Pétrole : l'Opep prolonge la thérapie de choc en maintenant sa production

 |   |  339  mots
Les cours du pétrole ont rebondi en début d'après-midi dans le sillage de l'annonce de la décision de l'Opep.
Les cours du pétrole ont rebondi en début d'après-midi dans le sillage de l'annonce de la décision de l'Opep. (Crédits : HEINZ-PETER BADER)
En s'en tenant à sa politique de production abondante, avec un plafond fixé à 30 millions de barils par jour, l'Opep poursuit une stratégie qui lui profite, au détriment des États-Unis.

Comme attendu, l'Opep est passé outre les craintes d'un nouveau plongeon des cours du pétrole. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole a décidé vendredi 5 juin de maintenir son plafond de production pour six mois alors que certains de ses membres, comme l'Iran, cherchent à accélérer leurs exportations. Cette décision a été annoncée par le ministre saoudien du Pétrole, Ali al Naimi, au terme d'une réunion du cartel à Vienne. La prochaine réunion de l'Opep aura lieu le 4 décembre, a-t-il ajouté.

L'Iran, dans la perspective de la levée des sanctions occidentales, ainsi que la Libye, actuellement en pleine guerre civile, avaient fait part, avant la réunion, de leur intention de plaider pour une augmentation de leur production.

En s'en tenant à sa politique de production abondante, avec un plafond fixé à 30 millions de barils par jour (bpj), l'Opep prolonge la thérapie de choc du marché appliquée en novembre par l'Arabie saoudite, qui n'entendait plus soutenir les cours par le biais d'une réduction de sa production.

Stratégie gagnante

Les cours du pétrole ayant rebondi de plus d'un tiers depuis le creux de six ans de 45 dollars touché en janvier, les délégués présents à Vienne n'avaient que peu de raisons de modifier une stratégie qui semble avoir relancé la croissance d'une consommation mondiale moribonde et avoir mis un bémol à l'expansion du pétrole de schiste aux États-Unis.

"Les marchés évoluent en faveur de l'Opep", a déclaré Gary Ross, président exécutif du cabinet de consultants PIRA Energy Group.

"Les prix soutiennent une croissance solide de la demande et un ralentissement des dépenses d'investissement. C'était l'objectif de la stratégie de l'Arabie saoudite et cela fonctionne."

Les cours du pétrole ont rebondi en début d'après-midi dans le sillage de l'annonce de la décision de l'Opep, le baril de Brent de mer du Nord prenant 0,95% à 62,59 dollars et le brut texan progressant de 0,79% à 58,47 dollars vers 12h30 GMT.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2015 à 18:57 :
C'est bon pour la Russie mais mauvais pour les US. Hmmmm…. je sens une odeur de guerre dans l'air…..
Réponse de le 08/06/2015 à 8:58 :
Mauvais pour US, Australie, Canada, mais aussi pour les économies à crocs au gaz et au pétrole, Venezuela, Algérie, Russie, Iran,.......
a écrit le 05/06/2015 à 17:43 :
"Les cours du pétrole ont rebondi en début d'après-midi dans le sillage de l'annonce de la décision de l'Opep".
Je ne comprends pas ce commentaire: si l'OPEP maintient la "surproduction", les prix devraient baisser. Mais y-a-t-il surproduction?
a écrit le 05/06/2015 à 17:43 :
La "guerre" du pétrole est une chose ... le réchauffement climatique est là ! On fait quoi?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :