Le pionnier de l’électricité verte Enercoop soigne son positionnement

 |   |  876  mots
Enercoop passe des contrats directement avec les producteurs d'électricité verte
Enercoop passe des contrats directement avec les producteurs d'électricité verte
Les fournisseurs d’énergie alternatifs se multiplient dans un marché qui commence à s’ouvrir ; les opérateurs historiques se mettent à développer des offres vertes…Dans ce contexte, la coopérative Enercoop, qui ne propose que cela depuis 2006, affirme son profil unique.

Jusqu'alors réservée à l'opérateur historique EDF, l'obligation d'achat d'électricité renouvelable à des prix incitatifs est depuis quelques mois ouverte à Enercoop. Ce pionnier de la fourniture d'électricité renouvelable, organisé sous forme coopérative, peut désormais acquérir des électrons verts auprès de tous les producteurs français.

Jusqu'à présent, il lui fallait opérer de gré à gré, soit auprès de producteurs d'hydroélectricité, soit auprès d'installations éoliennes de plus de 20 ans, donc sorties de l'obligation d'achat. En se fournissant auprès de producteurs dûment identifiés qui sont également ses sociétaires, Enercoop se distingue de la plupart des fournisseurs d'énergie renouvelables, qui acquièrent sur le marché de gros des garanties d'origine prouvant qu'ils ont acheté un volume d'électricité verte équivalent à celui qu'ils vendent.

Désormais, tout producteur de renouvelables peut bénéficier du soutien public (via l'obligation d'achat), tout en choisissant de vendre son électricité à l'acheteur agréé de son choix. « Cet accès à l'électricité verte produite sous le régime de l'obligation d'achat va nous permettre de diversifier notre approvisionnement  et d'acheter des volumes plus importants, peut-être un peu moins chers qu'aujourd'hui », souligne Emmanuel Soulias, son directeur général.

40 000 clients particuliers

Née en 2004 sous la forme d'une SCIC (Société Coopérative d'Intérêt Collectif) à l'initiative de Greenpeace, Biocoop, Hespul, le CLER, les Amis de la Terre et la Nef, Enercoop a commencé a commencé à fournir des professionnels en 2006. Entreprises et collectivités (Nantes Métropole, Lorient, Lille, Angoulême ou encore Paris, où il espère décrocher un prochain lot regroupant des écoles) représentent aujourd'hui 30% de son chiffre d'affaires. Depuis 2007, sa clientèle de particuliers a atteint quelque 40.000 clients, auxquels Enercoop garantit la stabilité de ses tarifs. Aujourd'hui encore supérieurs aux tarifs régulés, ils ont vocation à devenir moins élevés que ces derniers à mesure que les coûts des énergies renouvelables poursuivent leur baisse tandis que ceux des énergies conventionnelles continuent de croître.

Sociétaires acteurs de la transition énergétique

Mais ça n'est pas l'unique motivation des clients, avant tout séduits par la nature renouvelable de l'électricité, les liens directs avec les producteurs et le caractère coopératif de l'entreprise, qui leur permettent de devenir des acteurs locaux de la transition énergétique. Ses 23.000 sociétaires, qui investissent de l'argent mais aussi du temps, peuvent en effet participer à la vie de la coopérative (elle-même organisée en dix coopératives), de contribuer à définir sa stratégie aux côtés des producteurs, salariés, territoires et autres partenaires. En plus de commercialiser l'électricité sous la marque Enercoop dans le cadre de circuits courts, chacune des dix coopératives régionales mène des expérimentations sur son territoire : formation des collectivités, accompagnement de festivals, développement d'une offre à base de bois, etc. A terme, certains de ses sociétaires, équipés de panneaux solaires en toiture, pourraient également lui vendre leur production.

Bientôt une offre de gaz vert

En 2016, Enercoop n'a bénéficié que de dix jours après la délivrance de l'autorisation d'achat à des producteurs subventionnés, pour signer des accords avec des producteurs. Mais il compte bien ré-itérer en 2017, notamment auprès des 35 projets retenus par Energies Partagées. Ce fonds d'investissement créé il y a cinq ans pour flécher les investissements dans les renouvelables intervient en fonds propres pour sécuriser leur premier tour de table, les fameux 30% de fonds propres nécessaires pour pouvoir aller négocier avec un banquier.

Une façon de sécuriser de plus gros volumes, pour la coopérative qui espère 150.000 clients à l'horizon 2020, auxquels il pourra alors proposer son offre de gaz 100% vert, prévue à partir de 2018/2019. « Mais il y a encore très peu de projets de biogaz, regrette Emmanuel Soulias ; les banquiers restent frileux face à une technologie qui leur semble compliquée, et la plupart sont pré-emptés par les grands acteurs... »

Posséder ses propres centrales ?

En attendant, les sociétaires ont répondu présents à la levée de fonds engagée en 2016. Aux côtés des soutiens historiques tels que La Nef, Garrigue, France Active, Le Crédit Coopératif ou Mirova (groupe Natixis), les nouvelles parts sociales souscrites depuis le 10 décembre 2016 pour un montant de 1,5M€ ont permis de porter le capital cumulé des coopératives Enercoop à 12 M€.

Une manne qui tombe à pic, car le réseau ne manque pas de projets pour 2017 : investir dans le système d'information afin d'améliorer l'outil de facturation et de préparer l'internalisation ; intensifier ses efforts en communication ; creuser la piste du crowdfunding ; préparer l'offre de biogaz...

Un groupe de travail planchera même à plus long terme sur la possibilité de détenir directement des moyens de production (centrales solaires ou éoliennes, unités de production de biogaz), ce qui permettrait de sécuriser les moyens de production mais se chiffrerait en dizaines de milliers d'euros.

« C'est un projet de société que nous portons, qui consiste à faire vivre le circuit court », observe Emmanuel Soulias. La route reste encore longue dans une France au système électrique hyper centralisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2017 à 5:40 :
L'énergie verte c'est pour les bourgeois écolos
a écrit le 30/01/2017 à 18:15 :
Une centrale pour quelques dizaines de milliers d'euros... je peux acheter?
a écrit le 30/01/2017 à 17:10 :
Peut on mutualiser un abonnement ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :