Prix contrôlés par l'État, production étranglée... EDF s'écroule en Bourse, JPMorgan conseille la recapitalisation

C'est un vendredi noir pour EDF. La conjonction d'une exigence de l'État (qui possède 83% du capital) d'augmenter le volume d'électricité vendue à prix très réduit aux fournisseurs alternatifs (pour ménager le pouvoir d'achat des consommateurs) et, d'autre part, de problèmes techniques réduisant le volume produit (ce qui empêche l'énergéticien d'engranger le bénéfice des hauts prix actuels du marché), place l'énergéticien français dans une situation financière intenable. Dès l'ouverture, à la Bourse de Paris, le cours de l'action effectuait un plongeon abyssal. La situation est telle que la nécessité d'une recapitalisation est évoquée.

3 mn

Photo d'illustration: Emmanuel Macron, en 2016 lorsqu'il était ministre de l'Economie, en visite sur le site EDF de la centrale nucléaire de Civaux.
Photo d'illustration: Emmanuel Macron, en 2016 lorsqu'il était ministre de l'Economie, en visite sur le site EDF de la centrale nucléaire de Civaux. (Crédits : Reuters)

[Article publié le 14.01.2021 à 11:30, mis à jour à 12:00 avec cours de Bourse]

Problèmes de sûreté multiples sur des réacteurs nucléaires, énième retard de la mise en service du nouvel EPR de Flamanville, facture de plus de 8 milliards d'euros pour payer les mesures du gouvernement destinées à limiter l'impact de la flambée des prix de l'électricité sur les consommateurs : tous les ingrédients d'un cocktail détonnant étaient réunis pour une dégringolade du cours de Bourse d'EDF, détenu 81% par l'État. Cela n'a pas manqué.

Lire aussi 4 mnLa lourde chute du titre EDF pose à nouveau la question de sa place en Bourse

Sans surprise, le cours de l'action du premier producteur français d'électricité a plongé de -23,46% vers 9h15 dans les premiers échanges à 7,92 euros, au plus bas depuis juin 2020. Le cours de l'action cotée à la Bourse de Paris sur Euronext (mais pas intégrée au CAC 40) se redressait un peu ensuite, ramenant la baisse autour de -18,6%, puis elle replongeait vers 9h40 à -22,78%. Le titre entamait ensuite une lente remontée jusqu'à ramener la perte à -15,79% vers midi, heure de Paris.

Entre contrôle des prix et problème techniques, EDF est dans une situation intenable

Le gouvernement a annoncé jeudi soir un relèvement du plafond volume d'électricité nucléaire qu'EDF vend à prix réduit à ses concurrents, afin de limiter la hausse des tarifs réglementés de l'électricité (TRV) à 4% au 1er février, et ainsi ménager le pouvoir d'achat des consommateurs en contenant la flambée des prix de l'énergie.

Cette mesure pourrait amputer l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 2022 du groupe d'"environ 8,4 milliards d'euros sur la base des prix de marché au 31 décembre 2021 et à environ 7,7 milliards d'euros sur la base des prix de marché au 12 janvier 2022".

Lire ici :

EDF prévoit une réduction de production de 30 TWh

Parallèlement, EDF a annoncé que l'un des deux réacteurs nucléaires de sa centrale de Penly, en Seine-Maritime, était lui aussi touché par un problème de corrosion sur le système de sécurité, déjà détecté ou soupçonné sur quatre autres réacteurs mis à l'arrêt. En conséquence, la prévision 2022 de production d'électricité nucléaire a été ramenée à une fourchette entre 300 et 330 térawattheures, contre une fourchette de 330-360 TWh auparavant.

Entre la contrainte étatique d'ajouter un volume de 20TWh d'électricité vendue à prix très bas aux fournisseurs alternatifs (même si celui-ci a été relevé de 42 à 46,20 euros le MWh) et la perte de production attendue de 30 TWh, EDF se retrouverait avec un total de 50 TWh en moins, qu'il ne pourrait donc vendre sur le marché "spot" où il profiterait des prix actuels de l'ordre de 200 euros le MWh. Cette conjonction des deux phénomènes place l'énergéticien dans une situation intenable.

Vers une nécessaire recapitalisation, estime JPMorgan

Pire, EDF devra acheter ce déficit de production sur le marché, ce qui se traduira par une hausse de ses coûts et augmentera encore l'impact des mesures gouvernementales, souligne J.P. Morgan dans une note d'analyse, ajoutant s'attendre à voir le groupe contraint de renforcer son bilan.

"Nous pensons qu'une augmentation de capital est probable à ce stade pour compenser la baisse importante de l'Ebitda à laquelle il sera confronté en 2022", explique la banque américaine.

La banque américaine note à ce sujet que la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a assuré jeudi que l'Etat serait "aux côtés d'EDF pour les aider à passer cette difficulté".

A lire : EDF : le grand désalignement des planètes

(avec Reuters)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 15/01/2022 à 12:53
Signaler
Il est pas beau le haricot avec son casque pour la photo bien sur EDF s engresse sur notre dos l etat par l occasion récupére les taxes En attendant c est le simple citoyen qui en paye les pots cassé et après le maire dit que tout va bien pour ...

à écrit le 14/01/2022 à 23:25
Signaler
Heureusement qu'il y a la Covid sinon, l'action Macron dégringolerait encore plus que celle d'EDF

à écrit le 14/01/2022 à 20:53
Signaler
Entièrement contre qu'on puisse vendre de l'électricité a des concurrents d EDF. L'état devrait redevenir l'actionnaire principal de l'électricité et du gaz . C'est l'essentiel pour le budget des ménages.

à écrit le 14/01/2022 à 18:16
Signaler
tiens, j'ai envoye un post sur bilan et compte de resultat ce matin..........finalement on arrive aux memes conclusions! l'etat fait du quoi qu'il en coute qui sera paye par personne, donc avec recapitalisation ( apres avoir rince les minoritaires, c...

à écrit le 14/01/2022 à 17:57
Signaler
Oh un playmobil sur la photo !!! Mdr

à écrit le 14/01/2022 à 16:14
Signaler
Nous les "contribuables" entre EDF et SNCF ... on dérouille dur et depuis longtemps ... devant chez moi : on refait à neuf une ligne SNCF ... pour au final voir passer des trains presque vides ??? ... et pour EDF ... une centrale nucléaire qui décup...

le 14/01/2022 à 18:29
Signaler
Probleme: que 43% des renumeres sont des "contribuables".

à écrit le 14/01/2022 à 15:11
Signaler
J'ai beau être de tendance libérale, la gestion de l'énergie dans ce pays est une honte ; Soit on est pour la libéralisation, et EDF n'a aucunement le devoir de vendre une énergie à taux réduit a ses concurrents, et l'Etat n'a absolument pas à forcer...

le 14/01/2022 à 15:45
Signaler
Oui, EDF n'a aucunement le devoir de vendre une énergie à taux réduit a ses concurrents... C'est un vol et qui prend cette décision devrait aller en prison.

le 14/01/2022 à 17:07
Signaler
@Poulet cru Ce n'est pas une question de libéralisme ou de socialisme. C'est une question de bon sens. La gestion de l'énergie, du gaz, de l'eau sont des biens qui ne devraient pas être soumis aux lois du marché. On peut aller plus loin, dans la s...

le 14/01/2022 à 21:17
Signaler
L libéralisation de la fourniture d'électricité et de gaz qui devait nous donner des prix extrêmement compétitifs est un échec : comment des fournisseurs sans moyen de production pourraient-ils être plus compétitifs que ceux qui ont investis, lourdem...

à écrit le 14/01/2022 à 14:47
Signaler
Non non moi je pense plutôt qu'il faut abandonner les 56 réacteurs nucléaires... n'importe quoi cette recommandation. LE néolibéralisme où quand les hommes politiques sont aussi cupides que les hommes d'affaires qui sont aussi bavards que les politic...

le 14/01/2022 à 15:11
Signaler
Tout dans cette décision est à l'opposé du libéralisme et conforme à une économie administrée.

à écrit le 14/01/2022 à 14:15
Signaler
"EDF : un sacrifice à 8 milliards d’euros,"..."Le gouvernement français a entendu les appels des industriels dont la compétitivité s’érode sous le poids des factures d’électricité." Ou comment encore une fois étatiser les dettes, pour les profits du...

à écrit le 14/01/2022 à 14:03
Signaler
Bref! Une gestion européiste de ce qui appartient aux français! Pour ensuite privatisé tout ce peut ramener du cash!

le 14/01/2022 à 14:36
Signaler
exemple de privatisation; Alstom en 2015 , seule entreprise qui savait faire les moteurs electriques ultrapuissants, suite a des investissements continues en R&D de l etat français. Brade a General Electric, qui a revendu la technologie a Siemens,Gam...

à écrit le 14/01/2022 à 13:24
Signaler
Le prix d’un produit résulte de l’offre et la demande, vouloir utiliser des fausses solutions comme le fait le gouvernement est un mauvais expédiant, il faudrait mieux faire les investissements qui permettent de rééquilibrer l’offre à la demande, nos...

à écrit le 14/01/2022 à 13:24
Signaler
Le prix d’un produit résulte de l’offre et la demande, vouloir utiliser des fausses solutions comme le fait le gouvernement est un mauvais expédiant, il faudrait mieux faire les investissements qui permettent de rééquilibrer l’offre à la demande, nos...

à écrit le 14/01/2022 à 12:40
Signaler
L'énergéticien en éruption ! Pompilli ensevelit !

à écrit le 14/01/2022 à 12:38
Signaler
De ce fleuron affleure (de lys) que le roi est nu, vive le roi (return on investment) !

à écrit le 14/01/2022 à 12:31
Signaler
Le scandal de l'argent gratuit des banques centrales qui va integralement dans les "marchés" d'actions. Comment est utilisé cet argent ? Les acteurs de la financent qui achetent et vendent ne peuvent plus perdre, ils gagnent à coup sur ! Comment...

à écrit le 14/01/2022 à 12:31
Signaler
Le scandal de l'argent gratuit des banques centrales qui va integralement dans les "marchés" d'actions. Comment est utilisé cet argent ? Les acteurs de la financent qui achetent et vendent ne peuvent plus perdre, ils gagnent à coup sur ! Comment...

à écrit le 14/01/2022 à 12:23
Signaler
Spolier EDF (et ses actionnaires minoritaires) en lui imposant de vendre à des tarifs trop bas, sous les prix du marché, sa production, devrait être illégal et condamné! Que fait l'AMF? Nous sommes mal en France avec les groupes publics pour des rais...

à écrit le 14/01/2022 à 12:15
Signaler
Vous avez vu son regard, sérieux, il a un problème a l'intérieur ce garçon.

à écrit le 14/01/2022 à 12:11
Signaler
Micronibus avec un casque. Un seul mot, ridicule.

à écrit le 14/01/2022 à 12:04
Signaler
Le plus drôle, dans cette histoire, c'est qu'on nous répète ad-nauseam, qu'il faut arrêter de polluer, parce qu'il y a le réchauffement climatique. Et qu'est-ce qu'on fait ? On fait baisser le prix de l'électricité, histoire qu'on en consomme plus

le 14/01/2022 à 13:44
Signaler
Quand on libéralise un marché dans un périmètre économique sans production locale suffisante d'énergie, on tombe inévitablement dans le piège de la spéculation. Cela nuis aujourd'hui à notre industrie qui voit ses coûts de production exploser, alors ...

à écrit le 14/01/2022 à 11:49
Signaler
C'est certa1n que les int6rventions de manu-s n'ont pas a1dé.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.