Les centrales au charbon dans le collimateur de l'OCDE

 |   |  527  mots
Les soutiens à l'export de centrales au charbon seront limités aux cas où des alternatives plus respectueuses du climat ne seraient pas réalisables, ou à ceux où le charbon s'inscrit dans une stratégie énergétique nationale cohérente.
Les soutiens à l'export de centrales au charbon seront limités aux cas où des alternatives plus respectueuses du climat ne seraient pas réalisables, ou à ceux où le charbon s'inscrit dans une stratégie énergétique nationale cohérente. (Crédits : © Ina Fassbender / Reuters)
Les 35 pays membres de l'Organisation de coopération et développement économiques (OCDE) se sont accordés sur une restriction de leur soutien à la vente à l'étranger des centrales au charbon, l'énergie la plus polluante, selon un document consulté par l'AFP.

A une dizaine de jours de l'ouverture à Paris de conférence de l'ONU sur le climat (COP21), les pays de l'OCDE réduisent leur soutien à la vente à l'étranger de centrales électriques fonctionnant au charbon. Les 34 pays membres -dont les Etats-Unis, le Japon et l'Australie, mais pas la Chine et l'Inde- se sont mis d'accord sur un régime plus restrictif des garanties financières fournies par des agences publiques pour l'exportation de ces centrales, selon un document consulté mercredi par l'AFP.

Selon ce texte, qui constitue une ébauche de l'accord, les soutiens à l'export de centrales au charbon seront limités aux cas où des alternatives plus respectueuses du climat ne seraient pas réalisables, ou à ceux où le charbon s'inscrit dans une stratégie énergétique nationale cohérente. Des exceptions sont prévues pour certains pays en développement.

Le charbon discrédité

L'accord, qui n'était pas officialisé mercredi, est encore susceptible de modifications à la marge selon une source bien informée. Il est intervenu au lendemain de l'affichage par les dirigeants du G20 en Turquie de leur "détermination" à limiter le réchauffement climatique à deux degrés par rapport à l'ère pré-industrielle.

Le même jour, le gouvernement du Royaume-Uni a par ailleurs annoncé l'arrêt prévu des centrales au charbon britanniques les plus polluantes d'ici à 2025, dans le cadre d'une révision de son mix énergétique. La France a annoncé en septembre la suppression, "immédiate" de "crédits exports pour tous les nouveaux projets de centrale à charbon qui ne sont pas dotés d'un dispositif de capture et stockage de CO2".

Un "premier pas dans la bonne direction"

Plusieurs organisations non-gouvernementales, pour lesquelles le charbon est l'ennemi à abattre dans la lutte contre le réchauffement climatique, ont déjà réagi au texte, fruit selon l'ONG Les Amis de la Terre de deux ans de discussion et "premier pas dans la bonne direction". Toutefois, "l'accord ne couvre que les centrales à charbon et ignore les soutiens aux mines et infrastructures de charbon", relève l'organisation, qui a publié mercredi, conjointement avec la fondation allemande Heinrich-Böll un "atlas du charbon" compilant les informations sur cette énergie et ses effets négatifs. L'accord de l'OCDE "reste très insuffisant", selon elle.

L'ONG allemande Germanwatch a salué pour sa part "l'engagement fort des Etats-Unis" dans les négociations, notamment face au Japon, à la Corée du Sud et à l'Australie, très attachés à leur charbon. "Il faut attendre de voir quelles possibilités de contournement offre l'application du nouveau règlement", a nuancé Christoph Bals, président de Germanwatch. Mais "nous anticipons que les crédits à l'export des pays industrialisés pour le charbon vont diminuer des deux tiers grâce à cet accord".

Un "arrangement" non coercitif

Les pays de l'OCDE sont parties prenantes à un code de conduite commun sur les crédits à l'exportation existant depuis 1978, et décliné par secteur. Cet "arrangement" n'est pas coercitif mais est respecté par les pays concernés, et ses différents pans sont renégociés à intervalles réguliers.

A Paris, son siège, l'OCDE n'était pas immédiatement en mesure de commenter l'accord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :