Pour "ressusciter le charbon", Trump défait une nouvelle loi d'Obama

 |   |  493  mots
La revitalisation des mines de charbon aux Etats-Unis était une des promesses de campagne emblématiques de Donald Trump.
La revitalisation des mines de charbon aux Etats-Unis était une des promesses de campagne emblématiques de Donald Trump. (Crédits : Pixabay / CC)
D'après le Wall Street Journal ce 21 août, l'administration Trump pourrait annuler les restrictions relatives aux émissions des centrales thermiques à charbon, imposées par le Clean Power Plan d'Obama en 2015. Une nouvelle directive, signée par Andrew Wheeler, directeur par intérim de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), confierait aux Etats le soin de définir leurs propres normes concernant la pollution produites par les centrales.

La pièce maîtresse de la politique environnementale d'Obama en passe d'être renversée. Le 20 août, le Wall Street Journal a révélé qu'Andrew Wheeler, le directeur par intérim de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), venait de signer une directive visant à annuler les règles relatives aux émissions des centrales thermiques à charbon. Il souhaite confier aux Etats la possibilité de définir leurs propres règles en matière de gestion de la pollution produite par les centrales.

Le président Trump devrait annoncer cette décision aujourd'hui lors de son déplacement en Virginie-Occidentale - au cœur de l'industrie charbonnière.

Trump veut sauver les vieilles centrales à charbon

" L'ensemble du plan de l'administration Obama était centré sur l'élimination du charbon" - Andrew Wheeler, au Wall Street Journal.

La décision de l'EPA confirme l'attachement du président américain pour le charbon, une des sources d'énergie les plus polluantes et en déclin depuis une décennie. Durant toute sa campagne électorale en 2016 - puis même après son investiture à la Maison Blanche -, Donald Trump n'a cessé de dénoncer une "guerre" des élus démocrates contre le charbon. En octobre 2017, l'ancien administrateur de l'Agence Scott Pruitt, un climatosceptique reconnu, avait emboîté le pas en annonçant qu'il envisageait d'abroger le Clean Power Plan de Barack Obama, introduit en 2015.

Ce plan ambitionnait de réduire la pollution du secteur de l'énergie de 32% en 2030 par rapport à 2005, en contraignant les Etats à respecter des normes de réduction des émissions de carbone plus drastiques, fixées au niveau fédéral. L'objectif: accélérer la fermeture des centrales à charbon et favoriser les énergies moins polluantes.

Or, ces règlements ne sont jamais entrés en vigueur : ils ont été suspendus par la Cour suprême en 2016.

Vers 12 fois plus de dioxyde de carbone dans l'atmosphère

Selon le Washington Post, cette nouvelle directive pourrait libérer 12 fois plus de dioxyde de carbone dans l'atmosphère que le Clean Power Plan d'Obama au cours de la prochaine décennie. De fait, la mesure va à contresens des objectifs d'Obama dans la mesure où elle incitera les entreprises à maintenir leurs centrales à charbon plutôt qu'à investir dans des projets de transition vers des énergies plus propres, type gaz naturel ou renouvelable.

Pour Conrad Schneider de la Clean Air Task Force, un groupe de défense de l'environnement, "c'est un plan d'augmentation de CO2. Ils sont prêts à pervertir la loi sur la qualité de l'air [pour relancer l'industrie charbonnière américaine]."

Les objectifs en matière de réduction des émissions de CO2 vont donc (forcément) être revus, d'autant plus que l'EPA avoue elle-même que cette mesure aura pour effet d'augmenter les émissions de carbone. Elle table sur une réduction de 0,7% à 1,5% d'ici à 2030 - contre 19% au cours de la même période pour le plan "énergie propre" d'Obama.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/08/2018 à 16:49 :
dans le même ordre d'idée ,alors que le gouvernement français s'est lancé dans la guerre contre le diésel (sous couvert de défense vertueuse contre les rejets gazeux et particules polluants ) , la société Bosch prospère en produisant en masse ... des injecteurs destinés au marché automobile chinois qui investit en masse dans la technologie diesel .
curieux non ?
qu'en pense Mr Hulot ?
a écrit le 21/08/2018 à 14:05 :
Et dire qu'on oblige les automobilistes a coller des vignettes pour signaler le niveau de pollution du véhicule. Pendant ce temps là, Trump va permettre aux centrales à charbon d'intoxiquer l'atmosphère. En Australie, devant la pression des lobbies, finalement , ce pays ne va pas appliquer les accords de Paris. On va se retrouver bien seul pour lutter contre le dérèglement climatique, heureusement le gouvernement veille et réduit la vitesse à 80 km /h , ça va tout changer et le climat sera sauvé.
Réponse de le 21/08/2018 à 14:16 :
l'idee c'est pas de sauver la planete, l'idee c'est de sauver le modele a la francaise, petit obese qui refuse de maigrir....
chaque fois que la france parle d'ecologie, c'est pour coller un impot, une taxe ou une contribution, qui servira a alimenter le pot commun de la depense......
il suffit de regarder l'alignement de la fiscalite diesel essence ( vers le haut) pour comprendre... quand les prix vont bcp remonter, le gouvernement francais expliquera que total fait trop de benefices et que les supermarches volent leurs clients...
Réponse de le 21/08/2018 à 16:35 :
@BA: Je me suis toujours étonné de la rage imbécile de nos gouvernements à transformer les pare brises de nos véhicules en panneau publicitaires de notre vertu (eux qui n'en montrent guère); cela me rappelle les démêlés de ma sœur avec les gendarmes, il y a quelques années: possesseur d'une coccinelle, son pare brise avait disparu suite à une rencontre avec les gravillons d'une route du Cantal, et les justificatifs devaient tenir quelques éclats de verre; de plus la carte grise avait été nécessaire au réparateur pour commander la pièce vu l'ancienneté d véhicule... Mais la France a tellement de fraudeurs!
a écrit le 21/08/2018 à 13:45 :
l'europe devrait coller des sanctions aux boites qui fournissent des prestations ou des matieres premeires charbon aux etats unis
un peu comme avec l'iran, quoi...
Réponse de le 21/08/2018 à 16:09 :
je suis un grand fan de l'idée de la réciprocité dans les rapports humains comme dans le commerce et la diplomatie (a ne pas confondre avec la vengeance qui ne fonctionne qu'en mode négatif).

Je pense qu'on pourrait commencer par les atteintes à l'écologie en tant que crime contre 'humanité.

Il y avait eu un large consensus (196 pays signataires du traité de Paris de 2015). La plupart ont regretté que les USA se renient dans un affaire qui concerne toute la planète, alors qu'eux même font des efforts.

Ceci dit, les USA n'ont pas besoin de technologie européenne pour faire tourner des vieilles centrales au charbon et à l'évidence, ils veulent brûler du combustible local.

Néanmoins, je pense que l'idée est bonne et à creuser.
Réponse de le 21/08/2018 à 16:40 :
l'Europe pourrait d'ailleurs se faire la main sur l'Allemagne qui renforce depuis quelques années sa production électrique avec des centrales à lignite (charbon le plus polluant ) .
qu'en pensez vous ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :