Climat : les émissions humaines de méthane continuent d'augmenter

 |   |  924  mots
Le rapport attribue notamment 30 % des émissions anthropiques à la gestion des troupeaux (fermentation entérique et gestion des fumiers).
Le rapport attribue notamment 30 % des émissions anthropiques à la gestion des troupeaux (fermentation entérique et gestion des fumiers). (Crédits : Reuters)
Les activités humaines sont à l'origine de 60% de ces émissions, relève un tout dernier bilan mondial. Les principales responsables sont l'agriculture, la gestion des déchets et les énergies fossiles.

9%. C'est le taux d'augmentation des émissions de méthane (CH4) relevé par le dernier bilan mondial publié mercredi par le Global Carbon Project (GCP), qui compare l'année 2017 avec la période 2000-2006. Cette augmentation des émissions entraîne celle des concentrations de méthane dans l'atmosphère. Et alors que cette concentration s'était stabilisée au début des années 2000, elle ne cesse d'augmenter depuis 2007, avec une accélération depuis 2014, constate l'étude, pilotée par une équipe de recherche internationale. Depuis le début de la révolution industrielle, elle a crû de plus de deux fois et demi.

Or, une telle tendance est incompatible avec l'objectif de l'Accord de Paris de maintenir l'augmentation mondiale des températures en dessous des 2°C -voire de 1,5°C- par rapport à l'ère préindustrielle, alertent les chercheurs. Le méthane - dont l' effet de réchauffement, sur un horizon de 100 ans, est 28 fois plus important par kilogramme que celui du CO2- est en effet responsable de 23% du réchauffement climatique produit par les gaz à effet de serre. Comparées aux scénarios dessinés par le dernier rapport du Groupe...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2020 à 23:45 :
Est-ce qu'on a une explication cohérente de cette augmentation?
On mange moins de viande rouge, il y a moins de vaches, c'est déjà ça, est-ce que les centrales d'épuration de ville ou agricole ont un effet inverse de celui prévu?
Avant le méthane se trouvait noyé dans le sol, dans les rivières et changeait d'état, maintenant il s'évapore.
a écrit le 15/07/2020 à 15:00 :
Yavait longtemps qu'un nez fin n'avait pas été renifler le cul des vaches.
a écrit le 15/07/2020 à 14:24 :
Tous les problèmes écologiques de la planète ont une seule cause, la démographie incontrôlée. Le sujet est politiquement incorrect et on entend jamais les verts s'en saisir. La France, se tire une balle dans le pied en voulant cette transition énergétique de façon unilatérale, alors que nos voisins allemands utilisent de plus en plus de charbon.
Réponse de le 15/07/2020 à 16:39 :
Les allemands ont une population en baisse... et des mauvais chiffres en matière de Co2.
Les deux chiffres ne sont pas forcément corrélés. C'est une question de mode de vie.
Réponse de le 16/07/2020 à 9:59 :
Les indiens ont eu une population galopante et ne dépassent pourtant pas les limites planétaires, contrairement à nous les français !!

Idem pour les pays d'Afrique. A part ceux capitalistes.

Faut plutôt limiter la population des capitalistes et économistes ;-)
a écrit le 15/07/2020 à 10:45 :
comment peut on s'étonner ? pourquoi faire un article puisque la croissance reste la finalité ? soyez au moins logique avec vous mêmes à la tribune ce sujet n'a aucune raison d'être traité puisque vous en défendez les causes
a écrit le 15/07/2020 à 9:16 :
Et tandis que l'UE continue de laisser les criminels de l'agro-industrie nuire ils vont nous imposer leurs bagnoles électriques.

Le déclin c'est sans fin.
a écrit le 15/07/2020 à 8:58 :
100% des émissions de stupidité sont humaine et ne réfléchissent que de manière linéaire, comme dans l'industrie, au lieu de recyclage permanent! La véritable rente c'est la nature qui la possède, génératrice de progrès, les humains, eux, se contentent de comptabiliser par le biais de la monnaie, de soit disant "innovations" poussant au consumérisme!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :