La start-up Wind my Roof, prête à déployer ses éoliennes cubiques sur les toitures

 |  | 910 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Wind my roof)
La technologie de cette start-up francilienne ne ressemble en rien à une éolienne classique. Ici, pas de mât, ni de grandes pales. L'entreprise francilienne a conçu une éolienne d'un nouveau genre, adaptée aux environnements urbains. Elle prend la forme d'une box de 4m2, intégrant une petite turbine, qui se fixe sur le bord des toits plats des bâtiments.

Exploiter le vent présent au cœur des villes pour produire de l'électricité au plus proche des besoins de consommation afin de limiter les déperditions lors du transport. Plusieurs entreprises s'y sont déjà risquées, mais peu sont parvenues à tirer leur épingle du jeu, à l'image de New Wind, l'inventeur de l'arbre à vent, placé en liquidation judiciaire en 2017.

D'autres ont misé sur le déploiement de petites éoliennes verticales installées sur le toit des bâtiments, se confrontant toutefois à des problématiques d'ordre mécanique : un vent perturbé par de fortes turbulences empêchant une production efficace d'électricité. Ce passif n'effraie pas la jeune pousse Wind my Roof, qui s'apprête à commercialiser ses premières éoliennes adaptées au milieu urbain

Une box de 4m2

La technologie de cette start-up francilienne, fondée en 2018 par Antoine Brichot et Yanis Maacha, deux ingénieurs de l'Ecole nationale des ponts, ne ressemble en rien à une éolienne classique. Ici, pas de mât, ni de grandes pales. La start-up a conçu une éolienne d'un nouveau genre, qui prend la forme...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2020 à 17:42 :
Ca fait 16 ans que je vois des gentils gaulois vouloir trouver la pierre philosophale. Allez passer 2 jours chez Dewi et regardez les 4 modèles qu ils ont développé sur les 9 possibles.
L eolien urbain turbulent est un non sens technique et économique. Next
PS: pas d argent public pour çà
a écrit le 24/11/2020 à 13:45 :
Difficile de comprendre l'entêtement à ne construire que des éoliennes à axe horizontal.
Sur les toits d'immeubles avec des changements de sens continuels les verticales à stator fixe et rotor inversé, démarrant dès 5 m/s sont idéales, de plus silencieuses, le stator peut être construit en bois, l'entretien y est facile, on peut même limiter la vitesse en cas de gros temps.
a écrit le 23/11/2020 à 22:46 :
Ca fait 16 ans que je vois des gentils gaulois vouloir trouver la pierre philosophale. Allez passer 2 jours chez Dewi et regardez les 4 modèles qu ils ont développé sur les 9 possibles.
L eolien urbain turbulent est un non sens technique et économique. Next
PS: pas d argent public pour çà
a écrit le 23/11/2020 à 19:49 :
Je propose que ces boites soient installées dans les studios des chaines d'information en continu.
Ils n'arrêtent pas de brasser du vent.
On peut aisément viser l'indépendance énergétique en 6 mois
a écrit le 23/11/2020 à 16:45 :
Ah les turbulences, les éoliennes privées, elles doivent être hautes sur mât, car près de la toiture, l'air est turbulé et le rendement affecté, ça risque de produire très peu (et être jamais rentable) sauf à se faire conseiller par un pro du domaine (avec relevés du vent, analyse du contexte, voire que l'investissement n'en vaut pas la peine).
Avec ces installations "box" le bâtiments deviendront producteurs d'énergie, quelques panneaux sur la toiture pour l'eau chaude sanitaire et produire de l'électricité (des collègues travaillaient à la clim autonome, un panneau photovoltaïque pour alimenter le système, un pour fournir l'eau chaude, et ça refroidit (comme un réfrigérateur à gaz)).
a écrit le 23/11/2020 à 16:32 :
!!Le rendement doit pas être terrible!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :