"Le futur porte-avions suscite beaucoup d'attentes pour TechnicAtome" (Loïc Rocard)

 |   |  2791  mots
La chaufferie d'un éventuel nouveau porte-avions nucléaire est également dérivée du programme K15 à laquelle les marins sont attachés. Elle va chercher un petit peu au-delà en termes de puissance, de taille et donc elle apporte une capacité et un besoin de conception technique un peu nouveau tout en étant sur un concept très éprouvé (Loïc Rocard, PDG de TechnicAtome)
"La chaufferie d'un éventuel nouveau porte-avions nucléaire est également dérivée du programme K15 à laquelle les marins sont attachés. Elle va chercher un petit peu au-delà en termes de puissance, de taille et donc elle apporte une capacité et un besoin de conception technique un peu nouveau tout en étant sur un concept très éprouvé" (Loïc Rocard, PDG de TechnicAtome) (Crédits : TechnicAtome)
TechnicAtome est une pépite française avec des expertises et des compétences rares, très rares même dans le domaine nucléaire militaire et civil. Dans une interview qu'il nous a accordée, le PDG, Loïc Rocard, fait le point sur les grands projets auxquels participe TechnicAtome : réacteurs civils RES et Jules Horowitz (RJH) mais aussi les chaufferies nucléaires des sous-marins de la classe Barracuda, des sous-marins nucléaires lanceur d'engins (SNLE) de 3e génération ainsi que du futur porte-avions (PANG) si bien sûr Emmanuel Macron confirme la propulsion nucléaire.

LA TRIBUNE : Comment définiriez-vous TechnicAtome pour le grand public ?
LOIC ROCARD :
Nous sommes une société de l'industrie nucléaire, avec une large composante d'ingénierie. Nous sommes surtout connus comme l'entreprise qui est capable de faire la conception de A à Z des réacteurs de propulsion nucléaire, d'en faire la construction et le montage à bord au sens de la maîtrise d'œuvre de réalisation jusqu'aux essais de démarrage. Nous avons aussi une activité de maintenance et de soutien durant toute la vie des navires, et nous sommes le fabricant du combustible nucléaire. TechnicAtome intervient pour le compte de Naval Group au moment des IPER du porte-avions et des sous-marins nucléaires mais également au moment des interruptions plus brèves pour des opérations de maintenance classiques. En outre, nous intervenons dans la conduite de réacteurs à terre : nous avons mis en service pour le CEA un réacteur d'essai, le RES à Cadarache en octobre 2018. Nous sommes redevenus ce que nous avions cessé d'être pendant trois décennies, opérateur de réacteurs nucléaires de puissance.

Vous avez présenté début avril des résultats de nouveau en croissance. Comment avez-vous redressé la barre alors que certains dossiers ont été difficiles ?
TechnicAtome est une entreprise qui travaille sur des projets de temps long. Ce qui se passe aujourd'hui est le résultat d'une dynamique de bonne qualité qui existait déjà même s'il y a eu une passe compliquée il y a quelques années. De bonnes décisions ont été prises, qui ont permis à TechnicAtome de bien préparer la suite. Résultat, nous sommes en croissance nette depuis trois ans, pour répondre aux besoins de nos clients publics qui nous font confiance, et le principal d'entre eux, la direction des applications militaires du CEA, autorité tutélaire du nucléaire de défense. Le nucléaire de défense, c'est 75% de notre activité, et le civil 25%. La partie hors nucléaire est très minoritaire au sein de notre plan de charge. TechnicAtome travaille sur des très grands projets tels que le développement et la réalisation des sous-marins d'attaque Barracuda et les futurs SNLE de 3e génération.

Comment avez-vous accompagné cette croissance en termes d'emplois ?
Pour répondre aux besoins de l'activité dans le domaine de la défense, nous avons à la fois dû compenser les départs en retraite chaque année et faire croître nos effectifs pour...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2020 à 12:19 :
Il serait préférable d' en construire 2 , ce qui abaisserai le cout de construction . D' autant que la Méditerranée vas polariser pas mal de force ( Chypre le gaz et la Libye avec les Frères Musulmans )
a écrit le 17/06/2020 à 17:10 :
De la technologie très pointue qui n'est malheureusement pas exportable car secret défense sur les vecteurs stratégiques.
A moins que l'UE fasse sa mue à 180 degrés sur son autonomie et sa souveraineté dans la défense conventionnelle et stratégique avec la montée inexorable et menaçante de la Chine comme puissance militaire, et l'affaiblissement relatif du Gd frère US, en se dotant par ex ds les prochaines décennies, d'une task force à l'américaine, auquel cas, l'expertise française sera très précieuse.
Cette E. peut attendre patiemment son heure, puisque comme le dit son PDG, son horizon d'activité est "le tps long".
Réponse de le 18/06/2020 à 11:11 :
Réponse a léon: Il est impossible au vue de la politique que mène le pays d'avoir tout un tas de gens sur ce type de projet, car a l'évidence le fait qu'il n'y ai pas de politique de défense commune, et a mon avis une mythe si l'on connait l'histoire des pays européens. Peut être entre la France et l'Allemagne, sinon je ne vois pas si l'on sait que le pouvoir de décision restera entre les mains des mêmes.....

A part les pays de l'est a proximité de la Russie, je ne vois pas...

Rappelez vous l'histoire de la Libye, vous comprendrez qu'un pouvoir instable ne peut avoir la crédibilité de pays dont la cohérence rapproche plus des us ou des anglais, c'est aussi historique!
Réponse de le 18/06/2020 à 11:51 :
@ Leon.
Feriez-vous partie de ces gens qui pensent a une armee europeenne ?
C'est illusoire, d'abord en terme de commandement et puis accessoirement au prix a payer pour "rattraper" les trois blocs en face. USA, Russie et Chine. L'europe est une naine et le restera.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :