Le groupe pétrolier Statoil s'apprêterait à supprimer 2.000 emplois

 |   |  260  mots
Le recul du cours du baril oblige les compagnies pétrolières à accroître leurs mesures d'économies.
Le recul du cours du baril oblige les compagnies pétrolières à accroître leurs mesures d'économies. (Crédits : © Norsk Telegrambyra AS / Reute)
La société norvégienne envisagerait une nouvelle réduction d'effectifs en mai, en réaction à la chute des cours du baril.

Le géant pétrolier norvégien Statoil pourrait annoncer la suppression de 2.400 emplois, soit près de 11% de ses effectifs, en mai, dans le cadre de ses mesures d'économies, a rapporté lundi le journal d'affaires Dagens Naerinsliv (DN). Selon DN, qui cite un représentant du personnel, les suppressions d'emploi toucheraient l'ingénierie, surtout dans les forages mais aussi dans le développement et la maintenance des gisements et l'administration.

"Nous travaillons à renforcer la productivité au sein de l'entreprise et cela pourrait avoir des conséquences en matière d'emploi mais il est très tôt pour se prononcer sur leur ampleur", a déclaré à l'AFP un porte-parole de Statoil, Jannik Lindbaek.

1,7 milliard de dollars d'économies par an

Ces mesures s'inscrivent dans le cadre d'un programme annoncé en 2014 visant à économiser 1,7 milliard de dollars (1,6 milliard d'euros) par an, alors que le baril du pétrole valait encore plus de 100 dollars le baril. Mais le recul du cours du baril, qui vaut aujourd'hui moins de 60 dollars, oblige les compagnies pétrolières à accroître leurs mesures d'économies via des réductions d'effectifs, la baisse de leurs investissements et la suspension ou l'annulation de projets.

En 2014, Statoil a déjà supprimé ou redistribué quelque 1.950 emplois dans le cadre de son programme de réduction des coûts. A la fin de l'année, le groupe présent dans 36 pays (mais pas en France) employait 22.500 personnes. Selon Forbes, Statoil était la 20e plus importante société pétrolière en nombre de barils produits par jour en 2013.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2015 à 11:59 :
C'est assez navrant, mais par contre il y a une bonne nouvelle : la Chine aidera Total à contourner les sanctions anti-russes. Les banques américaines (et même françaises ! quelle honte ) ont mis leur véto sur la participation de la compagnie française le cadre du projet Yamal LNG, qui comprend notamment la construction d’une usine de production de GPL en Russie.

Alors ce sera des banques chinoises qui fourniront à Total 15 milliards de dollars sur les 27 qu’elle compte investir dans le projet. Un détail et pas de moindre importance : selon Patrick Pouyanné, le PDG de Total, le projet serait financé en euro et en yuan ! donc plus de dollars !!

À bon entendeur... bonne semaine à tous !
Réponse de le 13/04/2015 à 14:28 :
Bonne nouvelle, en effet. Dommage que la presse ne dénonce pas un tel scandale. Une compagnie française comme Total doit aller faire la manche en Chine parce que les banques françaises, interdites par les banques américaines, ne peuvent pas lui prêter de l'argent ! c'est surréel, on ne pouvait pas imaginer que la France tomberait un jour si bas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :