Pourquoi Nuward, le petit réacteur modulaire (SMR) à la française, reste très prometteur

Le savoir-faire de TechnicAtome est à la base du développement de la chaudière nucléaire du projet Nuward, développé par EDF, le CEA, TechnicAtome et Naval Group. Un savoir-faire, qui a maintenu la dissuasion française au plus haut niveau de performances depuis 50 ans grâce à la propulsion nucléaire des sous-marins SNA et SNLE ainsi que du porte-avions Charles de Gaulle.
Michel Cabirol

6 mn

Pour Nuward, on parle de réacteurs qui en terme de puissance sont de l'ordre de 10 fois moins puissant qu'un EPR et de l'ordre de quatre fois plus qu'un réacteur de propulsion nucléaire navale, a souligné Loïc Rocard.
Pour Nuward, "on parle de réacteurs qui en terme de puissance sont de l'ordre de 10 fois moins puissant qu'un EPR et de l'ordre de quatre fois plus qu'un réacteur de propulsion nucléaire navale", a souligné Loïc Rocard. (Crédits : TechnicAtome)

TechnicAtome, le champion européen de la conception des réacteurs nucléaires compacts, est l'un des atouts majeurs du petit réacteur modulaire (SMR) à la française, baptisé Nuward (abréviation de Nuclear Forward) sous la maîtrise d'oeuvre d'EDF (9% du capital de TechnicAtome). Car c'est le design de TechnicAtome, qui a été retenu par la France pour développer la chaudière nucléaire, qui permet de produire une électricité complètement décarbonée. Ce projet permettra à EDF de rester compétitif notamment à l'export sur le marché à fort potentiel du renouvellement des centrales à charbon comprise entre 300 à 400 mégawatts (MW). Nuward est une unité intégrée de 340 MW, avec deux réacteurs de 170 MW à eau pressurisée. Selon la Société française d'énergie nucléaire (SFEN), il faut compter sur un investissement de l'ordre de 1 milliard d'euros pour la construction d'un SMR, qui pourrait être mise en service à l'horizon 2030.

Pour Nuward, "on parle de réacteurs qui en terme de puissance sont de l'ordre de 10 fois moins puissant qu'un EPR et de l'ordre de quatre fois plus qu'un réacteur de propulsion nucléaire navale", a souligné Loïc Rocard.

Pourquoi TechnicAtome ? Il a développé un savoir-faire rare qui lui permet d'"encapsuler des quantités d'énergie et de puissance très supérieures à ce que l'on sait faire dans le nucléaire civil. Ce qui est susceptible de donner un avantage concurrentiel décisif dans le monde des SMR", a estimé jeudi le PDG de TechnicAtome, Loïc Rocard, lors d'une conférence de presse sur le bilan 2020 de sa société. "Nous travaillons aujourd'hui sur la chaudière du SMR français qui, d'une certaine façon, a beaucoup de points communs en termes de compacité, de géométrie, d'emploi de matériaux métalliques que dans le nucléaire de propulsion navale", a-t-il expliqué.

Un savoir-faire maîtrisé grâce aux sous-marins

Ce savoir-faire a été développé dans le cadre de la propulsion navale nucléaire militaire au profit de la marine nationale et de la souveraineté française. Cet industriel discret de la BITD française, qui fabrique depuis 1972 les chaufferies des sous-marins nucléaires français ainsi que celles du porte-avions Charles de Gaulle, en a livré 18 à la marine nationale depuis cette date. Mais les ingénieurs de TechnicAtome ont développé cette technologie pour les sous-marins d'attaque de la classe Rubis, dont le premier a été livré en 1983. Ce qui n'était pas le cas des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de la classe Le Redoutable.

"A l'époque du Redoutable, la compacité n'était pas la même que celle sur la génération du Rubis. C'est à partir du Rubis que TechnicAtome a su fermer la cuve avec un système de production de vapeur et a gagné un facteur de compacité différent", a expliqué Loïc Rocard. Résultat, ce savoir-faire peut aujourd'hui faire l'objet d'un transfert vers le projet de SMR à la française. "Cette invention relativement géniale de nos anciens des années 70 a perduré et perdure tant et plus. Et même, d'une certaine façon, elle est confirmée dans le cadre du SMR", a expliqué le PDG de TechnicAtome.

Le SMR dans une phase d'avant-projet sommaire

Le projet Nuward, qui a été financé en grande partie sur fonds propres avant d'avoir été soutenu financièrement par l'État dans le cadre du plan de relance (50 millions d'euros), est actuellement dans la phase d'avant projet sommaire. L'État avait également soutenu la précédente phase de pré-avant projet sommaire. La phase actuelle doit se terminer au printemps 2022 et a vocation à être suivie par une phase d'avant projet détaillé, dont le lancement coïncide avec la période de l'élection présidentielle.

La réalisation du SMR à la française sur un site sera lancée trois ans environ après la fin de l'avant projet sommaire, selon Loïc Rocard. Le gouvernement alors en place aura la lourde décision de lancer ou pas un chantier de souveraineté nationale crucial pour l'avenir énergétique de la France.

 Et la concurrence ?

"La concurrence est variée, a fait observer Loïc Rocard. Mais aujourd'hui, il n'y a pas encore de clients traditionnels qui soient intéressés par un produit suffisamment avancé pour être acheté. Donc, nous sommes encore dans une phase amont d'un marché en devenir auquel beaucoup de pays croient. Toutefois ce marché n'existe pas encore concrètement". Pour autant, la France paie le prix fort de son incapacité à se décider sur les projets nucléaires pourtant cruciaux dans le monde de demain. Résultat, elle a cinq bonnes années de retard en terme de développement du design par rapport aux Etats-Unis, qui développe le programme NuScale. "Cet écart ne sera pas problématique dès lors que la solution française sera bonne, compacte, compétitive et s'inscrira dans l'environnement des réseaux de transport d'électricité de façon de façon harmonieuse", a estimé le PDG de TechnicAtome.

