Interdiction de la grande Marche mondiale : la société civile exclue de la COP21 à cause des attentats ?

 |   |  586  mots
Sur le site même du Parc des expositions du Bourget, la zone réservée aux négociations diplomatiques est placée sous le contrôle d'une centaine de gardes de... l'ONU.
Sur le site même du Parc des expositions du Bourget, la zone réservée aux négociations diplomatiques est placée sous le contrôle d'une centaine de gardes de... l'ONU. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
[ #COP21 ] Les manifestations prévues au Bourget -négociations mais aussi espaces dédiés aux associations et aux entreprises- sont confirmées. En revanche, la Marche mondiale pour le climat du 29 novembre est annulée, a annoncé le gouvernement mercredi soir. D'ici à jeudi, on devrait connaître le sort réservé aux autres actions prévues par la société civile.

Article publié le 18.11.2015 à 11:26, mis à jour à 19:55

Selon BFM, à 19h43, des ONG indiquent que la grande Marche mondiale pour le climat, prévue à Paris le 29 novembre, est annulée, à cause des risques d'attentats. Information confirmée par Reuters, qui précise que l'interdiction émane du gouvernement.

La question s'était posée dès vendredi soir : qu'allait-il advenir de la COP21 dans le contexte post-attentats ? Comment assurer la sécurité de plus d'une centaine de chefs d'Etat ou de gouvernement attendus le 30 novembre à Paris, mais aussi celle des 40.000 personnes qui devraient se presser jour après jour dans les transports en commun puis au Bourget entre le 30 novembre et le 11 décembre ?

Sur ce premier point, l'exécutif français et la présidence de la COP n'avaient pas tardé à apporter des réponses très fermes. Pas question de plier devant Daech en annulant cette conférence essentielle pour l'avenir de la planète (et l'héritage de Hollande...). Plusieurs des chefs d'Etat attendus, à commencer par Obama, ont confirmé immédiatement leur intention d'y participer.

Zone des négociations et espaces entreprises seront très sécurisés

Sur le site même du Parc des expositions du Bourget, la zone réservée aux négociations diplomatiques (à laquelle on n'accède qu'avec une accréditation en bonne et due forme délivrée par les Nations Unies à 7.000 délégués, 10 .000 observateurs et 3.000 journalistes), est placée sous le contrôle d'une centaine de gardes de... l'ONU.

Ce qui n'est pas le cas de l'espace Génération et de ses 120 stands d'organisations, ni de la "Galerie des solutions" réservée aux entreprises, qui devraient néanmoins être maintenues à grand renfort de mesures de sécurité. La question reste également posée pour les manifestations prévues au Grand Palais (Solutions COP21, technologies nouvelles des entreprises).

La Marche mondiale pour le climat annulée ?

La situation est plus compliquée encore concernant les actions de la société civile, notamment -au-delà de la grande Marche mondiale pour le climat, prévue le dimanche 29 novembre entre République et Nation (en même temps que d'autres marches dans le monde entier)- le contre-sommet du week-end des 5 et 6 décembre et son village des alternatives à Montreuil, et la journée de désobéissance civile du 12 décembre à Paris et au Bourget.

Manuel Valls avait douché les espoirs des organisateurs en affirmant lundi matin que la COP serait sans doute réduite aux seules négociations, à l'exclusion de toute manifestation festive.

Recherche d'un compromis entre visibilité et sécurité

Mais, mardi 17 novembre, Laurent Fabius s'est montré plus ouvert lors d'une rencontre avec la « Coalition Climat 21 ». Prenant note de la requête des représentants de ses 130 organisations membres - syndicats, ONG, associations humanitaires, qui, tout en reconnaissant la nécessaire prise en compte de nouvelles exigences en matière de sécurité, demandent le maintien de toutes les manifestations prévues- il a promis une décision du gouvernement d'ici à jeudi sur la forme des actions autorisées.

Mardi, Ségolène Royal a réaffirmé le rôle de la société civile. Une interdiction pure et dure est très peu probable, d'autant plus qu'elle pourrait se traduire par des manifestations illégales intempestives non encadrées et donc plus risquées encore.

Mais les événements dans des lieux clos auraient la préférence du gouvernement. Au-delà des grands temps forts, ce sont des centaines d'événements qui sont concernés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2015 à 15:54 :
Les écolos vous me faites penser à des gamins qui font une colère parce que leurs parents les envoient se coucher parce qu'il est l'heure et qu'eux préfèreraient continuer à jouer. On vous dit : pas de manifestations en marge de la cop21. C'est certainement regrettable, mais c'est comme cela.
a écrit le 19/11/2015 à 9:14 :
En France ce n'est plus le réchauffement climatique c'est le réchauffement en court d'ébullition....
a écrit le 19/11/2015 à 8:05 :
Nous sommes maintenant en dictature parfaite. Elle n'a même plus besoin de faire sortir les idiots utiles dans la rue
a écrit le 18/11/2015 à 18:27 :
S'il y avait des attentats durant la COP21 çà mobiliserait encore plus le monde en faveur du climat. Sachant que ce sont pour beaucoup des producteurs d'énergies fossiles qui financent Daech, on peut donc éventuellement conclure que des attentats durant la COP21 seraient contre productifs à leur égard et ce n'est donc pas nécessairement l'endroit qu'ils choisiront. Ainsi autant que la COP21 soit utile et c'est mathématiquement parti pour compte tenu des engagements déjà formulés, même si ce ne sera pas encore assez dans l'absolu. Cette initiative française même encore insuffisante devrait donc être positive et aller dans le bon sens.
a écrit le 18/11/2015 à 16:07 :
une maniere pour m hollande de créer de nouveau impots
puis de grossir encore le mensonges pour inventer des taxes
sur tout du moment que cela rapporte a l'etat
a écrit le 18/11/2015 à 12:23 :
C'est cuit, la COP21, les Américains ont annoncé qu'ils étaient opposés à un traité contraignant. Les Européens sont les seuls à mettre un peu d'argent dans le truc, comme si l'Amérique, la Chine et l'Inde étaient quantités négligeables dans le problème. On aurait dû reporter voire annuler ce truc inutile. Franchement, on a autre chose à penser en ce moment.
Réponse de le 18/11/2015 à 18:36 :
Ce ne sont pas les américains qui sont opposés à un traité contraignant, c'est le congrès à majorité actuelle républicaine alors qu'il va y avoir des élections l'an prochain, donc grande nuance. Les américains au contraire ont beaucoup d'intérêts dans les énergies renouvelables et le stockage en particulier comme leur stratégie d'ensemble comme celles de leurs entreprises et les évolutions des résultats d'année en année en témoignent. La Chine a également beaucoup d'intérêt sur ce sujet et même la Russie, pays pétrolier et gazier, commence à s'y impliquer de près. Il y a un mouvement en cours incontournable et les soubresauts du court terme n'y changent rien si l'on analyse sur des durées de quelques années et non pas au quotidien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :