Pétrole : Ryad va porter ses exportations à un niveau record

 |   |  434  mots
Cette annonce du premier exportateur mondial intervient alors que la pandémie du nouveau coronavirus a entraîné une chute de la demande.
Cette annonce du premier exportateur mondial intervient alors que la pandémie du nouveau coronavirus a entraîné une chute de la demande. (Crédits : Ahmed Jadallah)
En pleine guerre des prix avec la Russie, le royaume a annoncé son intention de porter ses exportations au niveau record de 10,6 millions de barils par jour.

L'Arabie saoudite a annoncé ce lundi son intention de porter ses exportations pétrolières au niveau record de 10,6 millions de barils par jour à partir du mois de mai, en pleine guerre des prix avec la Russie.

"Le royaume a l'intention d'augmenter ses exportations pétrolières de 600.000 barils par jour à partir de mai, ce qui portera ses exportations (totales) à 10,6 millions de barils par jour", a indiqué un responsable du ministère de l'Énergie, cité par l'agence officielle saoudienne SPA.

Cette annonce du premier exportateur mondial de brut intervient aussi en pleine chute de la demande en raison du nouveau coronavirus, ce qui a contribué à faire plonger les prix et fait peser la menace d'une récession sur l'économie mondiale.

Tensions internationales

Le royaume saoudien avait déjà annoncé début mars une augmentation de ses exportations à 10 millions de barils par jour en avril après l'échec de négociations sur le renouvellement d'une réduction de la production entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et la Russie pour soutenir les prix.

En réponse, l'Arabie saoudite a fortement baissé ses prix, inondant le marché de barils à bas coût afin d'obtenir des parts de marché supplémentaires.

L'Arabie saoudite exportait auparavant environ 7 millions de barils par jour dans le cadre d'un accord de réduction de la production conclu entre le cartel et ses partenaires, dont la Russie.

Ryad avait aussi annoncé une augmentation de sa production pour le mois d'avril à 12,3 millions de barils par jour. Le directeur général du géant pétrolier Saudi Aramco, Amin Nasser, a déclaré il y a deux semaines que la société pouvait maintenir sa production à ce niveau pendant au moins 12 mois sans avoir à construire de nouvelles installations.

Les prix du pétrole continuent de chuter

Les Émirats arabes unis se sont également engagés à pomper au moins un million de barils par jour supplémentaires à partir du mois prochain, ce qui aggrave une guerre des prix qui a fait plonger les cours de l'or noir à leur plus bas niveau en 17 ans.

Lire aussi : Le baril de pétrole à 20 dollars: quelles conséquences ?

Les prix du pétrole se sont effondrés lundi, suivant la chute des marchés financiers face à l'aggravation de la crise liée à la pandémie de Covid-19.

Le prix du baril de WTI, référence aux États-Unis, a chuté à environ 20 dollars le baril, tandis que celui du baril de Brent de la mer du Nord était de moins de 23 dollars, des niveaux plus vus depuis le début des années 2000.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2020 à 23:36 :
Tant mieux, pourvu que ça dure. Cela va affaiblir l'Arabie Saoudite, la Russie et l'Iran, et pour ce dernier pays cela permettra sans doute d'affaiblir ce régime honni par sa propre population. La facture énergétique (entre 45 et 50 milliards d'euros) représente deux tiers de notre déficit commercial.
a écrit le 30/03/2020 à 17:01 :
A 20 USD/bbl, l'arabie saoudite perd plus 120 milliards de dollars chaque année en déficit budgétaire.

Rajoutez y la crise du coronavirus, la dépréciation boursière du PIF (fond souverain de l'AS), la dégradation de la note S&P qui va rendre plus onéreux les emprunts.

A ce rythme là, leur fond souverain sera à sec dans 3 à 4 ans et le royaume ruiné.

A moins que ce ne soit Trump qui décide d'en terminer avec celui qu'il ne verra plus comme un "ami" ("Trump souvent varie, bien fol qui s'y fie") et lui retire le soutien militaire US.
a écrit le 30/03/2020 à 15:40 :
Le monde va bénéficier d'une énergie brutalement bon marché tandis que nous autres allons la taxer dans un contexte de chaos économique. Lors de la dernière baisse du pétrole nous avions le GO à presque 1 euro et l'essence à 1.10, là alors que le cours est encore plus bas cela ne descend pas en dessous des 1.25.

Cela peut être une stratégie aussi de la Russie et de l'AS afin de liquider la moitié des protagonistes du secteur parce qu'ils y vont fort quand même là hein et si Trump s'y met cela ne devrait pas encore s'arrêter.
a écrit le 30/03/2020 à 15:35 :
si trump trouve un truc de terrosieme a l'arabie saoudite et les coupe de l'acces au dollar, ils sont morts

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :