Les climato-sceptiques malmènent la science

 |   |  1249  mots
Figure la plus connue des jeunes engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique, la Suédoise Greta Thunberg est emblématique de l'hystérie écologiste qui s'est emparée de nos sociétés,  selon ses détracteurs.
Figure la plus connue des jeunes engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique, la Suédoise Greta Thunberg est emblématique de l'hystérie écologiste qui s'est emparée de nos sociétés, selon ses détracteurs. (Crédits : Fabrizio Bensch)
Nourrie par le discrédit qui touche toutes les formes d'autorité, la critique « anti-écologisme » donne de la voix, contestant la rigueur des experts.

« Les charlatans de l'écologie. » Le dossier de l'hebdomadaire Valeurs actuelles associé à cette une pointe pêle-mêle la tête de liste EELV aux élections européennes Yannick Jadot (crédité de 13,1 % des voix) ; le député ex-LREM proche de Nicolas Hulot Matthieu Orphelin ; la figure de proue des jeunes activistes pour le climat - bouc émissaire favori des climatosceptiques - la Suédoise de 17 ans Greta Thunberg ; mais aussi le site d'information Novethic, filiale de la Caisse des dépôts, tous accusés d'embrigader la jeunesse, de porter un totalitarisme vert, une hystérie écologiste... Contrairement à certains pays tels que les États-Unis, où le déni du changement climatique s'affiche sans vergogne au sommet de l'État, la France n'avait rien connu de tel depuis Claude Allègre et son Imposture climatique publiée en 2010 et depuis largement dénigrée, puisque rédigée par un... géologue !

Cette une n'est que l'épisode le plus récent d'un frémissement que l'on observe depuis plusieurs mois. Non seulement sur les réseaux sociaux mais aussi sur les plateaux de télévision où l'on a pu voir sur CNews la femme politique et activiste Claire Nouvian malmenée par l'animateur et journaliste...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2019 à 14:47 :
C'est trop tard pour faire quoi que ce soit. La machine est lancer et rien ne l'arrêtera plus. Il a été dit : "Sachez reconnaître les prémices de la fin du monde". Ils sont là, et bien là!!!!
a écrit le 28/09/2019 à 11:33 :
Faites honnêtement la part des choses: faut il ranger parmi les euro-sceptiques ceux qui ne se reconnaissent pas dans un écologisme idéologique dangereux et improductif. Le kampuchea vert, non merci!
a écrit le 26/09/2019 à 10:16 :
Le débat n'a en fait aucun intérêt.
Le constat suffit, nous nous dirigeons vers un épisode climatique de réchauffement ET comme le système économique n'est pas prêt de changer, puisque basé sur le pétrole, industrie, énergie, transport, il faudra attendre la fin du pétrole par épuisement des réserves pour que le système économique change.
La bonne question est : A quand le fin du pétrole ? 40/50/100 ans...?
entre temps nous serons obligés de subir et c'est individuellement qu'il faut se préparer.
a écrit le 19/09/2019 à 17:17 :
Être sceptique, c'est mal, limite négationniste, surtout devant le discours d'une ado incarnant innocence et pureté des intentions. Le monde entier avait besoin d'une icône pour se réveiller. Pour la disparition de 60 % des espèces sauvages en 40 ans, on attendra, y a pas le feu, il reste les zoos. Personne ne conteste d'ailleurs sérieusement le réchauffement climatique actuel, souvent confondu avec l'énorme pollution d'origine anthropique. Au cours des 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de températures comparables à celui que nous vivons. Ces optima correspondent à des cycles naturels qui dépendent de multiples facteurs : actions du soleil, des courants marins, des éruptions volcaniques, et surtout de la précession des équinoxes (cycles de Milankovitch). C'est une grande arrogance pour l'humanité de croire que les 150 ans de l'ère industrielle peuvent changer le climat. Cherchez plutôt pourquoi l'obscurantisme scientifique dans cette affaire est encouragé médiatiquement, et à qui cela profite .
a écrit le 19/09/2019 à 11:18 :
Oui hier sur le plateau de cnews j'en ai vu des bien beaux et des bien râpeux ! Et ils n'ont aucune honte alors que les gars on voit déjà qu'ils sont complètement paumés dans leurs "arguments" ! :D

