Royal et Valls confirment : la France ne subventionnera plus l'export des centrales à charbon

 |   |  420  mots
Le gouvernement a retardé l'abandon des subventions aux charbons, craignant des pertes d'emplois dans le groupe.
Le gouvernement a retardé l'abandon des subventions aux charbons, craignant des pertes d'emplois dans le groupe. (Crédits : © Ina Fassbender / Reuters)
La suppression, "immédiate", concernera notamment "les crédits exports pour tous les nouveaux projets de centrale à charbon qui ne sont pas dotés d'un dispositif de capture et stockage de CO2", a précisé Valls. Ségolène Royal propose toutefois de convertir ces aides en investissement dans les énergies renouvelables, où le groupe est également très actif.

Les aides accordées à Alstom pour l'exportation de ses centrales de production électrique fonctionnant au charbon -l'énergie fossile la plus polluante- seront bien supprimées. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, l'a annoncé sur France Info jeudi 10 septembre, et le Premier ministre, Manuel Valls, l'a confirmé un peu plus tard dans la matinée à l'occasion du lancement à l'Elysée de la mobilisation pour la COP21.

La suppression, "immédiate", concernera notamment "les crédits exports pour tous les nouveaux projets de centrale à charbon qui ne sont pas dotés d'un dispositif de capture et stockage de CO2", a précisé le chef du gouvernement devant 400 invités, élus et représentants de la société civile française. Elle devrait se matérialiser par la suppression des garanties publiques de la Coface, l'organisme d'État soutenant les investissements français à l'exportation, pour la construction de centrales à charbon à l'étranger.

Alstom dernier bénéficiaire des aides

La décision concerne particulièrement Alstom qui, depuis 2001, est l'unique - le dernier, donc - bénéficiaire français des garanties de la Coface pour le charbon. Mardi 8 août, le jour où la Commission européenne accordait son feu vert à la fusion General Electric-Alstom, il avait été affirmé dans l'entourage de François Hollande que la question de ces aides serait "clarifiée" d'ici à la conférence sur le climat (COP21) organisée à Paris, en décembre.

François Hollande avait d'ailleurs promis de supprimer ces crédits à l'export l'année dernière, un geste salué à l'époque par les Verts. Mais un certain nombre d'emplois chez Alstom étaient menacés en France. Ces aides permettent, en effet, de réduire les coûts à l'export, notamment vers les pays en développement.

Transférer les aides du charbon aux énergies renouvelables

Pour cette raison, le gouvernement tergiversait sur la question. Le Premier ministre, Manuel Valls, avait ainsi demandé à la ministre de l'Écologie de proposer un calendrier de retrait des crédits export charbon qui tienne compte des enjeux industriels.

Jeudi marin, la ministre de l'Écologie a toutefois précisé:

"Ce que j'ai proposé (...) à Alstom, c'est que les aides de l'État, qui étaient données pour le charbon, lui soient données pour investir dans les énergies renouvelables.

La décision annoncée ce matin, réclamée depuis des mois par les ONG, est censée prend valeur d'exemple à trois mois de l'ouverture de la conférence de Paris sur le climat (COP 21).

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2015 à 9:17 :
Et voila pour faire plaisir à une partie infime de leur électorat ,pour la gloriole d'un président vassal ,on tape encore sur les entreprises françaises ,c'est une honte . Mais attention ,que ne va pas promettre la remorque de l’Élysée ,à la cop 21 ,mais surtout qu'il n'affaiblisse pas encore une fois les entreprises françaises par rapport à la concurrence sauvage de la mondialisation anglo saxonne .Il ne faut surtout pas ,que pour rester dans l'histoire (des présidents imposteurs élu par défaut ) , il affaiblisse encore les français qui se battent , les 35 heures sont une erreur historique ,qui associé à un euro surévalué a fait perdre des millions d'emplois à la France !
a écrit le 11/09/2015 à 0:38 :
La conférence sur le climat pointe le bout de son nez donc Hollande sort une mesurette en urgence du chapeau pour bien paraître dans les médias ? Hollande, comme Sarkozy avant lui, donne l'illusion de gouverner en se contentant se suivre l'agenda médiatico-politique. Alors que des industriels tirent la langue pour monter de nouvelles filières industrielles dans le secteur des énergies renouvelables ; secteur potentiellement créateur d'emplois et dynamique à l'export, Hollande traîne des pieds, se tourne les pouces, tergiverse, sombre...
Après le ridicule grenelle de l'environnement de Sarkozy, l'inaction de Hollande nous a fait perdre encore 5 ans sur les problématiques de développement durable !
a écrit le 10/09/2015 à 21:30 :
Mis à part la fin des ventes d'Astom à l'export, ça ne fera que laisser le marché à ses concurrents Chinois, coréen, russe, etc, qui eux, ne s'embarrassera pas de ces considérations !! Valls et Ségo ne pourraient-ils pas sortir de leur tour l'ivoire pour, en collaboration avec les exportateurs français concernés, voir COMMENT agir en faveur de l'environnement SANS pénaliser l'emploi ??!! Les entreprises sont les mieux placées pour savoir ce qui est bon pour elles, mais ça... enfin,... ça finit par se voir sur la courbe du chômage ! Merci les socialistes !
a écrit le 10/09/2015 à 21:30 :
Mis à part la fin des ventes d'Astom à l'export, ça ne fera que laisser le marché à ses concurrents Chinois, coréen, russe, etc, qui eux, ne s'embarrassera pas de ces considérations !! Valls et Ségo ne pourraient-ils pas sortir de leur tour l'ivoire pour, en collaboration avec les exportateurs français concernés, voir COMMENT agir en faveur de l'environnement SANS pénaliser l'emploi ??!! Les entreprises sont les mieux placées pour savoir ce qui est bon pour elles, mais ça... enfin,... ça finit par se voir sur la courbe du chômage ! Merci les socialistes !
a écrit le 10/09/2015 à 15:52 :
ce sont d'autres pays qui vendront leurs centrales aux pays acheteurs, ou comment se tirer une balle dans le pied pour des raisons fumeuses
a écrit le 10/09/2015 à 15:40 :
j'aimerai croire dans une action bienveillante et altruiste, mais je ne peux m empêcher de relever qu'hier la commission européenne a autorisé le rachat de la branche énergie de Alsthom par GE...bizarre? vous avez dit bizarre?
Moi je propose d'arreter de subventionner les partis politiques, pas sur que ca fasse du bien à l'environnement (sans doute moins de bruit quand même!), mais ca fera toujours des économies.
a écrit le 10/09/2015 à 15:08 :
Ce qu'il faut retenir de cet épisode accessoire est que les grandes entreprises françaises sont toutes financées ou subventionnées indirectement par l'état. Cela peut prendre différentes formes comme le non paiement d'impôts puisqu'on le sait désormais le taux moyen d'IS est de 6% pour elles -qui disposent d'un comptoir spécifique- alors qu'il est de 33% pour les autres. La formule est judicieuse : pourquoi en effet chercher un biais complexe et pourchassé pour subventionner alors qu'il est plus aisé d'éviter d'abord de prélever! On les subventionne "officiellement" pour protéger l'emploi -toujours menacé-. On sait en réalité que l'on en protège rien, surtout avec 11% de chômage affiché. Reste alors la subvention effective de la compétitivité des nos grandes entreprises qui sont parmi les plus grosses du monde. Cela est fait avec l'argent public sans que les français en soient d'une quelconque manière bénéficiaires, souvent même bien au contraire. La question se pose donc de ces dirigeants "soutenus" dont le performance n'est pas leur mais qui s'attribuent des primes de mérite immérité. L'argument en défense est que les autres en font autant. Ce n'est pas si sûr comme il n'est pas sûr non plus que cela puisse être retenu.
a écrit le 10/09/2015 à 13:20 :
En voila une idée comme elle est bonne, mais bien tardive.
Encore la fin de l'illusion d'un leadership maintenu artificiellement, sur le dos des finances publiques.
Ou l’art d’être les meilleurs au monde sur les marchés privé, mais uniquement à coup d'aides publiques ?

Comment avoir aussi longtemps subventionné des programmes aussi absurdes, qui plus qui concurrencent la production électrique nationale.
Réponse de le 10/09/2015 à 14:17 :
à priori les aides étaient limitées aux garanties de la Coface , on peut espérer que ça ne nous ait rien coûté ( à vérifier quand même ).
ces programmes ne concurrencent pas la production nationale , ou alors de façon marginale. De plus si un pays veut s'équiper , il achètera les centrales au concurrent et ça ne changera à ce "problème".
Réponse de le 10/09/2015 à 17:25 :
@ truffe
Pour reprendre un peu différemment la bonne réponse de le troll, il faudra nous expliquer en quoi une centrale électrique sud-africaine au charbon concurrence l'electricite française.
a écrit le 10/09/2015 à 12:32 :
En voilà une idée qu'elle est bonne! maintenant on laisse la place aux autres constructeurs de centrales à charbon comme par exemple l'Allemagne! C'est vrai qu'aux yeux des verts ce pays a toutes les vertus depuis qu'il a arrêté ses centrales nucléaires qu'il promeut les énergies renouvelables et ... rejette plus de CO2 avec ses centrales à charbon mais là on détourne de regard et on oublie de dire que l'électricité est plus chère! Toujours le travers français on veut se montrer les meilleurs résultat on saborde l'industrie française! Il en est de même pour les véhicules électriques et hybrides on les favorise résultat cela bénéficie plus aux constructeurs étrangers (Allemagne Japon voir US) qu'aux constructeurs nationaux. mais que ne ferait-on pas pour sauver la planète! Sur ce point que les écolos s'occupent d'abord de sauver l'humanité la planète n'a pas besoin d'eux pour se sauver elle a su faire face à des cataclysmes d'une autre dimension que les désordres apportés par l'humanité!
a écrit le 10/09/2015 à 12:21 :
Les autres nations sont moins regardantes sur le charbon que nous. En France, on préfère se tirer une balle dans le pied plutôt que de faire comme la concurrence. Les Allemands se frottent les mains. On est dirigé par des incapables.
Réponse de le 10/09/2015 à 14:06 :
Au contraire, c'est une bonne idée, on a un retard en France avec les éoliennes et le solaire par rapport aux Allemands. Donc si on diminue le charbon, on augmente le reste. Logique non ?
a écrit le 10/09/2015 à 11:47 :
Tournée de champagne chez Siemens !
Réponse de le 10/09/2015 à 12:50 :
eh oui , encore une stupidité de nos politiciens , ils pensent que si nos entreprises arrêtent d'exporter alors les clients arrêteront d'acheter.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :