Crise de l'énergie : l’Etat impose à EDF de vendre plus d’électricité nucléaire à prix cassé

Le gouvernement va contraindre EDF à vendre davantage d'électricité à bas prix à ses concurrents, a annoncé jeudi soir le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Le but : protéger le pouvoir d'achat des Français face à la flambée des prix de l'énergie, à trois mois environ de l'élection présidentielle. La mesure va peser plus de 8 milliards d'euros sur les comptes de l’électricien, qui plonge de près de 25% à l'ouverture en Bourse ce vendredi.

5 mn

L'exécutif, qui avait déjà réduit au maximum la principale taxe sur l'électricité -mesure insuffisante pour contenir cette flambée-, va mettre en œuvre une mesure complémentaire en augmentant  de 20 térawattheures (TWh) le volume d'électricité nucléaire vendu à prix réduit par EDF à ses concurrents, pour le faire passer à titre exceptionnel de 100 à 120 TWh, a annoncé le ministre dans un entretien publié sur le site du Parisien.
L'exécutif, qui avait déjà réduit au maximum la principale taxe sur l'électricité -mesure insuffisante pour contenir cette flambée-, va "mettre en œuvre une mesure complémentaire en augmentant de 20 térawattheures (TWh) le volume d'électricité nucléaire vendu à prix réduit par EDF à ses concurrents, pour le faire passer à titre exceptionnel de 100 à 120 TWh", a annoncé le ministre dans un entretien publié sur le site du Parisien. (Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)

[Article mis à jour vendredi 14 janvier à 10h00]

Alors que les prix de l'électricité s'envolent à des niveaux jamais observés jusqu'ici, le gouvernement entend tenir sa promesse de contenir la hausse du tarif réglementé de vente (TRV) à 4%. Un casse-tête pour Bercy, pris de court par des estimations plus alarmantes que prévu : alors qu'il anticipait fin septembre une augmentation de 12% des tarifs si rien n'était fait, cette hausse devrait finalement s'élever « à 35% », avait fait valoir le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, la semaine dernière. Résultat : la réduction de la Taxe intérieure de l'électricité (TICFE), ramenée de 22,50 euros le mégawattheure à 50 centimes, ne suffit plus.

Par conséquent, le ministre a annoncé jeudi soir dans un entretien au Parisien conclure un accord avec EDF, après avoir planché avec l'électricien sur une « solution complémentaire » : le groupe devra augmenter de 20 térawattheures (TWh) le volume d'électricité nucléaire à prix réduit (ARENH) qu'il vend à ses concurrents chaque année. Soit un plafond désormais fixé à 120 TWh, contre 100 TWh depuis près de dix ans.

« Ces volumes seront accessibles à tous les consommateurs, particuliers, collectivités comme professionnels, via leur fournisseur, selon des modalités qui seront précisées très prochainement », a précisé le ministère de la Transition écologique dans un communiqué.

Et la Commission de régulation de l'Energie (CRE) aura pour mission de surveiller que les fournisseurs d'électricité « répercuteront intégralement l'avantage retiré au bénéfice des consommateurs », affirme le ministère.

Le prix du MWh revalorisé

Mais la mesure risque de peser sur les comptes d'EDF, qui essuie déjà une dette de plus de 40 milliards d'euros. Son PDG, Jean-Bernard Lévy, a d'ailleurs toujours rejeté ce mécanisme d'ARENH, le qualifiant même de « poison ». D'autant que le groupe fait par ailleurs face à de nouveaux retards à l'EPR en construction à Flamanville (Manche), et à des problèmes de corrosion en série sur d'autres réacteurs des générations précédentes. Selon Bruno Le Maire, la revalorisation de l'ARENH lui coûtera entre 7,7 milliards et 8,4 milliards d'euros.

Une annonce qui a fait plonger le cours de Bourse d'EDF ce vendredi de près de 25%.

« Nous remercions EDF de faire cet effort pour l'intérêt général. Nous serons à leur côté pour les aider à passer cette difficulté », a affirmé jeudi soir la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, invitée de Ruth Elkrief sur le plateau de LCI.

En contrepartie, le gouvernement a revu légèrement à la hausse le prix de cet ARENH, « de 42 à 46,20 euros par MWh », a précisé Bruno Le Maire. L'ajustement, rendu possible par la loi Énergie Climat de 2019, permet de prendre en compte l'inflation, alors que le montant n'avait pas bougé depuis 2012. Mais il reste très faible par rapport aux cours actuels du marché : en comparaison, le prix spot dépasse aujourd'hui les 200 euros le MWh.

Lire aussi 7 mnFace à l'explosion des cours, EDF doit-il fournir plus d'électricité à tarif régulé ?

Aider les entreprises énergivores

En plus des ménages, la mesure devrait permettre à plusieurs industriels énergivores qui voient leur activité menacée par la hausse des prix, de sortir la tête de l'eau, espère le gouvernement. Le relèvement du plafond de l'ARENH était d'ailleurs demandé de longue date par le CLEEE, une association de grands consommateurs français d'électricité et de gaz et l'UNIDEN (l'Union des industries utilisatrices d'énergie), notamment depuis le début de la crise, même s'ils espéraient 150 TWh et non 120.

« Cela va permettre de tenir [la hausse de] 4% pour les particuliers, mais aussi pour toutes les petites entreprises, qui font moins de 2 millions d'euros de chiffre d'affaires, et sont soumises au tarif réglementé. Je vous parle des coiffeurs, des boulangers ou des petits restaurants », s'est félicité Barbara Pompili jeudi soir.

Bruno Le Maire et Baraba Pompili ont également assuré qu'il n'y aurait « pas de rattrapage conduisant à une nouvelle hausse en 2023 », l'État et EDF supportant le coût de cette mesure.

Blocage de la Commission européenne

L'exécutif a par ailleurs informé et obtenu l'accord de la Commission européenne pour mettre en place la mesure. Et pour cause, la question de la révision du prix de l'ARENH ne dépend pas des seuls pouvoirs publics français. Elle faisait jusqu'ici partie intégrante des discussions menées avec la Commission européenne sur la réorganisation du groupe EDF, dans le cadre du projet Grand EDF (ex Hercule.)

« La Commission considère que ça représente une aide de l'Etat en faveur des entreprises. Elle bloque toute modification du prix et du plafond », expliquait la semaine dernière à la Tribune Frank Roubanovitch, président du CLEEE.

Si la crise actuelle a changé la donne, la question continuera probablement d'être au cœur des discussions entre EDF, l'Etat français et l'Union européenne. Et ce, au moins jusqu'à la fin du mécanisme de l'ARENH, prévu en 2025.

Lire aussi 4 mnNouveau coup dur pour EDF : la centrale de Penly à son tour touchée par une anomalie

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 42
à écrit le 15/01/2022 à 12:16
Signaler
Avec quelles centrales nucléaires veut-on produire de l'électricité, quand l'EPR plus de dix sept ans après n'est toujours pas homologué et les premiers exemplaires toujours pas opérationnels quinze ans après, et pas prêts de le devenir ? et que bea...

à écrit le 14/01/2022 à 14:58
Signaler
C'est l'eolien et le solaire que l'on devrait vendre a prix casse .vive le charbon et le gaz russe, les allemands et les ecolos...

à écrit le 14/01/2022 à 14:42
Signaler
Quelle reculade du gouvernement, Macron, Lemaire et compagnie: Pourquoi les sangsues que sont ces négociants abusivement appelés fournisseurs d'électricité ne réduisent pas leur marge, voire vendre "à perte" C'est moi, petit contribuable qui va les ...

à écrit le 14/01/2022 à 12:32
Signaler
C''est quand même curieux, nos amis écolos nous ont seriner pendant des années que le nucléaire n'était pas compétitif face aux EnR et maintenant on demande à EDF de brader son électricité nucléaire pour sauver les meubles. Après avoir arrêter Fessen...

le 14/01/2022 à 16:11
Signaler
le probleme est pas la. Le probleme c est que les concurrent d EDF n ont pas investi dans des site de production d electricite mais se contentaient d en racheter. du coup ils sont etranglé car ils doivent vendre a leur client nettement moins cher que...

à écrit le 14/01/2022 à 11:45
Signaler
Scandaleux , l'Etat permet aux parasites que sont les concurrents qui ne produisent rien de continuer à se faire des marges et à leurs dirigeants de continuer à se remplir les poches sans rien faire .

à écrit le 14/01/2022 à 11:36
Signaler
cest l energie renouvelable qui nous coute une fortune pour un rendement mediocre . les centrales energie propre , il nous gonfle avec le tout electrique ,voiure velos trottinette,chauffage,cest pas avec l eolien que l on vas faire touner tout celas ...

à écrit le 14/01/2022 à 11:17
Signaler
Terrorisé par tout ce qui pourrait gêner la réélection du président ,chacun y va de sa participation incendiaire: 8000 recrutements pour l'un, aménagement à 500€ pour l'autre, vente à perte de l'électricité pour le troisième mais qu'importe pourvu qu...

à écrit le 14/01/2022 à 10:55
Signaler
Nous sommes en pur démagogie. EDF étant à 80% la propriété du contribuable français, nous faisons donc cadeau de 8 milliards d'euro a la concurrence. Edf va devoir racheter a plus de 150 euros un mégawatteur qu'elle a vendu 42 euros. Nos impôts vont...

le 14/01/2022 à 11:46
Signaler
L'Etat c'est nous.....et de toute évidence la facture va encore grimper pour les contribuables qui sont en même temps des clients captifs d'EDF. C'est la radeau de la Méduse et rien n'est fait pour couper des têtes à EDF quand on voit le fiasco de Fl...

à écrit le 14/01/2022 à 10:53
Signaler
Je ne suis pas actionnaire, mais obliger une entreprise à 83% appartenant à l'état a vendre a perte a tout l'europe notre électricité à des concurrents, qui ne font que la mère maquerelle, a savoir l'intermédiaire entre le producteur et le consommate...

à écrit le 14/01/2022 à 10:47
Signaler
Pendant ce temps : Le gouvernement lâche du lest. Il a décidé de baisser la sanction administrative pour les entreprises ne respectant pas les consignes sur le télétravail, à 500 euros par salarié, contre les 1.000 euros prévus initialement, a ann...

à écrit le 14/01/2022 à 10:27
Signaler
Cela se nomme de la spéculation. Il appartenait à l’État de garantir une production électrique suffisante. Qu'en dit la ministre de l'industrie?

le 14/01/2022 à 11:50
Signaler
C'est plutôt la commissaire européenne à l’Energie Kadri Simson, une centriste estonienne qui aime le gaz naturel, qu'il faut interroger ...Pas les potiches macronistes.

le 14/01/2022 à 16:13
Signaler
En d'autre temps nous leur aurions envoyé Cambronne.. Hélas lorsque l’État est faible les sorcières apparaissent (et Poutine rigole)..

à écrit le 14/01/2022 à 10:11
Signaler
Pure démagogie, c'est une honte.

à écrit le 14/01/2022 à 10:06
Signaler
Lemaire fait du quoi qu'il en coute chez EDF, comme segolene royal..........quand edf sera au bord du bilan, n'aura plus d'actionnaires sauf l'etat et qu'aucune banque ne sera assez idiote pour preter vu les ratios catastrophiques, il faudra bien que...

le 14/01/2022 à 10:40
Signaler
Suicide tout simplement. L'état après avoir vendus les autoroutes, la française des jeux, France telecom maintenant ce sera au tour d'EDF.

à écrit le 14/01/2022 à 9:18
Signaler
"La concurrence libre et non faussé" mis a mal par le prix de l'énergie au dépend des consommateurs! Quand on veut sauver un dogme tout le monde en subit les contraintes!

à écrit le 14/01/2022 à 9:08
Signaler
De toute façon, il faudra payer la facture , en gros , c'est reculer pour mieux sauter.

le 14/01/2022 à 10:13
Signaler
On reculera jusqu'en Mai 2022.

à écrit le 14/01/2022 à 9:04
Signaler
Pourquoi ai-je l’impression que plus grand chose tourne rond chez nous,en France? Ici c’est EDF,qui a été un phare dans notre pays,qui en perd an après an.Là,c’est la SNCF,l’hôpital,l’éducation nationale,le réseau routier,……..la liste est longue. J...

le 14/01/2022 à 9:23
Signaler
Parce ce que nous avons mis 120 milliards sur éolien et solaire et rien sur le nucléaire.

le 14/01/2022 à 14:23
Signaler
Parce qu'on est entrés dans l'Europe

à écrit le 14/01/2022 à 8:47
Signaler
Du délire, de la schizophrénie...surtout de la connerie. On avait une entreprise nationalisée qui fonctionnait correctement nous délivrait une électricité à un coût raisonnable et sous prétexte de concurrence la belle machine a été cassée. Les fourn...

le 14/01/2022 à 9:12
Signaler
Alors que l'État fait n'importe quoi avec tout ce qu'il touche depuis 40 ans, tu veux nationaliser à tout-va...Ce n'est pas une idée lumineuse...

le 14/01/2022 à 9:24
Signaler
D'accord à 100% pour électricité et gaz. Ces pseudo-concurrences par des gens qui ne produisent rien ne sont qu'inepties

le 14/01/2022 à 11:36
Signaler
@jettetatv Sans l'État, et EDF il n'y aurait pas d'électricité, sans GDF il n'y aurait pas de gaz, sans l'État, il n'y aurait pas d'autoroutes, sans l'État il n'y aurait pas d'Hôpitaux, dans l'État, il n'y aurait jamais eu de réseaux d'eau, d'assain...

à écrit le 14/01/2022 à 8:42
Signaler
Après avoir bradé aux privés les autoroutes, la française des jeux, maintenant c'est au tour d'EDF que ce gouvernement s'attaque. Il demande à EDF des efforts pour engraisser des spéculateurs qui n'arrivent plus à faire des bénéfices avec l'augmentat...

le 14/01/2022 à 9:03
Signaler
On "sovietise" de plus en plus l'économie de la France.

à écrit le 14/01/2022 à 8:38
Signaler
Donc l'écologie, on s'assoit dessus. Continuez donc à chauffer vos passoires thermique à 21 degrés à l'électricité, c'est l'état qui paye. Et ceux qui économisent l'énergie payent pour les autres. C'est ça la solidarité

à écrit le 14/01/2022 à 8:29
Signaler
On demande un effort à EDF mais le ministre pourrait faire aussi un effort sur la TVA

le 14/01/2022 à 10:35
Signaler
TVA qui s'applique déjà sur des taxes si vous regardez vos factures. On paye des impôts sur des impôts... Dans certains pays, ce serait déclaré illégal, mais ici, attaquer en justice reviendrait à attaquer l'état, autant dire être sûr de perdre.

à écrit le 14/01/2022 à 7:23
Signaler
Ah la concurrence libre et non faussée indexée sur le prix du gaz (humour lapin). Et edf va surement devoir en importer au prix fort, c'est vraiment du grand n'importe quoi ça, du bonneteau tarifaire par pure idéologie europeiste c'est a dire une idé...

à écrit le 14/01/2022 à 6:06
Signaler
Macron va achever la liquidation d'EDF entamée par les socialistes sous Mitterrand sur ordre de Bruxelles et du WEF , et obstinément poursuivie par tous les politiques depuis cette epoque (directives de 1992). Et là, ça va emmerder tout le monde... L...

à écrit le 13/01/2022 à 23:40
Signaler
l etat vient au secours des privées... et oui l électricité est un bien commun comme la santé et la retraite . mettez du privée et les venefices pour eux quand ça va et k état qui paie quand ça va mal. c est k économie gagnante a tous les coups. c es...

à écrit le 13/01/2022 à 23:07
Signaler
En résumé foutez la paix a EDF et au nucléaire. Restez au tarif conventionné point

à écrit le 13/01/2022 à 22:58
Signaler
@Jean a raison. Comment pouvez-vous croire que c'est le statut des employés de l'entreprise qui fait grimper le cout de électricité? Tout le monde a compris qu'EDF est OBLIGÉ de vendre, à prix coutant, une part de l'électricité qu'elle produit à ses...

à écrit le 13/01/2022 à 22:31
Signaler
Pour info ou rappel, la Contribution Tarifaire d'Acheminement que tu vois sur tes factures ne finance pas l'acheminement de l'électricité comme son nom l'indique de manière trompeuse. Mais, elle finance les droits acquis des travailleurs relevant du ...

le 13/01/2022 à 22:44
Signaler
Mais n'importe quoi !!!? Comment peut on écrire des inepties pareilles. Le gouvernement prouve par cette obligation imposé a EDF que l'ouverture à la concurrence est un scandale absolue mais il y a encore des gens pour croire que l électricité augm...

le 14/01/2022 à 7:04
Signaler
c'est surtout pour payer les 80 milliards des éoliennes, avec leur tarif subventionné à 155 euro du MW, voir saint brieuc et iberdrola.....

le 14/01/2022 à 11:43
Signaler
@jettetatv Vous avez bien assimilé les âneries des populistes de droite concernant le fabuleux trésor du Comité d'entreprise d'EDF. A force de taper sur EDF, ce sera au final les spéculateurs qui rafleront la mise pour le malheur de tous les Françai...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.