Mais que personne ne s'offusque du fait que ceux qui prônent de stériliser les femmes africaines pour pouvoir prendre l'avion aient un lobby au sein de l'Europe est déjà une réponse en soi...
a écrit le 18/09/2019 à 11:24 :
La combustion du bois produit beaucoup plus de CO2 que certaines autres énergies pour la même puissance délivrée, qui s'ajoute a celui que produit les autres activités humaines et énormément de microparticules qui s'échappent également dans l'air alors pourquoi est il classé par les écologiste comme comme écologique.Ils devraient nous dire si le CO2 du bois ainsi que ses micros particules sont meilleurs pour la santé, eux qui ont bon goût.......
a écrit le 17/09/2019 à 19:31 :
Ça chauffe!! Profitons en, au lieu de nous lamenter! C'est pas une nouvelle religion... soyons pratique!
a écrit le 01/09/2019 à 10:41 :
Il est idiot de parler de climato-sceptiques car ils ne doivent plus être très nombreux a douter du réchauffement .Par contre sur les causes la discussion n'est pas close et la bienpensance-bobo qui est toujours sûre d'elle pourrait réfléchir et envisager qu'elle se trompe. Le genre de questions a se poser pourrait être pourquoi la combustion des énergies fossiles produit tant de mauvaises choses alors que la combustion du bois qui dégage beaucoup de micro-particules et de co2 car le bois est avant tout du carbone est classé comme écologiste. Il serait intéressant d'avoir la réponse.
Réponse de le 01/09/2019 à 20:12 :
La combustion du bois n'ajoute pas de C02 supplémentaire dans l'atmosphère tant qu'il pousse en même temps autant d'arbres qu'on en brûle, qui piègent le carbone par photosynthèse. En gros ca s'équilibre.

La combustion des hydrocarbures fossiles a remis en circulation atmosphérique du carbone piégé depuis et pendant des millions d'années .

Chaque millions de tonne de diesel brulé a produit 2.6 millions de tonnes de Co2 qui ne sont pas compensées par un accroissement équivalent en biomasse, et donc il s'accumule dans l'air.
Réponse de le 02/09/2019 à 22:35 :
Ah bon, donc les feux de forêts amazonienne et en Afrique centrale étaient également prévu par la nature et dans le cas ou on replante tous les arbres qu'on brûle pour se chauffer,on est tranquille .C'est beau l'écologie ...... aveugle.
Réponse de le 04/09/2019 à 0:50 :
Il est évident que la déforestation aggrave le réchauffement climatique car les arbres détruits ne seront pas remplacés par des nouveaux arbres plantés.Il est clair que certains gens qui se déclarent climatosceptiques,ce sont des cyniques car ils savent que le réchauffement climatique existe, bel et bien. Mais,les pétroliers veulent continuer à extraire le pétrole, jusqu'à épuisement des puits , car c'est très rentable.Tant pis pour la planète, ils de disent qu'ils seront morts,lorsque les conséquences du réchauffement se manifesteront vraiment.
Réponse de le 17/09/2019 à 22:54 :
Votre rq sur le bois est intéressante. En fait, l'utilisation rationnelle du bois a pour débouchés essentiels la construction, l'ameublement, l'emballage la pâte à papier.
La destination bois énergie ne doit concerner que les sous produits des utilisations précédentes ( déchets de scierie, de déroulage, de tranchage ou d'exploitation forestière ou recyclage des matériaux usagés).
En gérant d'une manière optimale les forêts, les sylviculteurs régénèrent les massifs forestiers ( Vosges Jura Landes...) pour qu'ils produisent le maximum de bois: les fameux puits à carbone par consommation maximale de CO2 et rejet tt autant de O2. Avec en prime, l'enrichissement des sols et la circulation de l'eau douce puisée du sol par les racines et restituée à l'atmosphère par évaporation au niveau du feuillage. Et les feux de forêt st une catastrophe qui massacrent ces fameux puits.
Dc vous l'aurez compris, toute politique qui favorise l'usage du bois comme matériau va ds le sens de la régénération de la planète en favorisant la photo synthèse et l'humidification de l'atmosphère.
Concernant la forêt amazonienne, poumon capital pour l'humanité, son exploitation rationnelle consiste à prélever uniquement les arbres à usage noble (dc très valorisés)au dessus du calibre minimal nécessaire pour préserver la régénération naturelle de l'espèce, car en forêt tropicale humide, il est exclu d'effectuer des coupes rases et des replantations après, sauf à les transformer en cultures de palmiers à huile comme en Indonésie par ex.
D'où l'idée d'aider les pays sud américain à entretenir leur forêt primaire amazonienne par des subventions internationales...mais c'est un autre débat.
Réponse de le 19/09/2019 à 11:06 :
Tout ceci est dans un équilibre parfait ,mais voilà je ne sais pas si les écologistes l'on remarqué ,ce n'est pas le cas et le CO2 dégagé par le bois qu'on brûle s'ajoute aux autres émissions sans parler des microparticules que les écologistes ignorent. Il serait plus sage de ne pas couper les arbres pour se chauffer sauf pour entretenir les forêts et en replanter au lieu de détruire certaines forêts.
a écrit le 31/08/2019 à 18:56 :
On ne pourra jamais accuser les experts du GIEC de rouler pour les lobbys du pétrole. C'est bien pour ça que je les crois, les forces de l'argent jouent en faveur des climatosceptiques et pourtant ils n'arrivent pas à imposer leurs vues.
Réponse de le 31/08/2019 à 23:49 :
Ils roulent pour d'autres lobbys pas forcément plus recommandables.
Réponse de le 01/09/2019 à 12:30 :
@Johnmkagan : des sources ? des preuves ? parce que sinon, c'est bien vide comme affirmation.
Réponse de le 01/09/2019 à 20:23 :
N'inversez pas le processus. Puisque vous accusez les experts du GIEC de collusion avec les lobbys du pétrole, c'est à vous d'apporter des preuves.

D'autant plus que les pétroliers (charbonniers et autres gaziers) n'ont rien à gagner dans cette histoire.
Leur industrie est clairement en danger à moyen terme et les taxes carbone leur coutent très cher.
a écrit le 30/08/2019 à 20:20 :
Les "fondus" de l'évolution climatique, sont, avant tout, des parleurs. Bourrés de yaka, faukon (faut... qu'ils..., car pour un français, il y a 20 chinois et 20 indiens...) prennent des mesures IMMEDIATES ! Lesquelles ? pas un pour les énumérer... Juste les bobos parisiens qui limitent les accès automobiles (facile lorsqu'on est parisien, et qu'on n'a pas le besoin de venir de banlieue) en se basant sur des données qui sont éhontément mensongères. (NB j'habite Paris intra muros). Moins simple si on veut que les déplacements (ex Boston-San Diego) se fassent à vélo... S'ils en avaient (des courages) ils iraient régler son compte à Trump; mais ils restent bien "au chaud" dans des démocraties (lesquelles n'en sont plus lorsqu'une minorité fait la (sa) loi). Quant aux scientifiques, ils disent qu'il y a une corrélation entre développement de la population et réchauffement. Possible. Par contre AUCUN ne sait encore quelles sont les interactions entre, par ex le Gulf Stream et l'atmosphère; lequel phénomène détermine le climat ouest européen; endroit où il fait bon vivre. Que les politocards Hidalgo, et Aubry !!!, etc... en profitent pour aller à la pêche aux voix municipales, ça n'étonnera personne. Mais décréter qu'il faut abattre le premier automobiliste venu, et que ça va faire revenir le climat "dans le droit chemin", c'est du foutage... Chercher/trouver des alternatives énergétiques, c'est du bon sens, pas de l'écologie. Encore faut il, lorsqu'on les trouve, qu'elles ne soient pas vilipendées au nom de peurs ancestrales. Que les scientifiques continuent leurs études; et les écoliers aussi. Quant aux beaux parleurs, si on pouvait moins les entendre...
a écrit le 30/08/2019 à 19:35 :
Je vois qu'elle a changé de tshirt, pas très bon pour le climat...
Réponse de le 01/09/2019 à 23:35 :
"When haters go after your looks and differences, it means they have nowhere left to go. And then you know you’re winning!"

"Quand ceux qui vous haïssent vous attaquent sur votre apparence ou vos différences, ca veut dire qu'ils n'ont plus rien à dire. Et alors vous savez que vous avez gagné."

Moi cette petite, elle m'épate...
a écrit le 30/08/2019 à 19:35 :
Je vois qu'elle a changé de tshirt, pas très pour le climat...
a écrit le 30/08/2019 à 17:46 :
Qu'ils contestent les experts du GIEC c'est leur droit. Mais ils ne peuvent contester ou nier les faits comme la disparition progressive de l'eau douce par la fonte et le recul des glaciers, la quasi disparition de la mer d'aral, le recul des nappes phréatiques avec des périodes de sécheresse de + en + fortes.
Avec en corollaire, l'élévation du niveau des mers confirmée par les relevés satellites, qui s'accélère à + de 3 mm par an avec la dilatation due à l'élévation moyenne de température des océans ce qui menace de submersion certains archipels comme les Maldives ou les Fidji ou des territoires très plats comme le Bangladesh.
Passé leur critique, on attend Allègre ...ment leurs explications sur les causes de ces faits avérés.
Réponse de le 30/08/2019 à 21:21 :
"Les experts du GIEC"... Le GIEC n'est pas un organisme scientifique. Combien de fois faudra t-il le répéter?
Ils font appel à des scientifiques idéologiquement biaisés pour valider leurs théories fumeuses. Bien évidemment les médias français ne publieront jamais les articles (par ailleurs publiés dans les meilleures revues scientifiques anglo-saxonnes) qui contestent les modèles mathématiques employés par les fantassins du GIEC.
Les modèles mathématiques du GIEC ne résistent pas à la comparaison du réel. Ils sont tous retoqués.
C'est normal puisqu'ils utilisent des hypothèses qui sont déjà largement fausses et surtout pour obtenir les résultats voulus ils sont obligés de faire tourner une cinquantaine de modèles pour qu'il y en ait qui colle aux hypothèses farfelues du GIEC.
Mais enfin si vous êtes convaincus, c'est bien pour vous. Vous allez faire des cauchemards la nuit alors qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat: oui le climat change, comme il a toujours changé dans l'histoire de l'humanité.
Pourquoi croyez-vous qu'on appelle le Goenland la "terre verte"?? Parce qu'au Xème siècle, quand l'île a été découverte par les vikings, elle était verte. Ce qui signifie qu'il faisait bien plus chaud qu'aujourd'hui... Et pourtant il n'y avait pas d'industries à cette époque.
Un peu de bon sens que diable!
Réponse de le 30/08/2019 à 21:49 :
"disparition progressive de l'eau douce par la fonte et le recul des glaciers": ah bon, on manque d'eau douce sur terre? depuis quand?? il y a des glaciers qui reculent et il y en qui augmentent!
"quasi disparition de la mer d'aral": c'est un phénomène bien connu de tous puisqu'il s'agit d'interventions humaines (barrages et détournements des cours d'eau à des fins économiques) qui ont asseché la mer d'Aral, en aucun cas cela est lié au climat!
"recul des nappes phréatiques avec des périodes de sécheresse de + en + fortes.": idem que plus haut. Il y a des endroits sur terre qui se réchauffent et des endroits ou ça se refroidit. Depuis 20 ans, la température moyenne à l'échelle du globe est restée quasi constante, en dehors de 2 évènements El Nino, qui sont des évènements météorologiques et non climatiques, alors que la concentration du CO2 dans l'atmosphère augmente plus vite que jamais.
Si vous lisez les médias français, ah oui il a fait très chaud en Europe cet été. Mais personne pour vous dire qu'il a fait plus froid dans l'emisphère sud. Les relevés satellites de la NASA le confirment.!
a écrit le 30/08/2019 à 15:46 :
Oui il y en a marre de tous ces gens qui prévoient la fin du monde à cause du climat. Oui en été il fait chaud, et en hiver il fait froid. Le changement climatique serait la si en juillet on avait moins 5 degrés. il serait la si en hiver on avait 30 degrés. Bref tous ces gens qui nous font peur pour imposer des lobies, ça suffit.
Tantôt c'est le CO2, tantôt c'est la couche d'ozone, tantôt c'est le diesel, tantôt, tantôt etc donc on n'y comprend plus rien. La seule chose à faire c'est de limiter drastiquement les naissances dans le monde. Plus il y aura d'humains, plus il y aura de la pollution. Alors ça suffit moi je ne crois plus à rien dans ce domaine. En plus quand on voit cette gamine faire la leçon au monde entier, elle ferait mieux d'être à l'école. Au fait son portable est fabriquer avec quoi???????
Réponse de le 30/08/2019 à 18:45 :
Ce coup de gueule pour rien dire,franchement ! Avez vous le temps de lire quelque chose de sérieuse, au sujet
a écrit le 30/08/2019 à 14:33 :
Les climato-sceptiques (ou septiques comme la fosse ?) le sont, parce qu'ils ne veulent pas voir leur business péricliter. Ils savent très bien ce qui se passe, mais comme ça dérange leurs affaires, ils préfèrent nier les évidences, dénigrer les études scientifiques et s'attaquer bassement aux personnes, ce qui rend à prouver qu'ils sont au bout d'arguments.
Bref, ça va chauffer, fondre, inonder, ouraganiser, typhoniser, canicule à tout va et il va falloir s'adapter. Collectivement, nous subirons et c'est individuellement qu'il faut d'ores et déjà anticiper, chercher, trouver, expérimenter ses propres solutions pour (sur)vivre au mieux dans un futur ou l'environnement sera fortement dégradé.
a écrit le 30/08/2019 à 11:54 :
Oui, c'est trop important, seuls les gens autorisés devraient pouvoir avoir une opinion. Moi par exemple je suis co2sceptique, ben j'ai interet a la fermer, bientot ça finira par être penalement reprehensible et puis je n'ai aucune competence en fiscalité, alors que la lutte contre le rechauffement climatique, il faut reconnaitre que pour l'instant, c'est purement fiscal, donc tais toi lapin
a écrit le 30/08/2019 à 11:43 :
A t'on le droit d'être ne serait ce que simplement CO2sceptique sans être neofasciste misogyne homophobe? (Rapport a une declaration de jadot aux journées d'aix (en video sur la tribune)qui m'avait fait bondir).

Pour ce que j'ai pu constater de la lutte contre le changement climatique, l'action a surtout,; pour l'instant été fiscale. Et ce faire imposer (ah ah ah) des trucs comme ça par des individus qui prennent leur falcon pour faire 110 bornes (rien que monter et descendre c'est surement deja plus que mon bilan carbone annuel) vous comprendrez que l'on bloque un peu
Réponse de le 30/08/2019 à 15:13 :
Kesaco?

Il y a plusieurs façon d'être C02 sceptique.

On va supposer que vous acceptez l'idée qu'il y a un réchauffement mondial en cours, qui est anormal dans son intensité au vu des données climatiques collectées directement ou indirectement depuis le début des sciences géologiques et climatiques.

On va supposer également que vous acceptez l'idée qu'il y a une croissance très forte de la quantité de C02 dans l'air de la planète dont le début remonte plus ou moins aux années 1850.

Est ce à dire que vous refusez de voir une corrélation entre le taux de Co2 et le réchauffement climatique? ou alors que vous refusez de voir un lien entre l'utilisation massive des énergies fossiles et le taux de Co2 dans l'air?

A vous de nous dire.
Réponse de le 31/08/2019 à 10:59 :
Oui oui CO2sceptique. J'ai souvent l'impression qu'en ecologie comme en economie on melange allegrement causes, effets et consequences.Que la combustion de petrole ou charbon degage du CO2, oui, mais le CO2 est tres faiblement a effet de serre (bien moins que le methane et les gaz de sa famille, pour 400 ppm moins que la vapeur d'eau contenue dans l'atmosphere. En plus il est absorbable par la nature.
Par contre la dissipation d'energie dans le milieu, qu'elle soit fossile ou nucleaire, ça oui ça chauffe. Quand un avion fait paris nouillorque, tout le combustible est au final convertit en chaleur. Pareil pour les sources electriques, les ondes que l'on balance de partout... et l'activité humaine, c'est enorme, en cumulé sur des années, combien d'années d'ensolleiment de la planete?
Ok avec les commentaires, et malthus dans tout ça.
Réponse de le 01/09/2019 à 10:35 :
Le CH4 est beaucoup plus efficace que le CO2 pour générer un effet de serre (on parle en général de 28x) mais il y en 1.8 ppm dans l'air pour 390 ppm de CO2.
Ensuite le CH4 se dégrade photochimiquement dans la troposhère en 9.6 années et donne... du CO2 et de l'eau.

La concentration du CH4 dans l'air augment également très significativement en passant d'un niveau "de base" de 0.750 ppm en 1950 à 1.8 ppm en 2015.

CO2 et CH4 sont deux indicateurs d'un même phénomène de surchauffe planétaire dont les racines sont liées à l'activité humaine et à l"apport dans l'air d'un surcroît de Carbone d'origine fossile.

Lutter contre le CO2 fossile ou contre le CH4 fossile, c'est la même chose !

Pour ce qui est de l'effet chauffant du nucléaire, outre que fait que c'est une énergie récente et relativement peu utilisée, quand un corps chauffe, il se refroidit aussi en augmentant sa puissance radiative.

Sauf s'il est entouré d'une atmosphère qui capte et stocke la chaleur.
a écrit le 30/08/2019 à 11:23 :
Au lieu de ne voir que les cotés négatifs afin de manipuler l'opinion dans le sens de l’intérêt de certain, il serait bon d'en étudier tout les cotés positifs et de mettre en place rapidement les moyens d'en profiter! La "Croissance" doit être calculé par le taux de végétalisation permanente des sols! Cela tombe bien, nous avons de plus en plus de bouche a nourrir!
a écrit le 30/08/2019 à 10:57 :
Les climatosceptiques sont des ignares qui s'en glorifient et n'ayant pas d'arguments solides à opposer aux faits préfèrent attaquer des personnes, de préférences des jeunes femmes, plutôt que d’accepter des débats sérieux avec des scientifiques qui ont passé leur vie à étudier la climatologie et tous les aspect de la vie terrestre. On les connaît, Bolsonaro,Trump...

Dernier exemple en date dans cette secte de gros nullos, Sarko, qui a fait son show devant le MEDEF ravi, en se payant la tête de Greta Thunberg qu'il trouve trop peu souriante (il est vrai qu'il arborait, lui, ce jour l'air du ravi de la crèche qui a abusé du schnaps).

Moi je n'oublie pas que Sarko est le type qui un beau matin, parce que les choses devenaient un peu compliqué pour lui devant les agriculteurs a simplement baissé les bras en déclarant "l'écologie ça commence à bien faire" et a fait perdre des années dans la course contre le thermomètre.
A mes yeux, ce comportment le disqualifie à jamais pour parler d'écologie.
Réponse de le 30/08/2019 à 16:12 :
Il faudrait un peu sortir de chez vous et constater que hors de la France, et peut être de la Suède, on ne rencontre pas la même hystérie sur le climat et que le réchauffement est abordé de façon beaucoup plus sereine et pragmatique !!!
Réponse de le 30/08/2019 à 17:44 :
C'est une blague?

Trump, pas un climatosceptique hystérique?

Bolosonaro, pas un climatosceptique hors de contrôle?

Allègre, qui accuse notamment les climatologues d’avoir « cadenassé les revues scientifiques » à l’aide d’un « système mafieux et totalitaire », pas un climatosceptique excessif?

Le débat est mondial et partout il y a des gens qui refusent de prendre en compte les réalités parce qu'elles sont en contradiction avec des croyances personnelles.
Et le problème avec les croyances, c'est qu'on sort du champ de la raison et de la connaissance.
Réponse de le 30/08/2019 à 21:36 :
"Les climatosceptiques sont des ignares"
Sortez de votre pays et vous allez voir que les gens, et surtout les scientifiques, ne pensent pas comme vous:
Richard Lindzen, climatologue, ancien professeur du MIT, membre de l'Académie américaine des sciences (je précise, il y était bien avant l'élection de Trump), est un des meilleurs connaisseurs du réchauffement global. Il dénonce un formidable aveuglement collectif qui risque de coûter cher à la science elle-même.
François Gervais, physicien, expert reviewer du rapport AR5 du GIEC (!!), qui revient sur le procès intenté du CO2, qui est un gaz essentiel à la vie avant d'être un symbole d'une société industrielle dont certains ont juré la perte.
Vincent Courtillot, géophysicien, membre de l'Académie des sciences, spécialiste reconnu du magnétisme terrestre.
John Christy, Directeur du Earth System Science Center à l'Université d'Alabama, pionnier de la recherche sur les bases de données climatiques.
Et pour le fun, Suzan Crockford, zoologiste à l'Université de Victoria (Canada), est une spécialiste des ours polaires. Elle démontre que le scénario d'une espèce mise en danger par la fonte de la banquise est erroné, il n'y a jamais eu autant d'ours polaires qu'aujourd'hui...
Vous en voulez d'autres des ignares??
Vous êtes pathétique.
Réponse de le 30/08/2019 à 23:47 :
Les gens que vous citez ne sont pas climatosceptiques s.s. Il ne contestent pas le réchauffement du climat, ni l'accroissement du taux de Co2, ni la concommitance des deux phénomènes (la concomitance n’établissant pas forcément un lien de causalité).
Et pour une bonne raison, ces deux paramètres physiques ont été établis de façon indiscutables par des mesures nombreuses et vérifiées. les nier serait tomber dans le négationnisme à la Trump et stopperait tout débat.

Ils préfèrent se qualifer de "climato-réaliste"... si ça leur chante. Pour moi ça ne rend pas les travaux du GIEC irréalistes pour autant.

Lindzen dénonce le "catastrophisme" et la récupération politiques qui sont faits des résultats du GIEC. C'est une opinion, pas de la science.
Reste seulement à savoir à partir de quelle température il commencera à s'inquiéter, récupération politique ou pas, parce dans les faits, elle croît et plus vite qu'attendu.

François Gervais, lui considère que l'effet de serre lié au CO2 est minime. Fort de cette assertion il estime que le développement anthropique n'a donc aucune responsabilité dans la flambée de température... tout en n'étant capable de donner aucune cause.
Là encore, comme la grenouille dans la marmite qui chauffe, il attend d'être cuit pour s'alarmer des hausses de températures et des déréglements climatiques. Il mourra donc cuit, mais cool !

Vincent Courtillot estime que les poussées solaires sont les causes du dérèglement climatique. En bon geophysicien qui maitrise par cœur les cycles astronomiques il pense qu'on peut tout expliquer ainsi. En tant que géologue qui a étudié les cycles de glaciation, il n'arrive pourtant pas à expliquer pourquoi ce dernier réchauffement est aussi brutal. Et il n'a évidemment aucune piste d'action pour éviter que ce réchauffement ne se transforme en sauna généralisé. Pour sa défense il admet n'être pas climatologue et préfère ne plus intervenir dans le débat sur le CO2.

etc etc...
Après, on peut toujours prétendre que les glaciers alpins n'ont pas bougé d'un centimètre, que les islandais ont révé les calottes disparues, que les thermomètres sont à la solde de partisans du malthusianisme, que les niveaux marins n'ont pas monté et que les ours préfèrent pécher en eaux tiède.
Réponse de le 31/08/2019 à 9:25 :
@ozarmes ; en France on a malheureusement abdiqué le cartésianisme et on l'a remplacé par l'hystérie. Dans le domaine climatologique comme dans beaucoup d'autres, par exemple dans le domaine politico-judiciaire.
a écrit le 30/08/2019 à 9:52 :
Sans être climato-sceptique, on peut critiquer les gens qui n'ont cesse de nous alarmer à propos du climat, alors qu'ils se voilent totalement la face à propos de la surnatalité, passée et présente, qui est à l'origine de la surpopulation, et donc de la surconsommation des ressources naturelles, et donc du réchauffement climatique. Et quand je dis surnatalité, je parle aussi des pays développés, dont la population a doublé entre 1950 et aujourd'hui.
Réponse de le 31/08/2019 à 0:53 :
Malheureusement pour nous, les pays qui maitrisent le mieux leur population sont ceux qui sont les plus développés, donc qui ont consommé des ressources naturelles.

On devrait donc pouvoir espérer un ralentissement de la prolifération humaine avec le développement et surtout l'information des familles et des jeunes filles.

Maintenant remplacer 5 paysans maliens par un new yorkais, ne résoudra pas le problème écologique.

On va avoir une décroissance intelligente à faire si l'on veut survivre.
Réponse de le 31/08/2019 à 11:16 :
Sur ce point vous avez raison à 100%.
Qui ne s'oppose pas à la surnatalité n'est pas écologiste.
Seulement cela implique des mesures peu populaires sur les allocations familiales chez nous, sur le planning familial dans les pays pauvres (il faudrait conditionner toute aide au developpement à une politique familiale qui vise moins de 2 enfants par femme).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :