La lourde chute du titre EDF pose à nouveau la question de sa place en Bourse

Il n’est pas commun de voir une décision d’un actionnaire majoritaire pénaliser autant un groupe coté. C’est pourtant ce qui vient de se passer pour EDF qui un connu un vendredi noir en Bourse. La volonté du gouvernement de limiter les hausses de tarifs, amputant ainsi les résultats de l’énergéticien, soulève à nouveau les contradictions de l’Etat-actionnaire d’un groupe qui a perdu 70% de sa capitalisation depuis son introduction en Bourse en 2005.

4 mn

Le groupe a perdu 70% de sa capitalisation depuis son introduction en Bourse en 2005
Le groupe a perdu 70% de sa capitalisation depuis son introduction en Bourse en 2005 (Crédits : BENOIT TESSIER)

Accident industriel ou gouvernance défaillante ? La décision de l'État, par ailleurs actionnaire à hauteur de 84% de l'énergéticien, d'amputer les bénéfices de 8 milliards d'euros d'EDF en 2022 pour préserver le pouvoir d'achat des Français (en limitant les hausses de tarifs), a fait plonger le titre de plus de 22% en début de séance, vendredi.

Le repli s'est peu à peu réduit au cours de la journée, pour clôturer à -14,59%. Le choc reste cependant sévère : pas moins de trois milliards d'euros de capitalisation évaporée en quelques heures... et une crédibilité vis-à-vis des marchés (une fois de plus) sérieusement écornée.

La perspective d'une augmentation de capital, lancée par le courtier JP Morgan Cazenove dans une note, n'a pas non plus aidé à rassurer. La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a effet indiqué que l'Etat serait « aux côtés » d'EDF pour l'aider à traverser cette mauvaise passe.

En revanche, le choc a été moins violent sur la dette obligataire d'EDF : la dette senior s'est dégradée de 7 à 10 points de base (40 points de base en matinée) mais l'impact a été plus limitée sur la dette hybride, de l'ordre de 2 points de base.

Ce décrochage en Bourse pose de nombreuses questions. Tout d'abord, il met en lumière le rôle pour le moins ambigu de l'Etat-actionnaire dont une décision politique met à mal une entreprise cotée. D'autant que le groupe doit gérer le énième surcoût de la centrale EPR de Flamanville. Ces contradictions de l'Etat-actionnaire ne sont pas nouvelles et pèsent comme une chape de plomb sur la valorisation du groupe. Depuis son introduction en Bourse en 2005, la capitalisation boursière a chuté de près de 70%, de 100 milliards d'euros à 28,5 milliards aujourd'hui.

Une rente nucléaire en question

Avec un aussi faible flottant (15%) et sa sensibilité aux décisions gouvernementales, se pose naturellement la question de la pertinence de sa cotation en Bourse. Certes, la valeur ne manque pas d'attraits, avec un rendement autour de 6%, ce qui peut en faire une valeur de fond de portefeuille.

EDF est également un acteur de poids en Europe. Mais son parc nucléaire est à la fois un atout (énergie longtemps bon marché) et une faiblesse, en raison de l'immense hypothèque sur le coût de démantèlement des centrales et de l'enfouissement des déchets. C'est d'ailleurs ce qui a expliqué sa décote historique par rapport à ses principaux concurrents européens, notamment allemands.

A cela s'ajoute un prix de revient sans cesse croissant de l'énergie produite par le nucléaire du fait des nouvelles exigences de sécurité imposés par l'État, mais aussi par les assureurs, les investisseurs et les agences de notation financière. Le récent classement du nucléaire par Bruxelles dans une catégorie spécifique d'énergie verte a été une vraie bouffée d'oxygène pour le groupe qui va ainsi pouvoir continuer à lever de la dette à des conditions de marché.

Projet de démantèlement enterré

C'était pour résoudre cette équation impossible que le projet Hercule de démantèlement d'EDF en deux ou trois parties était envisagé. Cette réorganisation envisageait une séparation partielle ou totale des activités nucléaires régulées et non-régulées et la création d'un EDF « Vert », regroupant les énergies renouvelables et la distribution et services et, enfin, un EDF « Bleu ». Celui-ci concentrerait les actifs nucléaires français et les centrales thermiques et hydrothermiques. Un processus qui aurait pu déboucher sur une seule cotation de la partie EDF « vert ».

