Les pionniers du green (5/8) : NewLight transforme la pollution en plastique

 |   |  706  mots
AirCarbon entre déjà dans la composition de divers produits. En 2013, une chaise de KI fabriquée à partir d'AirCarbon a été primée à la Greenbuild Conference for Innovative Products de Philadelphie.
AirCarbon entre déjà dans la composition de divers produits. En 2013, une chaise de KI fabriquée à partir d'AirCarbon a été primée à la Greenbuild Conference for Innovative Products de Philadelphie. (Crédits : DR)
[ Série d'été ] Une entreprise américaine est parvenue à transformer le méthane, qui normalement serait émis dans l’air, en un matériau aussi résistant que le plastique issu du pétrole, mais en moins cher.

Et si les émissions de gaz à effet de serre, au lieu de représenter un problème, constituaient une ressource exploitable et compétitive sur le marché ? Lancée en 2003 par deux chercheurs américains, Mark Herrema et Kenton Kimmel, l'entreprise Newlight Technologies est parvenue à faire une réalité de cette vision inspirée par la nature, qui recycle le carbone.

En 2013, après dix ans de recherche et développement, AirCarbon a vu le jour. Ce matériau thermoplastique, issu de méthane qui sinon serait émis dans l'air, est non seulement résistant comme le plastique, mais aussi moins cher.

La performance du processus multipliée par neuf

Le prix est d'ailleurs l'élément distinctif du produit. En 2003, "l'obstacle principal s'opposant à la croissance des polymères issus de la capture du carbone était leur coût: les plastiques fabriqués à partir de combustibles fossiles étaient trois fois moins chers", explique Mark Herrema. Or, la philosophie de Newlight, c'est que le progrès environnemental, pour vraiment monter en puissance, "doit pouvoir aussi favoriser au maximum le volet économique".

C'est le cas d'AirCarbon. La technologie de biocatalyse brevetée par New Technologies permet de multiplier par neuf la performance du processus par rapport aux méthodes utilisées jusqu'à présent pour la production de polymères à partir de la capture de molécules de carbone, et d'en réduire le prix.

Bénéfice double pour l'environnement

Deux éléments participent à la composition du nouveau plastique : l'air et le méthane, ce dernier étant l'un des gaz à effet de serre présentant le plus fort pouvoir de réchauffement global (PRG).

"En poids, dans sa forme la plus basique, AirCarbon est constitué à environ 40% d'oxygène tiré de l'air et à 60% de carbone et hydrogène provenant des émissions de méthane capturées", précise Newlight Technologies.

Celui-ci peut être généré par des fermes, des sites de traitement des eaux usées, des décharges ou des centrales thermiques.

Le processus permet d'obtenir un double effet positif sur l'environnement. Non seulement, en évitant la transformation de produits fossiles, il limite la dépendance au pétrole et au gaz naturel ainsi que les émissions de gaz à effet de serre. Surtout, une partie des gaz à effet de serre déjà présents dans l'atmosphère est retirée pour la production d'AirCarbon, impliquant par ailleurs la création d'une "plateforme de séquestration du carbone soumise aux lois du marché", souligne Mark Herrema.

Le dioxyde de carbone en ligne de mire

New Technologies prévoit d'utiliser directement sa nouvelle technologie pour la production de plastique, mais aussi de concéder des licences d'utilisation à des partenaires, afin de croître plus rapidement. AirCarbon entre notamment déjà dans la composition des produits de marques telles que Dell, HP, KI, The Body Shop, Vinmar, Ikea.

En 2013, une chaise de KI fabriquée à partir d'AirCarbon a été primée à la Greenbuild Conference for Innovative Products de Philadelphie. En 2015, Newlight technologies a décroché auprès du distributeur de plastiques Vinmar International un contrat pour la fourniture de près de 9 millions de tonnes de plastique par an sur vingt ans.

Un important contrat vient également d'être signé avec Ikea. Quant au principal gaz à effet de serre, le dioxyde de carbone, Newlight a prévu de s'y pencher aussi, et promet de le transformer également en plastique à des prix commercialement viables.

___

PLUS D'INFORMATION

>> Lire aussi: De quoi est composé le plastique, qu'est-ce qu'un polymère?

[VIDEO ] Reportage de CBS sur Newlight, "la firme qui transforme les émissions de gaz à effet de serre en produits"

___
>> Retrouvez les autres épisodes de la série "Les pionniers du green" réalisée par Giulietta Gamberini :

___

> Et retrouvez ici toutes nos séries d'été >>

Serie ETE2

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2016 à 13:49 :
On peut aussi stocker durablement du CO2 dans les matériaux de construction et le gaz pas seulement méthane peut servir à la production notamment de plastiques recyclables. C'est bien mieux que la combustion des énergies fossiles comme on le fait depuis environ 2 siècles. En résumé le gaz et le pétrole ne devraient plus servir ni être gaspillés à la combustion qui est une gabegie magistrale. L'autre problème et que ces plastiques arrêtent par tous moyens à mettre en oeuvre de se retrouver dans les océans dès l'amont, même si des solutions comme Ocean Cleanup traitent une partie de ce problème en aval.
a écrit le 16/08/2016 à 9:29 :
Une solution d'avenir mais cela m'étonnerait que le lobby pétrolier voit tout cela d'un bon oeil car concurrençant directement le plastique et quand on voit le poids qu'il pèse on peut se douter qu'il va tout faire pour étouffer le projet dans l'oeuf.

A suivre donc...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :