il faudra moins de 60 secondes à la France pour être à genoux et des siècles avant de pouvoir revisiter le patrimoine qui n'est pas pollué par l'éolien vue les grande...

à écrit le 21/01/2019 à 10:31
Signaler
Le rythme d'installation de solaire et d'éolien a tendance à baisser au niveau mondial, d'environ 150GW par an vers 2015 à 100GW par an aujourd'hui. Et pour les investissements, c'est pareil, avec environ 320G$ par an en 2015 contre 280G$ par an aujo...

le 22/01/2019 à 2:51
Signaler
Vos données ne sont pas exactes : Selon Jenny Chase, spécialiste du solaire pour BNEF, 109 GW ont été installés en 2018 contre 99 GW l’année précédente. Au niveau mondial, les autres EnR sont quant à elles en hausse en termes d’investissements : éol...

à écrit le 21/01/2019 à 10:30
Signaler
Entre Drôme et Ardèche, quel que soit le côté qu'on regarde, des éoliennes à l'horizon et certaines qui tournent lorsqu'il n'y a aucun vent.

à écrit le 21/01/2019 à 10:29
Signaler
Les technologies de rupture comme les éoliennes aéroportées en mer ou à terre (Airborne Wind Energy System - AWES) pourraient jouer un rôle croissant à partir de 2020, selon les spécialistes du secteur éolien. A des altitudes élevées il y a suffisamm...

le 21/01/2019 à 11:53
Signaler
Je ne tiens pas à voir des éoliennes en montagne, un des rares cadres à peu près naturel encore pas trop défiguré par les ferrailles des 20 et 21èmes siècles

à écrit le 21/01/2019 à 10:20
Signaler
Entre le mouvement des gilets jaunes qui ne faiblit pas et les gadgets polluants qui ralentissent, 2 bonnes nouvelles, 2019 année de la teuf !!!

à écrit le 21/01/2019 à 10:08
Signaler
Pourquoi focaliser sur la production d’électricité qui n'est vraiment pas le problème en France du point de vue des émissions de CO2 ? Pour ne pas avoir investi la centaine de milliards d'euro consacrés à l'éolien et au photovoltaïque dans l'isolat...

le 21/01/2019 à 10:37
Signaler
@ el Julio : on doit agir sur plusieurs secteurs à la fois car l'éolien et le solaire représentent des marchés mondiaux très importants, rien que pour l'éolien terrestre 900 entreprises en France et plus de 15.000 emplois et une bonne part est bien f...

le 21/01/2019 à 14:37
Signaler
@ Polytech : techniquement nous sommes capables de faire beaucoup de chose, y compris planter une éolienne sur la face caché de la lune :-) Seulement à l’échelle des besoins en énergie de notre économie, aucune source de production est viable ou dura...

le 22/01/2019 à 3:26
Signaler
@ el Julio : si vous évoquez l'EROEI, il se trouve qu'il est meilleur pour l'éolien que pour le nucléaire (et l'écart est encore plus fort pour les éoliennes aéroportées qu'une centaine d'entreprises dont plusieurs majors développent dans le monde, e...

le 22/01/2019 à 11:53
Signaler
@Polytech 'EROEI, il se trouve qu'il est meilleur pour l'éolien que pour le nucléaire'. Pouvez-vous développer? cette affirmation ne me parait pas très raisonnable. et en dehors de tout bons sens

le 22/01/2019 à 11:55
Signaler
@Polytech 'EROEI, il se trouve qu'il est meilleur pour l'éolien que pour le nucléaire'. Pouvez-vous développer? cette affirmation ne me parait pas très raisonnable. et en dehors de tout bons sens

à écrit le 21/01/2019 à 10:04
Signaler
Si c'est vrai, il y a des doutes sur le volonté de ce gouvernement d'effectuer la transition écologique. Favoriser la compétence nucléaire est discutable parce qu'il n'y a pas encore de révolution dans la production des déchets radioactifs et leur s...

à écrit le 21/01/2019 à 10:00
Signaler
Bref la transition écologique pour nos LREM ne passera que par notre seul et unique sang, faut pas compter sur les dirigeants politiques et économiques donc. Saignons donc, c'est pour notre bien qu'ils nous disent.

à écrit le 21/01/2019 à 9:53
Signaler
c'est sur! holande croyait que l'ecologie allait etre payee par personne, qu'il allait y avoir plein d'investissements, mais rien sur la facture du consommateur ( il suffisait de changer encore une fois la formule de calcul) evidemment que ca couit...

le 21/01/2019 à 10:18
Signaler
"evidemment que ca couite tres cher" Ben oui donner sans arrêt 75% de marge bénéficiaire ça coute très cher, bien trop cher.

le 21/01/2019 à 10:20
Signaler
Pour une fois l'état français a probablement raison. L'eolien est une énergie intermittente qui n'est pas rentable; les allemand ont bien compris cela et sont en train d'arrêter les investissements dans l'éolien... Tous les francais sont d'accord po...

le 21/01/2019 à 10:43
Signaler
@ Churchill : non l'électricité est moins chère sur le marché allemand, raison pour laquelle nous sommes "importateurs nets" depuis leur transition. Les taxes seules sont plus élevées pour les particuliers mais elles couvrent les frais d'efficacité é...

le 21/01/2019 à 12:33
Signaler
@Polytech : si l'électricité issue de l'éolienne paraît "peu chère", c'est parce que les contribuables mettent la main à la poche pour la financer, en plus du fait qu'ils l'achètent via la consommation. L'électricité issue de l'éolien et l'électricit...

le 21/01/2019 à 17:58
Signaler
Toujours les mêmes arguments de Polytech: l'éolien ne coûte presque rien (35 à 40€ le MWh et baisse régulièrement). SI cela est vrai, il faut arrêter immédiatement toutes les subventions à l'éolien dont le MWh est payé au promoteur près de 80€ prix...

le 22/01/2019 à 3:51
Signaler
@ Delor et Jardinier : l'éolien et le solaire sont fabriques en très grandes séries et vous pouvez constater leur baisse de prix magistrales comme jamais vues dans l'histoire des transitions énergétiques, ce grâce notamment au Danemark (pionnier dans...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.