Pétrole, agriculture et déchets : les émissions de méthane menacent la lutte contre le dérèglement climatique

Grande oubliée des politiques de lutte contre le dérèglement climatique, la réduction des émissions de méthane est pourtant indispensable pour contenir la hausse des températures à 1,5°C. Deuxième gaz à effet de serre le plus présent dans l'atmosphère, le méthane présente un pouvoir de réchauffement bien plus élevé que celui du CO2. La réduction de ses émissions constitue donc un levier puissant pour lutter contre le dérèglement climatique. L'industrie pétrolière et gazière, grande émettrice de ce gaz, est sommée d'agir.

6 mn

L'agriculture, les énergies fossiles et les déchets sont les principales sources de production de méthane anthropiques.
L'agriculture, les énergies fossiles et les déchets sont les principales sources de production de méthane anthropiques. (Crédits : Reuters)

Jamais le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) n'avait autant parlé du méthane (CH4), le deuxième gaz à effet de serre en termes d'abondance, après le dioxyde de carbone (CO2). Dans son dernier rapport, publié le 9 août dernier, le groupe de scientifiques tire la sonnette d'alarme : si les émissions de méthane ne sont pas réduites, cela pourrait saper les objectifs de l'Accord de Paris. Autrement dit, la seule réduction des émissions de CO2 ne suffira pas à maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C.

Lire aussi 7 mnClimat : « La plupart des changements qui ont déjà eu lieu sont irréversibles » Sonia Seneviratne, GIEC

Largement négligée dans les politiques de lutte contre le dérèglement climatique, la réduction des émissions de méthane apparaît aujourd'hui comme cruciale car ce gaz contribue désormais à environ 25% du réchauffement climatique. S'il est moins abondant que le CO2 et qu'il reste moins longtemps dans l'atmosphère (environ 9 mois), son pouvoir de réchauffement est beaucoup plus élevé que celui du dioxyde de carbone. Le Giec estime ainsi que l'impact d'une unité de masse de méthane sur le climat est 84 fois supérieur à celui du CO2 sur une durée de 20 ans. Sur une période de 100 ans, l'impact du méthane reste 28 fois plus élevé que celui du CO2. Une caractéristique qui explique l'inquiétude des scientifiques et l'urgence de diminuer les émissions de méthane, en forte croissance ces dernières années.

Agriculture, énergies fossiles, déchets... Trois grands secteurs en cause

En effet, selon les calculs du consortium Global Carbon Project, les émissions de méthane se sont élevées à près de 600 millions de tonnes en 2017, soit 50 millions de plus que durant la période 2000-2006, au cours de laquelle les concentrations de CH4 étaient relativement stables dans l'atmosphère. Aujourd'hui, les concentrations de CH4 atteignent plus de deux fois et demi le niveau préindustriel. Elles sont au plus haut depuis 800.000 ans, soulignent les experts du Giec.

D'où viennent ces émissions ? 40% d'entre elles sont d'origine naturelle. Elles proviennent alors de zones humides, comme les lacs et les rivières, dans lesquelles des bactéries dégradent de la matière organique dans un milieu pauvre en oxygène. Mais 60% des émissions sont issues des activités humaines. On parle alors de rejets anthropiques. Trois secteurs sont responsables de la quasi-totalité de ces émissions anthropiques : l'agriculture, les énergies fossiles et la gestion des déchets.

Dans le détail, près d'un tiers (32 %) des émissions de méthane d'origine agricole proviennent de la production animale via les phénomènes de fermentation lors du processus de digestion du bétail. L'élevage des bovins est particulièrement mis en cause. L'estomac des vaches digère facilement le fourrage et la cellulose, mais elles émettent de grandes quantités de méthane en rotant. L'extraction, le traitement et la distribution du pétrole et du gaz représentent quant à eux 23% des émissions de méthane dans le secteur des énergies fossiles, tandis que l'extraction du charbon pèse pour 12%. Enfin, les décharges et les eaux usées représentent 20% des émissions de méthane dans le secteur des déchets.

L'industrie pétrolière et gazière sommée d'agir

Selon le dernier rapport du programme pour l'environnement de l'ONU (Unep), l'industrie des énergies fossiles présente le plus grand potentiel de réduction des émissions de méthane d'ici à 2030. Le principal enjeu consiste pour les industriels à mieux détecter et réparer les fuites de méthane issues de leurs exploitations gazières et pétrolières.

D'après les estimations de l'ONU, jusqu'à 80% des mesures d'atténuation dans le secteur du pétrole et du gaz pourraient être mises en œuvre à un coût très faible, voire négatif. Pourtant, les efforts des géants du secteur (comme TotalEnergies qui participe au programme Oil & Gas Methane Partnership) pour réduire ces émissions ne sont pas à la hauteur de l'urgence climatique. Ainsi, selon le dernier baromètre de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), les exploitations pétrolières et gazières dans le monde, ont émis 80 millions de tonnes de méthane dans l'atmosphère en 2019, contre 62 millions de tonnes en 2000.

"La réduction des émissions de méthane est un moyen puissant et rentable d'agir sur le changement climatique. Elle constitue un complément essentiel aux mesures de réduction des émissions de CO2, estime l'AIE dans son rapport. Étant donné que le pétrole et le gaz continueront à faire partie du mix énergétique pendant des années, même dans le cadre de transitions rapides vers des énergies propres, il est crucial que l'industrie pétrolière et gazière soit proactive pour limiter, par tous les moyens possibles, l'impact environnemental de son approvisionnement", insiste l'agence internationale.

Des résultats rapides et à faibles coûts

Selon l'AIE, en 2020, 10% des fuites auraient pu être évitées sans coût net, car la valeur du méthane capté aurait suffit pour couvrir le coût de la mesure d'atténuation. Cette part est plus faible que celle des années précédentes en raison des prix du gaz exceptionnellement bas en 2020.

Aujourd'hui, les majors pétrolières utilisent essentiellement des satellites pour identifier les fuites de méthane dans leurs exploitations. Ces derniers ne couvrent toutefois pas certaines zones, comme les régions équatoriales, nordiques ou encore les opérations en mer. Mais "l'absence d'informations parfaites ne doit pas empêcher de progresser dans l'introduction de mesures de réduction", estime l'AIE.

Si le potentiel de réduction est le plus important dans l'industrie pétrolière et gazière, des actions de réduction sont aussi nécessaires dans les secteurs de l'agriculture et des déchets pour atteindre l'objectif de l'Accord de Paris. Il s'agit par exemple de procéder à des changements dans l'alimentation du bétail, de valoriser le fumier ou encore d'améliorer la gestion des déchets solides en séparant les déchets biodégradables.

Toujours selon le dernier rapport de l'Unep, la réduction du méthane dans ces trois grands secteurs permettrait de réduire les émissions humaines de méthane de 45 % d'ici à 2030. De quoi éviter un réchauffement de 0,3°C à l'horizon 2040, mais aussi 255.000 décès prématurés chaque année.

6 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 18/08/2021 à 16:47
Signaler
Réponse à ding dong: Le rôle des nuages est bien plus complexe que cela: il est d'ailleurs très mal pris en compte et modélisé par le GIEC. IL n'empêche que ce sont bien les nuages et la vapeur d'eau qui jouent le rôle majeur dans ce qui est convenu...

à écrit le 18/08/2021 à 11:30
Signaler
Nouvelle tentative de commentaire; probablement vouée à l'échec pour des raisons inconnues! Le méthane est la nouvelle coqueluche du GIEC. Son efficacité en tant que gaz à effet de serre est certes supérieure à celle du CO2 (lui-même assez peu effic...

à écrit le 17/08/2021 à 12:13
Signaler
Attendons la contre-expertise financée par la FNSEA pour nous prouver que les bouses de vaches Bio sont "propres"... Encore une gesticulation médiatique des scientologues verts pour financer l'impôt vegan comparable aux impôts halal et casher af...

à écrit le 17/08/2021 à 11:31
Signaler
Censuré parce que je parle de lagroindustrie et du lobby pharmaceutique. C'est bien les hypocrites continuez... L'empire des faibles. Le monde est condamné mais le principal est que vous ayez bonne conscience.

à écrit le 17/08/2021 à 11:00
Signaler
Le méthane est la nouvelle coqueluche du GIEC. Son efficacité en tant que gaz à effet de serre est certes supérieure à celle du C02 (lui-même assez peu efficace : voire les courbes d’absorption infrarouge) mais sa concentration dans l’atmosphère est ...

le 17/08/2021 à 13:53
Signaler
Sauf que la vapeur d'eau forme des nuages qui réfléchissent plus qu'ils ne conserve l'énergie/chaleur, idv !

le 19/08/2021 à 11:02
Signaler
J'ai essayé de répondre au commentaire de dingdong mais il n'est pas apparu. Participer aux commentaires de La Tribune est un exercice hautement compliqué.

à écrit le 17/08/2021 à 9:59
Signaler
Le CH4 commence a s'eliminer dans l'atmosphere au bout de 10-12 ans suivant les conditions ..pas 9 mois ! (pour le CO2 une reduction significative est visible au bout de 100 ans, et pour les CFC..1000 ans)

à écrit le 17/08/2021 à 9:53
Signaler
Quel rituel de chercher les coupables. Ase demander si la chasse aux auteurs présumés n'est pas plus importante que le vrai problème. Il y a toujours beaucoup plus de coupeurs de têtes que d'énoncés de de mesures constructives.

à écrit le 17/08/2021 à 9:06
Signaler
Il paraît que manger de l'idéologie pas chère nourrit bien. Curieux de voire ce que mangent le talibans verts ...

à écrit le 17/08/2021 à 8:35
Signaler
A t on pu raisonnablement penser un jour pouvoir enrayer le réchauffement climatique ? Chimère. Quoi que nous fassions, ça va chauffer. Il vaut mieux en prendre bien conscience et si possible anticiper des solutions qui ne peuvent qu'être individuell...

à écrit le 17/08/2021 à 7:58
Signaler
La lutte contre le dérèglement climatique est perdue d'avance, et tout le monde le sait. Combien de temps cette mascarade occidentale va-t-elle continuer ?

le 18/08/2021 à 2:31
Signaler
Vous oubliez un detail. La dette qu'il va falloir payer. Tous les moyens seront bons a prendre.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.