"Si nous avons un bon produit, il a des chances de trouver un marché. Son marché est le remplacement des tranches d'électricité à base de charbon, qui est notoirement un marché mondial en devenir. Le SMR à la française correspond à peu près aux puissances comprises entre 300 et 500 mégawatts.

Aux États-Unis, le régulateur américain (Nuclear Regulatory Commission) a commencé en 2018 la certification d'un concept de réacteur proposé par NuScale Power, qui envisageait de mettre 12 réacteurs en service en 2026, d'une puissance de 50 MW chacun. En août 2020, la NRC a demandé à NuScale Power de revoir certains éléments jugés risqué. De son côté, Westinghouse souhaite développer un petit réacteur à eau pressurisée de 225 MW. En Russie, Rosatom a mis en service en 2019 une centrale nucléaire flottante, l'Akademik Lomonosov, utilisant deux réacteurs d'une puissance de 30 MW. D'autres centrales, produites en série suivant le même design, seront déployées pour alimenter plusieurs villes portuaires à l'Est de la Russie.

En Chine, la CGN envisage des modèles terrestre (ACPR50) et flottant (ACPR50S) de réacteurs modulaires d'une puissance d'environ 50 MW d'ici à 2022. Au Royaume-Uni, le gouvernement a publié en 2017 un rapport sur la technologie et l'économie des SMR. Le Department for Business, Energy, and Industrial Strategy (BEIS) a mis en place en 2018 l'Advanced Modular Reactor (AMR) Feasibility and Development project, afin de financer la recherche dans le domaine à hauteur de 44 millions de livres. De son côté, le UK SMR Consortium, mené par Rolls-Royce, développe un modèle de réacteur transportable d'une puissance de 200-400 MW.

Michel Cabirol

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 10/04/2021 à 11:27
Signaler
Comme toujours il y a les "je sais tout ricaneurs" qui s'expriment beaucoup sur ce thread. Qu'ils m'expliquent comment ils calculent le prix du MWH des éoliennes ou panneaux solaires, quelles hypothèses sur la durée de vie, et donc l'amortissement d...

le 13/04/2021 à 11:31
Signaler
Il faut aussi bien comprendre que chacun veut avant tout vendre son idée. Les SMR restent une solution pour des pays à la limite des autres forme de production, où le soleil et le vent ne présente que peu d’intérêt. Ces types de pays restent bien l...

à écrit le 09/04/2021 à 18:35
Signaler
Je vois à l'avenir des centrales flottantes équipées de NUWARD . La petite centrale nucléaire ACADEMIC LOMONOSOV est montée sur une barge en acier et exploitée à PAVEC dans l'extrème orient russe . Ce genre de flotteur doit ètre caréné régulière...

à écrit le 09/04/2021 à 17:04
Signaler
Malheureusement a l'Uranium. Idéal pour la prolifération des armes atomiques... Le nucléaire civil doit être au Thorium sels fondus fluorés pour brûler tout le combustible et compter sur ses sécurités intrinsèques. 37 fois moins de déchets et de 3...

le 09/04/2021 à 23:11
Signaler
Vous rêvez aussi, le thorium n'intéresse pas les militaires et sans les militaires le nucléaire ne se justifie plus pour faire de l'électricité, on a mieux et pour l'éternité

à écrit le 09/04/2021 à 16:17
Signaler
Parce que le CEA c'est le N°1 mondial de l'atome, et certainement des transferts d'énergies les plus puissants et les moins énergivores. Parce que le CEA et le CNRS ont déteint sur nombre d'entreprises et startups, pas suffisamment par le passé (tau...

le 09/04/2021 à 23:15
Signaler
Grande France c'est Vieille France, la nostalgie d'un passé qui ne reviendra pas. Nous ne sommes pas plus malins que les autres, mais pas plus bêtes non plus. Soyons seulement à la hauteur et ce sera déjà bien.

le 10/04/2021 à 11:49
Signaler
Pas d'accord avec vous, y'a vraiment des nations qui cumulent les gueules d'abrutis, et même de grandes nations, il suffit d'ailleurs d'observer leurs forces de sécurité et leurs militaires pour le constater ! Les pays qui sont pauvres et dans lesqu...

à écrit le 09/04/2021 à 15:46
Signaler
"le design de TechnicAtome, qui a été retenu par la France pour développer la chaudière nucléaire, qui permet de produire une électricité complètement décarbonée", quel sera le combustible utilisé par cette chaudière? L'alimentation en combustible se...

à écrit le 09/04/2021 à 15:13
Signaler
Bon , les petit réacteur nucléaire ons le vent en poupe , Çar les investissement financier seront moindre , donc Îls serons plus prometteur a l'exportation ... Maintenant , ils doivent être très fiable au fonctionnement ... Nôter pays a un savoir ...

le 11/04/2021 à 21:11
Signaler
notons que c est un projet concept......c est comme les voitures concept. Attendons de voir s ile projet sort du papier.... comme l EPR, l airbus des batteries, ect...... NB peu de chances de se concretiser car pas rentable et risque financier sur ...

à écrit le 09/04/2021 à 13:18
Signaler
Cela aura été l'erreur gigantesque du secteur nucléaire française, s'entêter à concevoir de gros réacteurs nucléaires alors que des petits seraient bien plus sûr à neutraliser, Fukushima étant là pour nous le prouver. Mais bon faut tout centraliser, ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.