Le dossier a été cependant officiellement refermé compte tenu de la complexité du projet (notamment le partage de la dette) et l'opposition des syndicats. Pourtant, la scission des grands groupes d'énergie est devenue la règle en Europe, sous l'amicale pression de Bruxelles mais aussi des marchés. Les groupes allemands E.ON er RWE ont ainsi scindé depuis longtemps leurs activités de production de celles des énergies renouvelables et de distribution.

L'épisode boursier de vendredi pourrait ainsi remettre en selle le projet... après les élections présidentielles.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 17/01/2022 à 20:40
Signaler
Si j'ai bien compris le système, EDF a fait sa pelote en introduisant en Bourse une faible partie de son capital et le prix actuel du kwh n'est pas pour lui déplaire: dommage qu'on lui demande de faire un geste envers ses clients-fournisseurs du publ...

à écrit le 17/01/2022 à 18:53
Signaler
encore une belle vision industrielle de macron !

à écrit le 17/01/2022 à 10:56
Signaler
Comme par hasard, ce sont les courtiers américains qui annoncent une forte baisse du résultat d'EDF. Des courtiers qui travaillent beaucoup avec les hedge funds qui spéculent à la baisse. Et qui ont vraisemblablement bien gagné ce vendredi.

à écrit le 16/01/2022 à 10:40
Signaler
EDF en bourse, c'est comme si la SNCF l'était aussi. Ces entreprises gouvernées comme des administrations où les syndicats règnent en maître n'ont pas grand chose à voir avec les marchés financiers.

à écrit le 15/01/2022 à 15:57
Signaler
La campagne de Macron nous coute un pognon de dingue !

à écrit le 15/01/2022 à 15:55
Signaler
Au nom du service public et de la souveraineté énergétique, la distribution d’électricité est un monopole régulé par l’État. Le 26 décembre dernier Bruno Lemaire déclarait : « Le marché unique de l’électricité ne marche pas. Il est aberrant. Nous en...

le 17/01/2022 à 9:28
Signaler
@Oliu : enfin quelqu'un qui ne râle pas et est d'accord avec le gouvernement. C'est exceptionnel dans les posts de La Tribune. Voire franchement anormal : il y a de quoi s'inquiéter.

le 17/01/2022 à 10:29
Signaler
Il ne peut y avoir une industrie satisfaisante si l'état est faible, y compris pour une production de masse en électricité à un prix stabilisé. Maintenant notre président est peut être dans son rôle de banquier d'affaires..

à écrit le 15/01/2022 à 15:42
Signaler
il faudrait obliger l'etat a racheter les parts des minoritaires, au prix d'introduction

à écrit le 15/01/2022 à 12:43
Signaler
Si vous avez participer à la privatisation d’EDF qu’en achetant au cours de 32 € l’action vous avez fait le mauvais choix

à écrit le 15/01/2022 à 10:26
Signaler
S'il y a un secteur qui doit échapper au marché et à la dérégulation libérale, c'est bien celui de l'énergie...de l'eau...des réseaux de distribution.

à écrit le 14/01/2022 à 21:15
Signaler
Nationalisation. Un bon endroit où placer du quoi qu'il en coûte.

le 16/01/2022 à 9:49
Signaler
L'Etat possede 86 % des actions d'EDF. EDF est de facto nationalisé.

à écrit le 14/01/2022 à 21:10
Signaler
À partir du moment ou l'état a la main dessus, ne misé pas, une règle d'or.

le 16/01/2022 à 11:05
Signaler
Exactement, même chose pour Air France et Renault.

à écrit le 14/01/2022 à 18:56
Signaler
"Barbara Pompili, a effet indiqué que l'Etat serait « aux côtés » d'EDF pour l'aider à traverser cette mauvaise passe",en fait c'est exactement le contraire ,c'est le gouvernement en échec depuis 10 ans avec l'EPR et ses 10 milliards de surcoût ,qui ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.