Nucléaire : EDF rachète à GE un joyau technologique français, les turbines Arabelle, les plus puissantes du monde

Cette annonce du rachat par EDF à GE de sa filiale GE Steam Power, attendue depuis plusieurs jours, concerne les fameuses turbines Arabelle, les plus puissantes du monde, un joyau technologique français et un composant essentiel des centrales nucléaires. Emmanuel Macron, qui se rend aujourd'hui à Belfort sur le site même de production de ces équipements qui équipent un tiers du parc mondial, devrait en profiter pour annoncer un vaste plan de relance de la filière.

4 mn

Le 24 juin 2014, devant une turbine à vapeur Arabelle de l'unité de production de turbines de l'usine Alstom de Belfort, Clara Gaymard, alors patronne de GE France, Jeffrey R. Immelt PDG de GE jusqu'en 2017 et le PDG d'Alstom d'alors, Patrick Kron, répondent aux questions des journalistes au sujet de la vente convenue de la plupart des activités énergétiques d'Alstom à GE avec l'accord de l'État français.
Le 24 juin 2014, devant une turbine à vapeur Arabelle de l'unité de production de turbines de l'usine Alstom de Belfort, Clara Gaymard, alors patronne de GE France, Jeffrey R. Immelt PDG de GE jusqu'en 2017 et le PDG d'Alstom d'alors, Patrick Kron, répondent aux questions des journalistes au sujet de la vente convenue de la plupart des activités énergétiques d'Alstom à GE avec l'accord de l'État français. (Crédits : Reuters)

EDF annonce, dans un communiqué commun publié jeudi, avoir signé un accord d'exclusivité avec General Electric (GE) pour l'acquisition d'une partie de l'activité nucléaire de GE Steam Power. Cette annonce attendue depuis plusieurs jours concerne les fameuses turbines Arabelle, composant essentiel des centrales nucléaires et joyau technologique français, produites à Belfort.

Ces turbines, qui sont les plus puissantes du marché et équipent près d'un tiers des centrales nucléaires dans le monde, avaient été vendues en 2014 par le français Alstom à l'américain GE, une vente dont un des acteurs était alors Emmanuel Macron ministre de l'Économie de François Hollande.

Ce rachat par EDF permet d'effacer ce qui fut qualifié d'erreur stratégique régulièrement reprochée au président français depuis, alors qu'une double problématique ne cessait de prendre de l'importance : la souveraineté énergétique nationale, et la transition écologique qui voyait un retour en grâce du nucléaire, et ce malgré les déboires accumulés par la filière, notamment avec le dossier EPR.

Lire aussi 19 mnDerrière le coup de com' du rachat par EDF des turbines de Belfort, la filière nucléaire en crise

Payée 14 milliards par GE en 2014, rachetée 175 millions en 2022 par EDF: la bonne affaire ?

Une annonce qui - le timing était prévisible - tombe pile le jour de la visite du président Emmanuel Macron à Belfort, sur le site même où sont fabriquées les turbines Arabelle qui équipent le parc nucléaire français. Les activités nucléaires et les équipes concernées par l'opération envisagée sont situées à "près de 70% en France, notamment sur des sites industriels comme Belfort et La Courneuve", et concernent une quinzaine de pays au total, dixit le communiqué.

Côté finance, EDF devrait débourser environ 200 millions de dollars (175 millions d'euros) pour cette transaction, une fois prises en compte les liquidités et dettes de l'activité rachetée, selon une source proche du dossier. L'activité en cours d'acquisition par EDF est valorisée au total 1,2 milliard de dollars, du fait d'une trésorerie importante.

On se rappellera qu'en 2014, le conglomérat américain GE avait versé 12,35 milliards d'euros (environ 14 milliards d'euros) pour racheter l'essentiel des activités énergétiques d'Alstom, qui représentaient alors 70% du chiffre d'affaires du groupe français.

Un actif stratégique pour la filière nucléaire

Pour mémoire, un réacteur nucléaire fonctionne schématiquement en deux parties: en amont, il y a ce qu'on appelle un « îlot nucléaire » là où la fission nucléaire produit de la chaleur, et, en aval, c'est le rôle de « l'îlot conventionnel » de transformer cette chaleur en courant électrique. La cession d'activités envisagée ici porte sur les équipements d'îlots conventionnels de GE Steam Power pour les nouvelles centrales nucléaires, dont font partie les turbines Arabelle, mais également sur la partie maintenance et mises à niveau des centrales nucléaires existantes, ont détaillé les deux groupes dans leur communiqué.

Ces turbines à vapeur sont un actif stratégique pour la filière nucléaire. Elles pourront notamment équiper les réacteurs de technologie EPR et EPR2 ainsi que les SMR (Small Modular Reactor), est-il précisé.

Lire aussi 8 mnLe gaz et le nucléaire dans le label "vert" de l'UE, une aubaine pour EDF et Engie

GE conserve la moitié du marché mondial

Côté GE, le groupe, qui revendique la moitié du marché mondial face à des concurrents comme Mitsubishi ou Siemens, continuerait à fournir ses services "pour plus de 100 GW d'îlots de turbines nucléaires sur son marché américain" et conserverait GE-Hitachi Nuclear Energy, "un fournisseur de premier plan dans le domaine du cycle de vie des réacteurs, qui déploiera le premier SMR commercial, connecté au réseau, au Canada".

"L'énergie nucléaire a également un rôle important à jouer dans la transition énergétique et GE continuera à soutenir cette industrie", a souligné de son côté son président-directeur général, Larry Culp, également cité.

Quant au président-directeur général d'EDF Jean-Bernard Lévy, cité dans le communiqué, ce projet d'acquisition "va permettre à EDF de renforcer davantage sa maîtrise des technologies et compétences clés pour le parc en exploitation et pour les projets de nouveaux réacteurs nucléaires en France et au-delà".

(avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 13/02/2022 à 23:25
Signaler
Il a vendu pour toucher sa com avec son amie pecresse et maintenant il rachette et répare sa trahison pour se faire bien voir pour les élections.

à écrit le 11/02/2022 à 19:02
Signaler
Le transfert technologique vers la Chine est complet donc la France peut racheter à General Electric une belle coquille vide... Merci Macron!

à écrit le 11/02/2022 à 8:06
Signaler
hem hem en effet

à écrit le 10/02/2022 à 21:05
Signaler
On les vend aux Américains pour les racheter quelques années après ? De qui se moque-t-on ? Et combien de commissions et de dessous de table versés à chaque fois ?

à écrit le 10/02/2022 à 17:46
Signaler
il faut être ingénu pour croire que ce rachat PARTIEL est un coup de maître ! Après avoir "pompé" la substantifique moelle GE revend l'inutile...pour lui.Le Maître des horloges, étoiles...défaites, devrait se faire oublier.

à écrit le 10/02/2022 à 17:17
Signaler
Vraiment très étrange cette histoire...le montant dérisoire du rachat par EDF laisse perplexe. On veut nous faire croire À une revanche magistrale. Mouais...Maintenant que GE a obtenu ce qu'ils voulaient (les brevets ) ils se fichent de l'activité in...

à écrit le 10/02/2022 à 14:59
Signaler
D'après ce que j'ai entendu (meerci de confirmer si vous avez les chiffres!), Ces turbines auraient été vendu pour 12 milliards d'euros, et seraient maintenant rachetées ... moins de 1,5 milliards !!! Si c'est confirmé, la France (via Alstom puis E...

à écrit le 10/02/2022 à 14:40
Signaler
Si les américains revendent les turbines c'est qu'ils ont fini de faire le transfert de technologie. Le traite type 5eme colonne Le Président Macron peut faire le fier. Combien a t il pris dans la transaction. Le sénat a mené une enquete à charge. Ma...

le 10/02/2022 à 15:57
Signaler
Macron n'était pas président lors de la vente. Il se contente de racheter. Comment dès lors le traiter de traître? De plus, vendues 12 milliards, rachetées 1.5 milliards, la France a gagné 10 milliards dans l'affaire. Bravo Macron

le 10/02/2022 à 19:03
Signaler
Je vois que vous ne connaissais pas le dossier. Alstom power n'est pas seulement les turbines. Prenez le site de Saint Priest avec la coupure 400 000V elle n'est pas rachetée. Ca c'est un bijou Seul ABB en suisse sait le faire et est absolument néces...

le 10/02/2022 à 21:59
Signaler
Macron connaît donc parfaitement le dossier. Comme dirait Eric, Woerth, il est le meilleur candidat pour les 5 prochaines années.

à écrit le 10/02/2022 à 13:44
Signaler
Erreur des médias en votre faveur (à qui profite le contresens ?)... Je pense qu'une boulette glissée dans un paragraphe de l'article (ci-dessous), change totalement la compréhension du sujet. Il ne s'agissait pas de la vente des turbines Arabell...

le 10/02/2022 à 15:27
Signaler
Aussi noté la boulette ! Le journalisme d'aujourd'hui, c'est du grand "n'importe-quoi" !!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.