Le Luxembourg prêt à payer pour fermer la centrale nucléaire française de Cattenom

 |   |  353  mots
Le pays serait prêt à s'engager financièrement dans un projet à Cattenom qui soit différent de celui du nucléaire.
Le pays "serait prêt à s'engager financièrement dans un projet à Cattenom qui soit différent de celui du nucléaire". (Crédits : Reuters)
Le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, a déclaré lundi que le "plus grand souhait" du Grand Duché était que la France "ferme" la centrale nucléaire de Cattenom, se disant prêt pour cela à "s'engager financièrement".

Nouvelle charge contre le nucléaire français. Lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre français Manuel Valls, son homologue Xavier Bettel a évoqué la question de cette centrale nucléaire située en Lorraine qui, en cas de problème, "rayerait le Grand Duché de la carte", estime-t-il.

"Le site de Cattenom est un site qui nous fait peur, ça ne sert à rien de le cacher. Je l'ai dit franchement au collègue français", a-t-il déclaré avant de repartir dîner avec Manuel Valls, en visite au Luxembourg pour l'après-midi.

     |Lire aussi"Depuis Fukushima, nous avons largement relevé nos niveaux de contrôle"

Projet "transfrontalier" pour préserver l'emploi

"Notre plus grand souhait serait que Cattenom ferme", a-t-il insisté. Il a assuré avoir "signalé" à son homologue français que le Luxembourg était "conscient des emplois" en danger si la centrale fermait. Le pays "serait prêt à s'engager financièrement dans un projet qui doit être transfrontalier - pourquoi pas aussi avec la Sarre ou la Rhénanie-Palatinat - de faire un projet à Cattenom qui soit différent de celui du nucléaire".

Observant néanmoins que le choix de la France, en termes de fermeture de centrales nucléaires, était "souverain", il a précisé que cela pouvait "inciter" les autorités françaises de "savoir que le voisin luxembourgeois sera prêt à mettre la main à la pâte pour aider un tel projet".

Fessenheim prioritaire sur Cattenom

"Le message est passé", a répondu Manuel Valls, en rappelant l'engagement de la France de "réduire la part du nucléaire dans la production électrique d'ici à l'horizon 2023 de 75% à 50%".

A l'heure actuelle, c'est surtout la question de la fermeture de Fessenheim qui est en débat en France. Dimanche, la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, a annoncé être en train de travailler à la "mutation du site" avec l'Allemagne.

"Ce que les Allemands ont proposé, c'est de travailler sur la valorisation du territoire pour installer une usine Tesla ou une usine de construction de la troisième génération de batteries", a-t-elle indiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2016 à 13:09 :
Le Luxembourg craindrait-il un tsunami ?
a écrit le 13/04/2016 à 14:25 :
Prenons du recul . Les politiciens droite et gauche ,ingénieurs de grandscorps et les syndicals corporatistes (achat de la paix sociale) auxquels il faut ajouter les quelques grandes entreprises privées forment le LOBBY du nucléaire .Il ne faut pas être contre le nucléaire mais le mixer .En cas de phénomène naturel grave il faut que le nucléaire garantisse le minimum vital pour le pays .Mais 58 réacteurs pour la France c'est beaucoup trop ,trop cher aussi ( Attendez les 1eres déconstruction,cf dour des comptes, et le bilan carbone du nucléaire ,beton, aciers spéciaux ,perte en ligne sur le réseau,stockage des déchets.les retraites des agents edf payées par le privé !,les remplacements des couvercles de cuves ou générateurs de vapeur.etc .).Sur le nucléaire toutes les parties ont été "achetées"(les communes,l'etat avec les emplois etc...).Un réacteur ne se régule pas comme un intérrupteur pour preuve la nuit , le nucléaire recharge en eau les barrages dit nucléaire.Ne parlons pas des jours de pointes avec l'importation au prix fort.Quant à la sécurité outre les mineurs de l'uranium (limousin,auvergne) morts prématuremment !(comme ceux de l'Utah d'ailleurs) , les morts des conséquences de Tchernobil sur 30 ans .Fukushima,la radiation contournant la France !Les nons dits sur la fusion partiel des 2 réacteurs de St Laurent des Eaux ! dont l' ex PDG edf à l 'époque annonce qu'il ne pouvait annoncer celà ,car remise en cause de tout le programme ! Jusqu'au début des années 2000 EDF tablait sur des accroissement de consommation électrique .Il faut que le pays se concentre sur l'isolation des habitations ,consulter les cartes infrarouges des villes ,pas de doute il faut commencer par là.
Réponse de le 13/04/2016 à 18:46 :
Le MWh nucléaire coûte de l'ordre de 50€ démantèlement compris, dixit la Cours des Comptes dans son rapport de 2012.

A comparer aux 40€/MWh environ de l'hydraulique, aux 60€/MWh du charbon, 70 des centrales au gaz, 90 de l'éolien et environ 100€/MWh du photovoltaïque (un peu moins pour les centrales au sol, un peu plus pour les panneaux sur toit).

Par ailleurs, la Cours des comptes a établi dans son rapport de janvier 2012 que l'incertitude sur le coût du démantèlement nucléaire pesait peu sur la facture finale, puisqu'un doublement du coût du démantèlement ne renchérirait le MWh nucléaire que d'environ 5%.

Enfin, le bilan carbone du nucléaire français (je dis bien français et non pas étranger) tourne autour de 6 à 8gCO2/kWh, là où l'éolien est autour de 15gCO2/kWh, le photovoltaïque entre 45 et 120gCO2/kWh (en fonction de là où les panneaux sont fabriqués), le gaz est autour de 450gCO2/kWh et le charbon autour de 1000gCO2/kWh.

C'est ce qui permet à EDF de livrer en France métropolitaine une électricité avec un bilan carbone d'environ 15gCO2/kWh, là où le reste de l'Europe se situe en moyenne à 20 fois plus.

Vous pourrez facilement retrouver et vérifier tous les chiffres que j'ai cité avec internet.
a écrit le 13/04/2016 à 9:54 :
Le Luxembourg va comptabiliser cela comme aide aux pays en développement.
a écrit le 12/04/2016 à 19:47 :
La France arrogante se trouve ridiculisée une fois de plus. Elle est un danger pour ses voisins Luxembourgeois, Suisse, Allemands et EDF est ruinée. Alors on fait quoi avec ces centrales épaves dirigées par la CGT. L'Europe en a ras le bol de la France qui emm... tout le monde et qui n'est pas capable de gérer ses affaires
Réponse de le 12/04/2016 à 22:04 :
Pourtant EDF est en meilleure santé financière que tous ses concurrents de taille équivalente, qui affichent tous des pertes de plusieurs milliards d'euros et sont en train de licencier à gogo.

Si la situation actuelle du marché de l'électricité prouve une chose, c'est que EDF (et les dirigeants français des années 70) avait raison depuis le début et sur toute la ligne.
Réponse de le 14/04/2016 à 15:46 :
"..L'Europe en a ras le bol de la France q..."
Sans blague !!! tu sais quoi ? la solution est simple...que la France quitte cette dictature européenne et reprenne ses affaires en main !!!!!!!!! ce n'est pas le Luxembourg qui va nous donner des leçons sur la solidarité et la compassion européenne !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 12/04/2016 à 18:26 :
la guerre est déclarée : paradis fiscal contre centrale nucléaire
Réponse de le 14/04/2016 à 15:47 :
Bien vu !!!!
a écrit le 12/04/2016 à 18:00 :
Ok ok

C'est 10 milliards la centrale et ils se débrouillent pour la démonter
a écrit le 12/04/2016 à 16:47 :
Si on veut développer les énergies renouvelables, Il faut juste recaser tous les directeurs qui votent UMP d'AREVA dans des sociétés qui fabriquent du matériel pour les énergies renouvelables.
Et là vous verrez que la FRANCE se fera la championne des énergies renouvelables.

Car c'est comme cela que cela fonctionne (ou plutôt que cela ne fonctionne pas) en FRANCE.
Réponse de le 12/04/2016 à 18:02 :
Ah certainement !

Mais serait-ce dans l'intérêt de la France ? ...dont l'électricité est déjà autant décarbonnée que possible, peu chère, et qui contribue à réduire notre déficit commercial à hauteur de 2 milliards d'euros par an ?

Par ailleurs, on ne remplace pas une énergie pilotable par des énergise intermittentes. Si le nucléaire devait être remplacé par quelque chose, ça serait par des renouvelables et des centrales au gaz...
Réponse de le 13/04/2016 à 14:59 :
C'est ça, comme cela vous soufflerez pour faire tourner les éoliennes et à la lampe torche pour éclairer les panneaux solaires, sans compter les périodes de rationnement et le prix que vous allez payer ! On peut dire ce que l'on veut des énergies classiques mais ce sont les seules qui permettent d'avoir au regard des énergies renouvelables, une disponibilité immédiate et une énergie abondante, et des prix encore bas.
Une économie pour pouvoir se redresser et croître à besoin d'une électricité peu chère et abondante, sinon parier sur une quote part importante d'énergie renouvelable amènera au rationnement et à la montée des prix. En outre la France est le seul pays au monde a maîtriser totalement sa filière nucléaire. Ce n'est pas sa capacité technique qui est en cause, c'est comment les incompétents qui se sont succédés a la tête d'EDF ont géré la maintenance.
Il est quand même étonnant que l'on entende des plaintes quand le prix du pétrole ou du gaz monte, mais jamais au regard du danger que représente la disparition programmée d'une bonne partie des énergies classiques dites carbonées !
a écrit le 12/04/2016 à 16:36 :
C'est une bonne idée...il faut aller s'ils sont "clients" de la production française, jusqu'à les laisser s'éclairer à la bougie !!!!
On aurait pu faire itou, pour les allemands. ...!!!!
Nous produisons dangereux, mais pour nous !!!!!
a écrit le 12/04/2016 à 16:36 :
C'est une bonne idée...il faut aller s'ils sont "clients" de la production française, jusqu'à les laisser s'éclairer à la bougie !!!!
On aurait pu faire itou, pour les allemands. ...!!!!
Nous produisons dangereux, mais pour nous !!!!!
Réponse de le 12/04/2016 à 18:10 :
La dangerosité est une notion relative. Comparativement, le charbon tue de l'ordre de la dizaine de milliers de personnes chaque année rien qu'en Europe, et ce dans l'indifférence générale.
a écrit le 12/04/2016 à 16:11 :
Pas de problème, si le Luxembourg s'engage à payer la facture par un autre moyen que nucléaire, de l'équivalent du cout indexé, en production électrique sur la durée restant à courir de la Centrale, plus les couts de démantèlement de l'existante, et de construction de la remplaçante, le tout en valeur actualisée . Un simple calcul que les énarques et les militants de partis ne savent pas faire, mais que les ingénieurs n'auront aucun mal à effectuer. Toutefois, le plus difficile sera, sans aucun doute, de prendre la décision, comme d'habitude.
a écrit le 12/04/2016 à 16:01 :
Et si la réponse au Luxembourg était d’arrêter d'être un semi-paradis fiscal qui met en danger les finances publiques des pays de l'Union Européenne ?
a écrit le 12/04/2016 à 15:08 :
Je trouve que cette approche est la bonne. Il faudrait que les suisses, les allemands aillent dans le même sens : soutenir des projets qui remplaceront les centrales nucléaires. Il ne faut pas se leurrer, la situation économique de la France c'est un peu comme celle de l'Ukraine avant Tchernobyl !
a écrit le 12/04/2016 à 11:41 :
Le bilan carbone de l'électricité luxembourgeoise était en 2015 environ 15 fois plus mauvais que celui de l'électricité vendue par EDF en France métropolitaine.
a écrit le 12/04/2016 à 11:07 :
Ce serait quand même un grand déshonneur pour nous que de devoir accepter de l'argent étranger mais ce serait pire encore de menacer nos voisins par nos installations.
a écrit le 12/04/2016 à 10:57 :
Mon souhait serait que le Luxembourg ne soit plus un paradis fiscal. J'espère que Valls a fait semblant d'écouter, mais pas sur car il y a toujours 1,28%de voix écolos à récupérer
a écrit le 12/04/2016 à 10:15 :
Derriere cet article se cache un fait cruel : nous sommes tellement prisonniers de la numenklatura nucleaire qui sevit des ministeres a EDF et au CEA que nous devons trouver des aides exterieures pour nous aider nous-memes à fermer des centrales qui ne sont d'ailleurs plus competitives car concurrencées par les EnR (rappel : le nuke ancien a 4 c€/kwh n'est rentable que parce qu'on l'exonère de nombreux couts cachés : demantelement, poubelle de Bure, assurance sous-dimensionnée).
Ainsi nous monnayons la fermeture de Fessenheim contre une usine Tesla, celle de Cattenom contre des sous-sous, et biento celle du Bugey contre ... contre quoi ?
Réponse de le 12/04/2016 à 11:32 :
Tous les experts qui ont examiné sérieusement nos provisions pour démantèlement les ont trouvé globalement raisonnables.

Le cas du Luxembourg ou de Tesla à Fessenheim sont simplement le signe que des politicien(e)s à court d'idées sont prêts à instrumentaliser certaines peurs pour faire du buzz.
Réponse de le 14/04/2016 à 15:54 :
C'est quoi votre problème avec les aides extérieures ?? savez-vous ce que négocier veut dire ?
a écrit le 12/04/2016 à 9:51 :
Cattenom est une centrale récente (années 90) qui n'a pas connu de problèmes particuliers. Très logiquement ses réacteurs actuels, moyennant quelques mises à jour de sécurité, peuvent fonctionner avec un niveau de sûreté proche de celui d'un EPR pendant au moins encore 35 ans. Ceci étant, si le Grand Duché souhaite offrir à la place 3 ou 4 EPR neufs en substitution...
Réponse de le 13/04/2016 à 2:01 :
EPR? l'usine à gaz qui n'a jamais fonctionné mais qui a coûté des milliards? vous êtes mignon tout plein vous!
a écrit le 12/04/2016 à 9:45 :
S'ils veulent donner de l'argent, ils peuvent commencer par rembourser le manque à gagner du aux rescrits fiscaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :